AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2374480232
Éditeur : Xo Editions (26/10/2017)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Un grand roman épique L'histoire passionnante d'un animal devenu une légende « Vous le connaissez tous, avec sa splendide livrée noir et blanc, son air bonhomme, son appétit insatiable et sa démarche rigolote? le panda ! L'ami des enfants et le symbole de la préservation de la nature? Ce que vous ignorez peut-être, c'est qu'un missionnaire français, le père Armand David, en 1869, est à l'origine de sa découverte. Sans lui, le panda aurait été décimé par la chasse et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Colombedelesperance
  16 novembre 2017
Allez, hop ! On prend un peu de temps et on se flanque un coup de pied aux fesses pour taper cette chronique, sinon, j'y serai encore dans trois mois !
Le Père David, l'Impératrice et le Panda nous embarque auprès du Père David (on s'en serait douté), missionnaire lazariste qui va partir en Chine. Ce prêtre, qui rêve depuis sa jeunesse de voyager, est aussi un grand naturaliste qui rêve de découvrir de nouvelles espèces. C'est au cours de son séjour en Chine qu'il découvrira l'existence du panda, cet animal si mignon que nous connaissons tous aujourd'hui, mais qui à l'époque n'était connu que d'une poignée de gens ! Mais pour permettre à cette espèce de survivre, le Père David devra aller de rebondissements en rebondissements… et si le panda était appelé à devenir bien plus qu'une découverte scientifique ?
Je ne sais pas vous, mais déjà, je trouve cette couverture juste trop mignonne. En même temps, il y a des pandas juste tellement chous, dessus, il était difficile de ne pas la trouver mignonne. La thématique du roman est plutôt rare, de même que le contexte historique. Comme je suis curieuse, je me suis dit : « pourquoi pas ? ». La découverte que j'ai faite était effectivement intéressante, et j'en ai appris pas mal, même si côté plaisir de lecture, je n'en ai pas autant ressenti que je l'espérais. Je vais vous expliquer tout ça.
José Frèches est un spécialiste de la Chine, et ça se sent dans sa narration : il profite de plusieurs points pour glisser des détails sur la vie dans ce grand pays, sur les coutumes dont, nous, Occidentaux, ne savons rien, et sur encore bien des éléments. Ainsi, le lecteur fait face à une grosse poignée d'éléments qui sont enrichissants, mais qu'il faut savoir coordonner entre elles. La présence de personnages de fiction et d'autres historiques rend le tout encore un petit peu plus compliqué, parce qu'il faut tout resituer. Après, José Frèches possède heureusement une plume fluide et précise, il semble jouer avec son lecteur, ce qui rend le tout moins pesant, il faut l'admettre. Mais c'est dense quand même. J'ai appris beaucoup de choses sur ce contexte, cela dit !
Concernant l'intrigue, elle met du temps à se mettre en place, à proprement dit. Je dirais qu'une grosse partie du roman nous invite à suivre le Père David dans sa mission et dans ses débuts en tant qu'étranger en Chine. C'est romancé, et ça nous prépare à la suite, qui arrive dans la deuxième partie du roman. le panda n'arrive que bien plus tard, et l'Impératrice prend sa place surtout dans la dernière partie du roman. Tout se coordonne ainsi plus tard, ce qui n'est pas non plus évident pour le lecteur. Mais c'est intéressant, encore une fois ! Pour celui qui se laisse distancer, il faut s'accrocher. J'ai mis du temps, à lire ce roman, mais j'ai fait une balade intéressante et originale, dans une intrigue réfléchie, renseignée et construite.
Au final, si vous cherchez un roman addictif et prenant, ce n'est pas forcément le bouquin qu'il vous faut. En revanche, si vous cherchez un livre qui va vous apprendre des trucs et qui essaie de romancer quelque chose qui s'est passé (pas forcément comme ça, mais dans le style d'une fable), c'est le bon roman ! Les personnages sont travaillés, et si j'ai eu du mal à m'attacher à eux du fait qu'on les suit trop sporadiquement (il y a de grosses ellipses pour favoriser la vue d'ensemble de l'intrigue), j'ai aimé les côtoyer. Ils sont réalistes, nous offrant sourires et malaises, comme des personnes normales le feraient.
Comme j'ai déjà parlé de la plume plus haut, je vais passer directement aux valeurs. José Frèches élève plusieurs fois le débat dans le roman à propos de la vision du missionnaire et de la transmission de la foi, de la complexité de l'évangélisation dans des contrées qui ne croient pas. J'ai aimé voir les doutes et les réflexions, la remise en question du Père David et de ses compagnons. Tout comme j'ai apprécié le recul que le lazariste prend entre son devoir de missionnaire et son côté naturaliste, scientifique. C'était assez justement amené, sans pour autant pousser le lecteur à choisir un camp. de fait, le roman peut nous inviter à considérer nos principes et à nous y accrocher, parce que c'est ce que font beaucoup de personnages. Ils suivent leur conscience avant tout. Je pourrais aussi parler de manipulations, du pouvoir de la drogue, parce qu'avec tout ce que José Frèches a présenté dans son intrigue, on pourrait y passer un long moment. Il y a plusieurs personnages emblématiques qui amènent tous une problématique qui fait réfléchir. Enrichissant, j'ai dit, non ? Je répète et j'insiste !
En fin de compte, le Père David, l'Impératrice et le Panda a été un roman intéressant, enrichissant et dépaysant pour moi. J'ai appris de nombreuses choses, côtoyé des personnages travaillés et réalistes, et bien que je ne me sois pas attachée à eux, j'ai apprécié voyager à leurs côtés. L'intrigue n'est pas addictive, prenante au possible, mais elle nous invite à faire un tour dans une Chine que nous connaissons peu en Occident, auprès de ce prêtre qui ignore le retentissement de la découverte qu'il fera. José Frèches a le sens du détail, parfois même un peu trop, même s'il garde une plume relativement fluide, et qu'il parvient à créer un lien avec son lecteur, une connivence assez notable. Bref, c'était quand même une bonne lecture, juste différente de ce à quoi je suis habituée ! En conséquent, ce sera un 15/20 pour moi et je vous le recommande !
Lien : http://leden-des-reves.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Capucine214
  28 février 2018
José Frèches, je le suis depuis que j'ai découvert les séries : le disque de Jade et l'Impératrice de la soie. J'ai tout de suite adhéré à son style : conteur hors pair qui sait faire vivre ses personnages, nous captiver avec les légendes, et, en même temps, prof intarissable sur la Chine. Alors, lorsque je l'ai entendu à la radio pour la sortie de son nouveau livre, ni une ni deux me voilà partie le chercher.
Au vue des critiques postées ici et là, j'avoue que mon enthousiasme s'est retrouvé douché. Mais bon, je me suis lancée et... Et bien, j'ai été vraiment déçue. Je n'ai pas pas retrouvé l'auteur qui m'avait fait rêvée à une Chine toute puissante, qui s'ouvre au monde tout en conservant son identité. J'ai eu l'impression de me retrouver dans une classe avec un professeur d'histoire qui débitait son cours sur la Chine.
En fin de compte nous ne passons pas beaucoup de temps avec le Père David, qui semble pourtant avoir eu une vie palpitante. Et nous passons encore moins de temps avec l'Impératrice Cixi et surtout avec celui qui me semblait être un personnage important du récit LE PANDA.
Beaucoup, beaucoup de descriptions, d'explications historiques qui cassent l'histoire, qui nous perdent dans les méandres du futile. Ce n'est pas que les descriptions du mode de vie, des paysages, de la politique de cette époque ne servent à rien. Non, mais c'est trop long, ça casse le rythme si bien que je me suis surprise à plusieurs reprises à survoler ces passages. J'aurais préféré passer plus de temps avec le Père David, avec Fleur de sang et ses amis les pandas. J'aurais voulu approfondir les déboires qu'a dû surmonter le Père David, notamment lors de sa traversé de la Mongolie au lieu de me retrouver face aux pandas sans trop savoir comment il est arrivé là. Et que dire de la traversée des caisses : on le retrouve en train de préparer ses animaux et la page d'après les voilà au Muséum à Paris. Cela devait être une sacré aventure de faire passer ces monumentales caisses à la douane chinoise corrompue, charger cela sur un navire... Et puis, on rencontre beaucoup de personnages qui semblent important dans la vie du Père David, mais nous survolons sans trop comprendre le rôle qu'ils ont tenus dans cette découverte. Et surtout, très grosse déception : la rencontre entre l'Impératrice et le Père David bâclée en même pas dix pages. Ce ne devait par être tous les jours qu'un européen pouvait se trouver face à l'Impératrice, particulièrement celle là qui était une femme à forte personnalité. D'autant plus, qu'à cette époque, la Cité Interdite portait bien son nom puisqu'elle était interdite au monde extérieur.
Bon seul point positif ; on comprend parfaitement que sans cette triple rencontre, le Panda n'existerait plus ce qui aurait vraiment été dommage car c'est réellement un très bel animal. Pour le reste, j'attendais beaucoup mieux de José Frèches.
Lien : https://jelisquoi.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
1001histoires
  08 novembre 2017
C'est l'histoire émouvante qui aurait pu être tragique d'un animal attendrissant. C'est l'histoire d'aventures trépidantes autour d'un animal aux gestes lents. C'est l'histoire vraie de celles et ceux qui ont sauvé de l'extinction un animal innocent.
Une fois n'est pas coutume, j'ai commencé ma lecture par la postface, habilement construite pour attiser la curiosité et l'envi d'en savoir plus sur Armand David. C'est son histoire que nous raconte José Frèches à travers le périple romancé de David Etcheparre en Chine.
Avec lui, j'ai embarqué pour un long voyage à bord d'un voilier équipé de deux moteurs à vapeur, le Richelieu. C'est comme cela que l'on se rendait en Chine en 1865, un pays-continent où Cixi détient tous les pouvoirs, c'est la rusée mère du jeune empereur Tongzhi pour lequel elle nourrit les plus grandes ambitions.
J'ai accosté à Tianjin avant de rejoindre Pékin, la capitale bâtie autour de la Cité interdite. J'ai appris des rudiments de chinois grâce à un jeune sourd-muet. Et j'ai fait des découvertes extraordinaires. La faune et la flore sont d'une richesse exceptionnelle, pimpante comme les écus d'or de l'immortel Ginkgo biloba, mystérieuse comme toutes ces espèces animales que David est le premier occidental à observer et à décrire. C'est le cas du cerf qui a été baptisé de son nom, Elaphurus davidianus.
J'ai exploré des contrées rurales aujourd'hui oubliées ou devenues des villes-provinces surpeuplées. J'ai vécu des peurs dans un pays tour-à-tour violent ou étourdie par l'opium et partout j'ai partagé les émerveillements de David devant la nature envoutante. David utilise une modeste bible pour confectionner un herbier, la nuit il dissèque et naturalise des animaux. J'ai découvert des espèces dont le nom latin attise ma curiosité et m'incite à rechercher une photo ou un dessin pour les voir après les avoir imaginées.
J'ai visité la Tartarie, remonté le Yang-Tsé ou fleuve bleu à la recherche du dauphin rose avant de rejoindre le Sichuan. Les habitants du Sichuan pratiquent la chasse de l'ours-chat. Nous sommes en septembre 1869, déjà cette espèce est en voie d'extinction, ses gestes lents en font une proie facile, sa fourrure domino est très recherchée. Plutôt que fuir devant les dangers, imperturbable, il préfère mastiquer ses chers bambous.
La rencontre entre David et le panda est brève mais marquante. Il n'hésite pas et cède vite aux sollicitations de la jeune et belle Fleur de Sang : il faut sauver l'ours-chat. David rencontre Cixi l'impératrice douairière qui comprend vite l'intérêt de protéger cet animal attendrissant. Avec son jeune fils, elle décide que le panda sera le symbole de l'empire du Milieu. de nos jours le panda reste un trésor national pour la Chine.
José Frèches est publié par les Editions XO, voir ici http://www.xoeditions.com/
Lien : http://mille-et-une-feuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Florel
  29 avril 2018
Faisons court.
Je ne suis pas une grande fan de l'écriture de José Frèches, mais malgré ça j'aime quand même le lire car je découvre toujours plein de chose sur la Chine, son histoire, ses personnages… et ça j'aime !
Je me sentais prête à démolir ce pavé car j'étudiais en parallèle et avec passion la Chine et l'Europe en histoire d'art moderne, et que ça faisait une assez bonne base à ce bouquin, vu que l'on n'aborde pas l'histoire d'art de la période moderne en Chine sans aborder la question des missionnaires, la fascination européenne pour la Chine, etc., etc.
Mais là... là… ouille, ouille, ouille, je n'y suis pas arrivée. J'ai arrêté ma lecture bien avant la fin, car trop de description, trop de longueur, trop didactique. Trop de trop gâche ce livre.
Certes, c'est toujours didactique avec Frèches, mais habituellement c'est bien mélangé dans le récit, la connaissance se fond dans l'histoire pour donner quelque chose de fluide à l'arrivée, mais là il n'y a rien de tout ça. C'est lourd, c'est long, c'est sorti en bloc et on sent que l'auteur veut en dire beaucoup trop, veut trop étaler ses connaissances au détriment de l'histoire, des péripéties et des personnages.
Des personnages eux aussi trop développés en bloc au demeurant et le décor idem, et j'ai envie de dire à propos du décor que la cabine du bateau on s'en fout un peu. Tout comme le détail du kamasutra chinois, dont j'ai oublié le nom en passant…. Sur ce dernier point le lecteur n'en demandait pas tant, il demandait même rien vu que ça n'a pas de rapport avec le panda. Trop de digression ? Oui aussi.
Bref. Comme le voyez un gros raté pour ce livre là, pourtant j'avais une folle envie de connaître cette histoire, surtout que dedans il y a Cixi, est Cixi est un personnage que j'aime croiser depuis que j'ai lu un livre sur elle il y a quelques années, mais force est de constater que Cixi ne fait pas tout et ni le panda d'ailleurs. Je ne suis pas arrivée à lire ce livre jusqu'au bout même en m'imposant tant de page par jour.
En conclusion vous l'avez deviné je n'ai pas aimé, avec des paragraphes en moins ce livre aurait gagné en clarté et en légèreté, mais peut-être que parmi vous certains l'aimeront. Essayez.

Lien : http://voyagelivresque.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Etoilesonore
  15 février 2018
Ce livre est en quelque sorte une biographie romancée car le personnage principal, le père David est la figure d'un véritable missionnaire féru de naturalisme ayant vécu en Chine où il a découvert le panda géant. Cet ouvrage nous emmène donc dans l'empire du milieu et nous voyons bien le grand écart entre les deux cultures qui se côtoient, sans vraiment se rencontrer. C'est toute une époque qui est évoquée ici avec me semble-t-il assez de réalisme. Toutefois, il est un peu dommage que le point de vue des autochtones soit un peu faible. Mais on ne se refait pas: on ne vient pas de nul part! Un bon roman qui nous dépayse.
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
EtoilesonoreEtoilesonore   23 janvier 2018
Il lui suffit de faire deux minuscules pas de côté pour se retrouver devant le meuble-lavabo où il procédait à des ablutions minimales - l'eau n'ayant jamais fait partie de ses amis intimes, surtout quand elle était froide.
Commenter  J’apprécie          00
EtoilesonoreEtoilesonore   07 février 2018
Le sage voit son devoir, le sot voit son intérêt.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de José Frèches (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de José Frèches
Conversation privilégie avec José Frèches | Lecteurs.com .Conversation privilégiée avec José Frèches, auteur de "Gengis Khan ; l'homme qui aimait le vent" et de "Gengis Khan ; le conquérant" (Éditions Xo)
autres livres classés : pandasVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
558 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre