AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782864242000
287 pages
Éditeur : Editions Métailié (30/04/1985)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Symbole et miroir de l'histoire de l'Indochine, l'hôtel Continental fut le point d'ancrage de tous les aventuriers, les rêveurs et les ambitieux. Son salon, sa terrasse bruissaient des intrigues et des illusions tissées par ces hommes qui ont cédé aux charmes de l'Extrême-Orient, ses promesses de fortune, le parfum du pastis et des tamaris, la fumée brune de l'opium puis celle des canons. À travers l'histoire de la famille Franchini - un père corse propriétaire du f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
germain33
  15 janvier 2016
Dans ce livre dédié à l'ancien hôtel familial, le Continental Palace de Saïgon, Philippe Franchini reconstitue la vie au Viet-Nam de l'entre-deux-guerres aux années 70. L'occupation japonaise, la guerre avec le Viet-Minh, la corruption, la prostitution, l'offensive du Têt en 68, l'arrivée finale de l'armée du Nord, servent tour à tour de toile de fond au récit. L'auteur ne se limite pas à nous émouvoir en remontant le temps. A la fois nostalgique et lucide, il rend compte de la difficulté de vivre à travers deux cultures. Il dresse aussi de nombreux portraits de Vietnamiens contraints au système D, à la prostitution ou à l'enrôlement dans un combat douteux. Un livre étonnant et remarquablement bien écrit, où Philippe Franchini met en scène les contradictions d'un pays infesté par l'esprit de guerre. Cette exploration fine de l'Histoire n'a rien d'anodin à l'heure où de nombreux pays sombrent dans la guerre totale.
Commenter  J’apprécie          80
LoongAlain91
  29 septembre 2015
Un récit qui sent le vécu. le décalage culturel est omniprésent. Cette Indochine vue de l'intérieur par le "métisse" Philippe Franchini est à la fois attachante, belle, enivrante, triste, insouciante, envoûtante et cruelle. Ces adjectifs que l'on retrouve souvent dans la bouche des étrangers lorsqu'ils parlent des femmes vietnamiennes...
Commenter  J’apprécie          40
lillen
  26 octobre 2015
Belle description de la vie à saigon.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeFigaro   18 juin 2015
L'occasion de découvrir ce lieu mythique de Saïgon où sont passés politiques, militaires et journalistes.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LoongAlain91LoongAlain91   29 septembre 2015
Occupée à un va-et-vient incessant, une foule compacte manipulait à longueur de jour les marchandises les plus variées. D'où sortaient-elles ? Où allaient-elles ? On aurait été bien en peine de le dire. Mais on les voyait s'amonceler sur les trottoirs en gigantesques pyramides incertaines ; tandis que, jusqu'à la tombée du crépuscule, les véhicules à l'allure de ferraille et à la limite de l'effondrement couraient le long des ruelles. Et quant le couvre-feu sonnait on se demandait par quel miracle chacun réussissait à s'éclipser aussi rapidement. (p. 310)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LoongAlain91LoongAlain91   29 septembre 2015
A son arrivée, le nouveau venu est salué avec une familiarité non dénuée de respect. Cheng shi fu, Me Cheng, vient diriger la séance quotidienne de tai ji quan, qui permet à l'esprit et au corps de s'adapter aux mutations et d'intégrer son énergie individuelle à l'univers. Sous sa conduite et pendant une heure, hommes et femmes, jeunes et vieux, vont respirer et se mouvoir selon un rythme aussi lent que puissant, une arabesque déroulée sans fin, imitant les eaux du fleuve et de la mer. (p. 240)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LoongAlain91LoongAlain91   29 septembre 2015
Brutalement, il en veut à tous ces Annamites de leur politesse réservée, de leurs sourires de convention. D'instinct, et depuis longtemps déjà, depuis qu'il a épousé la douce Tam, il a décelé sous cette déférence apparente le rejet fondamental de tout ce qui est étranger. Aujourd'hui, plus qu'un autre jour, le Corse venu de l'île lointaine et farouche, aurait souhaité trouver un écho différent à l'exubérance de sa joie. Au pays natal on a l'habitude des embrassades chaleureuses. (p. 20)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LoongAlain91LoongAlain91   29 septembre 2015
Un jour de 1934, la famille vint me trouver : « Ta maman est montée au ciel. » Dès lors, il fallut partager ma vie entre une tante corse, entièrement dévouée à mon éducation, et une famille vietnamienne qui avait reporté sur moi l'affection qu'elle avait pour ma mère. Ce cadre familial heureux allait me protéger quelque temps encore des premières fissures de la société coloniale. (p. 88)
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : indochineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1120 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre