AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2858152950
Éditeur : Audie-Fluide glacial (10/05/2001)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 177 notes)
Résumé :
Idées Noires de Franquin, le spirituel papa de Gaston Lagaffe, Marsupilami et Spirou, nous révèle une nouvelle facette du talent de ce merveilleux dessinateur, mis au service d’un humour féroce, summum d’humour noir. Franquin nous démasque les visages hideux de notre barbarie civilisée: le nucléaire, la peine de mort, la guerre : celle des généraux, celle des marchands de canons, celle des troufions et autres gentillesses du même tonneau. Et ses extraordinaires dess... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  16 juillet 2013
Ah, Franquin ! Tout un poème !!! Si vous êtes, comme moi, des fans de Fluide Glacial, vous savez de quoi je parle. C'est drôle, c'est noir, c'est incisif, mordant... révélateur, souvent, de la bêtise humaine dans toute sa splendeur.

Les dessins sont nerveux, détaillés et donnent un mouvement à l'histoire. Les scénarios sont habilement menés et les jeux de mots sur les titres plantent le décor.

Fan de l'humour noir, cette BD est faite pour vous !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          674
cicou45
  11 juillet 2015
Franquin, l'idole de mon mari, le grand maître dans l'art de la bande-dessinée...à ne surtout pas critiquer, chose que j'ai eu de temps à autre tendance à faire mais pour ce tome, rien à redire. Un album à ne surtout pas lire lorsque vous êtes déprimé ou dépressif mais qui fait tellement sourire si l'on sait jouer le jeu et prendre ses blagues au deuxième, voire au troisième degré. Avec son humour noir, manière de ne pas y toucher, Franquin critique, dénonce les grands scandales de notre société actuelle : la guerre, le nucléaire, la pollution entre autres mais tout cela est tellement porté à la dérision que cela fait rire. Pourtant, bien que les sujets abordés ici ne soient pas des plus réjouissants, ils ont toujours un fonds bien réel de vérité.
Des dessins très noirs avec un humour qui l'est tout autant (j'adore) et tout cela, mine de rien, extrêmement bien travaillé, tous porteurs de messages humanitaires ou autres mais que l'on ferait ^parfois bien de se souvenir ! Il me semble que Franquin à dessiné cette bande-dessinée lorsqu'il était lui-même dépressif mais cela a eu la qualité de faire ressortir des choses qui sont malheureusement trop souvent tues ou abordées dans des ouvrages scientifiques parfois trop complexes alors qu'avec un bon coup de crayon et quelques blagues assez bien tournées, la pilule passe beaucoup mieux !
A découvrir et à faire découvrir ! du Franquin comme je l'aime et tout cela rendu possible grâce aux éditions Fluide Glacial qui sont essentiellement tournés dans ce sens d'ailleurs. Merci à eux de nous avoir fait découvrit cet immense auteur sous un angle nouveau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Bookycooky
  10 août 2015
Qui va à la chasse, est chassé...et nous voici dans Les idées noires.
Comme dit Franquin dans son INVENTAIRE,dessins noirs,lettres noirs,bonhommes noirs,animaux noirs, engins noirs,monstres noirs, idées noires....De RIRES DE TOUTES LES COULEURS.
Cette BD achetée en 2004 à Paris à l'expo "Franquin et explora",oublié dans les piles à lire(ouais,je sais c'est un peu long...), a repris vie grâce à la critique récente de Coriolis.
Pas facile de rigoler avec du noir intégral, morbide , mais les dessins de Franquin comme dit GOTLIB, "sont des bijoux ,des merveilles,des feux d'artifice".En plus la palette de ses sujets est vaste,en passant du bonsaï aux missiles sol-air,sol-sol,air-air,de l'industrie alimentaire (poulet grand-mère,morbide limite!),à la religion(les bons cathos s'abstenir!),du danger de la clope(ca tue et comment!) au tennis (raquette killer!),d'une évasion de prison au baiser amoureux, fatal...et la fin est SUPER!
Selon votre conception de l'humour cette BD peut régaler ou....tuer!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
sabine59
  06 juillet 2016
Idées bien noires , en effet, trop même...
Franquin confiait:"Avec les idées noires, j'ai été frappé de la manière dont je pouvais déprimer les autres"...
Les planches en noir et blanc révèlent un trait rageur, révolté, des hachures et des ombres, qui est tout à fait en accord avec le ton grinçant des textes.
Jeu de mots ou plutôt jeu de maux s'enchaînent, du style " ne pas confondre ( c'est l'expression-leimotiv) surrégénérateur et centrale à comiques ou l'aimer follement et l'avoir dans l'appeau."
Les thèmes de société et les prises de position personnelles abondent mais on retrouve essentiellement la peine de mort, les attaques contre les militaires, les chasseurs, les bourreaux.
L'aspect engagé de cette BD montre un virage dans l'esprit de l'auteur: la maturité et la volonté de marquer ses idées, de les traduire en dessins s'affirme nettement.
C'est intéressant mais le pessimisme assumé lasse le lecteur et le déprime, en effet...
Commenter  J’apprécie          220
jyrille
  13 juin 2015
Idées noires est une série en deux tomes (dont un en format à l'italienne en A5) ou une intégrale, ayant fait l'objet de plusieurs éditions, chez Fluide Glacial, J'ai Lu ou Dupuis.
La préface est signée par Marcel Gotlib. Delporte appose avant chaque gag un aphorisme ( un peu casse bonbon Ndlr).
Après sa dépression qui le poussa à arrêter sa série phare Spirou et Fantasio, Franquin, en parallèle à sa série principale Gaston, commença à dessiner pour le supplément du magazine Spirou nommé le Trombone illustré. Dans les pas de leurs confrères de Fluide Glacial et Métal Hurlant, partageant également les interventions de Gotlib, ce supplément de huit pages mettaient en scène une bande dessinée plus adulte, acerbe et caustique.
Tout comme Hergé avant lui qui connut une grave crise qui le poussa à faire sa catharsis avec Tintin au Tibet, Franquin ne pouvait plus dessiner de décors, ni s'occuper de ses personnages : vingt ans de Spirou, qu'il avait tellement enrichi, avaient eu raison de sa motivation.
Griffonnant des monstres de cauchemars lorsqu'ils s'ennuyait en réunion, et désirant rompre avec tous les canons de la bd franco-belge, les Idées noires s'imposèrent dans cette période sombre et pessimiste de la fin des années 70 : crise pétrolière, mouvement punk, fin des trente glorieuses…
Sous des formats divers, allant du strip à la planche complète, Franquin y crée Les idées noires, une série sans héros ni personnage récurrent (à une exception près) mais possédant une bible graphique minimale et immédiatement reconnaissable : des dessins à l'encre de chine la plus noire, de larges aplats noirs, des décors presque inexistants et aucune couleur.
J'ai oublié à quand remonte mon premier contact avec cette série, mais elle arriva si tôt que son impact est indélébilement gravé en moi. Car le trait de Franquin y est celui des derniers Gaston, fourmillant de détails et plein d'énergie, mais coupé de tout relief rassurant. Pour un auteur de bd jeunesse, ce mariage d'un style longuement affiné à celui d'un humour dévastateur et dérangeant réussit magistralement à faire passer des messages forts mais également très désabusés.
Les idées noires présentent comme son nom l'indique des situations comiques sous le signe de l'humour noir, uniquement. Les chutes font mal, le bien ne triomphe jamais, la galerie ici décrite décline tout ce que la race humaine peut engendrer de pire : violence, injustice, bêtise, irrespect de la vie, des êtres et de la Terre, capitalisme inhumain, manque d'empathie, multiplication de l'égoïsme, de l'hypocrisie, de l'ignorance.
Grand amoureux des animaux, Franquin les met en scène avec beaucoup de cruauté. Il leur offrent une vitrine revancharde sur le genre humain tout en fustigeant ceux qui les idéaliseraient : le chien qui pleure sur la tombe de son maître n'a pas compris qu'il ne le reverrait plus, mais attend patiemment que quelqu'un lui rende la baballe prisonnière du cercueil…
Défouloir autant que réflexion sur une société liée au pétrole, à la peine de mort et au surarmement, les Idées noires restent pourtant d'actualité, aucun travers dénoncé n'ayant disparu de nos jours. En fait, il en manque même de nouveaux tant les moyens de se comporter inhumainement se sont développés depuis une quinzaine d'années.
Pourtant, ces strips se lisent et se relisent à l'infini, la qualité de ces blagues s'élevant au meilleur niveau des gags de Gaston. Et puis, malgré tous leurs défauts, tous les humains représentés ont des réactions absolument naturelles : dans leurs mouvements, leurs trognes, leurs dialogues, tout sonne vrai bien que le trait exagère tout.
Un boxeur qui décolle du sol sous les coups de son adversaire entend son entraîneur lui parler de son jeu de jambes : c'est irrésistible de non-sens et d'idiotie. Un vendeur d'armes qui, après avoir déclamé son catalogue de missiles anti-missiles et anti-anti-missiles, se demande pourquoi certains lui achètent encore des missiles ; le bon chasseur utilise la cartouche PANDAN-LAGL (lire « la gueule ») ; la pollution, la science et l'utilisation de l'atome sont le coeur de plusieurs gags sans jamais être répétitifs.
Les monstres des contes prennent vie dans l'obscurité des forêts comme dans la jungle urbaine. Franquin et ses comparses (Delporte, Roba, Gotlib entre autres) traquent les moindres insanités dans un monde en négatif : décors blancs et personnes noires.
Même si cela est vierge de toute actualité politique et de caricature de personnes vivantes, ces planches auraient eu leur place dans Hara-Kiri, voire dans le Charlie Hebdo de nos jours. La bêtise humaine n'ayant pas été éradiquée, les Idées noires restent des rappels lucides et méchants de nos pires travers, des aberrations du monde moderne et des peurs universelles.
Relire les Idées noires, c'est aussi être toujours épaté par l'optimisme de Franquin. Il a beau ne pas prendre de gants avec les chasseurs et les militaires, il parvient à nous faire rire et à faire vivre ses personnages à usage unique, à les rendre vivants en distillant des détails triviaux mais nécessaires. Malgré l'aspect aride de ces planches, elles fourmillent d'informations et prouvent qu'un artiste est surtout un spectateur et observateur. Mais à la longue, cela peut rendre cynique…
Lien : http://www.brucetringale.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   26 décembre 2016
Il ne faut pas confondre le sourire du fiston et les dents de la mer
Commenter  J’apprécie          354
LydiaBLydiaB   16 juillet 2013
Il ne faut pas confondre l'état de siège et la peau des fesses.
Commenter  J’apprécie          190
cicou45cicou45   11 juillet 2015
"C'est la vie ! Je sais bien que ça finira mal..."
Commenter  J’apprécie          130
bgodefrobgodefro   23 janvier 2012
Il ne faut pas confondre alcoolisme et défonce nationale
Commenter  J’apprécie          90
Hippolyte78Hippolyte78   22 janvier 2015
La loi est formelle:
Toute personne qui en tuera volontairement une autre aura la tête tranchée.
Que le bourreau fasse son office !
Commenter  J’apprécie          20
Videos de André Franquin (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Franquin
Payot - Marque Page - André Franquin - Gaston au-delà de Lagaffe
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Franquin

Personnage flamboyant, je suis un animal légendaire découvert par Fantasio, et depuis officiellement recensé par la très sérieuse Zoological Society of London. Quel est mon nom ?

Le Marsupilami
Spip
Zorglub
Le cracoucass

10 questions
131 lecteurs ont répondu
Thème : André FranquinCréer un quiz sur ce livre