AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072636272
Éditeur : Gallimard (11/02/2016)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 55 notes)
Résumé :
L'automne en Provence est limpide et bleu, ce n'est pas une saison, c'est un fruit : les touristes sont partis, la nature exulte dans une profusion de couleurs et d'odeurs. Mais si l'écrivain flâneur célèbre avec sa sensualité coutumière Manosque et la campagne provençale, il est avant tout attentif à ceux qui vivent dans les recoins de la société, les pauvres, les fous, les errants dont il se sent frère, et dont il parle sans apitoiement. Il y a Pierre, maigre silh... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Ladybird123
  16 novembre 2018
Encore sous l'émotion de ce sublime roman solaire et mélancolique, je grappillerai bien quelques étoiles du ciel pour les parsemer sur cette critique afin de vous donner l'envie de vous plonger, vous pelotonner dans les lignes de René Frégni.
Que de beauté ! Que de profondeurs ! Que de vérités ! C'est une merveille ce livre.
L'auteur nous retrace de septembre à février un parcours contemplatif au rythme de ses souvenirs, de ses rencontres. Il raconte l'histoire du libraire Joël Gattefossé à la vie cabossée qui ne trouva son salut que dans les livres. « Les livres écartent la solitude, l'angoisse, la peur, parfois la barbarie. Pour ce petit homme les livres ont écarté la folie, tous les fantômes et les terreurs de la folie. Chaque matin il ouvre sa maison jaune aux volets bleus et les gens repartent le soir les poches pleines de rêve. »
Il raconte le chat Baumette, abandonné aux portes de la prison sur le toit des condamnés à mort. Il raconte son ami Louis amoureux des chats. « Le jour où Louis s'est envolé avec son vélo, tous les chats de la terre ont perdu un ami. »
Dans le labyrinthe de la vie, René Fregni cherche la beauté. Dans les dédales des cauchemars, il cherche les songes. Il n'excuse pas les horreurs des hommes. Il les extirpe sous des contours imagés empreints de véracité et de poésie. Sous sa plume, il embellit la réalité, il rappelle aux âmes seules le bruit craquelé des pas sous la neige, le vent mélodieux dans les arbres, le chant joyeux des mésanges.
Rien n'est inutile dans ses lignes, tout se boit à petite gorgée, chaque mot est une caresse sur le coeur, chaque ligne est une invitation à la quiétude, à l'envie d'ouvrir ses bras aux autres et à la vie.
René Frégni se souvient de tous vos rêves et c'est tant mieux car des rêves aussi joliment déposés j'en veux encore, je veux encore goûter à cette douceur, à cette richesse littéraire et vitale. Quand je lis un tel livre, je comprends où s'arrête la peine et où commence le bonheur.
Merci l'auteur pour vos rêves, pour les beaux rappels à Céline (Voyage au bout de la nuit) qui m'ont touchée, merci pour votre grand amour des mots.
Continuez d’écrire encore et toujours : « Il y a trente ans que j’écris tous les matins pour faire tomber la mort de ma table. »
Même les maisons, je les regarderai autrement depuis notre rendez-vous littéraire...
« Quelques maisons étirent leur cou, se dressent sur leurs talons au dessus des lavandes violettes. »
Merci Mosaïque de m'avoir donné l'envie de lire ce livre étoilé, véritable coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9215
sylvaine
  13 septembre 2016
" Dans ce cahier, vous l'avez compris, je ne bâtis pas un roman, j'écris le roman de nos vies et toutes nos vies sont bien plus romanesques qu'un roman"-p34
Voici ce qu'écrit René Frégni et nos vies racontées par lui c'est plus qu'un roman croyez-moi. Ce provençal manie la langue française comme bien peu , se balader avec lui dans la garrigue , dans les bois et les collines surplombant Manosque c'est du plaisir , du bonheur à l'état pur. Il faut se laisser porter par les mots, par la poésie de son écriture, se laisser entraîner par le rythme de ses phrases par les mots tout simplement. Certains pourraient évoquer Giono d'autres Bobin aussi bien que Pagnol moi je me permettrais de dire Frégni ! Un auteur à lire et à relire cela va sans dire .
Un avis somme tout bien modeste mais qui sait peut-être piquera t'il votre curiosité ?
Commenter  J’apprécie          320
majero
  19 août 2018
Un choc, la découverte de l'animateur d'ateliers d'écriture qu'est René Frégni. Ses balades au pays de Manosque, on les déguste.
Mais pour moi ce fut une lecture exigeante, fatigante et après un bout de chemin avec le libraire Joël, le photographe Pierre, la mort de son chat, j'ai commencé à me lasser des pourpres, des brouillards et même des mini-jupes et des jolis seins d'Isabelle...
'Écrire c'est souffler sur tout ce qui est vivant, c'est embraser le moindre signe de vie, entendre, dans le silence, la voix secrète des choses. Inventer un visage à tout ce qu'on ne voit pas.'
Commenter  J’apprécie          233
GabySensei
  05 août 2016
Entre Christian Bobin et Jean Giono, ces récits de René Frégni sont très beaux et plein d'émotions. Il fait le portrait d'une galerie de personnages qu'il a croisé entre les Basses-Alpes et les Alpes de Haute-Provence.
Il y a ce libraire de Banon, qui s'est réfugié dans la lecture pour éviter de sombrer dans la folie après la mort de ses parents. Cela l'a conduit à créer la librairie la plus importante après Gibert Paris, mais dans un village de 800 habitants perdu en pleine campagne.
Il y a cet homme, anonyme, qu'il croise sans cesse pendant ses promenades dans la nature, mais sans jamais lui adresser la parole.
Il y a le chat Baumette qui est né et mort en tombant d'un toit...
Comment René Frégni fait-il pour nous émouvoir avec son écriture ? Il est avant tout très sincère, et on ressent ce qu'il voulait nous faire passer. Super livre !
Commenter  J’apprécie          172
andras
  16 janvier 2018
Jacques Réda me parlait il y a de cela deux ou trois semaines de Luneville et des alentours ("Aller aux mirabelles"). Ici René Fregni vient me parler de Manosque et de toute la beauté de ce pays (Banon et sa librairie "Les bleuets", Forcalquier, le plateau de Valensole...). Comme Jacques, René le fait en ami qui ne veut pas importuner mais on sent qu'il aime tellement son pays, les gens de ce pays, les parfums, les fleurs et les herbes sauvages, les arbres à l'ombre secourable, les collines qui changent de couleur au cours de la journée, il aime tellement tout cela qu'on a envie de venir le voir pour en parler avec lui et lui reparler un peu de son chat, mort d'une dernière folie : s'être pris pour un chat volant. Et puis attendre qu'il ait envie, peut-être, de nous parler des seins d'Isabelle.
Commenter  J’apprécie          172

critiques presse (1)
LeFigaro   03 mars 2016
Les pérégrinations bucoliques de René Frégni et de son petit monde dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Ladybird123Ladybird123   15 novembre 2018
Les médecins devraient envoyer les gens dans les librairies au lieu de prescrire du Tranxene et du Lexomil.
J’ai connu un médecin, dans le petit village de la Cadière-d’Azur, qui offrait des livres de poche à ses patients, toujours le bon livre au bon patient. Voilà un homme qui connaissait les livres et ses patients. Souvent les patients lui ramenaient un autre livre qu’ils avaient aimé et tout ces livres voyageaient dans le village. L’imagination agrandit la vie. Où, plus que dans le cabinet d’un médecin, a-t-on besoin de vie ?
Le petit libraire de Banon a arrêté Tranxene et Lexomil en lisant Pagnol, Camus et Dostoïevski, en faisant entrer dans son corps des millions de mots, des millions d’étonnements, d’émerveillements, de peurs. Ce sont les peurs et les désirs qui nous rendent vivants, même lorsqu’ils surgissent entre deux pages, dans l’obscurité d’une prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Ladybird123Ladybird123   16 novembre 2018
Nous venons de vivre trois jours de sang, trois jours de cauchemar, trois jours de haine. Le monde s’éveille face à trois mots: « Je suis Charlie. » Qui est Charlie ?… Dix-sept personnes assassinées. Trois fanatiques abattus… Où est Charlie ?
Des millions de gens ont surgi dans les rues, ils sortaient de nulle part. Ils avaient besoin de douceur, de tendresse. Ils n’ont posé aucune question. Personne encore n’a posé la question du bien et du mal, tout le mal est dans cette question.
(...)
C’est si facile de parler de tolérance lorsqu’on possède tout, de donner des leçons de tolérance la bouche pleine de petits-fours. Les racines du mal… Il y a un banquet, ce sont toujours les mêmes qui sont autour de la table, sous des lustres d’or. Alors, de temps en temps, ceux qui regardent renversent tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Ladybird123Ladybird123   19 novembre 2018
À dix-neuf ans j’ai adoré le Che, à trente ans Don Quichotte. Le premier combattait la justice dans les forêts, l’autre dans ses songes. Tous les deux moururent vaincus, écrasés par la réalité de l’homme. Un homme égoïste et généreux, abjecte et sublime. Nous avons tous, dans nos vies ou dans nos rêves, des instants monstrueux, des recoins innommables. Aucun d’entre nous ne peut vivre sans beauté.
Commenter  J’apprécie          252
Ladybird123Ladybird123   16 novembre 2018
Quand on donne un peu de lait, quelques caresses à un chat de gouttière, il devient affectueux. Si on le jette à la rue, il devient craintif, voleur, sournois, comme nous, les hommes. Les fous, les détenus et les chats m’ont rendu tolérant. Les murs inutiles rendent méchant.
Commenter  J’apprécie          352
Ladybird123Ladybird123   17 novembre 2018
Nous avons tous un petit jardin secret que l’on atteint par des routes bordées d’acacias, de sureaux et de songes. Il ressemble à ces petits cimetières que l’on trouve à la sortie des villages, il protège nos plus beaux souvenirs, ce que nous avons de plus précieux. Dans ses jardins saute et gambade notre enfance, défilent tous les chagrins d’une vie.
Commenter  J’apprécie          230
Videos de René Frégni (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Frégni
René Frégni, passionné de lecture et d'écriture, est venu à la rencontre de ses lecteurs à la Colline aux Livres (mai 2013).
autres livres classés : librairesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1869 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..