AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284187611X
Éditeur : L'Archipel (13/10/2004)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Grâce à sa lâcheté proverbiale, Harry Flashman a survécu au guêpier afghan et à la terrible retraite de Kaboul (1842). Revenu à Londres en héros, anobli par la jeune reine Victoria, Harry poursuit sa carrière d'imposteur et de parfait scélérat en menant une vie de débauche. Mais les meilleures choses ont une fin... Quasi ruiné, harcelé par son grippe-sou de beau-père, Flashman accepte une proposition sonnante et trébuchante, qui, fort opportunément, l'entraîne loin ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Arakasi
  17 mai 2014
Londres 1843. Célébré dans toute l'Angleterre pour sa courageuse – hum hum – campagne en Afghanistan, le capitaine Harry Flashman profite tranquillement de son statut de héros en courant les bordels et les salles de jeux. le plus grand couard de toute l'Histoire de l'armée britannique aurait-il enfin trouvé le moyen d'accéder à une retraite en or sans verser pour cela une goutte de sang ? C'est sans compter avec l'incorrigible forfanterie de ce bon vieux Flashy : lors d'un repas chez des amis, il injurie gravement un jeune et arrogant baron allemand. Incident sans conséquences, pensez-vous ? Ce serait probablement le cas, si le baron en question n'avait pour nom Otto von Bismarck et n'était destiné à devenir l'homme d'état le plus brillant et le plus férocement vindicatif de toute l'Allemagne. Et en plus d'être vindicatif, Bismarck a la mémoire longue et, quelques années plus tard, Harry Flashman en fera les frais… Entrainé dans une des tortueuses machinations dont le futur chancelier allemand a le secret, Flashman devra user de toutes les ressources de son insurpassable couardise pour conserver sa tête et ses jolies moustaches intactes. Pensez donc à toutes les bonnes dames des maisons de plaisir londoniennes qui seraient fort chagrinées s'il en était autrement…
Deuxième tome des Archives Flashman, « le prisonnier de Bismarck » s'avère tout aussi délicieusement réjouissant et politiquement incorrect que le premier. Toujours aussi imbu de lui-même et bourrelé de vices, l'ami Flashy abandonne les exploits militaires pour se consacrer à la politique internationale et ceci avec un insuccès tout aussi phénoménal. Humour noir et érudisme sont encore une fois au rendez-vous avec en prime une très réussie galerie de nouveaux personnages ! J'ai particulièrement été séduite par la portraitisation de Bismarck qui, bien qu'encore loin du faîte de sa gloire, s'avère un enfoiré brillant et calculateur tout à fait sympathique. Il est brillamment épaulé par l'étourdissante Lola Montès, fougueuse et célèbre maitresse de roi Louis de Bavière et accessoirement d'Harry Flashman lui-même, et l'intriguant Rudi von Sternberg, tueur-enfant au tempérament aussi jovial que l'épée acérée. Que du beau monde, donc !
Et là, c'est le drame. Car, alors que l'auteur nous avait abondamment appâté avec des indices sur les futures aventures de l'ami Flashy, nous découvrons soudain avec horreur que celles-ci n'ont toujours pas étaient traduites. Et que – misère et désespoir – la maison d'édition L'Archipel semble avoir définitivement renoncé à le faire. J'irais bien flanquer le feu à leur siège en représailles, mais parait que ça ne se fait pas et puis c'est puni par la loi, allez savoir pourquoi… Il n'y a pas de justice, moi j'vous le dis.
(Critique déjà postée l'année dernière, mais je viens de l'effacer stupidement en voulant enlever une citation, et puisque Flashman le vaut bien, la revoilà ! Ce serait bête de la virer, vu que c'est la seule du site pour le moment...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Folfaerie
  17 mai 2014
Cette nouvelle aventure de l'ignoble Flashman se présente sous forme de pastiche, celui du prisonnier de Zenda. Ceux qui n'ont pas lu le roman d'Antony Hope se souviendront peut-être de l'excellente adaptation cinématographique de Richard Thorpe avec Stewart Granger…
Au cours des années 1842-43, Flashman croise la route de Lola Montes et de Bismarck. Aussi horripilant qu'à l'accoutumée, ce couard se débrouille pour humilier l'une et l'autre, en conséquence de quoi il sera l'objet d'une vengeance incroyable quelques années plus tard. En effet, appâté par une forte récompense, notre anti héros oubliant toute prudence, se rend en Allemagne sur l'invitation de la sulfureuse Lola. Piégé par le comte de Bismarck, Flashman se voit contraint de prendre la place du prince Carl-Gustav, à la tête du duché indépendant de Strachenz, que se disputent le Danemark et l'Allemagne. La suite de l'histoire est bâtie sur le modèle du prisonnier de Zenda, Flashman étant, par le plus grand des hasards, le sosie du prince.
Flashman est un peu plus sympathique que dans le premier volume de ses aventures. Ici point de chien à empaler ou de donzelle à violer de sorte que ce hussard de malheur paraît moins abominable. Quoique…
L'écriture de qualité, l'humour féroce et le cadre historique sont autant d'atouts pour cette série qui comprend plusieurs volumes et qui a suscité l'enthousiasme des américains et des anglais dès sa parution. Hélas, le public français ayant boudé ces deux premiers livres, les éditions de l'Archipel ont renoncé à traduire les aventures suivantes. Dommage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          75
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ArakasiArakasi   24 mai 2014
Je découvris bientôt que ce n'était pas la peine de poser des questions sur Lola ; les braves Munichois parlaient d'elle comme les Anglais du temps, et sur le même ton : elle ne s'améliorait pas et irait empirant, et l'on n'y pouvait rien.

(Sur Lola Montès en 1847)
Commenter  J’apprécie          80
ArakasiArakasi   07 juin 2014
Je le revois encore, les bras écartés, l'oeil en feu, la chevelure bouclée et le sourire conquérant, prêt à mettre le feu à un orphelinat pour allumer son cheroot. Je suis moi-même une fripouille, mais cela m'est venu naturellement, tandis que lui en avait fait un métier.
Commenter  J’apprécie          50
ArakasiArakasi   20 mai 2014
Le moment idéal pour se muer en héros advient quand la bataille est terminée et que vos compagnons d'arme sont morts. Paix à leurs âmes, les honneurs pour moi.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : Escrocs et escroqueriesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de George MacDonald Fraser (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14965 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre