AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281592322X
Éditeur : L'Aube (01/06/2017)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Comment l'anneau d'améthyste du futur évêque de Tourcoing finit-il par échouer dans une garçonnière dont les objets seront mis sous scellés?? C'est là l'intrigue quasi loufoque imaginée par Anatole France pour servir de fil conducteur au roman qu'il publie quand la France est déchirée par l'affaire Dreyfus. Sur fond de vaudeville, Anatole France fait la satire d'une certaine société réactionnaire et antisémite, qui réunit une noblesse de souche et des financiers ano... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Erik35
  04 septembre 2017
AVOIR UN BON COPAIN !
A force de petite goujaterie au quotidien, d'absence du moindre effort et, pire que tout, de ne plus même sembler voir son épouse, M. Bergeret est parvenu à ses fins : Mme Bergeret est décidée à quitter cet homme indélicat, sans avenir, impossible ! Il faut dire que la mise à la porte de l'ancienne servante - pas mauvaise en soi, mais tellement terrifiée par sa maîtresse qu'elle se rangeait systématiquement à son opinion et à ses ordres - pour la remplacer par une bon à rien, alcoolique invétérée à la cuisse un peu légère, et qui s'endort régulièrement, complètement saoule, sur son ouvrage. Mais cela, c'était le lot de notre Xanthippe tout au long du précédent volume des aventures, certes très statiques mais Ô! combien philosophiques et savoureuses de notre petite ville de province, le Mannequin d'osier.
Cette fois, donc, Mme Bergeret s'en va, non sans être à deux doigts d'avoir les bonnes âmes de son côté (c'est qu'elle a passé beaucoup de temps à se plaindre, ici et là, du caractère épouvantable de son conjoint. Lequel n'étant déjà guère en grâce, ce ne fut une tâche guère difficile à accomplir). Mais c'était sans compter sur l'époux d'une de ses meilleures amies, M. Lacarelle, un des glorieux représentants de cette coterie, affublée d'une magnifique paire de moustache lui donnant un air de chef gaulois d'où il tire le surnom dont on l'affuble : Eporédorix. Bien que parfaitement fidèle à son épouse, il ne peut s'empêcher de surjouer ce personnage égrillard et imposant qu'on l'imagine être - nos "ancêtres" gaulois étaient à la mode en ces temps-là. n'oublions pas que c'est sous Napoléon III que Vercingétorix sorti de son oubli poli, que le site d'Alésia fut activement recherché, et selon toutes hypothèses, retrouvé, etc -. C'est ainsi que ce bon bougre un peu idiot de M Lacarelle se retrouva dans une position fort inconvenante, bouche contre bouche, avec cette pimbêche de Mme Bergeret. Hélas, il avait fallu que Mme Lacarelle arriva sur ces entrefaites... Toute honte bue, L'épouse éplorée du professeur libertaire dû quitter cette petite ville de province suivie de la pire réputation, tandis qu'il s'en était fallu d'un poil (de bacchante) qu'elle s'en aille auréolée de toutes les vertus. Pauvre, pauvre Mme Bergeret (dont nous n'entendrons plus jamais parler de toute la suite de cette fameuse tétralogie).
M. Bergeret est, bien évidemment, totalement étranger à ces histoires-là, dont on se demande s'il en soupçonne seulement l'existence. En revanche, la drôlesse une fois décanillée, M. Bergeret s'empresse de changer et de bonne et de logis. le voici donc nanti de la gracile Angélique qui, ennuyée de son chagrin et surtout de sa solitude, lui fera cadeau d'un chiot, dont il ne veut d'abord pas, mais auquel il fini par s'attacher, lui attribuant le nom de Riquet. Et le solitaire d'échanger plus souvent qu'à son tour des réflexions avec ce partenaire jamais contrariant et tout attachement et tendresse à ce maître pas toujours des plus amènes. Nous le voyons ainsi évoquer, défendre même, pour des raisons souvent des plus justes ( même si l'on imagine fort bien qu'en cette année 1899, année de publication de ce troisième opus)
Mais alors, quelle est donc cette histoire d'anneau d'améthyste ? On va le découvrir assez rapidement, à l'occasion d'une discussion entre Mme de Bonmont, une richissime héritière d'origine israélite convertie au catholicisme et qui se pique d'aider le toujours vaillant et roué abbé Guitrel (mais plus que jamais faussement humble) à devenir ce futur évêque de Tourcoing :
«Monsieur l'abbé, est-ce que l'anneau des évêques doit avoir une forme particulière ?
- Pas précisément, madame, répondit Guitrel. L'évêque porte l'anneau comme symbole de son mariage spirituel avec l'Eglise : il convient donc que cet anneau exprime, en quelque sorte par son aspect même, des idées de pureté et d'austérité.
- Ah !... dit Mme de Bonmont. Et la pierre ?...
- Au Moyen Age, madame la baronne, le chaton était parfois d'or comme l'anneau ou bien de pierre précieuse. L'améthyste est une pierre très convenable, ce me semble, à orner l'anneau pastoral. Aussi la nomme-t-on pierre d'évêque. Elle brille d'un éclat modéré. C'était une des douze pierres qui composait le pectoral du grand prêtre des juifs. Elle exprime, dans la symbolique chrétienne, la modestie et l'humilité. Narbode, évêque de Rennes au XIème siècle, en fait l'emblème des coeurs qui se crucifient sur la croix de Jésus-Christ.
- Vraiment ?» dit Mme de Bonmont.
Et elle résolu d'offrir à M. Guitrel, quand il serait nommé évêque, un anneau pastoral, avec une grande améthyste.
Dès lors, ce sont bien des bons parrains et marraines qui vont se pencher sur la candidature de cet abbé aussi impossible à saisir qu'il est coulant comme l'anguille et matois comme un vieux minou affamé. Sans trop en révéler, il y faudra beaucoup de machiavélisme, pas mal d'entregent, des rappels à bons souvenirs, un peu de flagornerie, et même un soupçon de marivaudage (dans un moment d'une drôlerie inépuisable, référence directe à la scène du fiacre que l'on peut lire dans Mme Bovary). Mais que ne ferait-on pas pour mettre ce bon abbé, tellement à l'écoute, tellement moins emporté ou sectaire que son principal concurrent local, tellement plus aisément convertible aux intérêts de la République que l'abbé Lantaigne... Que l'on se méfie cependant de l'eau qui dort !
Ce troisième épisode - appelons-le ainsi - est sans aucun doute beaucoup plus actif que le précédent. On y croise une sorte de jeune Rastignac, près à tout pour être introduit dans le sein des seins de la vieille noblesse locale, lui, le fils de cette Baronne de Bonmont, née juive mais convertie. Il sait que cette noblesse-là méprise ces nouveaux baptisés, qu'il s'y professe même un antisémitisme virulent, mais qu'importe, le jeune homme y tient, et son intelligence désenchantée d'enfant né trop riche et certainement trop intelligent en cette fin de siècle qui l'ennuie - on y reconnaîtrait parfois un genre de Des Esseintes actif -. Il sera d'ailleurs pour beaucoup, lui aussi, dans l'accession à la tiare de l'abbé Guitrel. On rencontre un pesonnage haut en couleur - qui n'est pas sans évoquer, par une série de rapprochements, l'équivoque Commandant Esterhazy, celui qui aurait dû être condamné en lieu et place du Capitaine Dreyfus, et, dans notre histoire, amant insaisissable de notre riche héritière (riche, mais pas folle : elle ne cède ses avoirs qu'au compte-goutte et seulement si elle sent que cela peut servir ses intérêts). On y découvre une espèce de caricature de Bernadette Soubirous répondant au prénom d'Honorine, douée de visions, et passant son temps en contritions dans une petite chapelle du secteur, mais dont les parties de jambe en l'air finiront par se savoir et détourner l'église d'une sanctification bien délicate.
Quant à notre cher M. Bergeret, sa position de dreyfusard inflexible changera indubitablement sa destinée car s'ils sont bien peu, dans cette France repliée sur elle-même, sur ses certitudes et ses idéologies passéistes, l'un des quatre plus ardents défenseurs du malheureux Capitaine n'est autre que le recteur de l'université dans laquelle professe notre avatar d'un certain Monsieur France. Bien que jusque-là les deux hommes ne se sentaient rien de commun et qu'ils avaient même tendance à s'éviter le plus qu'il leur était possible, cette lutte à un contre mille va les rapprocher bien plus qu'imaginé. le recteur obtenant même la place qu'il n'attendait plus de professeur titulaire. On se prend même à entendre que notre intraitable mais juste professeur pourrait se voir élevé à un poste en Sorbonne...
En 1898; l'Affaire Dreyfus est à son plein. Les luttes entre les deux partis (les pro- et les anti-) divisent à un point qu'il nous est aujourd'hui difficile d'imaginer la France en deux. Et si Anatole France se camoufle ici derrière ce personnage qui est une sorte dee symbole de la force et de la vérité du raisonnement dans un monde entraîné par la passion, ce n'est nullement par soucis de retrait, bien au contraire. Seulement, il est parfois plus convaincant, plus fort et de portée plus grande de prendre ainsi tel paravent car cela permet d'éviter les sentences et autre jugement à l'emporte-pièce et qui ne ferait que répondre par la virulence d'un parti à la virulence, pour ne pas écrire la violence, du parti opposé sans jamais véritablement atteindre son but avoué : convaincre du bien fondé de sa propre réflexion.
Aujourd'hui que nous connaissons les ressorts de cette célèbre et tristement honteuse affaire, ces tribulations peuvent paraître un rien vaines ou alambiquées, mais nul doute qu'elles devaient porter en son temps. Qu'il en reste aujourd'hui une réflexion des plus significatives sur ce que peut-être une pensée humaniste, se méfiant des excès et des outrances, préférant contrarier jusqu'à ses amis du moment parce que c'est la vérité et la justice qui sont, à la fin gagnantes. Et lorsque c'est Anatole France qui nous écrit cela du haut de son siècle passé, c'est tout autant un ravissement pour l'amateur de belles-lettres qu'un régal pour l'intellect. Un compagnon de cette trempe et de ce niveau de pensée, on en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Erik35Erik35   11 août 2017
[...] Pardonnez-moi la peine que vous prendrez pour moi à la bibliothèque de la ville, je souhaite que vous en soyez récompensé par la rencontre de la nymphe portière, aux cheveux d'or, qui écoute, avec des oreilles purpurines, les propos amoureux, en balançant au bout de ses doigts les grosses clefs de vos antiques trésors. Cette nymphe me rappelle que j'ai passé les jours d'aimer et qu'il est temps de cultiver des vices choisis. La vie serait vraiment trop triste si le rose essaim des pensées polissonnes ne venait parfois consoler la vieillesse des honnêtes gens. Je puis faire part de cette sagesse à un esprit rare comme le votre et capable de la comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Erik35Erik35   10 août 2017
Le nombre des esprits émancipés augmente de jour en jour. La liberté de conscience est à jamais acquise. L'empire de la science est fondé. Mais je crains un retour offensif des cléricaux. Les circonstances [NB : l'affaire Dreyfus] favorisent la réaction. J'en suis soucieux. Je ne suis pas comme vous un dilettante. J'aime la République d'un amour inquiet et farouche.
Commenter  J’apprécie          140
Erik35Erik35   09 août 2017
Et il songea :
Soyons humbles. Ne nous croyons pas excellents, car nous ne le sommes pas. En nous regardant nous-mêmes, découvrons notre véritable figure qui est rude et violente comme celle de nos pères, et puisque nous avons sur eux l'avantage d'une plus longue tradition, connaissons du moins la suite et la continuité de notre ignorance.
Commenter  J’apprécie          152
Erik35Erik35   07 août 2017
Il n'était point en sympathie avec ses collègues et avec ses élèves. Il n'était point en sympathie avec les habitants de la ville. Faute de pouvoir sentir et comprendre comme eux, il était retranché de la communion humaine ; et sa singularité le privait de de cette douceur sociale qui agit même à travers les murs d'une maison et les portes closes. Par cela seul qu'il pensait, il était un être étrange, inquiétant, suspect à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Anatole France (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anatole France
Anatole FRANCE– Contes De Jacques Tournebroche- Sélection
autres livres classés : Libre penséeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XIX° siècle)

La Chartreuse de Parme

Stendhal
Alfred de Vigny
Honoré de Balzac

21 questions
534 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 19ème siècle , 19ème siècleCréer un quiz sur ce livre