AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800140119
Éditeur : Dupuis (24/10/2007)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 36 notes)
Résumé :

Un monde à part Normandie, 1913. Célestin dirige un immense zoo qu'il entretient de son mieux, avec l'aide du sculpteur Buggy et de la jeune Manon, spontanée et insouciante. Un jour, le petit groupe voit arriver une personne étrange : une réfugiée russe, Anna, dont un bandeau dissimule la terrible cicatrice. La jeune femme, victime d'une brute, a eu le nez arraché. Or, dans la tradition russe, perdre son nez, c'est perdr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
blandine5674
  26 octobre 2019
Un contraste saisissant dans les premières pages entre un texte de tendresse pour un grand-père et des dessins terribles de cruauté. Puis, nous sommes dans un zoo dirigé par un médecin où vit sa fille adoptive, une femme sans nez et un sculpteur de génie. Dessins et couleurs chaudes très beaux. Quant à l'histoire... La suite me dira si j'aime ou pas.
Commenter  J’apprécie          140
Sejy
  29 septembre 2012
Critique de la série complète
J'ai lu les deux premiers tomes de Zoo il y a plusieurs années déjà, à une époque où je découvrais la Bande dessinée. Depuis, il persistait dans un coin de ma mémoire le souvenir d'une fascination visuelle et d'un choc émotionnel intense. À la faveur de la sortie d'un tome 3 que l'on espérait plus, j'ai parcouru la série dans son intégralité et je constate amèrement que la magie ne fonctionne plus tout à fait. le piédestal sur lequel je l'avais inconsciemment placée ainsi que la trop longue attente d'une suite pendant laquelle j'ai pu goûter à de multiples autres oeuvres fortes, ont créé de nouveaux appétits que cette relecture n'a jamais satisfaits. À présent, l'ensemble m'apparaît malheureusement plus fade. Cependant, je ne peux pas contester ses qualités évidentes ni renier les quelques plaisirs que j'ai ressentis.
Le graphisme est d'un esthétisme absolu. le trait est fin, précis. D'une extrême délicatesse, il parvient tout aussi bien à restituer la beauté naturelle du vivant que la complexité et la majesté des architectures. Sublimé par une palette de couleurs directes totalement maîtrisée qui alterne magistralement les lumières et les ombres, c'est tout un univers en soi qui nous submerge littéralement.
Les personnages sont attachants, vraiment touchants. Célestin, médecin passionné dont on sent immédiatement toute l'humanité et la bienveillance. Buggy, l'écorché vif, artiste de génie qui parvient à transmettre dans ses sculptures une sensualité et une sensibilité à fleur de peau. Anna, la défigurée. Une laideur physique relative qui se transforme en charme au fur et à mesure des albums, en même temps que l'on entrevoit sa grandeur d'âme. Et Manon enfin pour qui j'ai plus de réserve. Je la trouve plus agaçante qu'attendrissante dans sa naïveté de grande enfant. Et son comportement souvent instinctif, presque animal, me perturbe et, par moments, m'irrite.
Malgré le contexte de guerre, et les fissures de protagonistes que la vie n'a pas épargnés, les relations qu'entretient ce petit groupe, à l'abri de cette bulle hors de l'espace et du temps qu'incarne le zoo, scellent une harmonie qui transpire les bons sentiments. Une atmosphère tirant sur le sirupeux, peut-être imputable au rythme et à la progression lente d'une narration par trop contemplative. D'aucuns y apprécieront la possibilité de mieux s'approprier l'histoire, d'apprivoiser le contexte et ses personnages. À mon goût, en tirant un peu trop sur la corde du temps, les vrais moments d'émotions se retrouvent sur le fil du rasoir, manquant de tomber à tout instant dans un pathos ou une mièvrerie rédhibitoires.
Subjugué par le dessin, bouleversé plusieurs fois par le récit, il me manque malgré tout un je ne sais quoi. Une pincée d'épices et un soupçon de subtilité supplémentaire pour m'afficher pleinement séduit par une oeuvre généreuse qui s'inscrit à part dans le paysage du 9e art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bdelhausse
  01 septembre 2017
D'abord, il y a le dessin... Rond, puissant, ample, souple. Des corps prennent racine, des cheveux se font lianes. La glaise devient animale sous les doigts de Buggy, artiste et homme à tout faire dans ce zoo monté de toutes pièces par un médecin passionné. Buggy sculpte et modèle. L'art animalier n'est pas une mince affaire et le rendu des muscles, des sauts, des mâchoires est saisissant. C'est une gageure... dessiner des sculptures animales qui rendent ce mouvement, cette sauvagerie indomptable... Le dessin est LE point fort du tome.
Ensuite il y a un scénario, parfois confus, parfois disjoint, où la parole est rare. le lecteur est amené à recomposer le récit, à se pencher longuement sur les planches. C'est contraignant. Il faut s'y astreindre, alors que le dessin permet de glisser... Cette opposition scénario-dessin, l'un exigeant, et l'autre qui facilite... cela m'a perturbé. Parfois, je me rendais même compte que je ne lisais plus les rares textes ou les quelques dialogues.
Enfin, il y a l'émotion, très présente. La douceur qui triomphe de la violence. Les sentiments, forts, d'amour et de haine. C'est du "Frank", somme toute. le côté plus sombre de l'auteur, où on retrouve cette même tendresse présente dans Broussaille, mais dure, âpre, qu'il faut apprivoiser (il y a des fauves dans ce zoo, des deux côtés des grilles).
La guerre gronde. On s'y prépare. On l'ignore, mais on la subit déjà. le trio qui gère le zoo héberge Anna, une Russe défigurée. Comment vont-ils évoluer... ?
Ai-je aimé ou pas? Je n'en sais fichtre rien. Mais l'oeuvre résonne ou raisonne en moi... J'ai l'impression, et c'est paradoxal, d'avoir reçu trop en lisant cette BD. D'avoir reçu trop et mal... Au final, c'est un peu comme si je ne savais pas quoi faire de ce que j'ai reçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ancoline
  10 novembre 2011
De beaux dessins dans cette BD. Cela se passe pendant la première guerre, un médecin voue son temps à poursuivre et sauvegarder le zoo réalisé par son ancêtre. le scénario ne m'a pas emballé.
Commenter  J’apprécie          40
EstelleRomano
  15 novembre 2017
En trois tomes, aussi bons les uns que les autres, tant le scénario que les dessins et les couleurs.
Quand approche la guerre, la brutalité de la loi des hommes, qui est sauvage ? qui perd son âme ? qui est la bête ?
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LilizLiliz   21 mars 2016
La nuit est noire comme une vie sans espoir, comme l'ombre d'une montagne sur un désert de neige.
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Videos de Frank (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Frank
Extrait du documentaire "La Malle aux trésors" de René Follet: René Follet est un dessinateur d'exception qui fait le lien entre la Bande dessinée d'expérimentation graphique et la Bande dessinée Traditionnelle, entre la BD et L Illustration ; René Follet : Plus de 60 ans de Création face à sa fidèle planche à dessin ! Lors de son son apprentissage, il reçoit les conseils avisés d'Hergé, de Jijé , de Franquin: Excusez du peu ! Et pourtant le grand Public le connait peu : Il fallait absolument lui rendre Hommage ! On sait peu que René Follet fut un pilier de Spirou et du journal Tintin dès les Origines . Il a illustré Jean Ray avec Brio , repris la série Valhardi, collaboré avec Tillieux; Il a travaillé dans l'ombre pour William Vance et Mitacq....et réalisé de fabuleuses illustrations pour des ouvrages grand format sur les Grecs ou la Chevalerie... Des collègues dessinateurs, au premier rangs desquels Emmanuel Lepage, René Hausman, Frank Pé , Jean-François Charles, évoquent son style nerveux et aérien, son impressionnant sens du mouvement ! Un hommage appuyé lui est également rendu par les critiques et Bio-bibliographes Patrick Gaumer, Gilles Ratier ,Josef Peeters ainsi que par Rodolphe qui fut un de ses scénaristes pour une vie de Stevenson. René Follet n'a pas rangé ses pinceaux : à plus de 80 ans, ses lavis ou ses BD en couleur directe émerveillent plus que jamais ; Tout récemment, il est retourné vers son goût premier pour l'illustration: les petites cases de la BD n'ont pas réussi à enfermer sa volonté de liberté graphique... Un film Grif'GRAPHE de Patrick Dillies et Denis Pattyn/musique Juliette Dillies , à l'occasion des expositions organisées par Christian Antoine ( "Sur la pointe du Pinceau") Louis et Fabien Malré ( "Les amis de René Follet") à BD BOUM -Blois Novembre 2015 et au centre culturel de Rouge-Cloître près de Bruxelles ( 1er trimestre 2016). Ce documentaire a fait l'objet d'un DVD bourré de Bonus, avec notamment la complicité de Frank Pé.
+ Lire la suite
autres livres classés : zooVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1885 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre