AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021056983
313 pages
Seuil (23/02/2012)
4.12/5   8 notes
Résumé :
Pour certains analystes, nous serions entrés, depuis peu, dans une modernité enfin réflexive, succédant à une modernité simple de la révolution scientifique puis de la révolution industrielle qui aurait été aveugles aux risques et aux effets secondaires de la civilisation technicienne sur l'environnement. Mais sommes-nous les premiers à distinguer dans les lumières éblouissantes du progrès technique, l'ombre de ses dangers ? En occultant la réflexivité environnement... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique

Il est toujours important de remettre les notions actuelles d'écologie (en l'occurrence la pollution, les risques industriels) en perspective de l'histoire. Jean-baptiste Fressoz est remonté au 19eme siècle pour nous faire partager la façon d'appréhender la proximité des industries (gazometres, ateliers manipulant des produits dangereux) et des habitants. Déjà des accidents spectaculaires, déjà des combats entre riverains, entreprises et autorités ; l'approche était différente (On craignait les odeurs et les effets sur la santé et les récoltes ) mais elle annonçait les préoccupations écologiques futures.

Livre bien écrit, bien documenté avec des anecdotes et des événements. Un plaisir à lire et qui laisse penser, après l'incendie Lubrizol, que les rapports de force et les réactions des autorités ont beaucoup moins changé que la technologie !

Commenter  J’apprécie          120

Un livre exigeant

Un livre plus pointu que je l'aurai cru sur l'acceptation de seuils de risque de plus en plus élevés dans nos sociétés à partir de l'époque contemporaine. le passage sur les vaccins est, au-delà de toute polémique, particulièrement intéressant. Mais c'est tout de même un livre globalement exigeant, émanant toutefois de l'un des spécialistes les plus reconnus de l'histoire environnementale. le livre est bien centré sur cette acceptation des risques et ne constitue pas du tout une histoire générale de l'environnement ou de la pollution.

Commenter  J’apprécie          100

Un livre remarquable, qui défend une thèse paradoxale: depuis le début de l'ère industrielle, les catastrophes nées du Progrès, la "rançon du Progrès", ont bien fait l'objet d'une prise de conscience. Nous n'avons rien inventé, avec l'écologie moderne. Une thèse peut-être poussée un peu loin. le 19ème siècle était tout de même plus acquis que le nôtre à la religion du Progrès.

Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (4)
LaViedesIdees
18 décembre 2012
Certains lecteurs seront sans doute déroutés par cette argumentation à géométrie variable, et ce d’autant plus que l’auteur ne prend guère la peine de s’expliquer, sinon de manière confuse.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
LaViedesIdees
22 octobre 2012
Les sociétés d’autrefois étaient-elles plus ou moins conscientes que la nôtre des risques encourus par le progrès scientifique et technologique ? J.-B. Fressoz présente une thèse originale, et quelque peu paradoxale.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Liberation
02 mai 2012
En étudiant comment l’administration réduisit les critiques pour qu’advienne l’ère industrielle, l’ouvrage démontre que la modernité technique fut d’emblée réflexive et beaucoup moins aveugle qu’aveuglée.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeMonde
23 mars 2012
On aurait voulu mieux saisir les rapports de force entre les tenants du risque - industriels et médecins principalement - et leurs contradicteurs, à l'identité assez floue. L'ouvrage n'en reste pas moins original et stimulant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (1) Ajouter une citation

Enfin, même si les interruptions soudaines d'éclairage dans les salles de spectacle ne tuèrent aucun monarque, elles furent indirectement la cause de centaines de morts. En 1858, quinze personnes sont piétinées au théâtre Victoria de Londres lors d'une panique suscitée par une légère explosion de gaz. En 1881, à l'Opéra de Nice, le décor prend feu à cause d'un bec de gaz. Plus de deux cents personnes périssent asphyxiées, brûlées ou étouffées dans la panique qui suit. (...)

Après la catastrophe de Nice, les lampes à huile firent d'ailleurs un retour dans les salles de spectacle françaises pour guider les spectateurs vers la sortie en cas d'interruption du gaz.

Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jean-Baptiste Fressoz (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Fressoz
Bois, charbon, pétrole, nucléaire, énergies dites renouvelables : l'histoire montre que les énergies s'additionnent les unes aux autres au lieu de se remplacer, explique l'historien Jean-Baptiste Fressoz. Pour voir l'émission en intégralité : https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/280922/la-transition-energetique-n-pas-eu-lieu#at_medium=custom7&at_campaign=1050
Mediapart n'a qu'une seule ressource financière: l'argent issu de ses abonnements. Pas d'actionnaire milliardaire, pas de publicités, pas de subventions de l'État, pas d'argent versé par Google, Amazon, Facebook… L'indépendance, totale, incontestable, est à ce prix. Pour nous aider à enrichir notre production vidéo, soutenez-nous en vous abonnant à partir de 1 euro (https://abo.mediapart.fr/abonnement/decouverte#at_medium=custom7&at_campaign=1050). Si vous êtes déjà abonné·e ou que vous souhaitez nous soutenir autrement, vous avez un autre moyen d'agir: le don https://donorbox.org/mediapart?default_interval=o#at_medium=custom7&at_campaign=1050
+ Lire la suite
autres livres classés : climatVoir plus





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
213 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre