AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,75

sur 132 notes
5
10 avis
4
12 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis
Stelphique
  02 septembre 2015
Ce que j'ai ressenti…Une sérénité spirituelle….

Si tu n'imagines rien, ta vie reste comme elle est, immobile. p197

Ce livre a été pour moi, une grande découverte, autant qu'une formidable expérience de conscience de la Nature. Déjà, ultra sensible à l'environnement, et essayant de respecter autant que possible toutes directives qui ne nuirait pas à la planète, je pense que l'Enseignement des 29 a de quoi nous faire culpabiliser. Leurs 29 principes des Bishnois sont si limpides, si logiques et tellement spirituels, que s'y confronter nous éveille à un état de conscience accrue, voire même de méditation active.

Recommençons, comme avant, à nous mettre à l'écoute du ciel, des animaux, des nuages, des arbres, des insectes, des serpents, des fleurs, des plantes. Et puisque la vie et l'eau sont les seules vérités qui tiennent, occupons nous de la vie et de l'eau. p294.

Quand on y pense, ce n'est pas si dur, de vivre en harmonie avec la Nature, ce n'est pas si dur de choisir la Vie, sauf que pour cela, il faut se battre, défendre les Arbres au péril de sa vie. C'est ce qui m'a le plus fait mal physiquement autant qu'émotionnellement: le massacre des KheJarli. le monde d'aujourd'hui court à sa perte, s'autodétruit à l'échelle grand V, toujours plus avide d'argent, n'ayant pas saisi que la seule vraie valeur de la Terre c'est : l'EAU. Je pleure aujourd'hui pour tous ses morts, ses sacrifiés, ses innocents défenseurs de l'évidence d'une vie. J'ai pleuré certes à ma lecture mais, je pleure encore aujourd'hui, car malheureusement le combat n'est jamais fini. Djambo, c'était il y a cinq siècles, mais à l'heure actuelle, un autre homme se bat pour les arbres d'Amazonie: Raoni. Son combat est loin d'être gagné , je vous laisse aller voir son site.

Ici l'auteure met en l'eau toute la richesse évidente, mais aussi, en parallèle, une valeur plus métaphorique. C'est donc abreuvé de cette source qu'on suit le destin d'un homme hors du commun. Notre âme s'éveille, notre esprit est régénéré, nos sens s'accélèrent. Bref, notre corps est sensible à cet enseignement et en la beauté d'une telle Vérité.

Si l'on a pas bu l'Eau du Passé, si l'on n'est pas allé se désaltérer aux récits des Vieilles époques, on ne sait rien des hommes ni de la vie. p17

Vous l'aurez compris, ce livre a été une révélation. Non seulement il était intéressant de par son Histoire, mais il y avait dedans une grande poésie, une puissance narrative qui touche au coeur, un enjeu qu'il nous faudrait saisir avant le point de non retour.

Un coup de coeur, passez voir sur on blog encore 2/3 petites choses....;)
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
paroles
  20 décembre 2019
XVe siècle, destin inattendu et extraordinaire d'un jeune indien, mal aimé et rejeté par sa famille, il deviendra après moult péripéties le fondateur d'une communauté proche de la nature et des animaux, les Bishnoïs.

Cette lecture fut une formidable découverte, un destin hors du commun. Un personnage lunaire, solitaire qui a su tirer un enseignement de ce qu'il a vécu et observé au cours de sa vie et mettre en pratique ces observations. L'Inde au cours du XVe siècle a connu des périodes de sécheresse terrible et de guerres intestines entre membres d'une même famille. de ces constats, et de bien d'autres (que je vous laisse découvrir), Djambo apprendra à ne compter sur personne et à donner un sens à sa vie. La communauté qu'il créera, abolira les castes, remettra les femmes à leur juste place, respectera la nature et les animaux... quelques points des vingt-neuf préceptes appliqués.
Un écologiste avant l'heure, un défenseur des droits de l'homme, un sage !

Un beau travail de documentation de la part d'Irène Frain et une belle mise en histoire de ce héros hors du commun !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Kittiwake
  06 février 2012
Le livre a un peu traîné sur l'étagère : une certaine méfiance liée à la lecture de quelques critiques plutôt négatives, d'autres lectures plus urgentes avec dead-line pour la rédaction de chroniques, autant de raisons pour procrastiner.
La tâche achevée a partiellement levé mes craintes, mais pas complètement. En effet , le personnage central Djambo ( ce qui signifie «la merveille») est très intéressant et son histoire passionnante. La période à laquelle les faits ont lieu , ainsi que le pays ne pouvaient que me plaire : nous sommes en Inde au début de notre moyen-âge alors que les moeurs guerrières des dirigeants sèment la désolation parmi les populations, d'autant que la sécheresse sévit depuis des années, condamnant tout un peuple à subir la famine.
Djambo vient au monde dans ce contexte, rejeté tant par sa famille que par l'ensemble des habitants du village, se résignant à vivre une vie de solitaire, à devenir invisible aux yeux de ceux qui ne s'adressent à lui que pour l'insulter. La mort prématurée de ses frères, la rencontre avec Bika, futur souverain, effondré devant le cadavre de son amante, que Djambo enterrera, les échanges avec Karma une femme chassée de son village par les hordes de brigands qui sévissent dans le pays, l'amèneront à quitter son village natal. C'est le début d'un long voyage initiatique en compagnie d'un magicien, puis d'une danseuse de rue. Fort de tous les savoirs nés de l'observation, Djambo va fonder un village, régi par 29 lois, sans dieu ni maître, en totale harmonie avec la nature, et où pendant plusieurs siècles la population vivra prospère et heureuse.

Que manque t-il à ce récit pour être plébiscité sans réserve? Est-ce le fait que régulièrement le déroulement soit interrompu pour signifier l'incertitude des faits, transmis d'abord par oral et donc enrichi et embelli par les conteurs, les écrits n'apparaissant que plusieurs dizaines d'années après? Est-ce le fait que tout ce que promet le titre n'apparaît qu'en fin de récit et est relativement peu développé? (j'aurais aimé en savoir plus sur les 29 principes fondateurs de cette communauté, en particulier les origines de leur choix)

Cela reste cependant une lecture intéressante et j'ai apprécié la découverte des origines de ce groupe d'écologistes avant l'heure, d'une ténacité exemplaire, puisque leur vie peut être sacrifiée à leur cause, et que ce mouvement subsiste de nos jours, alors que les instincts belliqueux et destructeurs des souverains de l'époque sont remplacés par les «maniaques du profit, indifférents aux risques mortels qu'il font courir à leur semblables»
Un très bel exemple de communion avec la nature qui prend une dimension divine et mérite le respect.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
saphoo
  09 septembre 2017
Et bien je ne m'attendais pas du tout à faire une lecture aussi intéressante que cette forêt des 29 ! Découvert ce livre au hasard, la couverture ayant attiré mon oeil, la quatrième lue en diagonale, me disait : tiens, ça irait bien pour un item multidéfis. c'est ainsi que ce livre m'a suivie chez moi ;) Je m'y suis plongée avec cette envie de voyager en Inde, avec ses couleurs chatoyantes, ses épices, et ses principes. le voyage fut aride, car l'histoire prend naissance à l'époque d'une grande sécheresse, celle de la terre et un peu celle des coeurs des hommes. En effet, Djambo dès sa naissance fut rejeté par sa propre mère, puis toute sa famille et tout le village. Il apprend à devenir invisible, seule solution pour avoir la paix. Il finit par partir sur le chemin, rencontre un magicien, puis une danseuse, et enfin la révélation qu'il doit non plus courir vers son destin mais le bâtir.
C'est la naissance des 29 ! 29 préceptes à respecter pour vivre au sein de cette communauté qui respecte la vie, la nature et soi-même et l'ensemble des être vivants. Des principes rudimentaires mais essentiels comme l'hygiène, le travail, le respect avec un grand R, etc... ainsi a survécu Djambo, ainsi s'est multiplié les 29 malgré le massacre qui eut lieu bien après la disparation de Djambo, cette communauté existe toujours sous le nom des Bishnois qui signifie 29 en Hindou.
Une très belle et enrichissante lecture, on a la nette impression de pénétrer dans un conte merveilleux, et d'être invité à la naissance d'un peuple sacré, rare et dont nous devrions y puiser leur philosophie ainsi que les grandes lignes.
Beaucoup d'admiration pour ces peuplades qui se détachent et assument leur idéologie et leur principe de survie.
En lisant ce livre, je constate que grande est mon ignorance sur tous ces peuples qui ont ou jalonnent notre planète, celui-ci devrait être un modèle ou un exemple pour notre population, au moins sujet à réflexion et méditation sur le sens de la vie, notre vie, la source de toute chose.
Je n'en dirais pas plus, je vous invite à ouvrir ce livre ou vous penchez un peu sur l'histoire de ce peuple Bishnois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Levant
  29 novembre 2020
Pourquoi 29, et pas 28 ou 30 ? La réponse est simple et compliquée à la fois. Si on veut faire simple, on répond parce que c'est comme ça. C'est ce que disaient les hommes et femmes qui avaient fait leurs les 29 principes dictés par Djambo. Si on veut approfondir, on lit La forêt des 29 d'Irène Frain.

C'est tiré de faits réels. Cela s'est passé il y a longtemps, au XVème siècle au Rajasthan. Il y a d'ailleurs encore des prolongements de ce phénomène de nos jours. Modestes par leur ampleur géographique certes, mais incommensurables si on les considère à une échelle moins égocentrique que celle de l'individu. Car finalement tout est là. Au niveau de l'individu, cet être qui naît, vit et croît sur terre. Cet être assoiffé de tout pour lui-même et fait qu'aujourd'hui dès des premiers jours d'août la terre vit à crédit sur les ressources qu'elle peut offrir dans l'année.

Djambo aurait pu passer pour un illuminé, un gourou. Mais Djambo a été respecté. Il était "entré dans le non-temps où vivent les héros, les prophètes et les dieux." Respecté même par les plus avides, les plus puissants de ses voisins, lesquels n'avaient de cesse de convoiter, guerroyer, piller, s'approprier personnes et biens. Lesquels n'avaient de cesse d'accumuler des richesses et se vautrer dans les plaisirs, au plus grand mépris de l'autre, de demain. Et quand, par les tenants de l'une ou l'autre des religions, venait la question quel est ton Dieu, Djambo répondait : regarde autour de toi, Dieu est là dans cet arbre, les yeux de cette biche, les ailes de ce papillon, le chant de cet oiseau, le fruit de ce manguier, il est là partout autour de toi. Dieu est là à portée de main, Dieu c'est la Nature. Tout doit être respecté, toute forme de vie sur terre, du plus petit ver de terre au plus grand arbre de la forêt, au mettre titre que cet homme, cette femme ou cet enfant, quelle que soit ses origine, race, apparence et croyances. Avec Djambo, dans la forêt des 29 il n'y avait ni caste, ni clan, ni chef, encore moins de prêtre. Surtout pas de prêtre.

"Ce monde n'est qu'un campement provisoire. Et toute liturgie, un mensonge, une farce…"

Les 29 principes de Djambo – énoncés en fin d'ouvrage - n'ont d'autre finalité que de conserver aux êtres leur liberté, soumis qu'ils resteront aux seules lois de la Nature, afin de préserver le fragile équilibre du Monde. Equilibre qui lorsqu'il est perturbé peut avoir les conséquences les plus néfastes sur la vie des hommes. le problème étant d'en faire comprendre à ces derniers la relation de causes à effets, puisque toujours éloignés dans le temps. Relation que ces derniers se font fort de mépriser, harcelé qu'ils sont par le poison du désir. Criminelle fuite en avant vers une perdition reniée, mais de leur fait devenue inéluctable.

"Le seul lieu des hommes c'est le Temps. Il se chargera de les rattraper."

Un ouvrage qui interpelle à n'en pas douter. Comment ne pas extrapoler à ce que nous vivons aujourd'hui. Car si les appropriations sont moins brutales, encore que, l'irraisonnée soif du bien matériel a toujours la même prégnance sur la vie des hommes. Un ouvrage qui est quant à lui certes un peu long à imprégner son lecteur, mais qui, lorsque son objectif est entrevu, l'absorbe globalement, au même titre, on peut l'imaginer, qu'à pu le faire le regard envoûtant de Djambo sur ceux qui l'ont croisé.

Un ouvrage que j'ai tardé à tirer des rayons de ma bibliothèque. Reposé deux fois après en avoir lu quelques pages. Puis enfin lu. Comme quoi les dispositions d'esprit du moment changent l'abord des choses. Il y a un temps pour tout, tout entendre, tout lire. Car c'est un ouvrage que j'ai finalement beaucoup apprécié, même si son écriture peut comporter à mon sens des anachronismes de langages eu égard à l'époque des faits qu'il relate. Mais n'est-il pas vrai aussi qu'il se raccroche au temps présent tant la nature humaine a aussi peu évolué dans ses défauts depuis les immémoriaux alors que l'animale est restée constante dans son incidence sur la nature.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
cardabelle
  11 mai 2016
La lecture de ce livre m'a permis de découvrir l'histoire des Bishnoïs, un peuple du Nord de l'Inde, vivant entre le Désert du Thar et les steppes du Rajasthan. Un peuple qui vivait il y a plus de 5 siècles selon des principes liés au développement durable.
Leurs règles de vie, 29 principes simples qui prônent le respect de toute forme de vie animale ou végétale ,simples mais nécessaires,comme le prouvera Djambo, le héros du roman.
C'est un livre fort qui nous interpelle bien sûr mais qui peut laisser planer un certain sentiment de découragement : depuis la nuit des temps , l'homme a compris où est son véritable intérêt .
Des sages, il y en a toujours eu, à toutes les époques, dans toutes les civilisations. Des érudits aussi, des penseurs, des philosophes, des religions diverses et variées etc...et tous ont mission de véhiculer le savoir et pourtant, le Dieu Argent avance toujours, envers et contre tout,massacrant la planète, piétinant les certitudes et les évidences.
Si Djambo, acteur d'une renaissance, a réussi, pourquoi pas nous ? Ce livre induit aussi chez le lecteur une forme de réflexion, de méditation. le lire , en parler, le transmettre c'est déjà apporter sa petite pierre à l'édifice ou apporter sa goutte d'eau pour éteindre un incendie, comme le petit colibri de Pierre Rabhi.
Outre l'aspect écologique, la fresque historique et l'étude de moeurs présentent aussi un intérêt certain sur le plan culturel.
Donc, tout ça pour dire que ce petit pavé ( de 455 pages quand même ! ) fut un bon moment de lecture et un beau voyage .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AnneVacquant
  20 août 2021
Les 29, autrement dit les Bishnoïs en hindi, résultent d'une prise de conscience de la folie ostentatoire des raos du XVe siècle et du respect dû à la nature (faune, flore, humains). Une double constatation, un mal et son envers, poussée par une catastrophe climatique.
On est loin de l'exotisme consacré de l'Inde, de ses paysages colorés, de ses lumières et de ses senteurs. Cependant on est à la source d'une spiritualité légendaire d'un pays qui entrevoit « une autre façon de vivre » (p 334), « une formule de longue vie » (p 324).
Lire plus sur http://anne.vacquant.free.fr/av/index.php/2021/08/20/irene-frain-la-foret-des-29/
Ce titre appartient à ma liste « Titres d'ordre végétal » et à la bibliographie de l'essai correspondant (voir écrit en cours sur anne.vacquant.free.fr/av/
Commenter  J’apprécie          70
Chouchane
  07 avril 2011
Une fantastique épopée qui fait miroir aux angoisses de notre temps. La forêt des 29 à la manière des récits épiques hindous, nous raconte l'histoire d'une communauté sur une période de 400 ans. L'histoire débute dans un monde épuisé par l'arrogance et la cruauté des Seigneurs. Les Maharajas pour leur faste et leur pouvoir guerroient, déboisent les forêts, se font bâtir bassins et fontaines épuisant les ressources en eau. Les déserts s'étendent, les populations meurent.
Djambo rejeté par les siens va parcourir à pied cette Inde abattue par les guerres et leur cortège de misères et de famines. Son histoire se transforme en destin et sa vie en légende. Il va fonder une communauté respectueuse de la nature, faisant de leur univers des oasis paradisiaques d'une simplicité biblique. Encore aujourd'hui cette communauté compte 800 000 personnes. de cette histoire vraie Irène Frain tire un roman grandiose et bouleversant qui se termine sur les grandes questions de notre époque.
Commenter  J’apprécie          70
philo15
  13 juillet 2012
Tout paraissait réuni pour me plaire dans ce livre : la période et le lieu où il se déroule, le thème de l'histoire... L'écriture d'Irène Frein est très agréable, jamais lourde parfois poétique. Elle y fait preuve d'un minutieux travail de recherches et l'on apprend beaucoup. Elle nous fait découvrir ce pays dont elle est originaire, et qu'elle semble aimé beaucoup. Alors que m'a-t-il manqué pour que je passe du « j'ai bien aimé » à « ce livre est extra » ?
D'aucun diront que l'histoire est plus basée sur la vie de Djambo, que sur la communauté bishnoï qui n'apparait que dans la dernière partie. Mais cela ne m'a pas particulièrement dérangé. C'est plutôt une question de ressenti. Même si j'ai eu du mal à lâcher ce livre, j'en suis restée spectatrice, je ne me suis pas fait happée par l'histoire. Il y manque un petit je ne sais quoi. Mais justement, je ne sais pas...
Malgré cette critique plutôt laconique, je recommanderai volontiers ce roman à des lecteurs qui aiment les romans historiques et l'Inde car tout en passant un agréable moment on découvre tout un tas de chose méconnue sur l'histoire de ce peuple et sur la manière de vivre des Bishnoïs.
Lien : http://www.philo-au-fil-des-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
ValCar
  29 novembre 2016
La forêt des 29 est à la foi une hymne à la nature et un joli conte, dont le héros serait Djambo.
Par sa sagesse et sa foi, Djambo est pour moi, la fusion entre Siddharta et Jésus.
Au début du roman, le nom "Djambo" et les personnages m'ont fait penser à une tribu africaine. C'est également ce que j'avais ressenti en lisant "Les collines du Tigre" de Sarita Mandanna, tant le contexte et la situation sont différents des romans classiques sur l'Inde.
La deuxième partie, quant à elle, semble se dérouler dans le désert du Sahara en compagnie de tziganes : le "peuple des chemins"...
Ensuite, nous sommes plongés dans l'univers exubérant des maharadjas comme dans une tragédie grecque.
Irène Frain réussit à nous faire voyager dans l'espace et dans le temps avec poésie.
Enfin, c'est grâce aux "Charans", les "sourciers de la mémoire" que nous découvrons les "Bishnois" et leurs 29 principes de paix.
J'ai été agréablement surprise par l'épilogue qui nous explique que le peuple Bishnoi n'est pas une légende...il a réellement existé et il existe encore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2582 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre