AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de BlackKat


BlackKat
  17 octobre 2017
"On ne naît pas tueur. On le devient."
Petite phrase accrocheuse sur la couv'. Vous êtes prévenus! Ressortez vos cours de philo et révisez les notions d'inné et d'acquis et zou, c'est parti! 
Hadès est le seigneur des Bas-Fonds, règne sur une immense décharge, est très discret tout comme son homonyme grec est le souverain des Enfers, gouverne sous la terre et ne se mêle que très peu des affaires des autres. Tous deux ont en commun les morts également, même si aucune preuve peut faire tomber notre personnage dans les mailles de la police et ce, depuis des décades entières!
Quand on sait que ses enfants, Eden et Eric, sont flics, il y a quand même de quoi se poser nombre de questions! Une aura de danger les enveloppe et ce n'est pas Frank Bennett, nouveau coéquipier d'Eden, qui dira le contraire alors qu'une enquête démarre avec la découverte de corps mutilés.

C'est un premier roman pour cet auteur australien et Candice Fox est ambitieuse car c'est aussi le premier tome d'une trilogie!
Une réussite à mon sens car elle dépoussière les poncifs du polar avec une nouvelle définition du flic potentiellement pourri et trouble davantage encore la frontière entre les bons et les méchants. 

L'histoire d'Eden et Eric est atypique et passionnante. Leur parcours interpelle et suscite la curiosité au fil des pages. La relation entre le frère et la soeur, entre la fratrie et Hadès, est particulière, brute, bourrue et sensible à la fois, tout en non-dit. Si la personnalité de l'un ne laisse place à aucun mystère et augure par avance de son destin, il n'en est pas de même pour les autres pour lesquels un attachement naît, malgré leur nature et leur froideur.

Cette famille originale pose LA grande question de l'inné et de l'acquit suggérée en tête d'article. La naissance s'annonce-t-elle avec un bagage de mal et de bien ou est-ce en avançant dans la vie que le mal survient au détriment du bien? Je ramasse les copies à la fin de votre lecture! 

Si l'analyse psychologique de l'être humain qui deviendra celui qui donne la mort est fortement orientée dans ce roman, l'auteur pose également une autre grande question philosophique: qui a le droit de vivre et de mourir? Qui peut décider de qui a le droit de vivre ou de mourir? Quel costume revêt le mal?

L'intrigue policière met à jour un trafic d'organes effroyable orchestré par un individu qui a un sens moral des plus particuliers, alimenté par d'autres qui veulent absolument vivre, même si cela signifie la mort d'autres personnes qui n'ont rien demandé ou quand l'argent est là pour acheter la vie. 
Sauver sa vie, c'est aussi les efforts désespérés que Martina, victime de ce trafic, va déployer pour survivre. Un portrait magistral d'une femme de tête, bien plus seule que sa vie sociale ne le laisse présager, et qui ébranlera bien des murs dans ce roman.
J'ai adoré ce roman. Pas pour l'intrigue policière qui n'est guère complexe mais pour toutes ces questions existentielles que nous sommes tous posées au moins une fois dans notre existence! de quoi serions-nous capables pour nous venger d'un lourd et profond traumatisme, jusqu'où serions-nous capables d'aller pour sauver notre peau?

J'ai adoré ce roman pour la psychologie et la personnalité de chacun: pour le jeu auquel chacun se livre, pour les joutes verbales entre des coqs dressés sur leurs ergots ou les regards froids et inexpressifs de tueurs, ou pour l'ambiance anxiogène d'un commissariat où les rivalités se tissent.

Avec une mention spéciale pour Hadès, cet homme mystérieux, bourru, froid et rigide. Avec lui, c'est la parentalité que l'auteur aborde avec justesse. La difficulté d'éduquer un enfant, l'incapacité à le modeler comme on le souhaiterait, le devoir d'accepter sa nature même cruelle, la nécessité de le conformer au monde extérieur.

Un seul bémol toutefois: un manque de subtilité et de nuances qui provoque un enchaînement un peu trop rapide et un certain manque de profondeur dans l'évolution des sentiments et des émotions de Frank, qui apparaît comme un feu follet au milieu de personnages davantage maîtrisés et constants comme peut l'être Eden. Une Eden qui garde encore tout son mystère! 

Quelques petites maladresses qui, j'espère, seront corrigées avec le prochain tome que je m'empresse de poser sur ma table de chevet car je suis très curieuse d'en connaître davantage sur Hadès et Eden!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (3)voir plus