AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782277301233
185 pages
J'ai Lu (01/11/1998)
3.77/5   35 notes
Résumé :
" Composons une Histoire de France, avec tous les détails, en cinquante volumes ... " Voilà, c'est dit ! Cinquante volumes, c'est bien le moins. Et tous les détails, hein ! Tous ! A six ans, Fontanet et Nozière n'ont peur de rien. Et certainement pas d'une aventure comme celle-là... Alors, quand le petit Pierre rencontre pour la première fois sa marraine, il sait très bien à qui il a affaire. C'est une fée. Et qu'on ne vienne pas lui dire le contraire. Il a vu ses y... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 35 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

ninosairosse
  29 juillet 2019
♫Ce soir je sens sous ma plume
Un fourmillement familier
Quand le soleil du coeur s'allume
L'éteindre serait un péché
C'est mon ami et c'est mon maître
C'est mon maître et c'est mon ami
Dès que je l'ai vu apparaître
J'ai tout d'suite su que c'était lui
Lui qui allait m'apprendre à être
Ce que modestement je suis

Y'a peut-être plus malin que moi ailleurs
plus fort, plus puissant aussi
Mais je suis sûr que personne t'aimeras comme je le fais
Toi et moi et plus les années passent,
plus on est solidaires
C'est peut-être ça notre destinée
En tout cas, crois-moi
Je suis toujours là
Car je suis ton ami♫
Serge Lama -hommage à Marcel Gobineau - 1974
Charlelie Couture - Toy Story -1995 + 2019
J'aurais dû cette lettre
Ne pas l'ouvrir peut-être
Si j'ose dire, une mantille du langage
dont seul un Renan¹ L'eusse eu l'usage
mais qu'il l'eût eu, plairait davantage
Le don de faire apparaître le passé
est bien meilleur que celui de voir l'avenir...
bref, Il est doux de se souvenir,
Livre que mon père avait gardé pour sa progéniture
j'ai fermé ce livre où vert , cuir était sa splendide parure
Anatole France nous énonce les lois de la Nature
https://www.lespasseurs.com/Les_12_lois_de_la_Vie.htm
Au milieu du chemin de la vie...
j'obéis,
mon coeur et mon corps sont chauds, sûrs
J'aime qu'à tout age on soit un peu mutin
celui qui vous parle est un paisible citoyen
Concevez que qui a été puisse n'être plus
Illusions, apparences, âmes de nos chers disparus
Je souhaite à tous ceux que j'aime un petit grain de folie
Rayon de lune, bruissement de feuilles , battement d'ailes, murmures de l'oubli.
Selon méthode Mythologie comparée
Petit Chaperon Rouge meurt et renaît
Comme chaque aurore avant que le soleil n'apparaît.
Avoir point d'utilité,
(c'est bien futile)
est le propre des honneurs
Savoir donner
(son bien fut-il plutôt que celui d'autrui)
est le secret du bonheur.
"Fée, en italien fata, en espagnol hada, en portugais et en provençal fada et fade; fadette dans ce patois berrichon qu'illustra George Sand, est sorti du latin fatum, qui signifie destin. [...] Les fées sont nos destinées. Une figure de femme sied bien à la destinée qui est capricieuse, séduisante, décevante, pleine de charme, de trouble et de péril.[...]
La liberté est une illusion et la fée une vérité...."
p242
Anatole France (1844-1924), Nobel de Littérature, 1921
¹ pour Joseph Ernest Renan, voir ma citation du 26/07
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622
lecassin
  03 mai 2012
« le livre de mon ami », 1885.
L'ami, c'est Pierre Nozière. Il est le héros d'une foule d'événements tirés de son enfance : une suite de charmants tableaux qui raconte l'enfance de Pierre à travers ses premières émois amoureux. En fait, et on l'aura compris, une autobiographie à peine déguisée de l'enfance de l'auteur, Anatole France.
Anatole France, de son vrai nom, François Anatole Thibault, un auteur quasiment oublié de nos jours, alors que Prix Nobel de Littérature 1921, il fut considéré à l'époque comme l'un des écrivains majeurs de la Troisième République dont il fut également l'un des plus importants critiques littéraires…. Pas toujours très tendre avec Zola qu'il ne reconnaîtra vraiment qu'à partir des années 1890 avec « La bête humaine », « L'argent » et « La débâcle » auxquels il consacrera des articles élogieux. Collectionneur et bibliophile.
Un style souvent en opposition avec celui de Zola et les « naturalistes », plus léger, moins vif et moins brutal. Qu'il est bon de temps à autre de se replonger dans cette magnifique prose de la fin du XIX ème siècle… Reposant .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
PiertyM
  03 janvier 2019
Ce livre autobiographique nous dresse quelques bribes de souvenirs de l'enfance de l'auteur. Il nous parle de l'influence des fées, qu'il appelle parfois par des monstres dans sa vie, pensant qu'il y aurait des fées méchantes et aussi des gentilles. de sorte que, à toute rencontre que fera notre petit Pierre Nozières, fils de docteur, il se créera des personnages autour de ces personnes rencontrées, comme avec la dame en blanc qui l'appelle déjà par son petit chéri, ou encore sa grand-mère qui a vécu des moments horribles de sa vie sous la période de terreur avec Robespierre...et bien d'autres...
Une écriture bien fluide, des pensées de l'auteur sont exprimées avec bien plus de légèreté que d'habitude!
Commenter  J’apprécie          240
brigittelascombe
  08 mai 2012
"Ne perdons rien du passé.Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir."
Anatole France, écrivain du XIX° et XX° siècle (prix Nobel de littérature) a largement pioché dans ses souvenirs d'enfance (Le livre de Pierre:première partie) et ceux de sa fille (Le livre de Suzanne:deuxième partie plus décousue) pour écrire cette autofiction drôle et tendre à la fois.
Pas de gloire de mon père à la Marcel Pagnol, car le père médecin, bien qu'aimant est plus distant et moins grandiloquent que celui de Pagnol, mais beaucoup de tendresse d'un "bêta" pour sa maman, d'un "petit mari" pour une belle "dame en blanc" et d'un "trésor" pour sa marraine.
L'intérêt de cette partie 1(pour moi) est de montrer (outre l'humour manié concernant le côté gaffeur du petit garçon et l'écriture agréable à lire) comment le pur bonheur dans cette famille protectrice d'enfant unique (bien élevé,curieux,intelligent,timide, gaffeur mais solitaire) et le milieu ambiant ont influencé les pulsions créatrices et "la folie d'écrire" de cet écrivain reconnu. Rien à voir avec les traumatismes d' Enfance de Nathalie Sarraute. Faudrait-il en déduire que tous les écrivains ne sont pas des névrosés? A moins qu'ils ne cachent le moins bon pour ne mettre en avant que des doublés de bartavelles ou de brillantes notes!
La partie 2,moins homogène dépeint la tendresse d'un père ébloui devant sa fille aux yeux couleur "bleu d'ardoise" qui a déjà "l'amour du beau" à 3 mois et qui sait parler aux étoiles à 12, relate diverses historiettes sur des enfants et dialogue sur les contes de fées.
Une lecture enrichissante,divertissante et rafraichissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Laureneb
  09 mars 2022
J'écoute actuellement une série de podcasts sur Marcel Proust, où l'écriture de celui-ci est comparée à celle d'Anatole France : Proust incarne la rupture avec l'écriture du XIX ème siècle, la modernité ; et plus que cela, il incarne l'écriture française. Toutefois, il n'a lors de la publication de ses premiers romans qu'un petit succès commercial. le grand écrivain du tournant des XIX ème et XX ème siècles, c'est Anatole France - mais il n'est quasiment plus lu aujourd'hui, devenu un classique poussiéreux.
Ce Livre de mon ami respire en effet un parfum de la nostalgie pour un temps qu'on n'a pas connu personnellement, mais sur lequel on a beaucoup lu, la III ème République. Cet "ami" en culotte courte et ses aventures de cour d'école est sûrement inspiré de la propre enfance d'Anatole France. Il porte sur lui un regard ému, mais pas mélancolique, un peu amusé, nostalgique oui. En effet, le chapitre central- dans les pages, mais aussi dans sa thématique, "Les Humanités", présente le Narrateur observant un jour d'automne dans le jardin du Luxembourg le fantôme d'un "petit bonhomme", lui-même avec des années de moins, qui porte son cartable en sautillant vers le collège. le brouillard monte, les feuilles tombent, le "coeur est un peu serré" car c'est la rentrée, mais il est heureux de retrouver ses amis et de leur raconter ses vacances.
Nulle violence domestique comme dans Poil-de-Carotte par exemple, mais des petites scènes de vie domestique avec une mère charmante, un père pince-sans-rire, des bêtises d'enfant, des moqueries sympathiques envers les professeurs en classe, des bagarres de cour de récré. Symboliquement, le texte s'arrête quasiment avec le premier chagrin d'amour, quand l'enfant devient un homme par la découverte du désir et de la souffrance.
Un charme suranné donc, qui nous plonge dans notre propre passé - les découvertes, les joies et les pleurs de l'enfance sont assez universels, et dans le passé de la France.
En revanche, les deux dernières parties m'ont beaucoup moins convaincus : "Suzanne" raconte les premières expériences, le regard porté sur le monde de la fille de l'auteur âgée de quelques mois. C'est plutôt drôle avec le décalage entre les pensées très triviales, pratiques, du bébé, et le discours savant, philosophique et poétique du père. Sauf que, thématiquement, cela ne se rapporte pas avec le reste... Et quant à l'échange théorique sur les contes de fée, il me semble également ne pas être à sa place dans le recueil. Justement, cette théorie sur l'origine des contes de fée et leur importance pour les enfants - " les contes de fée viennent tous de mythes très anciens, venus d'Inde - ne correspond pas dans les écrits précédents dans le recueil sur les aventures de Pierre Nozière. Quant Anatole France écrit que les enfants ont besoin de merveilleux, il raconte des récits du quotidien. Je n'ai donc pas compris ce que faisait là ce texte théorique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
JmlyrJmlyr   04 septembre 2017
LA RENTRÉE

Je vais vous dire ce que me rappellent tous les ans, le ciel agité de l’automne et les feuilles qui jaunissent dans les arbres qui frissonnent.
Je vais vous dire ce que je vois quand je traverse le Luxembourg dans les premiers jours d’octobre, alors qu’il est un peu triste et plus beau que jamais ;
car c’est le temps où les feuilles tombent une à une sur les blanches épaules des statues.
Ce que je vois alors dans ce jardin, c’est un petit bonhomme qui, les mains dans les poches et son sac sur le dos, s’en va à l'école en sautillant comme un moineau.
Ma pensée seule le voit ; car ce petit bonhomme est une ombre :
c’est l’ombre du moi que j’étais, il y a vingt-cinq ans....
Il y a vingt-cinq ans, à pareille époque, il traversait, avant huit heures,
ce beau jardin pour aller en classe.
Il avait le cœur un peu serré : c’était la rentrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          624
ninosairosseninosairosse   23 juillet 2019
Rien ne vaut la rue pour faire comprendre à un enfant la machine sociale. Il faut qu'il ait vu, au matin, les laitières, les porteurs d'eau, les charbonniers; il faut qu'il ait examiné les boutiques de l'épicier, du charcutier et du marchand de vin; il faut qu'il ait vu passer les régiments, musique en tête; il faut enfin qu'il ait humé l'air de la rue, pour sentir que la loi du travail est divine et qu'il faut que chacun fasse sa tâche en ce monde.
p124
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
JcequejelisJcequejelis   15 septembre 2012
Le meilleur et le plus savant des hommes, M. Littré, aurait voulu que chaque famille eût ses archives et son histoire morale.«Depuis, a-t-il dit, qu’une bonne philosophie m’a enseigné à estimer grandement la tradition et la conservation, j’ai bien des fois regretté que, durant le Moyen âge, des familles bourgeoises n’aient pas songé à former de modestes registres où seraient consignés les principaux incidents de la vie domestique, et qu’on se transmettrait tant que la famille durerait. Combien curieux seraient ceux de ces registres qui auraient atteint notre époque quelque succinctes qu’en fussent les notices ! Que de notions et d’expériences perdues, qui auraient été sauvées par un peu de soin et d’esprit de suite ! » Eh bien, je réaliserai pour ma part le désir du sage vieillard : ceci sera gardé et commencera le registre de la famille Nozière. Ne perdons rien du passé. Ce n’est qu’avec le passé qu’on fait l’avenir.

545 - [p. 57]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ninosairosseninosairosse   26 juillet 2019
L'expérience. Elle me démontre que le septicisme le plus étendu cesse là où commence soit la parole, soit l'action. Dès qu'on parle, on affirme. Il faut en prendre son parti. Je m'y résigne. Je vous épargnerai de la sorte les "peut-être", les "si j'ose dire", les "en quelques sortes", et autres mantilles du langage, dont un Renan peut seul se parer avec grâce.
p225
Commenter  J’apprécie          302
ninosairosseninosairosse   18 juillet 2019
Ce sont les réceptions officielles qui m'accablent. Je savais qu'il serait fastidieux et inutile d'aller au bal du ministre ; je le savais et j'y allai, parce qu'il est dans la nature humaine de penser sagement et d'agir d'une façon absurde.
P18
Commenter  J’apprécie          270

Videos de Anatole France (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anatole France
Anatole France : Les dieux ont soif lu par Michel Bouquet (1954 / France Culture). Diffusion sur France IV Haute-Fidélité le 1er janvier et le 13 juillet 1954. Extraits du roman “Les dieux ont soif” lus par Michel Bouquet. Photographie : Anatole France à La Béchellerie © Photographie originale prise par Claude Aveline en juin 1923. Anatole France, pour l'état civil François Anatole Thibault, né le 16 avril 1844 à Paris, et mort le 12 octobre 1924 à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), est un écrivain français, considéré comme l’un des plus grands de l'époque de la Troisième République, dont il a également été un des plus importants critiques littéraires. Il devient une des consciences les plus significatives de son temps en s’engageant en faveur de nombreuses causes sociales et politiques du début du XXe siècle. Il reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1921. Quatrième de couverture de l'édition du Livre de Poche : « “Les dieux ont soif” : quand il choisit pour titre ce mot de Camille Desmoulins, Anatole France ne veut nullement rejeter sur une fatalité tragique les atrocités de la Terreur. Ce texte admirable décrit l'horreur du fanatisme, l'obscurantisme gagnant les Lumières elles-mêmes, la barbarie prenant le masque du progrès. En 1912, ce livre du patriarche de la Gauche française qui dénonçait les excès de la Révolution fut accueilli comme un paradoxe. Aujourd'hui, cette représentation alarmée de l'histoire se lit comme une lucide préface à l'horrible XXe siècle, un avertissement contre l'ignorance et la peur qui engendrent la bêtise, la grande tueuse. »
1ère partie : 02:00 2ème partie : 54:55 3ème partie : 1:57:38
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1337 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre