AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2916141286
Éditeur : L'Arbre vengeur (18/02/2009)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Au cœur de ce cargo qui avance lentement vers le lieu de sa destruction, le capitaine Usodimare, retranché dans sa cabine, a lancé son équipage dans une quête mystérieuse: retrouver ce qu’y a caché à son attention une femme aimée et aujourd’hui morte. Marin étrange qui fuit une vie sans grandeur, il ne veut pas renoncer à ce dernier espoir de trouver un sens au voyage intranquille qui est le sien. Descendant d’une lignée de héros nés de l’imagination de Melville, Co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Athouni
  13 mars 2013
De la mélancolie, tant et plus, dans cette courte histoire d'un capitaine à la dérive, pourchassant des fantômes et fuyant des regrets. Il prend "encore une fois pour la dernière fois" les commandes du Bahia Inutil pour l'échouer sur les plages de Chittagong, au Bangladesh, où une population miséreuse le démantèlera pièce après pièce. Triste et beau.
Commenter  J’apprécie          30
BMR
  23 août 2013
Le gênois Ernesto Franco nous permet de relancer la tradition avec son Histoire d'Usodimare qui tient en 76 petites pages découvertes chez L'arbre à lettres.
Un récit de marin.
Un récit de voyage (Usodimare doit d'abord rejoindre son bateau depuis Cuba).
Le récit d'une fin, celle d'un bateau déglingué qu'Usodimare doit accompagner jusqu'au Bangladesh pour la ferraille.
Une histoire où s'entrecroisent différents récits : quelques traces laissées par Usodimare, quelques souvenirs, l'enquête minutieuse d'un officiel de la compagnie maritime, ... une belle écriture pour un récit insolite et étrange qui semble comme flotter à la dérive, entre deux eaux, entre ciel et mer, tant est proche la fin qui s'annonce.
Usodimare est une sorte de capitaine Achab sur sa baleine mécanique, obsédé par les souvenirs de ses femmes dont l'une lui aurait laissé quelque chose sur le bateau ? Quelque chose qu'il doit découvrir avant que les ferrailleurs de Chittagong ne s'empare de sa carcasse.
Comme tout bon capitaine, Usodimare sera le dernier à quitter son navire, ou du moins ce qu'il en restera une fois échoué sur les tristes plages du Bangladesh.
Un trop minuscule opuscule que l'on a relu après quelques jours pour mieux se laisser bercer par la houle des mots d'Ernesto Franco.
Lien : http://bmr-mam.blogspot.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  23 août 2016
La mystérieuse dernière croisière du cargo Bahía Inutil et de son capitaine. Magique.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2016/08/23/note-de-lecture-histoire-dusodimare-un-recit-pour-voix-seule-ernesto-franco/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   23 août 2016
Il semble que cela ait été un désir venant de lui. Oui. Que le bateau soit démoli en laissant en dernier le pont de commandement. Exactement le contraire de ce qu’on fait habituellement ici, à Chittagong. Ces ouvriers du Bangladesh sont dans un tel état de misère que d’habitude le pont de commandement, avec ses objets de prix, disons ainsi, est pris d’assaut tout de suite. Par les premiers, ceux qui sont encore suffisamment robustes pour arriver à bord en montant à mains et pieds nus le long des chaînes des ancres.
Mais cette-fois ci, cela n’a pas dû se passer ainsi. Ils ont fait comme il le demandait, lui. Une des rares choses sûres dans cette histoire de souvenirs payants et d’hypothèses passionnées. Ils ont démoli tout le bateau en commençant par la proue. Cloison après cloison, pont après pont, cale après cale. Puis ils ont fait le tour du château arrière et, de la poupe, ils sont repartis pour arriver à nouveau au château.
C’est ainsi que je suis aujourd’hui en haut d’une espèce de tour haute de trente mètres plantée dans le sable pourri de Chittagong. Comme un gigantesque clou de la Croix. On y arrive par une échelle de pilote, mais multipliée par vingt. Une peine terrible avec cette chaleur. L’air ici est de l’eau. À travers les vitres encore intactes, je vois une forêt de fer. Des cheminées sans chaufferies, des antennes, des grues. Des proues sans bateau, des hélices sans poupes. Le soir, l’endroit où je me trouve est le seul objet de la côte qui ait encore une lumière allumée. Le seul encore vivant. De loin, ça doit sembler le plus horrible, ou peut-être le plus idiot. Même de nuit, même à cette hauteur, la puanteur est insupportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   23 août 2016
Depuis la capitainerie du port, on leur dit que la mer est trop forte pour tenter d’échouer le bateau sur la plage des chantiers de démolition. Il va falloir croiser au large en attendant que la mer se calme. Sur le Bahía Inutil, les vivres sont quasiment à sec et les neuf hommes exténués et terrorisés. Quarante-huit heures plus tard, la mer est encore forte mais la houle est longue. Usodimare décide d’échouer coûte que coûte le bateau. C’est la manœuvre qu’il n’a jamais faite.
Usodimare demande au timonier de lui laisser sa place. Il veut avoir le bateau dans les mains, c’est du moins ce que pense Niretinho en voyant les phalanges de ses doigts blanchir tandis qu’il serre les manetons de la barre. La houle est lente, profonde. Quand le Bahía Inutil est au creux de la vague, l’horizon disparaît et, du côté opposé, l’interminable plage de boue de Chittagong disparaît aussi. Ceci se produit une, deux, trois, cinq fois, et chaque fois que la vague passe sous le bateau, la ville se fait dangereusement plus proche. Usodimare retient le mouvement en vrille du Bahía Inutil à la force de ses bras, rappelant à ses mains le miracle de l’équilibre qui lui reste encore de l’époque où il barrait des voiliers. Le Bahía Inutil se redresse chaque fois et chaque fois, avec ses machines lancées à fond, se dirige vers son ultime destin. Il est léger sur la crête de la vague, comme s’il voulait montrer qu’il est encore capable de voler sur la respiration de la mer, sur l’horizon infini d’un nouveau trajet. Mais ce n’est pas ça. Ce qui l’attend, c’est sa métamorphose en chose immobile. Œuvre morte pour toujours. Malgré les marées, malgré le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AthouniAthouni   13 mars 2013
Encore une fois pour la dernière fois, ce bateau est à moi. Il sera à moi de manière ininterrompue pendant vingt mille milles. Des milles très lents à en juger par le bruit des machines. Je déciderai du cap même s'il est inévitable. Et des quarts, même s'ils sont obligatoires. Et surtout, je déciderai de la manœuvre finale, qu'il me faudra par contre improviser car elle n'existe pas même sur les manuels. Aucune personne de ma connaissance n'a jamais échoué un bateau aussi gros. Et pourtant, ça se fait. Il y a des dizaines de pilotes qui le font dans le monde. Si la houle est longue, il faudra chercher la caresse des vagues. Si la mer est grosse, il faudra attendre, peut-être une semaine entière, comme si on était en rade. Mais si tout va bien, la mer sera plate et il faudra alors seulement respirer avec la marée. On verra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   23 août 2016
Que veut dire Usodimare par ces derniers mots, qui n’ont rien à voir avec ce qui précède ? Que cherche-t-il sur une vieille carcasse de cargo ?
Qu’il ait cherché quelque chose, cela ne fait pas de doute. À partir de ce moment-là, son comportement semble suivre une stratégie précise, comme un plan, qui reste incompréhensible pour cette bande qu’est son équipage. De tout cela, naturellement, il n’y a pas trace dans son journal de bord, qui note pourtant certaines choses importantes, mais apparemment sans aucun lien les unes avec les autres. Je n’ai pu reconstituer cette phase de la navigation qu’avec l’aide des souvenirs et des récits du maître d’équipage, on peut l’appeler comme ça, du Bahía Inutil, monsieur João Niretinho, que j’ai retrouvé ici, à Chittagong.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BMRBMR   23 août 2013
[...] De décollage en décollage, les avions que doit prendre Usodimare sont des appareils de plus en plus vieux. Des Antonov, de plus en plus souvent. Il écrit qu'il a l'impression de passer imperceptiblement des mains des pilotes à celles de Dieu.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mélancolieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
441 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre