AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266246259
Éditeur : Pocket (15/05/2014)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 129 notes)
Résumé :

Un homme nu, assis dans un fauteuil, une pâtisserie à la main... et pourtant bien mort. Voilà la découverte que fait l'assistante sociale chez une de ses patientes, Michelle Doyce. Celle-ci, pourtant, ne peut dire aux policiers d'où vient cet homme, ni qui il est.

Face à ce mystère, l'inspecteur Karlsson fait appel à la psychothérapeute Frieda Klein et à son incomparable capacité à sonder l'âme humaine.

Car pour découvrir le m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  17 octobre 2018
L'action se situe dans un quartier glauque de Londres. Les détritus y sont entassés, les puanteurs les accompagnent.
Dans un immeuble proche, vivent des êtres humains qui semblent tous dans un état de délabrement inquiétant, des oubliés de la société.
Un homme est retrouvé mort assis dans un canapé et ce, dans l'appartement d'une dame qui faisait l'objet d'une visite par une assistante sociale.
La dame est complètement à l'ouest,. Elle collectionne des bouts d'ongles et tutti quanti et tout cela très bien ordonné.
L'inspecteur Karlsson fait appel à Frieda Klein, une psychothérapeute afin d'éclaircir son enquête.
Ennuyeuses, les références à la précédente enquête quand on ne l'a pas lue.
J'avais découvert les deux auteurs Nicci Gerrard et Sean French dans le roman "Sourire en coin" voici quelques années maintenant. J'en avais un souvenir de lecture agréable.
Ici, ce qui est dérangeant, c'est l'ajout de détails écoeurants comme l'odeur dans les rues, la description du cadavre et j'en passe.
Ce sont des détails que les auteurs ont imaginé pour appâter les lecteurs.
Tant mieux pour eux si cela marche chez certains et sert leur marketing.
Personnellement, cela m'a dégoûtée.
Seule la psychothérapeute m'a permis de tenir le coup dans ce livre et encore, en tournant vite certaines pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
belette2911
  27 juin 2017
Frieda Klein est une psychothérapeute complexe, travaillée, bourrée de secrets, de contradictions, de profondeur…
Un peu à l'image du roman que je viens de lire.
Ce qui implique qu'il faut du temps avant de la connaître et qu'on ne lit pas ce roman comme un banal page-turner de gare.
Contrairement à un épisode des Experts où l'enquête se déroule sur des chapeaux de roues, notre couple d'auteurs prennent leur temps durant l'enquête, nous parlant des amis, de l'ex-amour et des emmerdes de notre Frieda, et si vous avez une plainte à déposer à son encontre, prenez un ticket et faites la file.
D'ailleurs, vu de prime abord, on pourrait penser que d'enquête, il n'y en aura point, qu'elle sera vite classée, c'est d'ailleurs ce que souhaite le chef… Allez hop, circulons, y'a plus rien à voir, on tient notre coupable, elle est zinzin, dossier bouclé, au suivant.
Frieda Klein a tout du chien qui, une fois accroché à son bout de bois, ne veut plus le lâcher, ou alors, avec réticence… Tel le chien de chasse, une fois qu'elle flaire un truc louche, elle poursuit sa piste, reniflant les petites incohérences tel un Sherlock Holmes, et quand bien même le commissaire Karlsson la sifflerait, elle continuera à garder la truffe au vent, ruminant ce qu'elle pense jusqu'à ce qu'on l'écoute.
Oui, il y a un peu de Sherlock Holmes en elle : elle fait quelques petites déductions basées sur l'observation des petits détails; elle a une vie de couple compliquée; une vie sociale qui a l'air pauvre en amis, même si les rares qu'elles possèdent lui sont tout dévoués; des sombres secrets; et une personnalité complexe.
Ce qui m'a plu, dans ce roman, c'est la psychologie des personnages, leur côté humain, et donc, faillibles, tous autant qu'ils sont, commettant des impairs qui auront quelques fois des conséquences dramatiques.
Lorsqu'une psychothérapeute n'écoute pas ce qu'un de ses amis veut lui dire, boudant sur lui pour une mini faute qu'il a commise (pour moi, la faute était mini), additionné d'une policière qui ne veut pas écouter la théorie de Frieda et de flics qui ne répondent pas à une alerte, les conséquences sont souvent tragiques.
Mais comme tout le monde est humain, tout le monde a un jour envoyé un(e) ami(e) sur les roses parce qu'il avait un autre truc en tête, de la rancoeur, autre chose à faire.
Alors, si vous chercher un policier qui file comme le vent, passez votre chemin, ici, tout n'est que prise de temps, mise en place des personnages, de leur vie, de leurs emmerdes, de leur amours ratés et l'enquête prendra son temps, progressant comme une véritable enquête, c'est-à-dire pas très vite et remplie de restrictions budgétaires de tout poils.
Même si j'avais compris qui était coupable, même si je l'avais vu venir de loin avec ses gros sabots (par contre, je ne savais ni le pourquoi du comment), j'ai pris plaisir à lire ce livre, malgré les petites longueurs.
Le final est à tiroirs, inattendu, bourré de suspense. Tu crois que tout est fini, mais non, ça continue ! Te donnant envie aussi d'entamer directement le troisième volet.
Un roman dont il vaut mieux commencer par le premier car dans celui-ci, notre Frieda Klein s'étoffe, prend de l'épaisseur (sans prendre de kilos) et puis, dans le deuxième, vous avez toute la résolution de sa première enquête !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gruz
  16 juillet 2013
Bienvenue dans ce thriller psychologique, ambiance tamisée au bord de la Tamise.
Nicci French, couple dans la vie, est une entité écrivaine à quatre mains bien connue des amateurs de ce genre de thrillers.
« Sombre mardi » succède à « Lundi mélancolie » (paru en 2012), deuxième épisode des aventures de la psychothérapeute Frieda Klein ; aventures qui devraient en compter huit.
S'il n'est pas indispensable d'avoir lu Lundi pour se plonger dans Mardi (les auteurs font leur boulot en ce qui concerne le rappel des précédents évènements), je ne saurais pourtant trop conseiller de suivre l'ordre chronologique de ces aventures, celui-ci faisant apparaitre un fil conducteur qui devrait perdurer par la suite.
Nos quatre mains et deux cerveaux proposent une enquête à l'ambiance So British, à la fois Old School et profondément moderne.
Old School, avec ce penchant pour une histoire sans violence excessive, un rythme maîtrisé et une enquête qui progresse pas à pas.
Moderne, par le choix d'une psychothérapeute comme héroïne et par l'analyse psychologique des protagonistes poussée à l'extrême.
Mais le tout est surtout sacrément intelligent ! L'analyse des personnages est d'une finesse rare, le ton et l'évolution de l'histoire sont d'une étonnante subtilité. Pas d'effets grandiloquents, pas de personnages improbables (l'héroïne est d'une remarquable sobriété dans son comportement).
Un tout profondément humain.
Sobriété ne veut pas dire histoire au rabais, le livre est étonnement épais (520 pages) et le final « à tiroirs » est surprenant et fort bien mené.
Avec une Frieda Klein qui prend de l'épaisseur dans ce second volet (qui place la barre encore plus haute que le précédent), l'avenir de cette série s'annonce belle !
Je signe de suite pour l'ensemble des prochains tomes.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
argali
  04 août 2013
Pour la deuxième collaboration de l'inspecteur Karlsson et de la psy Frieda Klein, Nicci French aborde divers troubles neuropsychologiques comme le syndrome de Capgras, la schizophrénie ou encore les délires paranoïaques. Il s'agit de maladies complexes et pourtant, l'auteur parvient à ne pas alourdir l'histoire par une trop longue description de ces dysfonctionnements. Elles participent à l'intrigue, en sont la clé, tout naturellement. C'est déjà en soi un tour de force.
Au passage, le monde médical est égratigné, jugé sur ses avis à l'emporte-pièce et son peu d'empathie envers les malades. Tel cet éminent médecin qui proclame qu'il a fait médecine pour comprendre et étudier le fonctionnement du cerveau, pas pour s'occuper des gens ou tel autre qui se passionne pour leurs troubles sur le plan théorique mais n'est pas intéressé par leurs histoires…
L'intrigue de ce thriller psychologique se déroule en grande partie au bord de la Tamise. L'eau joue un rôle prépondérant ici de même que les balades de Frieda le long des rivières canalisées de Londres. (Une carte est d'ailleurs insérée à la fin du roman.) C'est, en effet, lors de ces balades que Frieda met de l'ordre dans ses pensées et tisse des liens entre les révélations de l'enquête et son ressenti, ses intuitions. Et si l'enquête est linéaire, sans réelle surprise, elle nous permet cependant, par de nombreux faits qui s'enchevêtrent et une foule de personnages finement dépeints, de nous forger une opinion, de tenter une hypothèse et de la confronter aux pensées de Frieda. Frieda dont l'intérêt pour autrui et l'humanisme, tout en discrétion et retenue, s'oppose si bien à l'indifférence ambiante, quelle soit médicale ou policière. le tout sonne juste et donne à voir d'intéressantes confrontations.
Ce deuxième opus est abouti, intriguant d'un bout à l'autre. Il se lit indépendamment du premier « Lundi mélancolie » mais en est la continuité – des éléments de la première enquête interférant dans la seconde. Il est donc recommandé de lire ces récits dans l'ordre.
J'ai apprécié ma lecture et passé un très bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nameless
  17 août 2013
Où l'on retrouve Frieda Klein, psychothérapeute de son état, et Malcom Karlsonn, inspecteur divisionnaire, pour le 2ème volet de leurs aventures communes.
Si le 1er tome de cette série m'avait beaucoup plu, celui-ci m'a enchantée. On est rapidement immergé dans cette enquête touffue, aux rebondissements nombreux, aux personnages à la psychologie fouillée. Comme cela était prévisible, Frieda, dotée d'une intuition exceptionnelle, et Malcom, prisonnier des restrictions de budget qui touchent son service, se découvrent un peu plus, laissant apparaître leurs fêlures respectives. L'enquête progresse lentement au fil des 523 pages de l'ouvrage, faisant se croiser les protagonistes, enchevêtrant les indices, donnant au passage quelques coups de griffes aux services sociaux en général et au monde médical en particulier. Londres, la Tamise, une fois encore, sont très présents et composent une toile de fonds très convaincante et réaliste.
Si Lundi Mélancolie et Sombre Mardi peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre, il vaut mieux, pour un meilleur confort de lecture et une meilleure compréhension des intrigues, les lire dans l'ordre chronologique de parution.
A suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   17 octobre 2018
Karlsson examina la fenêtre fêlée, son rebord en train de se désagréger et les fins voilages orange. Michelle Doyce avait constitué des collections, et avançait dans ses trouvailles : un grand carton de mouchoirs roulés en boule, manifestement usagés ; un tiroir rempli de bouchons, rangés par couleurs ; un pot de confiture contenant une multitude de petits croissants jaunes, des rognures d'ongles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
belette2911belette2911   14 juin 2017
— T’en penses quoi, de lui ?
— Et toi, t’en penses quoi ?
— Tante Frieda, t’as vraiment la sale habitude de toujours répondre à une question par une question. Frieda sourit.
— C’est la leçon numéro un en formation de psychothérapie. C’est une façon d’esquiver une situation embarrassante.
Commenter  J’apprécie          20
namelessnameless   17 août 2013
Dans un mois, il serait reparti dans le New Jersey. Pour quelles raisons au juste, s'était-elle convaincue qu'il lui était impossible de le suivre ? "On a tous peur de prendre la mesure de la liberté dont on dispose réellement." Quelqu'un lui avait dit ça un jour.
Commenter  J’apprécie          20
AnalireAnalire   24 mars 2019
There had been minutes that had become hours, and hours that had been like a desert with no horizon.
Commenter  J’apprécie          50
belette2911belette2911   14 juin 2017
On les avait fourrés là-dedans, ces cas sociaux irrécupérables, ceux dont la société ne savait que faire, qu’elle n’avait pas les moyens de prendre en charge, et qu’elle abandonnait de sorte que c’était maintenant à la police de nettoyer la merde.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Nicci French (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicci French
Nicci French - Terrible jeudi, le jour de l'innocence perdue .A l'occasion du Quai du Polar 2015, Nicci French vous présente son ouvrage "Terrible jeudi, le jour de l'innocence perdue" aux éditions Fleuve Noir. Retrouvez le livre http://www.mollat.com/livres/french-nicci-terrible-jeudi-jour-innocence-perdue-9782265098923.html Notes de Musique : © Mollat https://www.facebook.com/Librairie.mollat/ https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/ https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemollat/ http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..