AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bruno Heitz (Illustrateur)
EAN : 9782253153245
224 pages
Le Livre de Poche (15/05/2002)
3.18/5   11 notes
Résumé :
Non content de rappeler le sens des panneaux que nous avons tous appris un jour avec un moniteur d'auto-école aussi pédagogue qu'un logiciel, l'auteur livre ici un guide distrayant sur un sujet grave : la route et ses dangers. Habilement, avec un humour décalé, comme il l'avait fait pour " J'vais t'apprendre la politesse, p'tit con ", il présente les gestes à ne pas faire et bien sûr, nous les avons tous commis. Illustré comme une bande dessinée, c'est le remède idé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Erveine
  07 février 2014
J’passais d’vant la réserve et j’attrape un FOURNIER.
Faut l’déchirer qu’on m’dit. Quoi ! Déchirer un FOURNIER ! T’es fou toi. C’est vrai qu’il avait des cornes et pris l’humidité... Hein ! Le livre, je parle...
J’regarde. C’est : « Roulez jeunesse » de Jean-Louis.
FOURNIER j’entends. J’ai pas encore ouvert le livre que j’ris déjà.
Bon ! En voiture, je l’ouvre au hasard : page 45.
Nous v’là dans un carrefour, évidemment y a du monde.
Devant et au milieu de la route tant qu’à faire, un vieil homme, impétueux, qui dresse en l’air son parapluie, en face de lui un motard, tête baissée, dos rond et prêt à démarrer, à gauche, une voiture dont le pilote, moitié du corps hors habitacle, d’une main balaye l’air pour signifier qu’il a bien l’intention de passer et non point de passer son tour, puis à droite un bon gars sur son tracteur qui lui aussi, agite le bras pour prétendre à s’affairer dans le champ voisin. On voit bien là que c’est à qui passera le premier. Le vieux armé du pébroc qui s’escrime vigoureusement tout en voulant nous attendrir sur sa fébrilité, l’agriculteur dont la récolte attend et qui menace de nous faire jeûner demain. Tandis que le motard et le pilote persifflent : « à vos compteurs » et que les moteurs vrombissent impatients.
Mais si en pareil cas, intelligemment, on considère le code de la route, c’est bien : « priorité à droite » alors allons-y ! Mêlée !!!
Une autre aussi qu’elle est bonne. Comme chacun sait, pour sortir dans la rue si on est un aveugle, que dis-je, un non-voyant, il faut un bon chien. Mais s’il faut attendre un animal dressé et opérant pour vous guider en ville, mieux vaut raisonnablement s’en remettre à la page 31 que préconise le dessin. Je monte en voiture avec mes lunettes noires, je passe le bras par la vitre, je tiens la laisse et au bout de la laisse, y a le chien qui conduit la voiture. Mais attendez, là vous n’avez pas encore les images. Et bien parlons-en ! Les amis ! J’peux plus lire car j’y vois plus. J’ai les yeux qui pleurent d’avoir trop ri. Non ! J’vois plus rien, rideau !!!...
Voilà ce qu’il faudrait pour mener à bien le code de la route, un peu d’humour pour éveiller les consciences et réveiller le bon sens, tout en restant, interdit, voire, transporté !!!
Ça c’est comme l’école, si elle n’était pas obligatoire, tout le monde voudrait y aller, mais c’est quand même bien que Ferry nous l’ait faite celle-là, car c’était pour la donner à tout le monde.
Y a même un panneau « NEVERS » avec la N7, il a pensé à moi le Jean-Louis dont j’ai déjà dit qu’il avait une bonne tête mais que c’était pas le sujet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
zabeth55
  17 octobre 2014
Quand je tombe sur un Jean-Louis Fournier dans un vide grenier ou autre lieu d'occasion, je ne résiste jamais.
Dans « Roulez jeunesse », il nous a concocté un nouveau code Rousseau, agrémenté de dessins de Bruno Heitz qui égayent un peu le texte, sans être formidables.
Pour la première fois, je suis plutôt déçue. L'humour habituel n'est pas au rendez-vous. J'ai juste souri deux ou trois fois. Dans l'ensemble, tout reste assez sérieux.
Peut-être n'étais-je pas en condition.
Commenter  J’apprécie          130
Mooon
  17 août 2016
Après avoir lu "Ou on va papa", "Veuf", "Trop", "Le CV de Dieu", "Il n'a jamais tué personne mon papa", lorsque je vois ce nom d'auteur, je m'empresse de le lire. Néanmoins ce livre ne m'a pas vraiment plu. Est ce son manque d'ironie ? Ou le sujet évoqué qui ne m'a pas plu ? Telles sont les questions que je me pose.
Commenter  J’apprécie          20


Videos de Jean-Louis Fournier (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Fournier
Parole d'écrivain avec Jean-Louis Fournier
Pour ce quatrième episode de la nouvelle saison de « Parole d'ecrivain », Sarah Masson avait rendez-vous avec Jean-Louis Fournier, qui vient de publier son nouveau roman « Je n'ai plus le temps d'attendre ». Pour Jean-Louis Fournier, l'écriture est un jeu, un plaisir de raconter et une grande liberté. C'est aussi un homme pressé qui nous parle de notre rapport au temps. Bonne ecoute !
Un podcast de Sarah Masson, egalement auteure d'un premier roman chez JC Lattes : « le Silence apres nous ».
#paroledecrivain #podcast #sarahmasson #jeanlouisfournier #jenaiplusletempsdattendre #ecriture
+ Lire la suite
autres livres classés : CirculationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Huit titres de Jean-Louis Fournier.

Il a jamais tué personne, ...

mon tonton
mon pépé
mon frangin
mon papa

8 questions
129 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Louis FournierCréer un quiz sur ce livre