AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253117072
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Voici une fresque dont les héros s'appellent Malraux, Saint-Exupéry, Prévert, Picasso, Dali, Eluard, Dos Passos, Hemingway, Orwell, Capa... Voici un kaléidoscope d'enthousiasmes et d'illusions tendu entre la montée du fascisme et la guerre d'Espagne, entre la tentation communiste et un désir de révolution sociale, morale, artistique, politique...
Voici un livre où l'on passe de l'après-guerre à l'avant-guerre. Du rêve à l'apocalypse. De l'anecdote à la passio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
paroles
  04 décembre 2013
Dan Franck continue à nous livrer dans "Libertad !" les détails de la petite et la grande Histoire (1931-1939) des aventuriers de l'art moderne. Ébahie, enthousiasmée et parfois déçue du comportement de certains d'entre eux, mais en tout cas, toujours passionnée par ces hommes, ces artistes...

C'en est fini des joyeuses libations entre artistes qui quittaient Montmartre pour Montparnasse. Ici, le ton est tout autre. Ici, il s'agit de la guerre d'Espagne et de la montée du fascisme. Ici, il s'agit de découvrir l'engagement ou non des écrivains, peintres et cinéastes, les petites faiblesses ou les actes héroïques.
Les personnalités qui se dégagent dans cet opus sont celles de Gide et de son retour d'URSS. Il ne soutient pas ce régime, il a compris que tout, là-bas, n'était qu'illusion mais il se heurte à ceux qui croient au stalinisme. Il a si bien manoeuvré le Petit Père des peuples en envoyant tous les renforts possibles en Espagne qu'on peut douter de ses intentions. Il y a aussi Malraux (le beau parleur), son escadrille volante, et son engagement auprès des combattants de la liberté.
Mais il y a encore l'arrivée de Robert Capa (de son vrai nom André Friedman) et de son petit appareil photo, le Leica qui va révolutionner le reportage de guerre. On y croise Georges Orwell, Dali, Ernest Hemingway, Buñuel, Saint Exupéry et bien d'autres encore. Les femmes ne sont pas oubliées, mais il faut bien reconnaître qu'elles ne sont là que pour les secrets d'alcôve sauf, les jeunes et déjà très engagées, Simone Weil qui n'a pas peur de franchir la frontière espagnole et Gerda Taro qui fait l'admiration de ses pairs par le courage qu'elle manifeste pour photographier les scènes de guerre.
Oui c'est sûr cette fois, la fête est bien finie et les jours qui arrivent n'augurent rien de bon...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nataly11
  27 novembre 2013
Tome 2 de cette trilogie, que j'ai le moins apprécié, non pas par ses détails historiques où anecdotes, toujours très bien traités par Dan Franck, mais par le fouillis du déroulement, Difficile de suivre le fil de ses détails historiques qui nous mènent de Moscou, à Barcelone pour y revenir ensuite. Les peintres sont moins présents que dans Bohèmes, à part un chapitre très dense consacré à Dali. J'en garde une impression de livre documentaire, qui m'a donné l"envie d'en savoir plus sur la vie de Dali.
Commenter  J’apprécie          31
julifly
  25 avril 2011
C'est l'histoire de Malraux, Aragon, Breton, Gide, Nizan, Guilloux, Elsa Triolet et aussi Dali, Gala, Picasso, Miro, LLorca, Cappa et bien d'autres dans les rues de Madrid, Barcelone, Paris, Berlin, Moscou dans les années 30. C'est l'histoire de leur engagement, du rôle de l'intellectuel en politique. C'est l'histoire de leur histoire dans L Histoire.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
parolesparoles   05 décembre 2013
Le 26 avril 1937, c'est jour de marché à Guernica. Comme tous les lundis, les paysans ne sont rassemblés sur la place principale de ce village de sept mille habitants sans valeur stratégique mais riche d'une double symbolique : c'est sous le chêne de la place principale que se réunissaient les représentants du peuple basque, et en son église que les souverains espagnols juraient de respecter ce même peuple.
Dans l'après-midi, toutes les cloches du village se mettent à sonner. C'est le signe d'un bombardement imminent...
A seize trente, un premier avion apparaît dans le ciel bleu...
... Quatre heures de terreur. Cinquante tonnes d'explosifs. Plus de mille morts.
Le village de Guernica représentait-il un intérêt stratégique particulier ? Nullement, il s'agissait, pour Franco, de démoraliser les populations civiles tout en annihilant le peuple basque. Et, pour les Allemands, artisans de l'horreur, de tester leurs nouvelles armes de bombardement. En vue de la guerre à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nataly11nataly11   28 novembre 2013
Garcia Lorca a attendu. Entendu. Compris. On l'a conduit au pied de la Sierra de Alfacar. S'est il souvenu, alors de la manière dont il mimait sa mort à la Cité des Etudiants ?
" Et ses traits, qui n'étaient pas beaux d’ordinaire, s'auréolaient soudain d'un beauté inconnue."
Deux détonations ont retenti. Lorsque les assassins sont revenus pour lui, il s'est écrié qu'il n'avait rien fait.
- Vous n'allez pas me tuer !
Si. Ils allaient le tuer.
" L'ombre de mon âme
S'enfuit dans un couchant d'alphabets,
Brouillard de livres
Et de paroles."
Lorsqu'il a appris la mort de son ami d'enfance, Salvador Dali, à Paris, s'est seulement écrié :
-Olé!
Ainsi salue-t-on, en Espagne, la mort d'un taureaux courageux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nataly11nataly11   28 novembre 2013
Le pire, c'est Jacques Prévert. Celui-là est rebelle à tout. Et il écrit. Ou plutôt, avant de l'écrire, il le dit. Il est un bavard impénitent, génial, créatif, même s'il cherche ses mots, s'il s'embrouille, parfois. Une idée amène l'autre. Les phrases fusent et s'envolent. Elles frappent les interdits, les misères, les injustices.
Jacques Prévert est un homme de l'immédiat : immédiatement drôle, immédiatement insolent, immédiatement en colère. Il crie fort, il frappe fort, il chahute fort. Depuis toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nataly11nataly11   28 novembre 2013
La notoriété a atteint André Gide très tard : avant cinquante ans, seuls quelques rares lecteurs connaissaient son nom. Parmi eux, les surréalistes, notamment Philippe Soupault qui admirait son indépendance et son honnêteté.
La célébrité lui est venue autant de son oeuvre d'écrivain que de son travail d'éditeur : il est l'un des fondateurs des éditions de la NRF ( devenues Librairie Gallimard en 1919), le pilier de la revue du même nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nataly11nataly11   28 novembre 2013
Dali découvrit le secret morphologique du père de la psychanalyse : " Son crâne était un escargot. Il n'y avait plus qu'à extirper la cervelle avec une épingle."
Quant à Freud, il revint sur l'opinion négative qu'il avait des surréalistes : " Ce jeune Espagnol, avec ses candides yeux de fanatique et son indéniable maîtrise technique, m'a incité à reconsidérer mon opinion." écrivit-il à Stefan Zweig après la rencontre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dan Franck (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Franck
31.05.18 - INTEGRALE - L. Slimani, L. Salvayre, D. Franck, P. Pécherot, M. Guven...
>Groupes sociaux>Classes sociales>Classes moyennes et intellectuels (33)
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1602 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre