AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Fondation Deus tome 1 sur 4
EAN : 9782916279251
298 pages
Airvey éd. (05/11/2009)
3.71/5   14 notes
Résumé :
Des adolescents qui ne se connaissent pas, se réveillent ensemble dans une étrange propriété. Leurs ravisseurs leur apprendront bientôt qu ils sont là pour développer leurs pouvoirs de mutants au sein de cette école qu ils nomment la Fondation Deus.
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ce fut mignon, mais.... (mais beaucoup de "mais"...)



Comment dire...

C'était pas vilain hein, ni illisible, ni une corvée, mais... (voilà, je crois que le mot d'ordre de cette chronique va être "mais"...)

Déjà, c'était beaucoup, beaucoup plus jeunesse que ce à quoi je m'attendais. Et c'est dommage parce que malgré tous mes efforts, j'ai du coup eu pas mal de mal à me mettre dans l'ambiance. En me rendant compte que j'avais fait fausse route dans mes attentes pour ce livre, j'ai essayé tout du long d'enfiler ma cape de petite fille de 8-10 ans, ce que je sais normalement très bien faire, mais là... je ne sais pas, c'est comme si elle était subitement devenue trop petite... Elle ne tenait pas, elle glissait, j'étais serrée, pas à l'aise. Bref, pas bien dans mon roman. Est-ce que j'ai trouvé que c'était "trop jeunesse" pour de la jeunesse, est-ce que j'ai définitivement vieilli ? Est-ce que ce n'était simplement pas le moment ? Pfff, difficile à dire...

Ce n'est pas mal écrit, mais ça m'a semblé quand même souvent un peu maladroit, dans les dialogues notamment, j'ai trouvé que ça ne collait pas trop à des petits loulous de 10-11 ans, je ne sais pas pourquoi. Et dans la narration, j'ai retrouvé ce défaut sur lequel je bloque parfois sur certain romans enfantins, tout va un peu vite, tout est accepté un peu trop facilement, surtout l'inacceptable. On manque d'explications, on manque de détails, on manque d'historique, on manque de sensations... Bref, j'ai trouvé que tout était un peu trop survolé (mais pas de manière dramatique non plus.)

J'ai été hyper déçue de ressentir ça, après que Crouton m'en a tant parlé, et l'a tant aimé, je voulais vraiment l'aimer aussi, et me sentir aussi enthousiaste que lui face à cette lecture. du coup, dégringolade un peu pour moi :/

Mais vraiment le gros point qui m'a pour de bon empêchée d'apprécier plus ma lecture : une méga impression de déjà-vu. Oui parce que le veilleur, ça aura été quoi pour moi, au final ? de quoi vais-je me rappeler dans un mois, ou un an ?

Eh bien, je dirais que ce fut un joyeux mélange entre un pré Harry Potter, mêlé à un X-Men junior, avec un chouilla de Percy Jackson. Bon, avec une grosse grosse grosse influence potterienne particulièrement hein. Enormément de détails m'ont ramenée à l'univers crée par J.K Rowling... L'école, plus qu'une école, un pensionnat même, où les enfants apprennent à maîtriser leurs pouvoirs (bon, pouvoirs de mutants ici, voilà pourquoi je parlais de X-Men). Ils sont séparés en groupes qui pourraient rappeler les maisons, avec des professeurs qui rappellent énormément Poudlard... Potter, Chourrave, Mc Gonagall, ou Rogue. J'ai même visualisé tout du long Erago, le professeur principal de l'école, avec le visage de Dumbledore, Serber en Rogue, Sybille en un drôle de mélange entre une très jeune Sybille Trelawney et Luna Lovegood...

Les évènements peuvent ressembler aussi de façon plus ou moins évidente (le livre trouvé, écrit par d'anciens élèves, les duels de pouvoirs entre élèves...) , mais en tout cas, j'ai pas mal soufflé en me disant "mince mais j'ai déjà vu, ça..." et j'avoue, ça m'a complètement gâché ma lecture.

Parce qu'encore si ça avait été magnifiquement écrit/amené/conté, j'aurais peut-être retrouvé cette sensation merveilleuse de lors de ma découverte de la saga Harry Potter, mais n'est pas Rowling qui veut... Je ne souhaite pas dénigrer l'écriture de Mr Francisco, mais bon... On n'est pas du tout sur le même plan, là. J'ai toujours trouvé que classer Harry Potter en jeunesse était un peu réducteur. Eh bien disons que le veilleur pourrait être la version Junior de Harry Potter. Plus simple, moins dense, moins sensationnel, moins effrayant, plus soft...

Et donc, personnellement, je n'ai pas vraiment accroché. Je l'ai néanmoins lu vite, et sans difficulté, et le moment fut relativement distrayant, mais voilà, on est assez loin de l'euphorie hystérique du Crouton, là quand même... Bref, je suis un peu déçue. Et triste aussi parce que j'aurais vraiment voulu aimer ce livre qu'il m'a offert, qu'il avait insisté pour que je lise en 2013 en le mettant dans mon challenge des 20 livres imposés, et bouh... :(

Cela dit, je donne un gros bon point pour l'esthétique du livre. D'abord l'illustration de la couverture est plutôt sympa, du moins pour ce tome 1, ensuite chaque chapitre démarre sur une petite enluminure qui donne un très joli style, c'est très bien corrigé, rien ne m'a sauté à la figure, et il est dans un format très confortable pour la lecture. Tout ça c'est très très bien, bravo :)



Je ne garderai certainement pas un souvenir impérissable de ce livre, mais je pense qu'il plaira à un public particulièrement jeune, vers 9-10 ans, un premier vrai roman pour eux qui devrait sans difficulté les embarquer dans un univers merveilleux. En revanche pour les fans d'Harry Potter, je dirais que le pari est plus risqué. Cela dit, pas impossible non plus, puisque le plus grand fan que je connaisse se trouve justement être sieur Crouton, qui lui a vraiment adoré le Veilleur. Comme quoi... Y a pas de règle !

Il ne vous reste plus qu'à vous faire votre propre avis sur cette lecture. En ce qui me concerne, à moins de tomber dessus par hasard, je doute de chercher avec ferveur le tome suivant, mais... pourquoi pas, à l'occasion.



Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
Commenter  J’apprécie          20
Malgré un début un peu difficile, je me suis assez rapidement plongée dans l'histoire et dans la Fondation Deus. (Bon, si j'écris Deux à la place de Deus, ne vous étonnez pas.... mon doigt se dirige tout seul vers le "x" à la place du "s"....).

Je m'explique. Concernant l'histoire, au départ j'avais une sensation de "déjà vu". Oui, vous mettez une cinquantaine d'adolescents dans une structure "scolaire" éloignée de tout pour leur permettre de développer leur don, leur pouvoir (qui pour le moment ne se sont pas encore manifestés). Puis, vous les regroupez par type de dons (feu, météolorogiques, divers, glace....) sous la houlette d'un professeur. Et vous secouez le tout avec des promesses de mort imminente
Pour moi, c'était un mélange entre Harry Potter et Xmen. Eh oui, il faut dire que Potter fait beaucoup de ravages : une fois qu'on l'a lu, on compare inconsciemment nos autres lectures à cette série. Et moi qui suis une fana de Xmen... pas trop le choix, on me parle de mutants : j'associe l'un et l'autre.
Ce qui fait que ce n'est pas facile de taper dans l'originalité en choisissant ces deux thèmes. Et pourtant.... Et pourtant c'est bien une histoire tout à fait surprenante qui m'a été servie !

En effet, on est plongé dans la Fondation, avec tous ses secrets, tous ses mystères qui nous sont peu à peu dévoilés...et encore, une fois qu'on l'a quittée il nous reste pleins de questions, pleins d'incertitudes. Il faut dire que la Fondation, le bâtiment en lui-même est un personnage à part entière. Elle semble animée d'une volontée propre. Ses murs cachent d'horribles secrets.
Secrets que les professeurs ne sont pas pressés de révéler à leurs élèves... Ils ont plutôt tendances à les étouffer, à tenter des explications qui peuvent sembler correctes mais qui sont assez bancales.
On termine le livre en ayant plus de questions à propos de la Fondation qu'avant de l'avoir entamé. Je ne vous en dirais pas plus.

Autrement, il y a foule de personnages. du coup, je suis un peu mi-figue mi raisin (50/50 pour ceux et celles qui ne connaissent pas cette expression.... il semblerait que vous soyez nombreux !).
Oui, parce qu'on sent qu'il y a une richesse à ce niveau là. Mais ils sont trop peu détaillés à mon goût. En effet, pour certains professeurs on les rencontre le premier jour et ensuite on n'en entend plus parler, à croire qu'ils ont disparus. D'un autre côté, on a certains personnages qui sont assez développés et qui sont assez attachants. Sans parler du personnage principal, Eloi. Là, on ne peut que s'attacher et se questionner à propos de la Fondation. Parce qu'il est peut être un des seul élèves à en savoir autant sur cette école... et à s'inquiéter !

Ce qui est aussi très intéressant, c'est la diversité des pouvoirs qui sont présents dans cette école : entre ceux qu'on pourrait de "classiques" car présents dans presque toutes les histoires du genre, et d'autres qui sont bien plus singuliers. La façon dont ils sont exploités est elle aussi originale.
Autre point qui m'a plu, ce sont les noms des personnages. On nous dit souvent que l'habit ne fait pas le moine, néanmoins ici, les noms reflètent le caractère ou le don des gens : Fira, Patience, Eole, Leroc, Solen, Vulcain....

Enfin bon.. pas besoin de m'attarder plus longuement : à part une entrée en matière avec une sensation de "déjà-vu", l'histoire et les personnages sont originaux et l'intrigue est menée de telle façon qu'on en redemande. Oui, parce que je me mords les doigts de ne pas avoir pris le second tome en même temps... ni même d'en avoir lu le résumé. Parce que maintenant je veux connaître la suite !!!

Lien : http://plaisirsdelire.blogsp..
Commenter  J’apprécie          50
A 12 ans, Eloi aimerait être partout ailleurs que dans cet aquarium, à découvrir les poissons, en compagnie de son père, de sa mère ainsi que de ses deux petites soeurs. Alors il traîne et se retrouve bientôt seul, au milieu des couloirs obscurs, quand, soudain, un inconnu lui tombe dessus et lui dit qu'il est un mutant ! Et puis c'est le black-out ...
A son réveil, Eloi constate qu'il est dans une grande salle pleine d'autres enfants et adolescents, tous vêtus de blanc, qui viennent eux aussi de se réveiller. Tous semblent avoir rencontré l'étrange personnage qui les a enlevés. Alors, lorsqu'un groupe d'adultes fait irruption dans la pièce pour leur annoncer qu'ils sont dans une école de mutants et qu'ils n'en ressortiront que dans trois mois, Eloi se demande comment il va faire pour sortir de ce piège duquel il semble prisonnier ...

Tout d'abord, je tiens à remercier Pierre-Arnaud Francioso et Airvey Editions pour m'avoir confié le premier tome de cette saga jeunesse fantastique. Merci également à Yannick sans qui je n'aurais pas découvert ce formidable roman.
Pour ne rien vous cacher, j'ai adoré lire le Veilleur, découvrir ces nouveaux personnages, en particulier Eloi et Vulcain. le premier est le anti-héros par excellence, attachant par sa fragilité, sa timidité et sa maturité ; le second est drôle et léger et apporte beaucoup de fraîcheur au récit.
Parlons maintenant du scénario. Il est bien structuré, sans aucun temps mort. Il est simple, certes, mais respecte parfaitement les codes attendus pour le public visé, la tranche 10-14 ans à mon sens. De plus, vers la fin de l'ouvrage, les personnages se révèlent sous un autre jour si bien qu'on ne sait plus à qui faire confiance et si Eloi va s'en sortir. Ce livre regorge de suspens et de mystères ; il sème le trouble, à tel point que le lecteur ne sait pas ce qu'il adviendra dans le second tome.
Quant au style de Pierre-Arnaud Francioso, il respecte là aussi l'âge de son lectorat. de plus, j'ai personnellement apprécié suivre un récit écrit à la troisième personne du singulier dans lequel le lecteur a l'impression d'incarner vraiment le héros. Les jeunes adorent s'identifier aux personnages et là, avec Eloi, ils croiront vivre l'aventure de l'intérieur, au rythme de l'histoire.
En somme, avec le Veilleur, l'auteur signe le début d'une très belle saga fantastique pour la jeunesse.
Commenter  J’apprécie          10
Dans ce roman, on suit Eloi et d'autres enfants dit « mutants » qui vont découvrir leurs pouvoirs et comment s'en servir. Un petit côté Harry Potter avec l'école et les professeurs, l'apprentissage des pouvoirs etc. Je me souviens avoir apprécié ce livre lorsque j'étais ado.
Commenter  J’apprécie          00
Un premier tome pleins de mystères et de rebondissements. Une lecture dés plus plaisante que j'ai adoré!
Pour plus :
Lien : http://palace-of-books.blogs..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Étant donné que vous êtes ici pour apprendre à maîtriser vos pouvoirs,il est assez fréquent qu'il y ait certains ratés,leur expliqua Serber.Des ratés fatals....
Commenter  J’apprécie          40
Eloi s'arrêta. Il avait la nette impression que quelqu'un l'observait. Alors qu'il était seul... Tout tremblant, il se retourna brusquement. Et sursauta. Un homme chauve, vêtu de blanc, lui faisait face, le fixant droit dans les yeux. Il se tenait debout, sans bouger, sous la lumière frémissante du néon.
Surmontant sa peur, Eloi demanda :
- Qu... qui êtes-vous ?
L'homme ne répondit pas, mais dit simplement, avec un sourire sans chaleur :
Féliciations. Vous êtes un mutant.
Commenter  J’apprécie          00
Eloi s'arrêta. Il avait la nette impression que quelqu'un l'observait. Alors qu'il était seul... Tout tremblant, il se retourna brusquement. Et sursauta. Un homme chauve, vêtu de blanc, lui faisait face, le fixant droit dans les yeux. Il se tenait debout, sans bouger, sous la lumière frémissante du néon.
Surmontant sa peur, Eloi demanda :
- Qu... qui êtes-vous ?
L'homme ne répondit pas, mais dit simplement, avec un sourire sans chaleur :
Féliciations. Vous êtes un mutant.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : cycle de fondationVoir plus




Quiz Voir plus

Voyage au Centre de la Terre

Comment se nomme le neveu du professeur Lidenbrock ?

Hans
Robert
Axel
Julien

10 questions
405 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au centre de la Terre de Jules VerneCréer un quiz sur ce livre