AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le secret des tombes (24)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Souri7
  24 février 2017
Troisième roman relatant les enquêtes d'Adelia Aguilar, médecin légiste au Moyen Âge.


Après avoir aidé Henri II à faire la lumière sur une série de crimes d'enfants à Cambridge (La confidente des morts) et avoir permis de découvrir ce qui était arrivé à sa maîtresse Rosamund Clifford (La morte dans le labyrinthe), Adelia Aguilar aspirait à un peu de tranquillité. Seulement, son art est sujet à caution, les soins qu'elle donne aux habitants ne sont pas perçus favorablement par les autorités de Cambridge, la considérant comme une sorcière… Afin d'échapper à un Consistoire (une sorte tribunal de l'Inquisition), Adelia est obligée de trouver refuge auprès d'Emma Wolvercote (voir La morte dans le labyrinthe) avec sa fille, Allie ; son protecteur et ami Mansour et sa domestique et amie, Glytha.
Malheureusement, la tranquillité est vite mise à mal par Henri II requérant son expertise de toute urgence. Deux corps ont été exhumés sur les terres de l'Abbaye de Glastonbury et ceux-ci pourraient être les restes d'Arthur et Guenièvre. Adelia doit donc se rendre sur les lieux afin de mener son enquête et confirmer ou non cette hypothèse. Seulement, cette enquête se révélera pleine de danger, d'embûches, de secrets cachés…


Une intrigue mêlant à la fois le policier, l'historique et le fantastique via la légende du Roi Arthur. Par contre, une intrigue qui peine au départ à se lancer avec un début de livre un peu trop poussif où Ariana Franklin pose en quelque sorte le cadre historique de l'histoire, des relations entre Henri II et les Gallois… Par contre, une fois cette partie passée, le roman devient vraiment plaisant avec une intrigue complexe et enchevêtrée. L'intrigue principale concernant Arthur et Guenièvre est rapidement éclipsée par une enquête qui intéresse plus Adelia Aguilar, à savoir le devenir des ses amis disparus mystérieusement dans les bois de cette contrée.
Seulement, même si le livre a été un vrai plaisir à lire, il ne possède pas la même intensité que les deux précédents. Les intrigues sont « molles » et le côté suspens que possédaient les deux précédents livres est totalement absent. le lecteur ici n'a pas de monstre sanguinaire à trouver se cachant sous les traits d'un être innocent… L'ambiance presque thriller a complètement disparue au profit d'un roman policier historique.


Même si l'intrigue ne m'a pas extasiée autant que je l'espérais, le côté historique vaut vraiment le coup d’œil. Ariana Franklin nous propose ici une découverte à la fois sociale, politique et notamment judiciaire du XIIe siècle. Le lecteur découvre ainsi le Judicum Dei (justice divine) où lors d'un combat, le gagnant est considéré comme avoir été adoubé par dieu dans son droit ; la loi du Franc Plège permettant de maintenir l'ordre par la peur puisque les hommes dans ce système sont groupés (tithing) et si l'un d'eux est accusé d'un crime, les autres paient aussi ; enfin, les balbutiements des tribunaux avec l'instauration par Henri II d'un tribunal itinérant permettant une justice plus juste.


Une saga historique agréable à lire avec en bonus des couvertures de livres aux éditions 10/18 que je trouve vraiment fabuleuses avec des couleurs vives témoignant du "peps" de cette série.
Ce troisième roman se termine de plus sur un petit suspens : Adelia s'est en effet fait un ennemi qui semble bien décidé à se venger. Vivement le prochain tome pour découvrir comment... et la prochaine couleur de couverture. 😊
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Livresque78
  02 février 2017
J'ai aimé le contexte Médiéval, c'est d'ailleurs ce que je recherchais en choisissant ce livre. Je voulais des enquêtes, des mystères.
Le fait qu'Adélia Aguilar, douée dans bien des domaines, mène la marche afin d'élucider ces morts, donne une tournure intéressante et inattendue au roman.
Ce dernier est le troisième des aventures D'adélia, mais peut-être lu indépendamment, comme je l'ai fait.
Le point négatif, à mes yeux, est la lenteur avec laquelle démarre l'enquête, cependant Arthur et Guenièvre, en sont incontestablement le point positif. L'époque et les coutumes qui y font référence, comble cette lenteur, en accrochant le lecteur sur une période dont il est curieux, ce qui parait logique si il choisit ce livre.
De plus notre enquêtrice médiévale a un sacré tempérament pour l'époque, ce dont on ne peut être qu'admiratif
Lien : https://livresque78.wordpres..
Commenter  J’apprécie          150
SZRAMOWO
  07 février 2017
Vesuvia Adelia Rachel Ortese Aguilar, est médecin diplômé de l'école de Salerne, ce qui reste un cas unique dans l'Europe du 12ème siècle.
Le roi la charge d'une mission à Glastonbury. Elle doit enquêter et prouver que les restes du roi Arthur sont bien inhumés dans le cimetière de cette cité : « Eh bien, il existe une hypothèse tenace selon laquelle Arthur serait seulement endormi, poursuivit Rhys, toujours aussi évasif. Dans une grotte de cristal à Ynis-Witrin, l'île de Verre. Avalon »
 « C'est-à-dire Glastonbury, lâcha le roi avec brusquerie. »
Les lecteurs familiers de Ariana Franklin connaissent Adelia Aguilar dont c'est la troisième aventure. Pour ma part, je découvre le personnage, son caractère obstiné, « Mais elle s'appelait Vesuvia Adelia Rachel Ortese Aguilar, medica de l'école de Salerne, et si elle ne s'attachait pas à la découverte de la vérité, alors elle n'était plus rien. » ; son charme et sa familiarité avec le roi Henry Plantagenet : « Elle eut droit à un baiser royal sur la joue et une tape tout aussi royale dans le dos. le scribe Robert fut invité à rédiger un sauf-conduit au bénéfice de « mon bien-aimé seigneur Mansur et son interprète, maîtresse Adelia Aguilar. »
Adelia est l'une des premières médecins légistes : « Certes, il lui faudrait admettre qu'elle découpe les cadavres. Mais grâce à ça, argumenterait-il, elle avait révélé un crime et mené les coupables devant la justice. Vous devez sans doute approuver cela. »
Femme se démenant dans un monde d'hommes, elle n'en parvient pas moins à s'affirmer et malgré les hypocrisie et les faux-semblants des autorités religieuses, à dénouer l'intrigue dont le Roi l'a chargée.
« Le père Geoffrey s'efforça de recouvrir d'un voile le souvenir des explications d'Adelia selon lesquelles un homme castré, bien qu'incapable de procréer, pouvait connaître une érection durable. Pardonnez la franchise de ses paroles, Seigneur, elle ne sait pas s'exprimer autrement. »
Ariana Franklin , un peu à la façon de Ellis Peter avec Frère Cadfael ou (je n'hésite pas) Umberto Eco avec Guillaume de Baskerville, nous guide dans les méandres d'une société médiévale qui ressemble au fond fort à la notre : Autorité peut y rimer avec abus de pouvoir, religion avec peur, humain avec lâcheté.
Un roman bien documenté où l'on apprend beaucoup sur les meurs de l'époque : « Les rues étaient engorgées. Des chariots grillagés continuaient d'amener du fin fond du comté des hommes et des femmes tirés de leurs geôles pour passer en jugement. Les clercs couraient partout, sommations en main. Les inspecteurs officiels allaient d'une porte d'auberge à l'autre, d'un pas un peu titubant, pour goûter la bière et vérifier qu'elle n'était pas trop coupée. Les boulangers patientaient à côté de leur four pendant que l'on contrôlait que les miches d'un sou avaient le poids réglementaire. Partout les bonimenteurs, patente prudemment exhibée, aguichaient le chaland par leurs clameurs. Jongleurs, acrobates et autres conteurs profitaient de l'occasion pour divertir les foules. On négociait les chevaux ; ainsi que les jeunes filles à marier. Nombreux étaient ceux qui étaient venus de loin pour espérer apercevoir leur monarque. »
Enfin, Ariana Franklin rappelle dans ce roman que la geste des Chevaliers de la Table Ronde s'articule aussi autour des relations tumultueuses du trio amoureux Lancelot, Guenièvre, Arthur : « Arthur avait enflammé et enflammait encore l'imaginaire du pays. Ses prouesses mythifiées, ses chevaliers, ses batailles, son mariage avec Guenièvre et l'infidélité de celle-ci étaient contés par les ménestrels amateurs et professionnels dans les châteaux, les manoirs, les marchés et jusqu'au coin de la cheminée. »

