AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,65

sur 39 notes
5
25 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Critiques filtrées sur 4 étoiles  
C'est au travers de trois voix que l'auteur propose une plongée dans ce roman choral aux accents noirs. Une balade dans une Amérique, désabusée, abandonnée, en décalage complet avec l'image d'eldorado que s'en font les européens. Une Amérique faite de violences, de vols, de meurtres et de débrouilles, où l'on ne montre plus son appartenance à une nation défaillante mais à un gang, chimérique protecteur et nourricier mais plus sûrement pourvoyeur d'aller simple pour l'enfer. Trois destins qui se croisent, trois vies biberonnées aux relents d'une ville exsangue où seul les plus chanceux partiront vers un autre horizon. C'est ce rêve que font deux des protagonistes tandis que le troisième tente de maintenir la voie du possible dégagée.

Avant de m'intéresser au fond, un petit détour sur la forme. En effet, je tiens à souligner le soin pris dans la mise en page et la couverture, c'est rare dans le milieu de l'auto-édition pour être ici souligné. Bonus non négligeable par les temps qui courent, le prix tout doux.

Ce roman c'est d'abord une ambiance, un lieu : la ville de Détroit, Michigan. Un ex fleuron de la puissance des Etats Unis où des milliers d'ouvriers travaillaient pour l'industrie automobile. C'était le poumon de la cité au point d'être rebaptisée motor town, d'influencer même la culture puisque le célèbre label musical Motown tire aussi son nom de là. Mais différentes crises sont passées par là et ont jeté à la rue les travailleurs. Misère et pauvreté sont alors devenues le lot quotidien des habitants, et les départs ont été légions, laissant des quartiers complets à l'abandon et ouvrant la porte à toutes sortes de trafics pour tenter de surnager dans cette région des grands lacs.

C'est dans cette atmosphère, quelques années avant que la ville ne se déclare en faillite, que David Fournier a choisi de poser son intrigue par le biais de trois existences.
Avec tout d'abord, par ordre d'apparition, celle de JQ, un bon flic sans histoires particulières et ça fait d'ailleurs sacrément du bien de voir évoluer un policier normal sans des états d'âmes à faire se pendre toute la troupe de clowns du cirque Gruss. Son seul défaut en plus de cultiver une certaine solitude : se dévouer entièrement à son job pour lequel la vocation est survenue suite à une overdose d'un camarade de lycée. Il officie dans l'équivalent français de l'antigang, là aussi composé d'agents plutôt bons dans leurs jobs, sans aspérités, des gens presque comme tout le monde hormis leur plaque. JQ est conscient que la mission est sans fin mais tente à son niveau de protéger la flamme de l'espoir et de maintenir la devise : servir et protéger. JQ se démarque par sa sympathie même s'il reste déterminer à aboutir surtout quand il le promet à des parents. Vous l'avez compris la noirceur ne vient pas de cet acteur mais se concentre plutôt sur les deux suivants.

Pour Samuel, « la vie, c'est comme une boîte de chocolats. Personnellement, je suis persuadé qu'on m'a refourgué la boîte la plus pourrie du lot. » Un mauvais départ dans la vie avec une maman trop jeune et toxico ainsi qu'un papa qu'il ne connaîtra que 20 minutes, le tout dans un taudis situé au 9339 Elsa Street. Pour lui enfance rime avec souffrance. Il se livre ici sous la forme de carnets intimes car il prend vite le goût de l'écrit, son échappatoire face à un environnement hostile qui le prend trop souvent en grippe. Un vilain petit canard qui n'attend qu'un signe du destin pour prendre son envol.

Son salut viendra peut-être de DeAndre, lui aussi un gosse que la vie a mal mené. Orphelin trop rapidement, élevé par une grand-mère aimante disparue elle-aussi trop tôt. Il n'a que deux options dans la vie : suivre les traces de son frère, membre des bloods ou choisir de s'en sortir par le basket. Rebondir en accrochant une bourse universitaire et pourquoi pas s'ouvrir la porte d'une carrière pro. Même s'il ne fanfaronne pas, il n'est pas du genre à se laisser marcher sur les montantes, quelque soit l'adversité. Il prend sous son aile Samuel, imitant un grand frère protecteur. Mais nous sommes à Détroit et plus qu'ailleurs le chemin est semé d'embuches.

La force de l'auteur réside dans le fait d'inciter son lecteur à l'empathie envers ses trois personnages. Sans vous en dire plus, une espèce de famille recomposée se constitue, une relation filiale entre JQ et DeAndre, et fraternelle entre celui-ci et Samuel. David vous attendrit la couenne pour mieux aller planter un dunk dans votre petit coeur qui était déjà en train de se dire : et si… Malheureusement point de feel good par ici, bloods et crips se livrent une guerre sans merci pour contrôler le territoire. La survie passe par le chouffe, le deal et l'argent facile même si pour cela il faut prouver sa loyauté envers le gang en commettant des actes dont votre conscience vous rappellera sans cesse l'existence.

L'auto-édition révèle parfois de petits trésors et celui-ci en fait partie. Une justesse dans la description des acteurs, une tension dramatique savamment orchestrée, une révélation finale frustrante font de cet ouvrage un moment de plaisir à savourer sans modération pour les amoureux du noir. Un grand merci à Claire pour ce cadeau.
Commenter  J’apprécie          40
Ce roman (très) noir choral est porté par trois voix :
- celle de JQ, le flic acharné, qui ne se fait plus beaucoup d'illusions sur l'humain mais qui pourtant a encore envie de croire que la rédemption existe ;
- celle de DeAndre, l'ado dont l'existence est toute tracée, dans une inéluctabilité mortifère contre laquelle il lutte grâce au sport ;
- celle de Sam, gamin abusé, négligé et maltraité, d'une sensibilité lumineuse et qui apprend la résilience par le biais de la littérature et de l'écriture.
Ces trois personnages, très bien dépeints et auxquels on croit et on s'attache dès les premières pages, vont et viennent dans une ville sinistrée économiquement. Avec une âpreté désenchantée, ils luttent pour leur survie, comme ils le peuvent, avec le peu d'armes à leur disposition.
David Fournier brosse avec justesse le portrait d'une population oubliée, abandonnée. C'est Detroit, mais cela pourrait être de nombreuses villes des USA et d'ailleurs. Sans pathos excessif, sans voyeurisme malsain, il nous propose un voyage amer dans les âmes des ces gosses paumés, que la société toute entière rejette. Malgré la présence d'adultes déterminés comme JQ, qui préfèrent se vouer corps et âme à maintenir un semblant de civilisation, plutôt que de fuir, l'histoire de Sam et de DeAndre ne peut pas bien finir. La faute à leur naissance, sans doute, à la fange gluante où ils s'enlisent, faite de violence et de désespoir.
Malgré le propos très sombre et l'intrigue presque prédestinée, des ilots d'espoir et de positivité subsistent ici et là. Malgré une ambiance plombée par des thèmes terribles (culpabilité, mauvais choix, mort...), 9339 Elsa Street reste un roman lumineux. Lumineux car il véhicule des messages forts et pleins d'empathie, lumineux car l'auteur sait se retirer avec humilité pour laisser la place à ses personnages, sans cabotiner.
Après lecture, il laisse derrière lui des émotions très fortes et nous pousse à l'introspection : qu'aurions-nous fait, nous ?

Commenter  J’apprécie          20
véritable pépite!

mélange subtil et précis de gang, fraternité, NBA et d'enquête de la brigade antigang

un véritable page turner incroyable, plongeant le lecteur dans la noirceur des quartiers dangereux de Chicago. des liens d'amitiés et une loyauté étrange, qui va faire basculer le destin de plusieurs personnages, tour à tour détestable et touchant, on passe par toutes les émotions!

à lire absolument!
Commenter  J’apprécie          10

Autres livres de David Fournier (1) Voir plus

Lecteurs (89) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2883 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}