AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280016736X
Éditeur : Dupuis (07/10/2016)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Spirou n'est plus journaliste ! Après avoir refusé de modifier un article un peu trop critique sur un barrage hydroélectrique en pleine jungle palombienne financé par un gros annonceur du journal, Spirou claque la porte du Moustique. Désoeuvré, il décide de prendre le temps de vivre et de rattraper le temps perdu, notamment en se mettant à la peinture et au jardinage. Mais d'étranges événements vont l'empêcher de réaliser ses envies. Il y a d'abord la nature qui sem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  16 août 2017
Un Spirou et Fantasio relooké a la sauce Frank Pé et Zidrou. déjà au niveau graphisme Spirou gagne franchement en sex-appeal grâce a un look un peu plus moderne. il a troqué sa tenue de groom pour une veste un jean qui lui vont à ravir.
Le scénario est aussi bien sympa . On y retrouve tous les personnages clés de la BD. Il montre une fois de plus la grande humanité de Spirou , même si j'ai trouvé Fantasio un peu moins branquignole que d'habitude. C'est aussi bourré d'humour et j'ai passé un agréable moment avec nos deux compères
Commenter  J’apprécie          401
gouelan
  30 novembre 2016
En voyant Franck Pé réaliser une oeuvre monumentale lors du festival Quai des bulles de Saint Malo, j'ai eu envie de découvrir ce Spirou signé Franck Pé et Zidrou. Je ne le regrette pas.
Il s'en dégage de la lumière, des couleurs et de la poésie.
De mystérieux champignons noirs dévastent tout sur leur passage, alors qu'un peintre anonyme émerveille les yeux des hommes par son don.
L'art sublimé dans ce qu'il a de plus pur, sa capacité à nous révéler ce qui est caché en nous, à nous montrer l'essentiel. L'art capable d'effacer la noirceur en révélant les couleurs.
C'est ainsi que j'ai compris le scénario de cet album. Le pinceau d'un artiste inspiré par la beauté, face aux champignons noirs dévastateurs.
"Qui eût cru qu'au vingt et unième siècle il y eût encore tant de gens pour prendre le temps de regarder silencieusement des peintures et laisser vibrer leur âme ?
Le beau ne résout rien, il est inutile.
Comme un coucher de soleil.
Comme le rire d'un enfant.
Mais c'est ce qui justifie tout le reste non ? "
À moins que les champignons noirs ne soient que le début d'une autre intrigue.
Un album à offrir si vous êtes en manque d'idées...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
tchouk-tchouk-nougat
  15 octobre 2016
Suite à un désaccord avec la directrice en chef du journal "le moustique", voilà que Spirou prend ses cliques et ses claques. que va-t-il faire de ses journées? Pourquoi se mettre à la peinture, tiens! Mais quand il rencontre dans un cirque de passage une vieille connaissance, Noé, il va s'embarquer dans le baby-sitter pour ado.
Voici le Spirou de franck Pé et de Zidrou. Un Spirou plus mature, avec des petites lunettes sur le nez pour faire plus intello! ^^ Et il va vivre ici une aventure humaine plus qu'une aventure physique. Pas de voyage dans des pays lointains, de découvertes incroyables. Quoique... Un voyage dans l'art, la découverte de l'âme humaine.
Zidrou est un spécialiste pour ces récits épurés, sans grandes actions, mais d'une tendresse inouïe qui nous amène à travers les relations entre les gens tout en douceur. Les passages entre Fauvette (l'adolescente un peu déracinée) et Spirou sont vraiment sympas. Drole et tendre, fort et intelligent.
Par contre j'ai pas bien compris les passages sur Champignac et ses moisissures noires envahissantes. Ca s'incorpore assez mal au reste du récit et quand au voit à la fin à quoi ça sert, comment ça se résout... ca laisse sans voix. Tout ça pour ça? Comprend pas...
le dessin de Franch Pé est très dynamique. Libre d'adapter son Spirou il nous livre ici un jeune homme très attachant, intelligent et engagé. Et bien sur découvrir ses animaux sont un véritable plaisir! Vu que l'intrigue se passe dans un zoo, il a pu lui aussi se faire plaisir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
svecs
  27 octobre 2016
Spirou vu par... Frank Pé (et Zidrou) représente un gros ratage. Un très gros ratage.
je sais que beaucoup attendaient ce Spirou depuis longtemps, alléchés par une rencontre qu'on espérait fructueuse
Mais il y a deux éléments qui posent légèrement problème, et c'est un euphémisme.
Spirou porte un joli T-Shirt rouge tout le long de l'histoire. Evidemment, c'est Spirou, le groom. le rouge lui est indissociable. Mais si le T-Shirt était bleu, cela vous sauterait aux yeux. Ceci n'est pas Spirou. C'est Broussaille. L'histoire qui rappelle dan ses motifs et ses thèmes "Les baleines publiques", un Bruxelles fantasmé, une thématique qui polonge ses racines dnas le rapport intime, quasi viscéral, à la nature.
Rien qui ne soit typique de Spirou.
Broussaille tout craché.
Ceci n'est pas un Spirou.
Mais ceci nous est vendu comme tel.
Comment faire en sorte que l'illusion prenne ?
Il suffit d'invoquer des personnages typiques de l'univers de Spirou. Et même du Spirou de Franquin.
On ressuscite Noé, le dresseur fantasque et touchant de Bravo, les Brothers.
On intègre Champignac-en-Cambrousse. Pour se faire, les auteurs inventent un intrigue parallèle complètement inutile et rattachée de manière artificielle à l'histoire générale: des champignons noirs qui ne devraient pas exister qui prolifèrent mystérieusement. Double avantage, cela permet d'atteindre les 80 planches (et je m'étonne que Dupuis n'est pas surfé pour en faire le premier graphic novel de Spirou, tant qu'ils y étaient) et d'ancrer cette histoire dans la mythologie du persopnnage.
Reste que cette intrigue tombe à plat, n'est pas très bonne et ne sert à rien. C'est presque dommage par que cette partie est paradoxalement la plus proche de Spirou.
Ce qui nous amène au deuxième problème de cet album.
Mais que ce scénario est pénible et cucul.
Des toiles d'un peintre mystérieux sont envoyée à une galerie bruxelloise. le galeriste, flairant le bon coup, fait monter les enchères en mettant en concurrence deux collectionneurs crétins et incultes mais blindés comme Midas. Cela permet aux auteurs de se moquer de l'art contemporain (égrotrippé, méprisant, élististe, coupé du monde, ridicule...) et de s'extasier devant le beau. En fait, une vision bien beauf qui me rappelle l'humour des années 70-80.
En parallèle, Spirou claque sa démission au Moustique après que la nouvelle rédactrice en chef lui ait demandé de revoir l'un de ses articles pour plaire aux annonceurs. Il retrouve alors Noé, qui officie dans un petit cirque, au moment ou celui-ci vient d'hériter de Fauvette, une adolescente rebelle qui se trouve être sa fille. Il en connaissait l'existence mais ne s'en était jamais occupé.
D'abord laissée au soin de sa mère, puis d'un ami lorsque cette dernière est morte, puis à sa grand-mère lorsque ce dernier est mort dans des circonstances mystérieuses, il s'empresse de la refiler à Spirou. Vous devinez bien sûr que sous ses airs de rébellion adolescente, elle ne rêve que d'enfin découvrir ce père qui se révèle distant et plus proche des animaux que des humains. Il y a un petit côté détestable dans cette partie de l'intrigue, une vision vieillote des rapports familiaux dans laquelle tout doit s'aranger et on pardonne, on se retrouve partce que c'est dans l'ordre des choses.
Bienvenue dans le monde moderne.
Gag, ayant égarée sa valise, la gamine doit se coltiner en costume de groom. Référence, mise en abîme, clin d'oeil... que c'est amusant.
Il s'avère alors que le peintre mystérieux en question est Bornéo, le vieil orang-outang de Noé.
Je veux bien tout l'aspect fable écologique, joli symbole et tout le bazar, mais il y a un moment ou l'antropomorphisme et le symbolisme mignon et joli passe les limites du supportable.
Et quand je pensais que les auteurs avaient atteint le fond, l'un des deux a eu une idée
- J'ai bien un truc qui pourrait faire chouette, mais je suis pas sûr
-dis moi...
- et si... , mais honnêtement, je crois que c'est un peu trop
- mais non, c'est super
- mais non, franchement, c'est un peu ridicule
- mais siiiiiiii, faut y aller. Ca va faire trop beau. Tu vois, le message des animaux qui reconnecte les hommes à la beauté. L'authenticité, le lien à la nature... c'est top
- si tu le dis, allons-y
Et nous voilà avec la cerise sur le gateau, d'une naïveté et d'une stupidité sans nom. On se croirait dans un truc de livre pour enfant, sauf que c'est calibré soit-disant pour le tout public mais en vari pour les nostalgiques bedonnants. D'ailleurs, pour faire bon ton, le tout a été imaginé dans un Bruxelles pseudo-futuriste ou l'atomnium est en ruine.
Et spirou porte des lunettes tandis que Fantasio se fait des implants capillaires. les auteurs ont pris soin de coller aux préoccupations de leurs lecteurs.
C'est tout à leur honneur.
J'ose presque qualifier ce truc de bouse.
C'est dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
jamiK
  28 octobre 2016
Il y aura toujours quelques mauvais coucheurs pour critiquer sévèrement un album de Spirou, pour la seule raison qu'il n'est pas signé Franquin. On ne peut accuser les nouveaux auteurs de dénaturer les personnages, Franquin a lui-même remodelé à sa sauce les personnages créés par Rob Vel et heureusement.
Cet album est le dixième de la série "Le Spirou de...". Série de très bonne tenue, mais ne vous attendez surtout pas à trouver l'esprit de Franquin.
Frank Pé et Zidrou nous présentent là un album, émouvant, tragique et drôle, avec quelques clins d'oeils à droite à gauche, des personnages un peu caricaturaux mais pétillants.
C'est peut-être l'album de Spirou qui m'a le plus ému, et même si ce n'est pas la spécialité de la série, rien ne nous empêche de goûter à ce plaisir.
En conclusion je citerais cette phrase extraite du livre : "Le beau ne résout rien, il est inutile. Comme un coucher de soleil. Comme le rire d'un enfant. Mais c'est ce qui justifie tout le reste, non ?"
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (4)
BulledEncre   26 juillet 2017
Si certains passages (notamment celui avec le conte de Champignac) auraient pu être dispensables, il est difficile de rester indifférent face à sa lecture : Spirou y apparaît plus mature, plus sensible aussi, Fantasio est plus effacé mais son appui se révélera un peu plus tard.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   26 décembre 2016
"La lumière de Bornéo" marie, l’espace d’un album, deux créateurs en pleine maîtrise de leur talent.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   31 octobre 2016
Pour pallier le manque d’aventure de cet album, les auteurs ont joué la carte de l’émotion et de la magie. Mais il leur a manqué sans doute un peu de place pour qu’elles prennent vraiment corps.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   06 octobre 2016
Une histoire sans trop de vibration, si ce n'est les parties sur Bornéo et les très adroites séquences autour de Spirou, Fauvette et Noé.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   29 novembre 2016
- Spirou, vous avez devant vous l'incarnation du gars qui n'arrive jamais à assumer ses responsabilités.
Un Noé incapable de manœuvrer son arche, quoi!
- Vous savez, on a inventé un excellent GPS depuis l'époque diluvienne de votre glorieux homonyme : L'AMITIÉ!
- L'AMITIÉ!... L'AMOUR!... Peuh! Ne me dites pas qu'à votre âge... vous croyez encore à ces foutaises ?
La vie, ce n'est pas le cirque, jeune homme!
À la fin, il n'y a pas une grande parade joyeuse sous les applaudissements du public!
À la fin, vous êtes SEUL au milieu de la piste, avec vos regrets comme unique spectateur!
Foutaises!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gouelangouelan   30 novembre 2016
Qui eût cru qu'au vingt et unième siècle il y eût encore tant de gens pour prendre le temps de regarder silencieusement des peintures et laisser vibrer leur âme ?
Le beau ne résout rien, il est inutile.
Comme un coucher de soleil.
Comme le rire d'un enfant.
Mais c'est ce qui justifie tout le reste non ?
Commenter  J’apprécie          160
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   15 octobre 2016
Tu sais... C'est normal d'avoir la trouille. Plus grand est le défi, plus forte est ta peur... A toi de l'accepter, de l'asseoir à tes côtés et de sauteur dans le vide...
Commenter  J’apprécie          120
MarquePageMarquePage   01 novembre 2016
- L'amitié ! ... L'amour ! ... Peuh ! Ne me dites pas qu'à votre âge vous croyez encore à ces foutaises ? La vie, ce n'est pas le cirque, jeune homme ! A la fin, il n'y a pas une grande parade joyeuse sous les applaudissements du public ! A la fin, vous êtes seul au milieu de la piste, avec vos regrets comme unique spectateur !
Commenter  J’apprécie          40
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   15 octobre 2016
Qui eût cru qu'au vingt et unième siècle il y eût encore tant de gens pour prendre le temps de regarder silencieusement des peintures et laisser vibrer leur âme?
Le beau ne résout rien. Il est inutile. Comme un coucher de soleil. Comme le rire d'un enfant.
Mais c'est ce qui justifie tout le reste, non?
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Frank (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Frank
Extrait du documentaire "La Malle aux trésors" de René Follet: René Follet est un dessinateur d'exception qui fait le lien entre la Bande dessinée d'expérimentation graphique et la Bande dessinée Traditionnelle, entre la BD et L Illustration ; René Follet : Plus de 60 ans de Création face à sa fidèle planche à dessin ! Lors de son son apprentissage, il reçoit les conseils avisés d'Hergé, de Jijé , de Franquin: Excusez du peu ! Et pourtant le grand Public le connait peu : Il fallait absolument lui rendre Hommage ! On sait peu que René Follet fut un pilier de Spirou et du journal Tintin dès les Origines . Il a illustré Jean Ray avec Brio , repris la série Valhardi, collaboré avec Tillieux; Il a travaillé dans l'ombre pour William Vance et Mitacq....et réalisé de fabuleuses illustrations pour des ouvrages grand format sur les Grecs ou la Chevalerie... Des collègues dessinateurs, au premier rangs desquels Emmanuel Lepage, René Hausman, Frank Pé , Jean-François Charles, évoquent son style nerveux et aérien, son impressionnant sens du mouvement ! Un hommage appuyé lui est également rendu par les critiques et Bio-bibliographes Patrick Gaumer, Gilles Ratier ,Josef Peeters ainsi que par Rodolphe qui fut un de ses scénaristes pour une vie de Stevenson. René Follet n'a pas rangé ses pinceaux : à plus de 80 ans, ses lavis ou ses BD en couleur directe émerveillent plus que jamais ; Tout récemment, il est retourné vers son goût premier pour l'illustration: les petites cases de la BD n'ont pas réussi à enfermer sa volonté de liberté graphique... Un film Grif'GRAPHE de Patrick Dillies et Denis Pattyn/musique Juliette Dillies , à l'occasion des expositions organisées par Christian Antoine ( "Sur la pointe du Pinceau") Louis et Fabien Malré ( "Les amis de René Follet") à BD BOUM -Blois Novembre 2015 et au centre culturel de Rouge-Cloître près de Bruxelles ( 1er trimestre 2016). Ce documentaire a fait l'objet d'un DVD bourré de Bonus, avec notamment la complicité de Frank Pé.
+ Lire la suite
autres livres classés : cirqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
591 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre