AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253056744
480 pages
Le Livre de Poche (01/05/1991)
3.29/5   126 notes
Résumé :
Orpheline très tôt, Marthe devient à force de ténacité et d'intelligence la femme la plus puissante de ce pays de Loire faussement paisible.

Un mariage la fait entrer dans la bourgeoisie. La guerre de 1914 lui donne les clefs du pouvoir familial. Rien ne lui résiste jusqu'au jour où Lambert, son fils, se dresse contre elle...

Bien des années plus tard, son petit-fils, célèbre violoniste, va reconstituer peu à peu la vie de Marthe, et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,29

sur 126 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
5 avis
1
1 avis

sylvaine
  24 juin 2022
"Accourue"en Val de Loire comme Marthe, l'héroïne de ce roman, Irène Frain a découvert un pays dont elle est tombée amoureuse. Mais cela c'est le côté face du pays, le côté pile est lui malfaisant voir maléfique... les secrets de famille sont omniprésents, amours cachés, trahisons, bien sûr mais quand l'appât du gain mène la danse les héritages et leurs guerres fratricides en sont les apothéoses.
Le secret de famille s'attache à ceux de la famille Monsacré, minotiers de père en fils ils ont acquis tout ce qui se présentait comme terres avec obstination, roublardise voir d'avantage.
Marthe est entrée dans la famille par mariage la tête haute, elle née de père inconnu, orpheline élevée au couvent des Ursulines, prête à tout pour arriver là où elle a décidé d'aller.
Malheureusement j'ai trouvé la lecture de ce roman fastidieuse. le récit s'écoule lentement, très lentement, trop lentement. Les personnages fort bien campés sont plus antipathiques les uns que les autres. Vouloir à tout prix être au plus près de la sociologie d'une région, d'une période historique, est prendre le risque d'un récit ennuyeux. C'est du moins comme cela que je l'ai ressenti. Dommage .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Mamzellegazelle
  14 août 2021
*** Une saga familiale de la France profonde"
Les sagas familiales sont toujours très plaisantes à lire surtout quand l'auteure, Irène Frain, nous plonge dans la France profonde, aux abords de la Loire.
Comment la petite Marthe, enfant au teint basané, abandonnée par sa mère aux Ursulines, de père inconnu a-t-elle pu devenir la femme la plus puissante de toute la région ? Elle, l'étrangère, toujours silencieuse, au regard perçant et froid a-t-elle pu devenir "une Monsacré" la famille la plus puissante du pays, la plus riche que tous les ouvriers craignaient de part leurs trahisons ...
Marthe, qui a eu une fille illégitime de Rodolphe Monsacré, l'aîné, détesté par tous, mort en mer ... Elle a accepté d'épouser le cadet Monsacré, Hugo ... tout aussi abominable comme son frère et "le Vieux" ...
Marthe, elle, avait un pied dans la famille et devenait de plus en plus puissante, elle devint très vite la matriarche de la famille et tout comme "les Monsacré" devint à la fois traîtresse, amante, riche, crainte de tous ...
Avec les drames des deux guerres, la vengeance de Lambert, son fils, elle gardera à vie, ce regard perçant sans jamais sourire, sans jamais pleurer, et ce grand secret de famille que le lecteur découvrira dans le tout dernier chapitre.
Ce roman est non seulement une superbe saga familiale qui commence en 1874, mais aussi une superbe saga historique. L'auteure n'a rien oublié : la grande inondation, la guerre 14-18, l'épidémie de grippe espagnole, l'affaire Dreyfus, les colonies, la montée du fascisme, la guerre 39-45, le "problème juif" et la "Bête" ... tout y est, un vrai cours d'histoire ...
On passe un excellent moment sans s'attacher réellement à Marthe au fur et à mesure de l'histoire, on va détester Lambert et Damien et adorer Elise et Jean Cellier ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Cronos
  06 janvier 2018
Il manque un S dans le titre ! Toutes les familles ont des secrets et c'est ce qui le rend attachant rapidement, il a suffi qu'un membre fasse des recherches sur ses aînés pour lancer une intrigue captivante et universelle.
Les personnages sont pour beaucoup intéressants, je pense en particulier à Marthe qui m'a semblée être la clé de voute de la famille comme du roman. Ils ont tous une utilité et rien que ça, c'est tellement agréable, je me souviens encore de la dernière saga familiale que j'ai lu, Cent ans de solitude, et j'avais eu tellement de mal à me souvenir de tout le monde parce qu'ils n'avaient pas tous une grande importance, alors que là au contraire, on a des personnages forts.
C'est compliqué de parler de l'intrigue sans vous gâcher des moments clé, je me contenterais de rester le plus vague possible : beaucoup de rebondissements et comme l'écrit la quatrième de couverture, c'est un roman enquête.
Dans l'ensemble j'ai bien aimé, sans aller jusqu'au coup de coeur. Une lecture prenante et des chapitres courts donc rapide à lire à tout moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Rodin_Marcel
  13 février 2021
Frain Irène (1950-) – "Secret de famille" – Lattès / Livre de poche, 1989 (ISBN 978-2-253-05674-4)

Un roman long, long, long ! A partir de la moitié du texte environ, j'ai failli abandonner à plusieurs reprises et n'ai poursuivi jusqu'au bout qu'en finissant par sauter de nombreux paragraphes.

J'identifie au moins trois faiblesses dans ce roman.

D'abord sa longueur, faite de redites, de lourdeurs dans les descriptions, de trop longs développements psychologisants : sur les quelques 478 pages de ce roman, il fallait en retrancher un bon quart au moins pour éviter l'asphyxie du lecteur.

Ensuite, le recours à un moteur narratif qui est devenu un cliché éculé depuis un siècle au moins, à savoir la confrontation entre un petit groupe de personnages principaux et la méchante "rumeur" des cancans, que l'auteur présente comme inéluctable "puisque" l'action se situe dans un village : personnellement, je ne supporte plus ce racisme anti-rural qui constitue l'un des pires lieux communs de la littérature franchouillarde depuis des lustres.

Enfin, cet autre moteur que constitue la peinture de la destinée d'une "femme exceptionnelle" au "caractère bien trempé" qui "en remontre" à tout son entourage envers et contre tout, sur la tête de laquelle s'accumulent tant et tant de problèmes que cela finit par lasser le lecteur le plus patient.
Certes, ce roman fut publié en 1989, c'était peut-être un peu nouveau dans ces années-là (et encore), mais aujourd'hui nous sommes tellement gavés de "super-femmes-libérées" qui vous écrasent leur entourage aussi bien que les arrivistes mâles, que – en ce qui me concerne – l'overdose est atteinte.

Par ailleurs, l'auteur n'apporte rien de nouveau ni d'original dans l'évocation du cadre historique – qui s'étend du début du vingtième siècle jusqu'aux années mille neuf cent soixante : il est toujours difficile de rendre littérairement vivante une période que l'on a pas vécu soi-même. Pour ce qui concerne l'entre-deux guerres et l'évacuation, rien ne vaut décidément les récits d'Irène Némirovski.

Avant de lire "Un meurtre sans importance", le nom d'Irène Frain ne m'était pas inconnu, mais je n'avais lu aucune de ses livres. Après "La fille à histoires" et ce roman, je n'ai aucune envie de poursuivre ma démarche de découverte de son oeuvre fort prolifique.

Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ana_Books
  16 novembre 2015
Comment une jeune femme qui a commencée sa vie aussi durement arrive-t-elle à se hisser aussi haut ? Elle réussit à déjouer tous les coups du sort qui se mettent au travers de sa route pour devenir une vraie femme d'affaires. Une belle leçon de vie pour apprendre que même difficile, la vie vaut le coup d'être vécue.
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   23 juillet 2018
Elle ne ressemble à personne. Elle ne vit pas dans le mensonge. Ni dans l'aveuglement, ni dans le goût de l'argent, toutes ces choses qui font que vous et moi, nous finissons par nous accommoder de la vie. Nous sommes protégés, nous avons... comment dire ? Nous avons l'âme habillée. Elle, elle est vouée à la souffrance. Elle ne sais pas mentir. Elle n'a pas de refuge.
Commenter  J’apprécie          130
nanashinanashi   18 mai 2018
Elle est orpheline. Sur sa naissance, sur sa mère, cette Hortense Ruiz qui sourit derrière le verre fracassé du triptyque violet, on ne sait rien, ou peu de choses. Peut-être fallait-il justement ce trop peu pour que la ville tisse autour de Marthe son réseau de paroles vraies ou fausses, et qu'elle commence à bâtir sa légende. Selon l'expression en vigueur, Marthe était une accourue : dans la langue du Val, c'était la façon dont on désignait ceux qui n'étaient pas du pays. On disait aussi parfois qu'elle était sortie de nulle part. Que n'a-t-on pas brodé autour de ce "nulle part" ... Confidences d'après-boire, murmures d'alcôve, confessions de mourants, phrases interprétées, mots déformés, répétés, inventés, tout s'entremêle, se contredit, une mémoire engorgée, où sombra à jamais le souvenir de sa mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Harmo81Harmo81   19 juillet 2016
Sous ses dehors casaniers, Marthe aimait le changement. Elle s'en méfiait beaucoup pour elle-même, mais elle savait en apprécier la puissance créatrice. Elle a toujours eu le sentiment que la vie, chaque jour, peut changer de cap, elle était persuadée qu'il faut savoir risquer, pour continuer à vivre.
Commenter  J’apprécie          30
lisettelisette   30 mars 2014
La fleur est devenue rose, parcourue de très fines veinules. Elle est étonnamment transparente et fragile. Comme les instants de grâce où se dit un mot juste. Ne fut-ce qu'une demi vérité.
Commenter  J’apprécie          50
BoutonBouton   01 juin 2020
A la vérité, l’histoire ne manquait pas de sel. Pour une fois, ce n’était pas une rumeur, mais une affaire sérieuse. Elle avait inquiété d’abord quelques notables, puis des commerçants, ensuite de ces petits bourgeois ou paysans enrichis qui, depuis la guerre, bâtissaient des villas en dehors de Rouvray. Les premières lettres anonymes avaient été reçues un an plus tôt. Dans les premiers temps, aucun des destinataires n’en souffla mot. On respecta rigoureusement la loi implicite en vigueur à Rouvray : la pire abomination n’existe qu’à l’instant où on en parle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Irène Frain (120) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irène Frain
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/irene-frain-l-allegresse-de-la-femme-solitaire-53369.html Avec plus d'une quarantaine de titres à son actif, Irène Frain fait incontestablement partie du paysage littéraire français. C'est aussi par sa présence assidue dans les salons du livre et les librairies qu'elle s'est fait connaitre du grand public sans oublier sa signature dans la presse magazine, Paris-Match notamment. Depuis son premier succès, « le nabab », en 1982, Irène Frain a construit un univers bien à elle, aimant mettre en lumière des destins oubliés, nous entrainant dans des contrées lointaines ou des périodes anciennes de notre monde. « La forêt des 29 », « Les naufragés de Tromelin », « Marie Curie prend un amant » ou « Beauvoir un love » font partie de ses récents succès, dans lesquels elle laisse parler sa plume, où le roman le dispute au conte, à la biographie, au récit ou à l'imaginaire. Néanmoins, Irène Frain est une femme de son temps, n'hésitant pas à faire entendre sa voix quand cela lui semble nécessaire pour des causes sociétales ou des évènements qui lui sont proches. C'est ainsi qu'en 2020, suite au meurtre de sa soeur Denise que la justice voulait classer sans suite, elle raconte son combat pour faire rouvrir le dossier dans « Un crime sans importance » qui lui vaut le prix Interallié. Après ce douloureux épisode personnel, Irène Frain a voulu nous parler de la joie. Et, exhumant une lointaine légende américaine, qui s'avère authentique, elle nous entraine sur la côte californienne au milieu du XIXème siècle. Là dans la bourgade de Santa Barbara, une femme sauvage descend d'une goélette, couverte d'une robe de plumes d'oiseaux. Elle ne parle aucun dialecte compréhensible et aurait passé 18 ans seule sur une île. Malgré ce que d'aucuns verraient comme un traumatisme, la voilà qui chante, danse, rit au milieu des villageois, faisant amie avec tous les enfants. Chacun s'interroge sur l'histoire de cette femme, chacun a sa propre idée, mais surtout chacun cache ce qu'il sait de la vérité. Sur place, le Dr Shaw, lui-même déraciné, va remonter le fil de l'histoire pour tenter de comprendre qui est cette femme et surtout, comment et pourquoi, rien de grave ne semble avoir prise sur elle. Se basant sur des documents d'époque, Irène Frain s'empare de ce beau personnage féminin pour un roman où le récit et le conte se mélangent, où les faits avérés viennent se cogner aux légendes indiennes, où les vociférations de la société dite civilisée viennent achopper aux chants et aux rires de la femme solitaire. Détaillant avec finesse et humour quelques-unes des personnalités de cette contrée de l'Amérique du XIXème entre colons, indiens, chercheurs d'or, marins et mexicains expatriés, dans cette petite ville de l'Ouest américain en bord d'océan, Irène Frain nous montre une société où la différence, la jalousie, le mensonge, le racisme, semblent avoir meurtri le coeur des hommes, là où la femme solitaire semble porter l'espérance d'un autre monde. Rien n'interdit d'y voir un parallèle avec notre monde contemporain et ses failles. Un roman d'aventure, plein de souffle, de mystère, de rebondissements, de poésie aussi sur lequel soufflent les embruns du Pacifique. Et cette femme dansant, chantant, souriant face à l'océan, nous offrant son sourire au fil des pages. « L'allégresse de la femme solitaire » d'Irène Frain est publié aux éditions du Seuil
+ Lire la suite
autres livres classés : secrets de familleVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1282 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre