AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743625465
Éditeur : Payot et Rivages (05/06/2013)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Célèbre pour ses engagements dans la Révolution américaine, pour ses inventions, ses essais politiques, ses fonctions diplomatiques, Benjamin Franklin (1706-1790) fut aussi un polémiste redoutable. Il se fit connaître auprès du public par des pamphlets, mais aussi par de petites pièces humoristiques ou morales : maximes et proverbes, admonestations, portraits satiriques.
Ce volume offre trois exemples de ces courts textes : Conseils pour se rendre désagréable... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SophieChalandre
  07 novembre 2016
Benjamin Franklin, brillant esprit multidisciplinaire, un des fondateurs de la République américaine, se montre ici gaillardement satyrique envers les mondains dans un très court « conseils pour se rendre désagréable », qu'on devine à l'usage de la bourgeoisie entreprenante, car il s'agit au fond de fuir les plaisirs sociaux frivoles pour travailler et enrichir une nation (et soi-même).
Les chapitres suivants rétablissent un Franklin bourgeois, capitaliste, vantant l'enrichissement (le temps c'est de l'argent est de son crû), non pas pour le plaisir de faire fortune en soi mais pour la prospérité générale, sans jamais rien évoquer des nécessaires partages de cette richesse. le Dieu des presbytériens, celui de Franklin, ayant énoncé qu'à chaque individu correspondait une destinée, prospérer pour sa divine gloire n'est pas donc un péché.
Dans le petit essai final, « l'art de la vertu », il ne goûte guère les réjouissances d'ici bas : Franklin superpose vertu, bons sens et austérité.
On déduit de ce livre que la prospérité serait vertueuse – reconnaissons que le monde protestant entrepreneurial a offert à l'Occident des décennies d'amélioration de confort et de progrès techniques. On aurait pourtant aimé lire de Franklin, esprit des Lumières outre-atlantiques, qu'une pensée émue s'impose envers ceux que ce système économique a laissé et laissera encore sur le bas côté. Aucune réserve non plus de sa part quant aux risques de déviances de ses certitudes libérales, comme faire de l'argent pour l'argent, toujours plus d'argent, quitte à coter le génome humain en Bourse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
benleb
  18 juin 2014
Le titre du livre est trompeur; l'éditeur l'a certainement choisi car il était plus vendeur. Je pensais que c'était un livre humoristique ou satirique, dans la veine de "La modeste proposition" ou "Instructions au domestiques" de Swift. En fait, l'ouvrage comprend plusieurs textes, celui lui donnant son titre au recueil ne couvrant que 5 pages sur 87.
Conseil pour se rendre désagréable est un court texte satirique condamnant le bavardage intempestif, Comment devenir riche, Conseils à ceux qui veulent devenir riche sont des courts essais démontrant que la richesse repose sur le travail et la vertu.
Le texte le plus important est L'art de la vertu. Extrait de l'autobiographie de Franklin, il s'agit d'une méthode pratique, baser sur l'auto-examen, pour maîtriser les 13 vertus que' l'auteur pense indispensables, de la tempérance à l'humilité. L'auteur n'hésite pas à masque les difficultés rencontrées et même un échec relatif. Ainsi il reconnait son orgueil et son incapacité à devenir humble. Pourtant le bilan est positif, puisqu'il sait qu'il s'est amélioré moralement.
En fait Benjamin Franklin résume une éthique protestante dans des conseils de bon sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Lexpress   08 juillet 2013
Franklin, selon son humeur, donne des leçons, ironise ou se confesse. D. H. Lawrence avait beau vomir la "morale pragmatique" du bourgeois Franklin, il était forcé d'admettre que "ce petit démocrate desséché" a plus fait "pour détruire la vieille Europe qu'aucun nihiliste russe".
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lire un extrait
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Roméo et Juliette : Renaissance de la mythologie

A. Jeunes Babyloniens, nous nous sommes suicidés parce que nos parents s'opposaient à notre amour. Nous sommes........................

Roméo et Juliette
Tristan et Iseult
Cupidon et Diane
Pyrame et Thisbé

8 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtre , classique , amour , romeo et juliette , tragédieCréer un quiz sur ce livre