AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782213681399
192 pages
Fayard (05/03/2014)
3.67/5   3 notes
Résumé :
Il y eut enfin cet après-midi inoubliable où le hasard vint à mon secours. Fine mouche – et ne souhaitant pas me tourmenter –, Solange, 20 ans, peu embarrassée malgré mon front buté et mes grands airs, m’avait murmuré dans un baiser que tout, du monde tel qu’il va, de l’amour au sexe – de ses plaisirs à ses complications –, était déjà dans les livres. Je finis donc, le sourcil froncé, tandis qu’elle ouvrait mon pantalon, par saisir en boudant un recueil de nouvelles... >Voir plus
Que lire après Jamais les papillons ne voyagentVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Des nouvelles, plutôt des tranches de vie, sans fin, non abouties, tristement banales, des clichés de vies fragiles, des instantanés de personnages simple qui se débattent dans un quotidien triste et absurde. On les découvre à un moment donné dans leur réalité ou souvent dans rien.
Les héros sont des papillons sans ailes. Non pas qu'ils les aient brûlées dans quelque aventure. Et non plus, comme le dit le conte de la sagesse, qu'on ait voulu les sortir de leur chrysalide et qu'ils en aient perdu l'énergie pour voler.
Non, rien de cela. Des ailes, ils n'en ont jamais eues.
Leur univers ? La couleur d'une voiture, la jalousie, l'embonpoint...
La littérature n'est-elle pas faite pour ouvrir des fenêtres ? Et à supposer même qu'il faille montrer un univers totalement gris, au moins qu'on le fasse dans une langue qui n'en soit pas le reflet.
De ces nouvelles suintent plus que de la mélancolie. de l'ennui, de l'insignifiance, du dégoût, du vide. Vide, tout comme le réservoir de mon stylo pour rédiger ce commentaire.
Sans fil conducteur et sans matière, ces nouvelles ne laissent aucune trace une fois la dernière page tournée.
Commenter  J’apprécie          20
Je tenais en priorité à remercier l'équipe Babelio ainsi que les éditions Fayard pour la confiance qu'ils ont placée en moi. J'ai été ravie de découvrir ce recueil de nouvelles signé Régis Franc.

Comme Williams Tennessee, l'auteur se propose dès le premier chapitre de nous présenter des personnages « détraqués, rêveurs et laissés pour compte ». Dans chaque nouvelle, on retrouve des personnalités toutes différentes les unes des autres ayant vécu des passés et des expériences divers. Il y en a pour tous les gouts : pour certaines histoires, j'ai adoré, d'autres m'ont laissée froide ou alors je n'ai pas aimé.
Mes préférés sont celles qui, à mon sens, étaient les plus abouties, avec suffisamment de détails sur leur passé, sur leurs pensées, et avec une fin… pas toujours très gaie.

J'ai relativement bien aimé le style d'écriture de l'auteur. J'ai parfois eu un peu de mal, surtout au début lorsque des mots anglais s'inséraient dans le texte, ou même quand le vocabulaire était plus commun et contrastait avec un récit plus soutenu -sans l'être trop. Mais je m'y suis vite fait et j'ai pu en apprécier chaque phrase.
Ce qui m'a le plus plu, c'est qu'avec ces nouvelles, j'ai eu la sensation de voyager que ce soit en Asie, en Europe ou même aux États-Unis.

Bref, ça a été une lecture très sympathique, très rafraichissante (avec cette chaleur, c'était bien agréable) et surtout une lecture dépaysante avec des personnages hauts-en-couleur. J'ai beaucoup aimé.
Lien : http://psylook.kimengumi.fr/..
Commenter  J’apprécie          40
En vingt nouvelles, Régis Franc nous décrit des tranches de vie. Principalement des personnages masculins de l'adolescence à des âges plus avancés.
Des émois amoureux aux regrets plus tardifs, des rencontres qui changent une vie, les idéaux que l'on poursuit. de la France aux voyages en Asie ou les personnages ont un regard différent qui influence leur vision du monde, il se dégage de ses nouvelles une douce mélancolie, pas celle qui colle et qui rime avec noirceur mais un parfum égrené d'un chapelet de petits bonheurs, de mésaventures. Cette nostalgie que l'on aime à se souvenir...

Certaines nouvelles m'ont plus touchée que d'autres : je les ai trouvé plus travaillées et plus abouties. Mais ce recueil me laisse une saveur surannée que j'aime ! Celle d'un voyage dans nos existences modifiées par le cours de la vie.
Lien : http://claraetlesmots.blogsp..
Commenter  J’apprécie          40
Quelle jolie découverte ! Ces vingt nouvelles se lisent avec un plaisir égal, que l'histoire se déroule à Paris, Londres, Hollywood ou en Asie… Entre autres. Des scènes ancrées dans la réalité mais qui bénéficient de la fine patte de l'auteur, faite de décalage et d'une légère ironie dont il ne se départit jamais, même lorsque l'émotion prend le dessus (« Sans doute, pourquoi j'écris », un texte autobiographique ?).
Régis Franc parvient, en quelques pages seulement à tisser des décors que l'on a l'impression d'avoir devant les yeux, et à y faire évoluer des personnages plus vrais que nature, de la bourgeoise quinquagénaire qui promène le vide de sa vie au bout du monde à la petite provinciale prise au piège du Paris décadent, en passant par le couple adultère au destin tragique ou par les adolescents en pleine construction (mue ?) ou encore cet écrivain célèbre à la fin aussi tragique que comique. A chaque fois, ça marche !....
Lien : http://motspourmots.over-blo..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Va-t-en, glapissaient les enfants, on te veut pas. Tu es moche. Ton chapeau est nul. Un immense chagrin donc. Mais comme elle avait 11 ans, que l'on ne meurt pas de tristesse à 11 ans, elle avait survécu. Comment dire ? Elle s' était promis en ce jour affreux d'avoir, plus tard, une belle vie.
Commenter  J’apprécie          20
Il mourut un soir au restaurant, trempant d'un seul coup de tête son nez magnifique dans la soupe de palourdes safranée qu'il venait de commencer. C'est ce qu'on m'a rapporté. Il emporta donc dans l'au-delà, et dans la narine, cette senteur d'épice. Fin cruelle, pour cet homme civilisé qui n'aimait rien tant que les parfums de Paris.
Commenter  J’apprécie          10
A vingt ans on fait comme tout le monde, convaincu de ne rien faire comme personne.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Régis Franc (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Franc
Les Presses de la Cité vous présentent sa Rentrée Littéraire 2023 avec deux formidables ouvrages "Le Grand Cercle" dans la section romans étranger écrit par Maggie Shipstead et "Je vais bien" dans la section roman français de Régis Franc.
"Le Grand Cercle", pour en savoir plus : https://www.lisez.com/livre-grand-for...
"Je vais bien", pour en savoir plus : https://www.lisez.com/livre-grand-for...
-----------------------------
Retrouvez-nous toutes nos actualités sur les réseaux :
https://www.instagram.com/pressesdela...
https://www.facebook.com/Presses.de.l...
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3586 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..