AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266144693
Éditeur : Pocket (13/01/2005)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 183 notes)
Résumé :
Psychiatre à Londres, Kit est appelée à participer à l’enquête de police sur l’assassinat d’une jeune fugueuse sur les bords du canal. Tous les soupçons se portent sur un certain Michael Doll et la police n’attend d’elle qu’une confirmation scientifique de sa culpabilité.

Au moment de dresser son profil psychologique, Kit hésite. Dol est-il vraiment le coupable ? Seule contre tous, en butte à l’hostilité des policiers, Kit refuse de se fier aux appar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Sylviegeo
  20 mars 2018
Un petit après-midi tranquille et pas envie de se prendre la tête pour ce moment de lecture. Je pioche dans ma PAL et tiens NICCI FRENCH . Pourquoi pas ? Je me souviens de la maîtrise de ces 2 auteurs, écrivant à 4 mains tout en harmonie. Pas de cassure de style, aucune brisure c'est fluide. Donc, "La chambre écarlate" est le titre élu du jour . C'est simple, c'est net et c'est quand même intrigant. Une jeune femme, sans abri, retrouvée assassinée au bord d'un canal dans un quartier moins chics que d'autres de Londres. On fera appel à une psy qui quelquefois prête main à la police. On suivra bien sûr l'enquête et un peu de la vie privée de cette psy. Rien de bien nouveau ici, c'est presque déjà vu mais cela se laisse lire.
Commenter  J’apprécie          310
paroles
  29 mai 2018
Un jour de pluie, j'ai fouillé dans ma PAL pour y chercher un roman simple et sans prise de tête. Et ma main innocente (si, si !) en a ressorti ce polar écrit à quatre mains ( Nicci French est le pseudonyme conjoint de Nicci Gerrard et de son mari Sean French) et traduit de l'anglais par François Rosso.
Kit Quinn, psychiatre à Londres (docteur Quinn, femme médecin !) est appelée en renfort par la police pour enquêter sur le meurtre d'une jeune SDF dont le corps a été retrouvé au bord du canal. Un certain Michael Doll, personnage pauvre et misérable, plutôt solitaire et un peu dérangé, semble être le suspect idéal pour la police. Ce personnage n'est pas inconnu de notre psychiatre : elle a été récemment agressée par ce même Michael Doll. Cependant et contre toute attente, elle ne semble pas d'accord avec l'analyse des policiers...

Bien sûr, on assiste à cette lente enquête et on découvre la vie de Kit. Bref, on démêle les fils de l'histoire sans trop de suspense, ni rebondissement. Il n'y a rien de passionnant mais ni d'ennuyeux non plus. Ça se lit... et on n'entend plus cette pluie tenace tambouriner sur les vitres.

Lien : http://mes-petites-boites.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Ziliz
  04 juillet 2012
Le corps sans vie d'une jeune SDF est retrouvé au bord d'un canal. La psychiatre Kit Quinn est sur l'affaire. Les enquêteurs officiels de la police (mâles) sont relativement odieux et lui mettent des bâtons dans les roues - pourquoi a-t-elle été appelée, alors ? je l'ai oublié ou cela n'était pas clair... Bref, une curieuse ambiance entre cette psy qui prend bien des libertés, et les flics qui se gaussent d'elle. N'empêche que la dame a des idées, et de bonnes idées !

Nicci French est le pseudo d'un couple d'auteurs. On voit beaucoup leur dernier thriller 'Lundi Mélancolie' sur la blogo, notamment. Attention à ne pas confondre avec la talentueuse auteur irlandaise : Tana French ('Ecorces de sang', 'Les lieux infidèles' - eux-mêmes à ne pas confondre avec 'Les Lieux sombres' de G. Flynn ou 'Mémoire infidèle' d'E. George...).

Bref, j'ai choisi cet ouvrage au hasard, parmi d'autres couvertures de romans tout aussi sobres et tentantes de ce duo d'écrivains. Belle déception à la lecture : impression d'étrangeté, d'incongruité dans les méthodes d'investigation, et surtout ennui.

Après les flics alcoolos qui ne dorment pas et bousillent leur vie de famille, une nouvelle ère s'ouvre dans le polar : en personnage central, des jeunes femmes psys/flics, belles, futées, solitaires. Elles portent le poids d'un passé douloureux, noient leurs soucis dans l'alcool et sont en grand manque affectif... J'ignore si Kit est présente dans plusieurs ouvrages de Nicci French ?

Ces quelques reproches disparates sont, je pense, les souvenirs qui me resteront de ce roman dilué, beaucoup trop long, à l'intrigue banale, classique, et dont le suspense ne se/nous réveille qu'après 400 longues pages...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Yunali
  31 janvier 2016
Katherine « Kit » Quinn est psychologue. Elle travaille parfois avec la police lors d'interrogatoires de criminels. C'est d'ailleurs lors d'un interrogatoire qu'elle fût blessée par Mickey Doll, lui laissant une cicatrice lui barrant toute la joue.
Quelques temps plus tard, lorsque la police soupçonne à nouveau Mickey Doll pour une nouvelle affaire de meurtres, Kit est rappelée. Les policiers voudraient que l'inculpation de Mickey Doll soit d'une certaine manière une vengeance pour Kit et que Mickey soit envoyé définitivement derrière les barreaux.
Mais cette dernière n'est pas vraiment convaincue de la culpabilité de Mickey Doll dans ces meurtres.
Et elle va chercher à découvrir qui est le vrai coupable.
Les victimes sont des femmes, voire des jeunes filles, qui sont du même quartier. Kit va donc chercher un lien entre elles qui pourrait expliquer la raison de ces meurtres.
L'histoire n'est pas inintéressante en elle-même, mais je l'ai trouvée trop lente parfois, trop étalée, comme si les auteurs cherchaient un peu à nous noyer dans trop d'éléments parasites.
C'est vrai qu'il faut bien les deux-tiers du livre pour arriver enfin à voir un début de réponse.
J'ai eu plusieurs moments où j'ai vraiment décroché de cette lecture à cause de ce rythme.
D'autant que Kit n'est pas non plus la personne la plus attachante du monde… J'ai eu du mal avec elle, du mal à la comprendre.
Hormis les moments où elle mène son enquête, j'avoue ne pas avoir été passionnée par ce personnage. Son aventure avec Pavic aussi m'a parue un peu étrange… Bref j'ai eu du mal avec les personnages.
Globalement l'intrigue n'est pas si compliquée que cela, et j'avais compris pas mal de choses avant la fin.
Cela ne m'a pas gâché tout le plaisir, loin de là, car il faut tout de même bien que le lecteur puisse avoir des explications complètes. Et de toute façon j'aime bien essayer de ‘mener ma propre enquête' lorsque je lis un policier.
J'ai quand même bien aimé ce livre, et pour une histoire écrite par deux personnes, on ne sent pas de rupture dans l'écriture, donc c'est vraiment très bien fait.
Je pense que je lirai d'autres livres de ces auteurs, car je suis certaine qu'il y en a qui me conviennent mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chiwi
  01 novembre 2012
Katherine Quinn, psychologue, est consultée par la police pour avoir son avis sur le profil d'un suspect dans une affaire de meurtre. Elle rend un avis négatif ce qui lui crée une inimitié de la police. Quelque temps plus tard elle fait le rapprochement avec un autre meurtre/ a parti de ce moment elle va mener l'enquête aux côtés de la police.
 
La particularité de ce roman est qu'il a été écrit par deux personnes. Mais contrairement à ce que j'aurai pu pensé il n'y a pas de problème de style.
La narratrice est une personne fragilisée par un événement violent intervenu dans sa jeunesse, cet événement ayant toujours une influence sur sa vie. D'un côté elle proche de Clarice Starling du Silence des Agneaux.
L'intrigue est scotchante jusqu'au bout. Les relations entre les personnages son tendues, toujours proches de l'explosion.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
PenelopePenelope   17 août 2008
J'ai parfois pensé que les mots les plus importants qu'on puisse nous dire ne sont pas "Je t'aime", mais "Tu ne peux pas sortir comme ça". C'est une phrase qu'on nous dit et qu'on nous répète quand nous sommes enfants, et en grandissant, nous l'intériorisons et nous la disons à nous-mêmes. Aussi entrons-nous dans notre vie d'adultes en apprenant à faire ce que fond les autres, à dire ce qu'ils disent, de manière à nous mouvoir sans peine au sein du monde social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   02 juillet 2012
Les meurtriers laissent leur signature derrière eux, dis-je. Toujours, même s'ils essaient de la cacher. Parce que la signature d'un meurtre est un peu comme le sens d'un poème. Il y a le sens que le poète a voulu lui donner, mais il peut aussi y avoir un sens caché, dont le poète n'avait pas conscience. Parfois, un meurtrier croit savoir quelle signature il a laissée, mais sa vraie signature est en réalité autre chose. (p.222)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lilou08Lilou08   08 juillet 2014
« - Mais l’idée est intéressante. J’y ai réfléchi. Tu as trouvé ça quelque part ?
- Je crois t’avoir dit que c’était un rêve que j’avais depuis mon agression.
- Une chambre écarlate. C’est intéressant. Une chambre sanglante. Crois-tu que cela représente une sorte de matrice ? Ta mère est morte quand tu étais petite, non ? Crois-tu que ce rêve exprime ton désir de retourner dans l’utérus de ta mère morte ? »
Je sentis une puissante envie de saisir un gros objet dur et de lui en donner de violents coups sur la tête.
« Non, je ne crois pas, dis-je. Je crois que c’était un rêve inspiré par une grande peur, parce que, crois-le ou non, me faire attaquer et balafrer le visage m’a fait une très grande peur.
- C’est possible, dit Sebastian pensivement. As-tu écrit quelque chose sur le sujet ? Un article en prévision ?
- Non, répondis-je. Quand il m’arrive d’écrire, c’est plutôt sur les rêves des autres.
- Hmmm…. C’est très bien, dit Sebastian. Très bien ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PenelopePenelope   13 août 2008
Je pensai à ces personnes ivres qui essaient de faire croire qu'elles n'ont pas bu, qui sont attentives à chaque détail pour donner le change, et pourtant ne trompent personne. Doll semblait imiter un membre normal de la collectivité, civilisé et socialement adapté.
Commenter  J’apprécie          40
ZilizZiliz   04 juillet 2012
- Pourquoi s'est-elle donné la mort ? Je ne sais pas. Sa vie avait toujours été horriblement triste, n'est-ce pas ? Je n'ai eu connaissance d'aucune circonstance particulière, mais cela ne veut pas dire qu'il n'en existait pas. Probablement parce qu'au bout du compte, c'était moins difficile que de rester en vie. (p.425)
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Nicci French (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicci French
Nicci French - Terrible jeudi, le jour de l'innocence perdue .A l'occasion du Quai du Polar 2015, Nicci French vous présente son ouvrage "Terrible jeudi, le jour de l'innocence perdue" aux éditions Fleuve Noir. Retrouvez le livre http://www.mollat.com/livres/french-nicci-terrible-jeudi-jour-innocence-perdue-9782265098923.html Notes de Musique : © Mollat https://www.facebook.com/Librairie.mollat/ https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/ https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemollat/ http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mémoire piégée

Jane est architecte. Son rituel est de

sabrer le champagne évidemment!
donner le premier coup de pelle.
faire un bon gueuleton.

15 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Mémoire piégée de Nicci FrenchCréer un quiz sur ce livre
.. ..