AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266184903
Éditeur : Pocket (11/03/2010)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 39 notes)
Résumé :

Ils sont quelques enfants, séquestrés dans ce manoir perdu au milieu des arbres. Ils ne sont pas les premiers, ne seront pas les derniers. L'espoir les a quittés à la minute même où ils ont franchi ces portes.

Une seule certitude : au bout du calvaire, c'est la mort qui les attend. Ils sont nombreux, de par le monde, ces enfants sacrifiés. Kara le sait bien qui, trois ans durant, a enquêté sur les réseaux pédo-criminels.

L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
05 avril 2015
Ce roman policier commence par une histoire atroce. Imaginez un manoir perché au sommet d'une colline. Tout autour s'étend une forêt dont la limite n'est pas perceptible à l'oeil nu. Jusque-là, le décor pourrait paraître idyllique... Imaginez maintenant une chasse à courre. Quoi d'étonnant ? Les bois doivent être giboyeux à souhait. Mais que font ces adultes costumés et armés d'arbalètes ? Est-ce une reconstitution historique ? Des fans de Robin des Bois ou de Guillaume Tell ? Et ces enfants déguisés de façon ridicule courant à en perdre haleine ? Les proies... Oui, vous avez bien lu. Ces pauvres petites âmes sont les victimes de pervers ayant constitué un réseau pédophile. Fin du premier chapitre... Voilà qui plombe l'ambiance d'une lourdeur mortifère.

En parallèle, on assiste à des morts. Les personnages sont souvent des gens "bien sous tous rapports", des notables qui, si l'on gratte un peu le vernis, se révèlent être des vermines ayant eu un lien avec la pédophilie sans jamais être condamnées. Les meurtres - ou plutôt les exécutions - sont toutes signées par une figurine ou un objet ayant trait au film La Guerre des étoiles. Deux journalistes, Kara et Quintilius, ayant travaillé sur un livre intitulé "Dossier réseaux pédocriminels" vont enquêter, contraints et forcés. En effet, Kara a été victime d'un cambriolage. Devinez ce qui a disparu ? Les archives ayant aidé à écrire ce livre, bien sûr. Et qu'a-t-elle trouvé à la place ? Un sabre-laser de Jedi. Tout ceci est étrange... Aidés de Luc, policier d'Interpol, les deux amis vont devoir faire leurs investigations du côté obscur de la force...

Catherine Fradier a un réel talent pour prendre des faits réels ou connus et les mettre sous forme de romans policiers. On nage en pleine horreur et pourtant on ne peut pas s'empêcher de tourner les pages frénétiquement. On veut savoir, coûte que coûte, quitte, comme moi, à en faire des cauchemars.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
ladesiderienne
02 octobre 2016
Au hasard de mes pérégrinations dans le rayon polar de la médiathèque municipale, j'ai été attirée par la couverture rouge sang de ce roman. J'ai passé outre le fait que généralement les bandeaux annonçant les prix remportés (Grand Prix de littérature policière et Prix Sang d'encre 2006) me rebutent. Et je n'ai pas du tout regretté mon choix, j'ai découvert une auteure excellente et un scénario aussi éprouvant que rocambolesque.
Il y a quelques années, Kara et Quint, deux journalistes, ont publié après de longues investigations un livre au titre évocateur : Dossier réseaux pédocriminels. Lynchés par les médias, ils avaient quand même eu quelques succès auprès du public. Retirés des affaires sensibles de la pédophilie, voilà qu'ils reçoivent tous deux des coupures de presse relatant la mort apparemment accidentelle d'adultes soupçonnés à l' époque d'actes sexuels et de violence sur enfants dont ils avaient évoqué l'affaire dans leur livre. Blanchis alors par une justice peut-être compromise, pourquoi décèdent-ils soudain les uns après les autres dans ce qui pourraient être des assassinats dissimulés ? Pressés par des flics d'Interpol, les deux journalistes sont obligés de se replonger dans leurs archives et de se confronter à nouveau à cet univers insoutenable qui vole l'innocence des enfants afin d'écrire la suite de leur livre. Contre toute attente, grâce aux réseaux cachés d'internet, Kara et Quint se retrouvent sur la piste d'une armée de Jedi dirigé par un Dark Vador, tout droit sortis de Star Wars, qui ont décidé de faire vengeance là où la justice à été bafouée.
Les premières pages de ce thriller, à travers une seule scène, plongent le lecteur dans une horreur difficile à supporter. Je me suis même demandé si j'allais être capable d'affronter cette lecture. Heureusement à travers les personnages de Kara (totalement irrésistible !) et de Quint, Catherine Fradier apporte un peu de légèreté. Je comprends que l'on puisse trouver le mélange d'humour et de noirceur macabre totalement déroutant. Moi, j'ai aimé, comme j'ai aimé que ces jeunes soient les acteurs de leur propre vengeance puisqu'une justice trop compromise n'avait pas su jouer son rôle. J'ai aimé que tous ces pourris, ces pervers, ces déchets de la société qui ne méritent pas le nom d'être humain souffrent comme ils avaient fait souffrir...
Et même si le scénario est assez improbable, même si j'ai découvert avant la fin qui se cachait sous le masque de Dark Vador, l'écriture de l'auteure m'a séduite (j'ai hâte de la retrouver dans un autre polar) et j'accorde un 19/20 à cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
fabdelavega
01 octobre 2012

Sujet délicat, roman réussi
Catherine Fradier s'attaque au lourd thème de la pédophilie. Des pédophiles se font exécutés un à un par des justiciers, cachés derrière des pseudonymes du film « star wars». Les scènes des exécutions sont cruelles, gores et jubilatoires en tant que lecteur. L'écriture est agréable, quelques situations cocasses amenées par la journaliste et son chat sont la bienvenue par moment pour alléger le récit. La journaliste Kara, le personnage principal est attachant, mais si par moment son appétit exacerbé est malvenu. Étant néophyte dans l'univers « Stars wars» la peur de décrocher du livre m'a effleuré au début, mais ce n'est qu'anecdotique. J'avoue avoir mis un nom sur le fameux « dark vador » l'homme qui exécute les pédophiles, assez rapidement. Bref, j'ai passé un bon moment de lecture et conseille ce livre.
Commenter  J’apprécie          110
orely
17 mai 2015
Avant la lecture : Dans les recommandations de Babelio, je ne connais pas l'auteur.
Le livre en lui même : un petit format de chez Lunes Blafardes. 300 pages assez rêches, blanches cassées. La couverture n'est pas jolie. Je trouve vraiment dommage que la quatrième reprenne les dernières lignes du texte, cela gâche ces derniers mots.
Pendant la lecture : un commencement très fort, très dur qui donne le ton immédiatement. Les lignes filent, la lecture est facile malgré le thème. Deux bonne heures et le livre est terminé.
tout au long du récit : Quelques petites perles avec la couleur des yeux d'un certain personnage et le fils rouge d'un film bien connu.
Après la lecture : tout y est , le thème, les personnages : le héros pas vraiment gentil, le bon pote, l'amant, et la belle. Des poursuites, des méchants et une fin symbolique. Un bon livre.
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore
13 février 2017
Ce roman évoque un sujet sensible: l'impunité des pédocriminels.
Le style de l'auteur passe bien. le sujet abordé est traité avec intelligence et s'ancre dans la réalité. L'enquête est originale de par les multiples traques: les termes de victimes et de bourreaux s'entremêlent.
L'histoire est dure mais elle vous entraîne inlassablement dans une course contre la montre. C'est très dynamique et très addictif. Émotionnellement intense: le coeur qui se serre et puis quelques éclats de rire, la tendresse puis, soudain, la violence. Je n'ai pas totalement adhéré aux deux personnages principaux, un peu creux et superficiels selon moi. Par contre, le groupe des Jedi et ceux qui les entourent sont touchants dans leur quête de reconstruction par la vengeance.
Ce livre évoque ce qu'il y a de pire chez l'humanité: la violence et, surtout, le silence qui l'entoure. Comme auteure, Catherine Fradier est vraiment convaincante.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB05 avril 2015
Un quart d'heure plus tard, Kara, accompagnée de Luc et de Quint, garait sa voiture dans le parking souterrain d'un immeuble situé à deux cents mètres du sien, une place qu'elle avait négociée avec un écolo qui ne circulait plus qu'à vélo.
Tous trois se tenaient devant la rangée de boîtes aux lettres, le regard rivé vers l'une d'entre elles, qu'une enveloppe blanche encombrait. Kara glissa deux doigts dans la fente.
Une dépêche AFP reprenait le texte envoyé aux deux journalistes. Il s'agissait bien d'un titre. Un fait divers.

"Un homme de 42 ans domicilié à Nanterre (92), a trouvé la mort hier après-midi, alors qu'il était en train de rénover une clôture pour le compte d'une société de travaux publics de Créteil. Les faits se sont produits au quartier de Fayolles, près de la serre abritant l'élevage de truites de Nanterre. Laurent Michat actionnait un système automatique d'enrouleur de fil de fer lorsque, pour une raison indéterminée, il s'est trouvé pris entre le bobineau et le fil. Il est mort étranglé. Une enquête a été ouverte."

La dépêche datait de la veille.
Kara émit un ricanement.
- On est même informés avant que les journaux ne soient en kiosque. Au train où vont les choses, on sera bientôt conviés sur la scène du crime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ladesiderienneladesiderienne01 octobre 2016
Le padre Carmina se leva, la fille resta en retrait, ne perdant pas de vue les occupants du petit salon, la porte, la fenêtre. La main droite dans la poche de son blouson, elle marcha dans les talons du prêtre.
Quintilius la suivit d'un regard rêveur.
- Mon prochain reportage, je le fais sur les escort-girls.
Luc ricana.
- Si tu arrives à interviewer Maria, je mange un rat.
- Tu la connais ? demanda Kara.
- Tu parles, une terreur. Une fille redoutable. Cinquième dan de karaté, escrimeuse, tireuse d'élite. Elle pilote avion et hélicoptère.
- Et en broderie, elle donne quoi ?
Kara n'avait pu s'empêcher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ladesiderienneladesiderienne30 septembre 2016
Le corps de Surrel se raidit soudain en un soubresaut convulsif. Le sang cessa de couler, le procureur venait de mourir. Exécuté pour avoir abusé, violé, torturé des gosses pendant près de quarante ans. Une infâme ordure venait de crever sous ses yeux. Un tremblement la parcourut, elle tentait de rassembler des mots qui s'étaient vidés de leurs sens ; pardon, compassion, rédemption, rémission.
Exécution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne02 octobre 2016
Kara pensa à ces gens qui dansaient, riaient ou buvaient. Il y avait si longtemps qu'elle ne s'était trouvée dans une fête.
Passer ses journées le nez plongé dans les remugles du monde ne prédisposait pas à se trémousser sur la chenille qui redémarre.
Commenter  J’apprécie          90
Pixie-FlorePixie-Flore13 février 2017
On pouvait se perdre à aimer dans l'ignorance, ou dans l'urgence.

[p283]
Commenter  J’apprécie          50
Video de Catherine Fradier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Fradier
Catherine Fradier au festival sang d'encre 2010
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Une petite chose sans importance

De quelle maladie est atteint Sacha ?

Asperge
Asperger
Gastro
Cancer

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Une petite chose sans importance de Catherine FradierCréer un quiz sur ce livre
. .