AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782355261336
83 pages
Éditeur : Nouvelles Editions Lignes (22/08/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Les excès du genre

Honni par une droite réactionnaire qui se cherche une identité, célébré par une gauche intellectuelle qui a pourtant tardé à en entreprendre l’étude, le genre fait toujours polémique. En désaccord avec les uns et les autres, Geneviève Fraisse s’emploie à explorer cette promesse conceptuelle soucieuse d’un nouvel objet philosophique en construction, dans la droite ligne de ses travaux sur l’émancipation des femmes et l’égalité des se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
de
  12 septembre 2014
L'opérateur égalité permet de concevoir et d'inventer les nouveaux rapports entre sexes
« Car l'excès est inhérent à la pensée de la sexuation du monde et à la pratique de l'égalité des sexes. le féminisme est par lui-même excessif, pour deux raisons simples : il parle de sexualités, il combat les inégalités. Il fait donc face à deux tabous ; rien ne sert de le nier »
Je choisis de commencer par une citation de l'épilogue « Féminisme excessif ». le titre de cette note est aussi inspiré de deux autres phrases de cette partie. Il en sera de même de la dernière phrase citée.
Je ne vais pas faire ici une présentation détaillée du livre, ni indiquer mes interrogations ou doutes sur certains points…
Très subjectivement, je propose une invitation à lire, à réfléchir, à débattre, par la mise en avant de certains points traités par l'auteure.
« le genre permet de croiser le neutre et la dualité ; le un et le deux, l'être sexué en général et les deux sexes en particulier ». Genre, proposition philosophique, moyen de mise en oeuvre de cette proposition, concept, masque possible des hommes et des femmes « dans un universel qui sait mentir »…
Le neutre « soit une abstraction stimulante, soit le masque du mensonge »… Les concepts peuvent faire disparaître les « femmes », les inégalités. « Pris par le neutre, le genre peut perdre tout aiguisage de ce qui fait la ou les différences, il peut effacer la réalité ».
Il faut donc penser, prendre en compte la « sexuation des problèmes », absorber et réutiliser les connaissances ou le savoir produit par les luttes de femmes. Et « le savoir donne le vertige » comme l'écrit très justement l'auteure.
Geneviève Fraisse parle de genre, de sexe(s), de résistance du réel, de ce qui fait histoire, de l'histoire sexuée, du « prisme du genre », de sexuation (« donnée non immobile » et « Il faut produire une analyse de l'historicité de cette sexuation du monde »). Contre les mises à l'écart, les traitements en anecdotique ou secondaire, « Résister à la tentation de traiter cette chose à part, et voir ce qui se passe dans la réflexion quand on comprend que cette sexuation du monde est un axe de lecture, au centre, et non à la périphérie de l'histoire humaine, comme du savoir de cette histoire »
Genre, sexe, l'un ne révoque pas l'autre, l'un et l'autre sont des abstractions. L'auteure parle de définitions multiples et de tensions internes entre ces définitions. Elle refuse la dichotomie nature/culture, la distinction entre un donné et un fabriqué.
Genre, un concept scientifique et une articulation à « une proposition politique des rapports de pouvoir et de domination ». Geneviève Fraisse parle de champ et de hors champ, de présence, de sexe qui déborde et « provoque le désordre »… Faut-il le souligner une fois encore, les élaborations des féministes représentent « de la production de connaissance et non de l'expression d'opinions »
L'auteure souligne le déficit d'analyse de l'émancipation, de construction de cet horizon de pensée fondamental. Pour indispensables qu'elles soient, les analyses et les déconstructions des dominations sont insuffisantes.
Geneviève Fraisse aborde aussi les images, les stéréotypes, les liens entre dénonciation et production, l'importance des lois et le fait « qu'une loi n'est pas la réalité », le féminisme comme subversion, l'image et le sujet, « L'image semble posée dans le ciel des représentations comme un « en soi », et cette image est toujours habillée de son carcan, le stéréotype »…
Un, deux, multiple(s), de nombreuses interrogations stimulantes.
Et encore une fois, l'égalité, le statut d'objet, Poulain de la Barre, l'image et le modèle, la nudité, le geste plutôt que la figure, La Barbe et les Femen, la domination masculine, l'écriture du corps, les signes et la vérité, l'objet sujet, « Devenir sujet, en effet, n'annule pas la position d'objet », l'émancipation, la subversion…
« Avec le féminisme, il y a souvent du contretemps historique. Et dire la vérité est facilement perçu comme un excès ».
Lien : http://entreleslignesentrele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
de
  20 mars 2019
Vérité(s), contretemps historiques, excès…
En premier lieu, une couverture. Hilma af Klint : The Swan, 1915. une pionnière dans l'art abstrait. Une peintresse (pour utiliser un terme banni par la masculinisation de la langue orchestrée par l'Académie française) oubliée comme beaucoup de femmes dans les histoires écrites par les hommes.
Ayant chroniqué ce livre en 2014 sous le titre : L'opérateur égalité permet de concevoir et d'inventer les nouveaux rapports entre sexes, je ne traite que du post-scriptum intitulé « La « multiple vérité » ».
Une expression de Simone de Beauvoir, empruntée et déplacée par Geneviève Fraisse, « non pas celui de la vérité relative, vérités partielles ou vérités de points de vue, mais celui de la multiple vérité, vérité ouverte sur aujourd'hui, vérité au travail ». Approcher d'une vérité oblige à quelques précisions, ici et maintenant.
« La précision, c'est comme une exigence topographique, comme une sorte de géographie nécessaire où se dessinent des chemins, exactement des chemins de traverse : reste alors à choisir de les emprunter et de les croiser. C'est ce que j'ai proposé dans ce travail ». Je rappelle l'ancien sous-titre du livre : Concept, image, nudité.
L'autrice revient sur les chemins de la promesse conceptuelle du mot « genre », problème et solution ; et justement, les excès du genre signalent cette complexité. Un concept seul ne suffit pas, il y a d'autres concepts utiles. Les uns et les autres ne sauraient s'invalider.
Geneviève Fraisse discute de certains mots comme stéréotype et le risque de s'enfermer dans l'invariant. Elle propose cliché, « le cliché dit bien l'image mais n'en fait pas une substance », des images qui se répètent. L'autrice choisit aussi de « planter un nouveau repère lumineux », une image positive, le « modèle ».
Stéréotype, cliché, modèle, mais il ne faut pas oublier d'autres mots comme préjugé, ce qui dispense de penser, pré-jugé…
Les mots et la nudité des femmes, la nudité politique (pour rappel : La nudité politique des femmes n'est pas érotique) ), le corps nu des femmes, l'allégorie de la vérité, les révoltes du corps collectif aujourd'hui et son inscription dans les sentiers balisés du temps, « La nudité politique dit deux choses : la reprise, par les femmes, de leur corps, d'un corps, d'un corps sexuel qui sait aussi être porteur de signes, de langages ; et l'affirmation que le corps individuel est un corps collectif maltraité par les dominants, impensé de l'histoire des derniers siècles ». Un corps, un corps collectif, le multiple coexistant et s'opposant à l'un (« une alternative à ce qui se nomme « queer » aujourd'hui »).
Le corps, la raison, la politique, l'affrontement aux images, le geste subversif, une nouvelle représentation du monde, « les sexes font l'histoire »…
Comme le souligne l'autrice, « la sexualité et l'égalité ne font jamais consensus, et débordent toujours des discours ». Penser l'émancipation ne peut se réduire à analyser les dominations. Il nous faut des idées fortes pour parcourir les champs de la pensée. Elle propose ici le concept, l'image et la nudité.
« Toujours se remettre au travail »…

Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
dede   12 septembre 2014
Car l’excès est inhérent à la pensée de la sexuation du monde et à la pratique de l’égalité des sexes. Le féminisme est par lui-même excessif, pour deux raisons simples : il parle de sexualités, il combat les inégalités. Il fait donc face à deux tabous ; rien ne sert de le nier
Commenter  J’apprécie          50
dede   12 septembre 2014
L’image semble posée dans le ciel des représentations comme un « en soi », et cette image est toujours habillée de son carcan, le stéréotype
Commenter  J’apprécie          20
dede   20 mars 2019
La nudité politique dit deux choses : la reprise, par les femmes, de leur corps, d’un corps, d’un corps sexuel qui sait aussi être porteur de signes, de langages ; et l’affirmation que le corps individuel est un corps collectif maltraité par les dominants, impensé de l’histoire des derniers siècles
Commenter  J’apprécie          00
dede   20 mars 2019
La précision, c’est comme une exigence topographique, comme une sorte de géographie nécessaire où se dessinent des chemins, exactement des chemins de traverse : reste alors à choisir de les emprunter et de les croiser. C’est ce que j’ai proposé dans ce travail
Commenter  J’apprécie          00
dede   12 septembre 2014
Résister à la tentation de traiter cette chose à part, et voir ce qui se passe dans la réflexion quand on comprend que cette sexuation du monde est un axe de lecture, au centre, et non à la périphérie de l’histoire humaine, comme du savoir de cette histoire
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Geneviève Fraisse (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Geneviève Fraisse
Table ronde du jeudi 16 janvier 2020 Genre et sexualité
Présentée par Bertrand Guillarme, philosophe
Avec Geneviève Fraisse (CNRS) Camille Froidevaux-Metterie (Reims) Anne Emanuelle Berger (Paris 8 Vincennes Saint Denis)
Dans le cadre du colloque Où va la philosophie française ? Organisé en association avec la Bibliothèque Nationale de France, l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le Collège International de Philosophie, le Columbia Global Center Paris, l'École Doctorale de Sciences Po – Paris et la School of Philosophy – University College Dublin.
autres livres classés : genreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox