AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075049245
416 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (27/10/2016)
3.79/5   112 notes
Résumé :
IL FAUT METTRE FIN À ENDGAME.JOUER POUR GAGNER OU SE BATTRE POUR LA VIE ?  Les Joueurs vont terminer Endgame? selon leurs propres règles. Les vrais héros se révèlent et les plus puissants ne sont pas ceux que l'on croit. Et il y a l'étrange Stella, qui semble en savoir plus qu'elle n'en dit, et leur propose une alliance. Faut-il lui faire confiance ? Suspense insoutenable et émotion : au c?ur de l'action la plus intense se profilent les interrogations fondamentales ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 112 notes
5
9 avis
4
18 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

Lunartic
  15 juillet 2019
Tout d'abord, commençons par le commencement (c'est parfaitement logique et évident ce que je viens de dire... bref...). Je tiens, comme toujours, à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour la confiance qu'ils ont en moi, en mes chroniques livresques, au vu des services presse que je demande et que je reçois dans les plus brefs délais. Ce partenariat est signe pour moi de la crédibilité de mon blog, de l'importance qu'il a dans ma vie, et c'est aussi une démonstration de ma passion pour cette activité si enrichissante à mes yeux, pour moi comme pour mes fidèles visiteurs. Donc, je me dois de remercier Gallimard de m'offrir ces opportunités merveilleuses d'exprimer mon amour de ma lecture à travers mes chroniques sur leurs dernières parutions. Il fallait que j'exprime ma gratitude et ma reconnaissance pour cette chance unique qu'ils m'ont donnée. Pour ce nouveau service presse, j'ai choisi le tome trois de la fameuse saga à énigmes Endgame, qui a tant fait parler d'elle. (Il faudra que je poste à nouveau mes chroniques des deux premiers tomes à l'occasion...). Je ne pouvais pas passer à côté du tome final de cette série livresque pour la jeunesse qui m'a captivée de bout en bout. Je dois vous avouer que, bien sûr, comme pour toute fin de saga, j'appréhendais ce grand moment : allais-je être déçue d'une fin que j'attendais avec une si grande impatience ? Ou au contraire être satisfaite de cette fin qui clôt tout en beauté ? Allais-je refermer le livre le coeur lourd de quitter cet univers ? Découvrez les réponses à ces questions si dessous.
On quittait le tome deux d'Endgame en plein cliffhanger. La nature de la clé du ciel avait été révélée, et quelle révélation, on voit que la perversité des Créateurs est poussée loin ! ; le combat pour la dite clé du ciel acharné, et on nous laissait en plan avec une mère dévastée d'avoir été séparée de son enfant, dont la famille venait juste d'être massacrée dans l'optique d'arrêter toute cette folie (oui, c'est franchement bizarre dit comme ça), et avec un enfant de treize ans sans pitié et à l'instinct de tueur abattu - c'est pas plus mal vous me direz ... c'est horrible ce que je viens d'écrire, voyez comment Endgame contamine même l'esprit supposé sain du lecteur ... Je dis bien « supposé » ... et un autre qui s'enfuit avec les deux clés en sa possession. Petit rappel : trois clés = Clé de la Terre + Clé du ciel + Clé n°3 + un Joueur + Kepler 22B = GAME OVER POUR L'HUMANITE TOUTE ENTIERE. Capiche ? Pour ceux qui ont l'impression que je parle chinois, cela signifie que vous n'avez pas lu Endgame. Je vais vous la faire en une phrase : douze Joueurs issus de douze lignées cherchent trois clés pour les Créateurs, ici représenté par Kepler 22B, et s'affrontent pour la vie afin d'éviter la fin du monde. Vous voyez le topo ? Et bien sûr, un seul doit survivre et les autres = kaputt. Vous comprenez alors qu'à la fin du tome deux, j'en avais le coeur qui battait la chamade à l'idée que l'un des Joueurs restants puisse potentiellement gagner. Lire le tome trois était alors indispensable pour calmer mon rythme cardiaque et avoir enfin l'issue de ce jeu particulièrement vicieux. On suit alors la poignée de Joueurs qui continuent ... à jouer, enfin on va dire ça (il y en a moins de la moitié qui sont encore vivants, je précise), ou justement pas d'ailleurs, à travers le monde pour récupérer la troisième clé : la Clé du Soleil (effet lumineux autour de cette révélation). Ce que j'ai adoré dans cette saga et qu'on retrouve dans les trois tomes, c'est un rythme effréné qui ne s'arrête jamais : les personnages voyagent aux quatre coins du monde, à la recherche d'indices, d'éléments leur permettant de mieux saisir Endgame, qui est une énigme en soi, THE enigme même je dirais, et aussi de se retrouver eux-même. En effet, au fur et à mesure de l'histoire, les personnages évoluent, entrent dans leur rôle de Joueur, qui ont le destin de leur lignée et de toute l'humanité entre les mains, remettent ce dit rôle en question, prennent conscience de leurs responsabilités, et campent leur position. Ce qui est intéressant à voir, c'est que ce dernier tome est le résultat final de cette maturation. Tous les personnages vont comprendre plus ou moins tôt quel est leur enjeu dans toute cette affaire, si la cruauté et la violence d'Endgame les a changés radicalement, ou au contraire, leur a fait rendre compte de qui ils étaient déjà bien auparavant au fond d'eux, pour quoi ils se battent, quels sont leurs convictions et leur raison d'agir dans tout ce chaos. Cette fois-ci, les personnages n'étaient plus apeurés, incertains, réagissant à cette peur par une violence irréfléchie. Ils sont désormais de jeunes adolescents matures, qui ont dû grandir trop vite certes, mais qui ont su faire face à l'inimaginable, et qui en sont ressortis vivants et en ayant foi en la cause qu'ils soutiennent : arrêter Endgame, ou au contraire gagner le jeu. Ce qui est amusant, c'est que tous veulent se venger des Créateurs, mais soit en abolissant les règles pré-établies depuis des siècles et des siècles, soit au contraire en s'immergeant totalement dans le jeu pour tuer les Créateurs, ou plutôt Kepler 22B parce-que les autres, on s'en fiche, de l'intérieur. En clair, je dirais que la saga Endgame dans son ensemble, si on creuse suffisamment durant notre lecture, aborde de manière très intéressante et en profondeur la psychologie de ses personnages, de leur caractère humain, ce qui permet de nous identifier à eux, malgré l'incongruité de leur tâche (ils ont été entraînés depuis leur plus jeune âge à se battre et à tuer quand même), et de se mettre dans leurs chaussures. Tout simplement, Endgame nous entraîne dans un dédale de périples et de défis, où les personnages se retrouvent sans cesse à devoir faire des choix décisifs et à porter le fardeau des conséquences qui en découlent. Dans ce tome trois, on a un calme apparent, car les personnages savent désormais ce qu'ils veulent, ils sont plus réfléchis, plus sereins, et savent ce qu'ils veulent accomplir. L'instabilité qui régnait dans les deux premiers tomes fait place à une solidité nouvelle dans la psychologie, tous semblent avoir trouver leur place et se sont résolus à mettre fin à cette situation insensée coûte que coûte. Mais cette soi-disant sérénité va vite nous éclater à la figure.
Honnêtement, tout au long de ma lecture, j'avançais à tâtons. Je ne savais pas à quoi m'attendre, si ce n'est à une bombe à retardement. Et je l'ai eu. Mais je ne savais pas quand ça allait tomber. Si les personnages sont plus décidés et réfléchis, le rythme de l'histoire, des actions entreprises, est toujours aussi infernal et trépidant. Ce qui est très bien vu de la part des deux écrivains, car, après tout, l'humanité est en train de vivre une sorte d'apocalypse bien réelle. Cette atmosphère tendue et de catastrophe, où on ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, et à quelle intensité, est extrêmement bien construite. On nous fait sentir qu'on est dans un état de panique permanente durant toute la lecture avec notamment un rythme saccadé des événements, morts, explosions, destructions, courses-poursuites, affrontements à la pelle (sans que ça fasse too much, on n'est pas dans un blockbuster non plus), avec parfois très peu d'explications. Pour autant, ça ne m'a pas gênée. Je m'explique : par exemple, dans le résumé de ce tome trois (et dans le tome deux, on nous le faisait bien comprendre aussi), la mystérieuse Stella Vyctory est censée avoir un rôle central. Or, ce n'est pas exactement ce qui se passe ... car dans la vraie vie, rien n'est prévisible, vous voyez ... Et c'est la sensation que m'a faite Endgame, et qui est incroyable : on a l'impression que ce cataclysme qui tombe sur la tête des personnages, et sur celle de la Terre tout entière soit dit en passant, nous arrive à nous aussi. Tout est crédible du début à la fin. On a très peu d'informations sur Kepler 22B (même si, dans ce tome, on a quelques chapitres de son point de vue, et c'est franchement cool car on a des pistes pour comprendre quel est le véritable enjeu d'Endgame), sur les Créateurs en général, sur les extraterrestres de Wayland Vyctory (cf. tome deux) qui sèment la pagaille au niveau de nos monuments historiques ... Ça pourrait être frustrant. Mais, dans la vie réelle, et là je vous demande beaucoup d'imagination, si on était face à un état de crise mondial comme celui-ci, est-ce qu'on prendrait le temps de se poser et de se dire « Attends, mais les extraterrestres-là, pourquoi est-ce qu'ils explosent nos monuments ? Et les Créateurs, c'est quoi cette connerie ? (Désolée pour le langage) Qui sont ceux qui menacent l'humanité ? » ? Réponse : non. On ferait comme les humains dans Endgame : on se cache, on se terre dans nos maisons, on fait nos réserves, et on panique grave (puissance 10 000). C'est cette tension de peur extrême qu'on ressent durant tout le roman, car la planète est mise à mal et Endgame a foutu tout le monde dans un sérieux pétrin. On n'a pas le temps de se poser des questions existentialistes, on agit. Voilà, c'est ce que je recherchais : le tome trois d'Endgame, c'est le tome de l'action. Les personnages nous malmènent entre courses-poursuite en voiture, le fusil au point, course contre la montre en avion, car ils savent piloter des avions en plus ! ... On en prend pour notre grade. Dans les deux premiers tomes aussi, on courrait dans tous les sens, mais là, on sent véritablement la gravité de l'enjeu, l'engagement des personnages, c'est la dernière ligne droite, c'est décisif. Qui va mourir ? Qui va survivre ? J'en tremblais et transpirais rien que d'y penser.
Au niveau des personnages, pour certains, leur mort ne m'était pas surprenante (faut dire qu'ils avaient envie de mourir, on va pas leur refuser non plus ...). Pour d'autres, cela ne me serait même pas venu à l'esprit qu'ils meurent, tant je n'en avais pas envie (je suis gentille, vous avez vu) et au vu de leur tempérament de feu, je me suis dis que ce n'était même pas envisageable. J'ai adoré la relation entre Maccabee, le Nabatéen, et Petite Alice Chopra. Ça apporte de la douceur dans toute cette folie meurtrière et délirante, de voir que des liens d'amour et familiaux peuvent se construire entre deux êtres, même en plein milieu d'un carnage. Cela prouve aussi que les Joueurs sont loin d'être des machines à tuer, qu'ils ont des sentiments, et qu'ils ont conservé leur humanité, leur capacité à voir l'autre en tant qu'être humain doué de sentiments, d'émotions, d'intériorité, de compassion, d'amitié, d'amour et non simplement en tant qu'obstacle à abattre ou moyen pour gagner le jeu. Maccabee est un personnage tiraillé, qui m'a beaucoup touchée, car il a une certaine fragilité, il est un jeune garçon encore perdu et qui s'est retrouvé imbriqué dans quelque chose qui le dépasse complètement in fine. Quant à Petite Alice, elle est juste adorable, et ça m'a fendu le coeur de constater qu'Endgame n'épargne absolument personne, pas même de tout jeunes enfants innocents, au coeur pur et généreux. J'étais très heureuse aussi de retrouver Sarah, la Cahokienne, & Jago, l'Olmèque, mon duo chouchou. Je l'avoue, Jago a su me charmer dès le départ, il est très séducteur, mais il est bien plus que ce qu'il n'y paraît. Pour ce qui est de Sarah, elle est un personnage qui insuffle de l'espoir. Elle a certes eu des moments de faiblesse, comme tous les autres Joueurs, mais elle est une battante, elle n'abandonne jamais, et dans ce tome-ci, ses incertitudes se sont effacées, et elle est plus que jamais déterminée, elle m'a apportée de la force et de l'espoir tout au long de la périlleuse aventure que fut ma lecture, pour croire que ce jeu vicieux pouvait finir une bonne fois pour toute et par la défaite des Créateurs. Vous l'aurez compris, je les adore tous les deux, ils ont une complicité très touchante et ça apporte une étincelle de lumière dans toute cette noirceur que constitue Endgame. Hilal, l'Aksoumite, est un personnage que j'ai adoré dès le départ : dès le premier tome, il souhaitait arrêter Endgame, créer une alliance avec les autres Joueurs, pour lesquels il n'éprouve aucune animosité, il souhaitait être pacifique. A mes yeux, il était le personnage le plus lucide et proche de nous. Au fil de l'histoire, il a toujours su se montrer patient, malgré tout ce qu'il en a bavé, et il a eu sans cesse une attitude extrêmement sage qui a suscité mon respect. Shari, l'Harapéenne, est sûrement le personnage qui m'a le plus émue au cours de cette aventure. Elle est toujours restée la maman, elle a conservé son instinct maternel, l'instinct de la famille, malgré la rivalité, le sang, la haine, l'appât du gain avec les trois clés. Son coeur déborde de bons sentiments, et, si elle nous paraît dure et froide au tout début du tome (après ce qui lui est arrivé, on lui pardonne), elle retrouve très vite la personne qu'elle est vraiment : la maman, aimante, protectrice, qui n'éprouve pas de rancoeur et ne commet pas d'actes stupides et vils. J'éprouve beaucoup de tendresse à l'égard de ce personnage et de sa force morale face à l'adversité. Jenny Ulapala est une grand-mère que j'aurais adoré rencontrer. Elle m'impressionne et force le respect, elle porte l'histoire de son peuple aborigène en elle, et elle ne se laisse pas démonter. Sa sagesse est immense, et les pouvoirs de son esprit également. J'en suis restée bouche bée. Pour ce qui est d'Aisling, la Celte, je croyais qu'elle était un personnage insensible, presque fade, comme un bloc de glace, mais je me suis lourdement trompée. Certes, je ne me suis pas attachée à elle autant qu'aux autres Joueurs mentionnés ci-dessus, mais elle se rend compte de ses erreurs, tente de se faire pardonner, de se corriger, d'agir comme il faut, et rien que pour ça, je lui dis bravo. Et puis, j'aime son trio avec Marss et Jordan, ils forment une belle équipe, formée de manière totalement imprévue et spontanée (cf. tome deux, encore), mais très soudée in fine. Pour ce qui est d'An Liu, le Shang, c'est un esprit tordu (point barca). Je n'ai jamais réussi à le cerner, et après ma lecture du tome trois, je n'arrive pas à exprimer ce que je ressens pour ce personnage, qui a souffert, qui a été torturé, qui a connu un amour intense qu'il vénère, qui est la Mort personnifiée ... D'un côté, je trouve An Liu horriblement sombre et mélancolique, et en même temps, je me dis que c'est le personnage le plus mystérieux et intéressant de la saga, et que sans lui, Endgame n'aurait pas été aussi passionnant et terrifiant à la fois. Je penchais entre aversion et compassion, presque compréhension de ses actes pour ce personnage qui n'arrête devant rien ni personne jusqu'à avoir atteint son objectif morbide. J'ai été étonné aussi qu'An Liu s'allie avec quelqu'un, lui qui est si solitaire, renfermé sur lui-même et sur ses tics (qui sortent de la norme), et cette nouvelle alliance fut pour le moins surprenante et enrichissante sur le personnage d'An Liu et sur Endgame en soi. Je n'en dis pas plus ... Rien n'est tout blanc, ni tout noir dans Endgame, sachez-le. Tout nous déroute et nous amène à nous poser des questions, à être tiraillée concernant la bonne manière de penser, la bonne décision à prendre si on avait été à la place des personnages.
Pour conclure, je dirais que ce tome ultime aura clôt en beauté cette saga très originale, détonante, qui nous amène de périple en périple, qui nous essouffle et qui nous fait vivre des sensations fortes, et encore, c'est un euphémisme. Ce dernier tome m'aura fait l'effet d'une bombe, avec deux retournements de situation majeurs qui m'ont laissée totalement sonnée. J'ai encore du mal à m'en remettre à l'heure où j'écris ces mots. Endgame se traduit de façon littérale "Le jeu de la fin" et c'est exactement le nom qu'il faut : le jeu s'est terminé de manière magistrale à mes yeux, c'en était presque mystique, légendaire, une fin digne de ce nom pour ce jeu qui existe depuis la nuit des temps, tout en étant ancré dans notre époque contemporaine. La saga nous envoûte avec des illustrations extrêmement bien choisies pour représenter les lignées et leur diversité historique et culturelle, les différentes étapes de l'aventure, les lieux qui ont marqué le jeu, ça apporte un vrai plus. Les chapitres sont très courts, aérés, avec les points de vues de chaque personnage et les logos des lignées associés. Cela ne peut qu'être dévoré, jusqu'à la dernière ligne. James Frey et Nils Johnson-Shelton ont signé une saga jeunesse à quatre mains réussie, qui se démarque, avec un mélange de technologie, qui confine à la science-fiction, et de traditions ancestrales, crédible, totalement accepté par le lecteur, qui se sent appartenir à cette histoire pour le moins rocambolesque. Mais, en y pensant, quel est le véritable enjeu d'Endgame ? Nous montrer que les humains n'ont besoin que d'eux-même pour se faire du mal entre eux, au nom de pseudos « Créateurs » ? Que l'humanité est plus forte et ancrée en nous qu'on ne le pense, qu'on se dénigre nous-même et notre appartenance à l'espèce humaine ? Qu'il y a toujours une lumière qui brille pour nous et en nous malgré toutes les horreurs que le monde doit essuyer ? Tant d'interprétations sont possibles. Je vous laisse déguster cette trilogie palpitante, qui saura vous tenir en haleine et vous offrir une fin épatante, qui n'épargnera pas votre petit coeur, et qui dans tous les cas, vous surprendra. Rien ne peut vous préparer à ce dénouement. Si vous voulez savoir qui restera et qui mourra à l'issue de tout ça, je vous conseille fortement de lire Endgame, conseil d'amie. J'ai le coeur à la fois heureux et fier, mais aussi gros, d'avoir fermé ce dernier tome. C'est toujours dur de dire au revoir à une telle saga, mais elle restera dans mon coeur, comme le reste des lectures qui m'ont marquée dans ma vie de lectrice ... Il ne me reste qu'à attendre l'adaptation cinématographique, qui promet d'envoyer du lourd. Je me demande quand même comment ils vont réussir à adapter un tel pavé, avec la diversité ethnique des personnages, des lieux géographiques, des événements ... Moi, en tout cas, j'ai de très hautes attentes, et je suis excitée ! Sachant que James Frey en sera le scénariste, je fais confiance au créateur de cette saga jeunesse incroyable et explosive. On se donne rendez-vous à la sortie du premier film ! COUP DE COEUR ♥
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
iz43
  06 mars 2019
Jusqu' au bout endgame aura joué avec mes nerfs. Dernier tome de la trilogie qui se lit très vite.
A la fin du tome 2, la clé du ciel est enlevée par macchabee. La clé du ciel est un humain, la fille d'une joueuse. J ai vraiment tremblé pour elle. Macchabee est un personnage que j aime bien. Mais il joue pour gagner même s il doit tuer la clé du ciel à la fin. d'autres joueurs ont choisi de s allier pour annuler le jeu. Et enfin un joueur terriblement déjanté, violent et inhumain , An , lui joue pour la mort. Il ne veut pas gagner endgame. Il veut tuer les joueurs, les humains, keppler 22 et les extraterrestres. Il est bien décidé à tout faire sauter.
Ce tome ne manque pas d action. Même si de nombreuses questions persistent. Il y a eu encore des coups de théâtre. J étais même catastrophee face à la mort de certains personnages que je voyais bien arriver jusqu au bout.
J ai aimé que le gagnant soit ce gagnant là.
Commenter  J’apprécie          292
Hyelana
  17 septembre 2017
La clé du ciel a été récupérée et il faut maintenant que le joueur qui possède les deux clés, trouve la clé du soleil. Il reste peu de joueurs. L'un essaie de gagner, un autre joue pour la mort tandis que les autres jouent pour stopper Endgame. Désormais c'est une course contre la montre. Abaddon arrive, près à détruire une partie du monde tel qu'on le connait.
Dernier tome de la trilogie et non le moindre. J'ai davantage apprécié ce tome que le précédent. Je l'ai trouvé moins fouilli, les événements sont plus clairs, tout comme les objectifs de chacun. On sait où on va et on suit le chemin tracé devant nous.
Je l'ai d'ailleurs trouvé intéressant ce chemin. Les pages se sont tournées les unes après les autres sans que je ne les vois trop passées. Cependant j'ai été légèrement déçue par la fin. Je l'ai trouvé... simpliste, faute de meilleur terme.
Le tome que j'ai préféré reste le premier. Mais la trilogie en elle-même est divertissante.
Commenter  J’apprécie          240
Saiwhisper
  18 juillet 2019
J'étais terriblement curieuse de connaître le dénouement de cette trilogie ! Après tous ces meurtres, ces mystères autour de notre Monde et du jeu orchestré par les extraterrestres et les différentes techniques utilisées par les joueurs, je souhaitais vivement savoir s'il y allait avoir un ou plusieurs vainqueurs ainsi que le dénouement exact des Endgames… Malheureusement, je ressors très mitigée par ce que j'ai lu : c'était plutôt pas mal néanmoins, je m'attendais à mieux et j'espérais surtout avoir toutes les réponses à mes questions comme, par exemple, le réel sens de ce jeu…
Cet opus reprend juste après le second tome avec, notamment, certains personnages en bien mauvaise posture… Les deux clefs permettant de gagner ont été trouvées. Il n'en reste qu'une. Or, les participants n'ont que trois jours pour sauver la terre d'un astéroïde en remportant l'Endgame. La tension est donc bien présente et on s'attend à ce que tout s'enchaîne à toute allure. Hélas, cette dernière ligne droite n'a pas été aussi haletante que je l'espérais. Il y a beaucoup de discussions, de stratégies mises en place, de voyages de-ci de-là, de rencontres, etc. Quelques scènes auraient pu être bouclées pour rapidement, tandis que d'autres auraient mérité d'être plus étoffées tant elles sont brutales (surtout lorsqu'un joueur décède en deux lignes !) ! le rythme n'était pas assez bien géré à mes yeux, ce qui est bien dommage ! Il faudra attendre le dernier tiers pour que tout se bouscule enfin, ce qui est trop peu à mes yeux pour un final que je pensais explosif et intense !
Les protagonistes sont clairement la force de cette saga. Bien que l'on ait tendance à se perdre à cause des personnages secondaires, les Joueurs continuent d'être développés. Ils évoluent selon la situation, les personnes rencontrées et leurs idéaux. Sarah m'a davantage convaincue que dans le second opus, car elle a vraiment retrouvé son peps d'antan. Elle ne passe plus autant de temps à se morfondre ou à se laisser aller, ce qui rend son tandem avec Jago plus intéressant et plus soudé que jamais. Aisling m'a également fait meilleure impression, ce qui n'était pas gagné, car je n'avais que faire de ce personnage auparavant… Maccabee m'a aussi grandement surprise, notamment dans son lien avec la petite Alice… Quant à An, sa démence ne va faire que de s'accroître, si bien que je me demandais où cela allait le mener… le seul individu à m'avoir laissé de marbre est cette étrange Stella dont fait mention le résumé… Cette partie est trop expéditive…
J'ai d'autres regrets, comme la mise en place assez longue, l'ambiance qui s'oriente plus vers l'Aventure que le Polar ou la Science-Fiction alors que j'aimais cette idée d'enquête géante, les keplers qui vont finalement emporter bien trop de secrets avec eux, … C'est bien dommage, car la série avait beaucoup de potentiel ! le dénouement en lui-même est particulier : il me laisse à la fois dégoûtée, dubitative et légèrement satisfaite… Il y a de bonnes idées, tout comme d'autres assez mauvaises ou sous-exploitées… J'avais bien aimé le premier opus, moins le second, tandis que celui-ci m'a partagée… Ainsi, je quitte cette saga avec septicité… Est-ce que je vous la conseillerais ? Bizarrement, je n'ose me prononcer…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Gaoulette
  22 mai 2017
Missnefer, heureusement que c'est une LC car j'ai besoin de toi….
Endgame continue mais il doit s'arrêter surtout. Il reste 7 joueurs en liste et on ne sait pas qui peut devenir le grand vainqueur. D'autres se sont joints à ce jeu morbide. Des grandes questions se soulèvent et certaines certitudes s'étiolent.
Nous finissions La clé du ciel avec Machabee, personnage autant intrigant que dangereux. Petite Alice est capturée et on sait que Endgame a une nouvelle règle : la sauver. Moi lectrice, je le voulais aussi mais surtout connaitre le pourquoi du comment d'Endgame. Et du coup ma critique en devient mitigée.
Si j'oublie mes propres questions, j'ai adoré ce tome. La surcharge émotionnelle, les palpitations des aventures qui partent à 100 à l'heure, les personnages qui disparaissent sans qu'on s'y attende et l'issu du jeu qui m'a convaincu même si j'ai encore quelques questions. Mais j'étais emballée.
Mais cependant quand on regarde de plus près, je reviens sur mon enchantement. James Frey et son acolyte sont partis dans leur délire et surtout un peu partout. Des nouveaux venus dans le tome 2 comme Stella et Ea qu'au final on n'ignore réellement leur rôle dans Endgame. Je vais SPOILER désolée. Ils sont venus sur Terre et sont restés mais pourquoi veulent ils contrôler la Terre et surtout pourquoi sont-ils en désaccord avec les Keepler ? Pour être le maitre de la Terre ? Mais pourquoi Endgame alors d'un côté ? Et eux sont-ils méchants ou non ? Et puis vient Pop ce grand-père qui décide de tuer et les raisons on en a aucune ?
Même si ce duo d'auteur apporte une superbe histoire dystopique et surtout une morale qui sort du lot. Les vainqueurs sont ceux qui réfléchissent avant de se battre. Et oui contre toute attente James Frey nous offre un héros qu'on n'attendait pas du tout.
Alors oui à l'heure actuelle, je peux dire que j'ai aimé plus que le tome 2 mais il ne relève pas le L'appel qui m'avait emballée. Cela reste une dystopie mitigée mais agréable dans son ensemble. Je me suis perdue en route au second tome pour revenir dans la course au dernier tome. James Frey nous apporte la réponse principale mais je pense que certaines choses restent en suspens. Aurons-nous un jour une réponse via Keepler et Ea qui est la raison d'Endgame….
Affaire à suivre mais 3.5/5.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ExulineExuline   04 novembre 2016
Elle comprend pourquoi les Joueurs doivent être jeunes. Jusqu'à présent, elle croyait que c'était pour qu'ils puissent guider leur peuple longtemps encore et redonner vie à une planète détruite. Mais la véritable raison, c'est sans soute que seuls des gens jeunes sont suffisamment sûrs d'eux et délibérément intrépides. surtout es jeunes Joueurs d'Endgame, à qui on enseigne depuis le début qu'ils sont spéciaux - non, uniques - , comme si toute la sagesse qu'on leur inculquait, toute leur formation servaient à extraire d'eux cette insouciance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SaiwhisperSaiwhisper   19 juillet 2019
L'extraterrestre s'est démasqué en faisant son annonce au sujet de la Clé du Ciel. Il a commencé à se montrer sous son vrai jour. Endgame est une réalité pour tout un chacun désormais. Pour les riches comme pour les pauvres, pour les puissants comme pour les faibles. Pour les êtres brutaux comme pour les charitables.
Commenter  J’apprécie          60
ExulineExuline   04 novembre 2016
- Tu as mûri, hein ?
- Oui, sans doute. Mais je suis surtout crevée, mentalement et physiquement.
- Moi aussi. C'est peut-être ça être adulte.
Commenter  J’apprécie          70
YunariaYunaria   11 janvier 2018
- Combien de temps je suis restée dans les vapes ?
- Pas très longtemps. Une heure peut-être.
- Tu as dormi, toi ?
- Hmmm, non. J'ai fait des trucs ringards.
- Du style ?
- Te regarder dormir.
- Flippant.
- Sí.
Un silence.
- Qu'est-ce que tu allais dire avant ?
- Cuàndo ?
- Avant. La blague nulle.
- Ah. J'allais dire : "Je peux t'offrir l'action et l'oubli, Sarah Alopay"
- Super-flippant !
Jago hausse les épaules.
- Je l'aurais dit en espagnol : Puedo darte la acción y el olvido. Ça rend toujours mieux en espagnol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ExulineExuline   04 novembre 2016
- Le Créateur ne devrait pas survivre à une telle explosion à bout portant.
- Non. Même moi, j'ai foi en certaines choses.
- L'église de l'Immaculée Démolition.
- Oui, exactement. Je Joue pour Tuer.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de James Frey (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Frey
Découvrez le podcast de notre rentrée littéraire dédié à James Frey - Katerina Présentation par Géraldine Sarratia - Lecture par Emmanuel Noblet
En savoir plus : http://rentreelitteraire-flammarion.com/
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Numéro Quatre

Comment s'appelle Numéro Quatre ?

Henry Smit
Sam Good
John Smith
Sam Smith

11 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Lorien Legacies, tome 1 : Numéro Quatre de James FreyCréer un quiz sur ce livre