Adelia, l'héroïne succombe au charme des histoires de chevalerie qui hante son sommeil perturbé : « Cette nuit-là, Adelia fit un nouveau rêve, un beau rêve élégiaque. Au début. Elle était sur la berge de la Brue en compagnie de chevaliers en armure, juste au-delà de la place du marché. On entendait des voix de femmes, unies dans un chant funèbre. Un des chevaliers leva le bras, brandissant une épée qu'il tint un instant, offrant au clair de lune sa longue lame et les pierres précieuses de sa poignée. Les lamentations enflèrent jusqu'au cri.
« Arturus, Arturus, Rex quondam, rexque futurus. »
Le chevalier lança l'épée qui tournoya dans les airs, éclair noir et argent décrivant un grand arc. Il y eut une gerbe d'eau, puis Excalibur disparut dans les flots. »
C'est en revoyant son rêve qu'elle comprendra que la réalité du pouvoir ne se parera jamais de la magnificence et de la noblesse des valeurs de la chevalerie arthurienne :
« Deviendrez-vous également une légende ? Non, l'Église y veillera. Les générations futures qui vivront avec les lois que vous avez édictées ne verront en vous que l'assassin de Thomas Becket. » pense-t-elle en regardant Henri II Plantagenet.
Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aelynah
  26 janvier 2017
Vesuvia Adelia Rachel Ortese Aguilar est une femme de caractère, de par sa formation, rare pour l'époque en tant que medica de l'école de Salerne mais aussi par son honnêteté en tous points.

Alors lorsque le roi Henri II de Plantagenet la convoque séance tenante afin de la missionner sur Glastonbury, voit-elle rouge. Au cours des deux enquêtes précédentes qu'elle a mené pour le roi, la mort et le danger ont beaucoup trop frayé en sa compagnie pour se lancer dans l'aventure avec entrain. de plus, le trajet à bride rompue qu'elle vient de subir pour découvrir cette mission n'arrange pas un caractère déjà bien trempé.

Selon les dires d'un barde, Arthur Pendragon, celui que les gallois vénèrent et dont ils attendent le retour aurait été enterré entre deux pyramides il y a de cela 24 ans près de l'abbaye de Glastonbury. Henri veut se servir de cette nouvelle pour couper court à toute rébellion galloise au nom du roi légendaire qui viendrait les sauver.

Adelia, en compagnie de Mansur, son ami Maure et accessoirement nommé médecin officiel, sa fille Allie et la nourrice Glytha, vont donc devoir trouver une manière de prouver que ce grand homme est mort. Ou du moins que les cadavres trouvés dans le cercueil à l' endroit des dires du barde datent de suffisamment longtemps pour être crédibles. Car le cercueil ne renferme pas un mais deux corps enchevêtrés que la rumeur voudrait voir comme ceux d'Arthur et Guenièvre.

C'est donc dans l'optique d'une enquête facile et surtout sans danger qu'elle et sa troupe vont se lancer sur les routes en direction de Glastonbury. Mais la vie n'a jamais été un long fleuve tranquille pour Adelia. Et la présence de l'évêque de St Albans, accessoirement le père de sa fille, va troubler sa sérénité. Hélas ce sera probablement le risque le moindre qu'elle devra croiser cette fois encore. Et ce qui s'annonçait comme une mission de routine va devenir une quête de vérité et un des plus grands défis d'Adelia. Car un événement dramatique a eu lieu sur place et va transformer une quête simple en chemin semé d'embuches.

En nous plongeant à la fois dans la geste arthurienne, les complots familiaux et la folie des hommes, Ariana Franklin signe là un roman fascinant à la plume déliée et surtout hypnotisante.

Nous suivons les aventures d'Adelia d'un seul souffle.

Mansur et elle vont nous emporter à leur suite dans cette histoire et le faire de façon directe et percutante. La plume de l'auteure est telle que le scénario se déroule tel un écheveau de soie.

Ariana Franklin a su poser une trame complexe et nous la faire suivre sous les yeux d'Adelia avec une facilité déconcertante. Des éléments s'entrecroisent, des coïncidences apparaissent fortuitement ou non et la lumière va se faire sur la folie des hommes, la jalousie et autres vices.

C'est une auteure qui mérite attention et un suivi particulier. J'ai adoré la rencontrer sur ce tome et je compte bien prochainement lire ses autres récits avec Adelia.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Luria
  17 février 2017
Des mystères, de la magie, de l'aventure façon Indiana Jones des Catacombes, un soupçon de luxure, et les légendaires Arthur et Guenevere en prime.
Ce troisième opus avait tout pour être parfait, même si là encore, l'enquête trop vite décelable. Glastonbury et les mystères d'Avalon n'étant pas étrangers à mon engouement.
Hélas, trois fois (ou plutôt cent pages) hélas, le mystère résolu, le livre nous traîne encore loooooongtemps pour nous engluer sur des fonds d'intrigues qui ne servent à rien et dont on n'a que faire. Dommage, on en perd tout l'intérêt premier du bouquin.
Commenter  J’apprécie          40
croc1706
  29 janvier 2017
Dans le secret des tombes, Ariana Franklin nous présente pour la troisième fois son enquêtrice favorite, Adelia Aguilar . Cette spécialiste des ossements et docteur à ses heures s'est imposée dans un domaine où seuls les hommes exercent, le tout à une époque difficile. En découvrant qu'il s'agissait d'un troisième tome, je me suis un peu inquiétée quant à la logique de l'évolution des personnages, mais il se lit parfaitement indépendamment. 

Et j'ai tout simplement adoré. Tout d'abord l'époque, l'Angleterre pendant le règne d'Henry II est une période qui m'intéresse,  et  on découvre avec délectation la vie des Anglais à cette époque. Mais ce qui fait tout l'interêt de ce roman, c'est la galerie de personnages tout juste incroyables. Entre Adélia , l'héroïne , mère célibataire, au caractère bien trempée , Mansour, son ami maure, sa fille Allie, déjà bien avancée pour son âge , ou encore Rhys , le barde gallois qui tombe amoureux à chaque chapitre , ils sont tous extraordinaires. 

Avec un humour très présent, ce roman mélangeant  mystère, aventure , amour m'a fait passer un excellent moment.

Alors si vous voulez découvrir les aventures d'une femme incroyable capable de tenir tête aux rois, et de résoudre les mystères les plus étranges , n'hésitez pas et découvrez "Le secret des Tombes". 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Alice_vn
  26 août 2017
C'est le premier roman de cet auteur que je lis et même si c'est le troisième tome de cette série je n'ai eu aucun problème à situer tous les personnages et à vite comprendre leurs relations, ce qui est toujours un « plus » dans une série !

J'ai beaucoup aimé tout le pan historique de ce roman. Une plongée au Moyen Age qui permet de découvrir la façon de vivre et les moeurs de cette époque. Les personnages principaux permettent de découvrir un large éventail de situations : une femme (médecin qui plus est), un Maure, une femme de la noblesse, des moines aux passés divers…
On y apprend qu'Henri de Plantagenet à mis en place la "justice" au sens moderne en Angleterre (ou alors c'est une info qui était très enfouie dans ma mémoire), on y découvre l'état de la médecine à l'époque...
Et le tout sur fond de légende arthurienne (c'est léger) puisque Adélia est supposée identifier un couple de squelettes comme étant Arthur et Guenièvre

Par contre je n'ai pas vraiment réussi à entrer dans l'enquête, ou plutôt les enquêtes… il manque un peu de suspens et de rythme pour réellement capturer l'attention.

Un roman plus historique que « policier » mais qui m'a beaucoup plu !
Lien : http://wp.me/p4a3IW-G1
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Loba21
  05 octobre 2019
Ce livre se lit facilement. L'écriture est fluide. L'histoire bien menée. Deux enquêtes se mêlent. : celle liée aux deux corps retrouvés enterrés dans l'abbaye (qui sont peut-être, ceux du roi Arthur et de Guenièvre) et celle de la mystérieuse disparition d'Emma qui entend rentrer en possession du domaine de son feu mari.
Les deux histoires s'imbriquent l'une dans l'autre. Adélia, en enquêtant, fait remonter au jour des secrets que leurs gardiens ne comptent pas laisser révéler sans réagir. Elle et les siens se retrouvent très vite en danger...
L'époque du roi Henri II est assez bien retranscrite, particulièrement tout ce qui touche à la justice.
Commenter  J’apprécie          10
Elamia
  30 avril 2017
La légende arthurienne revisitée dans un polar historique. Une belle réussite !

J'ai dévoré cette histoire en quelques heures, tellement j'étais charmée par ce contexte anglo-médiéval mais aussi par les énigmes qui se succédaient. Ariana Franklin part d'une intrigue principale : le souverain Henri II charge la légiste Adelia Aguilar d'enquêter sur des tombes qui datent de plusieurs siècles. Tout porte à croire que les deux corps retrouvés sont ceux de Guenièvre et Arthur. Mais c'est loin d'être aussi simple.
Dans sa recherche de vérité, le médecin va se heurter à tous un tas de problèmes annexes, qui, loin d'être de moindre importance, vont l'aider dans sa quête principale. Adelia qui pourrait être déboussolée suite à la disparition inquiétante de sa proche amie Emma, va, au contraire, nous surprendre et nous entrainer dans ses découvertes et ses mésaventures.

Un style rythmé et enlevé qui met en lumière un contexte historique vraiment passionnant. Les personnages ont parfois un langage assez brut de décoffrage, ce qui finalement, les rend assez crédibles. J'ignore si la personnalité d'Henri II était telle qu'elle est décrite ici, mais je n'ai eu aucun mal à me le représenter, avec son franc-parler, et ses petites piques à l'égard d'Adelia. Ce qui est d'ailleurs très intéressant dans leur « relation », c'est qu'Adelia ne lui est pas soumise, elle n'est pas juste un pantin dans l'histoire. Autre élément important et intéressant : la relation plus ou moins cachée d'Adelia et de l'évêque. La complicité entre ces deux là est frappante, et j'ai bien envie de lire les précédents tomes pour connaître les circonstances de leur rencontre.

En somme, un récit prenant, qui suscite ma curiosité et me donne envie de poursuivre ma découverte de l'auteur et de son personnage phare Adelia, avec : La confidente des morts et La morte dans le labyrinthe. Des titres qui ne font pas forcément envie mais qui, s'ils sont de la même trempe que celui-ci, promettent d'être captivants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Riz-Deux-ZzZ
  03 février 2017
En bref, un peu craintive face à l'époque très lointaine du XIIème siècle, je ressors de cette lecture comblée. Malgré une mise en place un peu lente, Ariana Franklin accroche ensuite le lecteur grâce à une plume accessible et des personnages récurrents attachants. L'intrigue marche parfaitement bien tout en collant le plus possible aux faits historiques.
Lien : http://rizdeuxzzz.canalblog...
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1799 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre