AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290088463
317 pages
Éditeur : J'ai Lu (16/04/2014)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 93 notes)
Résumé :
Nous pensions qu'une fois réunis, Nous serions vainqueurs. Mais Nous ne sommes pas prêts. La garde doit être au complet. Nous avons perdu des batailles, mais pas la guerre ! Rien n'est encore joué...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  20 septembre 2014
Ce que j'apprécie avec la saga Lorien Legacies, c'est que nous avons droit à un tome tous les ans. Je sais que tous les auteurs ne peuvent pas avoir le même rendement, mais c'est fort appréciable quand c'est le cas. Il y a cependant des risques avec ce rythme, et je ne sais pas si cela vient de la traduction, ou bien de l'auteur même, mais il y a eu certaines petites choses dans ce tome quatre qui ne m'ont pas trop plu. Des incohérences tout d'abord. Il n'y en a pas beaucoup, certes, mais à plusieurs reprises un personnage se voit affubler une action qu'il n'a pas pu faire (n'étant même pas là lorsque le dit événement s'est produit...). Un mélange des prénoms aussi. Ella devient Sarah, Numéro Huit devient Numéro Neuf... Et la dernière, qui est par contre sûrement dû à l'éditeur français : l'erreur de typographie pour un chapitre concernant Marina. Comme il y a plusieurs narrateurs dans les romans, chacun a une typographie qui lui est propre. Elles sont au nombre de trois ici et facilement identifiables. du coup, lorsqu'on voit la typo de John, on ne s'attend pas à voir Marina parler... Ce sont des menus détails, mais je n'avais pas eu ce genre de "coquilles" lors des précédents tomes et du coup, cela donne une petite impression de... pas de bâclage, mais de non-attention.
Enfin passons ! L'histoire est toujours prenante. Elle a un goût de "calme avant la tempête" mais il se passe tout de même beaucoup de choses, dont certaines très intéressantes. Tout d'abord, nous retrouvons Sam. le meilleur ami de John m'avait beaucoup manqué dans le tome précédent et le revoir m'a fait énormément plaisir. J'ai aussi apprécié la façon de le "remettre" dans l'histoire. le début du tome commence en parallèle de la fin du tome trois (vous me suivez ?) et les événements s'enchaînent de façon très fluide, dans la continuité presque parfaite avec le tome trois. Cela nous permet de nous remémorer le précédent tome sans pour autant avoir un résumé (ce que je n'apprécie pas du tout dans les suites). Il n'y a, de plus, pas beaucoup de temps mort. Je parlais de calme, un peu plus haut, mais il y a tout de même pas mal de scènes d'action. Cependant, ce qui prédomine le plus dans ce tome quatre est la réunion de toute l'équipe : Gardanes et les humains soutenant leur cause. Cet élément me fait dire que le combat final approche, d'autant plus que le travail d'équipe est beaucoup mis en avant. Ce qui est très appréciable. J'aime particulièrement voir ce genre d'événement, je trouve galvanisant de voir une équipe travailler main dans la main avec fluidité ! Et l'auteur arrive très bien à nous le faire vivre, avec ses hauts et ses bas. Car qui dit équipe, dit aussi personnalités différentes. Tout n'est pas rose, il faut faire des concessions, apprendre à vivre avec l'autre. Il y a toujours cette notion d'apprentissage que je trouve agréable dans la littérature jeunesse. Rien n'est acquis.
Parmi les protagonistes, j'ai bien sûr mes chouchous. Sam, comme je l'ai dit, John, Six, Neuf, BK. Sarah n'est pas loin de rejoindre la liste. Elle a beaucoup évolué dans ce tome et dans le bon sens du terme. Elle n'est plus à cataloguer en "humaine en détresse", et c'est très agréable de voir un autre personnage féminin fort dans la série. Pour Huit et Marina, j'ai encore beaucoup de mal. Huit est trop dans la caricature, et Marina beaucoup trop effacée à mon goût. Par contre, plus j'avance dans l'histoire, plus je me dis que c'est un personnage qui risque d'avoir son importance, ou du moins beaucoup plus que ce qu'il n'y paraît (surtout avec l'événement de la fin du tome). Ella est adorable, mais comme Marina, elle est trop en retrait. Sa position au sein de l'histoire y est pour quelque chose, mais j'aurais aimé qu'elle soit plus exploitée (dans le bon sens du terme). Et j'en viens à Cinq... Comme l'indiquait le titre du roman, on savait qu'on allait le rencontrer. Et bizarrement, très peu de temps après son "apparition", je l'ai trouvé antipathique à souhait. Son comportement trop étrange, sa façon d'être... Je n'avais qu'une envie qu'il s'en aille. Je ne sais pas si c'était le choix de l'auteur de rendre ce personnage si "repoussant", mais c'est une réussite pour moi !
Du point de vue de l'histoire, je l'ai trouvé toujours très agréable à lire. C'est fluide, dynamique, sans chichi. La multiplicité des personnages donnent aussi beaucoup de possibilité qui sont bien exploitées, même s'il est difficile de pouvoir donner sa part du gâteau à tout le monde. Il y a aussi une certaine réflexion que je trouve très intéressante pour le public visé de prime abord par la saga. Rien de moraliste, et très juste, mais il est donné à plusieurs reprises au lecteur de s'interroger. Les pions se placent pour la bataille finale, on entrevoit un espoir de victoire mais pas pour autant une certitude. Je me demande vraiment comment l'auteur va pouvoir finir sa saga. Il y a tellement de possibilités que c'est appréciable de ne pas savoir où l'on va. Je pars du principe qu'aucun des protagonistes n'est à l'abri, et cela même s'ils sont les "héros" prédominants de la saga. A voir donc dans le tome cinq qui sortira, je l'espère en début d'année prochaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Mariloup
  31 janvier 2016
Ma lecture des trois premiers tomes remontait à si loin. J'avais donc peur de poursuivre cette saga qui me tient à coeur, que j'adore, ayant peur d'avoir oublié beaucoup de choses. Mais encore une fois, je me faisais des idées pour rien puisque j'ai adoré, je me suis vite réadaptée!
Les Loriens (Numéros, Gardanes) survivants s'étaient réunis au fil des trois premiers tomes mais il en manque toujours un: Numéro Cinq. Et le but est de le retrouver pour être au complet, pour être plus fort contre les Mogadoriens, leurs ennemis jurés descendus sur Terre pour exterminer ceux, les dix Gardanes, qui y avaient trouvé refuge.
#Spoilers
Le meilleur ami de John alias Numéro Quatre, Sam, humain pure souche, avait été fait prisonnier par les Mogs. Mais Sam va être sauvé par quelqu'un d'inattendu: son père, père qu'il aura cherché pendant très longtemps et d'un mystérieux allié, à l'apparence ennemie...
Les Gardanes, eux, se cachent toujours dans la planque high-tech de Numéro Neuf, pour se remettre de leurs émotions, de leur mésaventure au Nouveau Mexique, où ils ont... disons-le... été complètement à la ramasse, battus à plate couture. Ils ne sont visiblement pas encore prêts pour l'affrontement final.
Mais ils doivent tout faire pour trouver Numéro Cinq avant l'ennemi et lorsqu'ils le trouvent, ils sont un peu surpris de voir qu'il est complètement à l'ouest, ne s'étant jamais battu, n'ayant jamais croisé l'ennemi et ils découvrent aussi ce dont il est capable: voler et adapter son corps selon les matières touchées, qui sont au nombre de deux (pour le moment?): métal et caoutchouc (non, ce n'est pas Luffy de One Piece! :D). Cinq est beaucoup mis en avant puisque c'est le petit nouveau, qui n'est d'ailleurs pas très bavard, qui est trop évasif, avec un passé encore trop secret. Pour les autres, il est vraiment bizarre mais il faut dire qu'ils s'attendaient à tout autre chose, une sorte de héros badass au moins très au courant des événements.
Ils vont donc être tous réunis, au complet: les Gardanes, Sarah, Sam et son père. Et il faut apprendre à se connaître plus, à se faire confiance, relier les informations entre elles, s'entraîner en solo et en équipe afin d'être prêt pour de prochaines missions périlleuses.
Le but ultime de ces jeunes aliens: retourner sur leur planète mère Lorien et la faire revivre (c'est une planète morte, qui a été envahie et ravagée par les Mogs).
Il va y avoir des problèmes avec la petite Ella/Numéro 10, ce qui n'augure rien de bon... et nos héros vont comprendre que les menaces ne sont pas qu'extérieures mais aussi internes et les choses vont dégénérer terriblement: la trahison d'un Gardane va entraîner l'enlèvement d'un autre, ainsi que la mort d'un autre...
L'issue de la guerre est encore bien incertaine... Reste-t-il encore de l'espoir pour les derniers Loriens?
J'étais vraiment heureuse de retrouver Quatre, Six, Huit, Neuf et même le petit Bernie Kosar, la chimère, ainsi que les autres bien sûr, mais ceux cités sont vraiment ceux qui retiennent le plus mon attention.
Tous les Gardanes sont tous plus différents les uns des autres et c'est John (Numéro Quatre) qui maintient la cohésion entre eux tous, il est le centre névralgique, il est clairement vu comme leur chef et même l'imposant Neuf le voit comme tel. En plus du couple phare (Quatre/Sarah), d'autres commencent à se profiler: Six/Sam, Sept/Huit, avec pas mal de rivalités autour.
Petit récapitulatif des Gardanes et de leurs pouvoirs spécifiques (ils ont tous des pouvoirs communs: télékinésie, amélioration de la vitesse, de l'endurance, de la force...)
Numéro Quatre: guérison, télépathie animale, Lumen (production de chaleur/lumière), copie les dons des autres
Numéro Cinq: peut voler, prend les caractéristiques de ce qu'il touche (métal/caoutchouc)
Numéro Six: invisibilité, contrôle des éléments Air/Eau/Terre/Feu
Numéro Sept: guérison, voit dans le noir, peut respirer sous l'eau, production et contrôle de la glace
Numéro Huit: téléportation, transformation en créatures divines hindoues
Numéro Neuf: antigravité, télépathie animale, peut transférer ses pouvoirs à un humain
Numéro Dix: peut changer d'âge, télépathie humaine, peut annuler les pouvoirs des autres
C'est toujours aussi bien écrit, fluide, prenant, on ne s'y perd jamais et ça, c'est un grand plus. A peine la première page lue, je m'étais retrouvée en plein dans les événements et j'avais eu du mal à lâcher le roman.
Encore une fois, on a une alternance de points de vue et pour chaque point de vue, il y a une police différente, soit une police pour un personnage. Au début, c'était un peu confus car je ne savais pas qui était qui puisque les personnages parlent tous à la première du singulier. Je noterais que c'est vraiment dommage, de ne pas avoir les points de vue de tous. L'auteur ne se concentre comme dans le tome précèdent que sur John/Quatre (le gardane qui est le héros principal, ce qui est normal), Sam (pour un point de vue humain) et Marina/Sept (autre Gardane). Mais, et pour , Six, Huit, Neuf, Dix, et même le grand amour humain de John, Sarah? J'aimerais en savoir plus sur eux, plus que je ne sais déjà, j'aimerais avoir leur point de vue (j'avoue, surtout celui de Neuf! ^^).
Il y a énormément de révélations, à propos de: Pittacus Lore, des objets présents dans leur coffre loric, d'un jeune Mogadorien différent possédant un don comme eux, de Quatre/Dix (une vérité mise en lumière)... Que de surprises!
Je suis aussi choquée par les derniers événements survenus à la fin de ce tome 4! Je suis même très choquée! Ce n'est pas possible, ça ne peut pas être vrai, l'un de mes chouchous ne peut pas être mort! Je ne m'y attendais vraiment pas et je trouve que c'est injuste! Déjà quatre Gardanes sont à déplorer depuis le début de l'histoire, plus tous les Gardiens... Avec cette saga, n'importe qui peut mourir!
Cette histoire me passionne toujours autant, c'est fou et je compte bien la continuer jusqu'au bout, jusqu'au dénouement final!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aveline
  18 septembre 2014
Ouiiiii!
Ce grand oui est la réponse à l'interrogation dont les suiveurs et suiveuses assidu(e)s savent qu'elle me taraudait depuis The Forgotten Ones.
Mais revenons au début de ce tome avant d'aborder mon ressenti final.
L'histoire démarre doucement mais dans la violence avec la confrontation de Sam et de Setrakus Râ. A part dans les rêves que Four faisait de lui, rappelons que ce cher Setrakus n'était pratiquement jamais intervenu en personne, soit concrètement parlant, physiquement.
Ses pouvoirs psychiques ne sont plus à démontrer et apparemment, il est également doté de pouvoirs de guérison car nous le retrouvons sur pied, plus méchant et plus tortionnaire que jamais.
Quant à Sam, je trouve qu'il a énormément évolué depuis le premier roman.
D'adolescent timide qui avait un béguin pour une lycéenne comme les autres, il est passé au statut d'allié des aliens avec une forte valeur ajoutée grâce aux connaissances et aux qualités dont il fait preuve. Il a réellement mûri, gagné en confiance en lui même si dans certaines situations, il reste le Sam timide qu'on a appris à connaître.
Il en est de même pour Sarah qu'on retrouve plus longuement dans ce tome et paradoxalement, je la trouve effacée. Elle a beau avoir une place prépondérante dans le cheminement de l'action, il n'en reste pas moins qu'elle ne semble pas avoir encore trouvé sa place par rapport au groupe formé par nos joyeux numéros, Sam et son père.
Parlons de Malcolm, tiens.
J'ai vraiment adoré les retrouvailles avec son fils.C'est comme si nous étions à l'intérieur de leurs têtes car nous ressentons véritablement ce qui les agite, leur joie, leur bonheur, leur complicité.
Et loin de se contenter de cela, l'auteur consent enfin à partager les informations que nous connaissons grâce aux bonus et la Garde a donc (presque) toutes les informations dont elle a besoin pour gagner son combat contre Setrakus.
Nouveau personnage introduit: Five.
Dès le début, je ne l'ai pas apprécié. Il n'est vraiment pas doué dans les interactions avec les autres et son trait de caractère le plus marqué selon moi serait le manque total de tact et d'empathie. Ce qui me l'a rendu antipathique au possible.
Malgré le fait que Pittacus Lore nous le fait découvrir à travers les yeux de Marina et que j'ai pu comprendre pourquoi il réagissait de cette manière, rien à faire, je ne l'ai pas aimé.
Au niveau de l'intrigue, on sent que ce tome marque un tournant dans la guerre car même si globalement, on peut dire qu'il manque d'actions, on comprend qu'on se trouve en plein oeil du cyclone. C'est le calme avant la tempête.
Et brusquement, tout s'enchaîne.
Tout va vite, trop vite mais vous n'arrivez pas à reposer le livre pour vous remettre des émotions fortes.
Comme le dit Four, " il y aura bien assez de temps après la fin de la guerre pour pleurer les morts" et des morts, il y en a.
Bigre, en écrivant ces lignes, je n'arrive toujours pas à y croire et mon coeur se serre.
Je sais bien que les morts sont nécessaires dans toute guerre mais les victimes ici ont une fin qui m'émeut profondément.
Non, vous ne saurez pas de qui je parle.
Et donc, nous arrivons à la fin de ce volume où comme d'habitude, l'auteur nous laisse en plan au moment où l'intérêt qu'on porte à l'action atteint son point culminant.
Quel sadique!
Vous l'avez compris, The Fall of five est riche en émotions toutes plus diverses les unes que les autres. Vous serez ému, vous rirez, vous pleurerez. Vous serez en colère comme vous serez en deuil voire catatonique.
Mais surtout, à l'instar de Four, vous comprendrez que dans ce monde, rien n'est blanc ou noir. Chacun possède sa part de yin et de yang et ça, c'est une belle leçon que nous enseigne Pittacus Lore.
Lien : http://lesentierdesmots.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
meygisan
  03 mars 2016
Ce tome 4 ne restera pas dans les mémoires comme l'un des meilleurs de la série à part pour sa dernière partie qui placent enfin ces ados de super héros en situation réelle de danger. Non qu'ils n'aient été jusque là protégés ou qu'il n'aient pas été amené à risquer leur vie. Mais les auteurs ont l'intelligence de mettre un peu la pagaille dans les rangs des Lorics. Ils trouvent de bonnes idées pour bouleverser la jolie petite équipe sympathique qui commence à bien fonctionner. Même si l'on note quelque accrochage ou animosité, notament entre 9 et d'autres membres, les auteurs installent consciencieusement leur récit en se concentrant sur les histoires d'amour existantes ou naissantes, et la rencontre avec le dernier Loric, numéro 5. Les deux premiers tiers du livre sont consacrés aux relations qui se construisent, progressivement mais sûrement ( les lecteurs d'un certain âge vont adorer), aux prises de conscience et aux états d'âmes de nos héros. Consacrés également à la recherche et la rencontre de numéro 5, qui nous est présenté comme un personnage un peu à côté de la plaque, naïf, innocent.... et plutôt faible, même si au fil des pages, il nous donne quelque avant goût de son pouvoir. Puis le dernier tiers du bouquin bouleverse tout et c'est le choc! J'ai beaucoup apprécié la manière très subtile utilisée par les auteurs pour nous installer dans une ambiance à l'eau de rose pour nous ramener de manière violente à la réalité, sombre, épique, tragique... Les Mogadoriens n'apparaissent jamais durant 200 pages puis ils reviennent en force. Je n'ai pas aimé la constante confrontation entre 9 et le nouveau 5, qui est bien trop explicite pour qu'on ne devine pas la suite du récit. du coup même si le dernier tiers est très efficace en terme d'actions, de rebondissements, de révélations et de ressorts tragiques, leur impact est quelque peu désarmorcé du fait de cette explicitation trop évidente. Les auteurs n'auraient pas d^insister trop sur les relations de certains personnages ou tenter de les dissimuler mieux que cela pour réellement garder la surprise. Car surprise il y a tout de même! Et c'est tellement bien mené et écrit qu'on se délecte de ce qui se trame sous nos yeux. Comme je le disais un peu plus haut, fini la belle vie pour nos héros qui s'amourachaient à tout va. La réalité de la guerre revient sur le devant de la scène et nos héros la prennent en pleine figure, littéralement! L'attachement émotionnel en prend un sacré coup, on devient vraiment inquiet pour la survie de certains, et un rebondissement en particulier, intense par sa soudaineté et sa brièveté, rend le récit un peu plus adulte et nous rappelle que tout n'est pas rose. Cet événement est d'autant plus important dans l'histoire qu'il est complètement inattendu et irréversible.
Au final, c'est un bon tome si l'on enlève les 200 pages durant lesquelles il ne se passe pas grand chose mais je reconnais leur utilité afin d'amplifier encore plus le caractère tragique des dernières scènes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CDICaousou
  12 mai 2014
Enfin, après un an d'attente, un spoil sur un site de fans anglais et de multiples tentations d'aller lire ce livre en VO, j'ai tenu le coup et je possède ENFIN ce bouquin. Pour commencer, j'ai de nouveau été déçue par la taille du livre parce que un an d'attente pour quatre heures de lecture grand maximum, c'est pas très rentable... mais bon, même si le livre est court, il ne manque pas de retournements de situation, donc entrons dans le vif du sujet. On commence l'histoire avec un nouveau narrateur plutôt sympa, j'ai nommé Sam, le fidèle larbin... franchement, on pourrait penser que, à côté des narrations de Sept et de Quatre, la sienne serait ennuyeuse mais je l'ai trouvée tout à fait à la hauteur, même si j'aurais aimé que son entrée en scène ne se fasse pas au prix de la disparition de Six qui, dans ce tome, va magnifiquement illustrer le mot figurant puisque son rôle est tellement secondaires qu'il m'est arrivé de l'oublier. Or il est dommage de passer à la trappe un personnage aussi important, mais passons. Ce tome sera principalement basé sur la vie des Gardannes dans l'appart de Neuf. Moins d'action à proprement parler mais des liens se forment petit à petit au sein de l'équipe et les relations entre les personnages sont parfois... explosives. Mais si les événements de ce tome sont pour la plupart quelconques, la fin risque fort de vous laisser bouche bée et les bras ballants. Fin qui donne tous son sens au titre du prochain tome et qui nous laisse espérer une bonne gosse dose d'action pour la suite. En bref, même si ce tome est plus calme que les précédents, avec moins de batailles et plus de scène de vie, il n'en est pas moins bourré de révélations et fait aussi office de claque magistrale histoire de calmer le sentiment de toute puissance que l'on a après avoir lu les autres livres de la séries dans lesquels Quatre et compagnie bottent allègrement les fesses de tous les Mogs qui se dressent sur leur chemin.
Edwige
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   21 septembre 2014
- Mais il est parti, je réponds.
Trop vite. Je me tais un instant en me remémorant la mort d’Henri. Il était comme un père, pour moi ; plus encore qu’un père. C’était ma seule stabilité, dans une vie passé à fuir. Pour moi, Henri représentait mon foyer – où il se trouvait, j’étais en sécurité. Le perdre, c’était sentir le monde se déchirer sous moi.
Commenter  J’apprécie          130
florencemflorencem   22 septembre 2014
L’avenir n’est jamais écrit, seul existe celui qu’on fabrique.
Commenter  J’apprécie          270
MariloupMariloup   29 décembre 2015
Avant que j'aie pu répondre Huit se matérialise sur le canapé à côté de Six, la faisant sursauter. Elle manque de renverser son café et lui lance instantanément un regard noir. Huit lève les mains en signe de défense.
_ Waouh, désolé. Pitié, ne me tue pas.
_ Il faut que tu arrêtes de faire ça, réplique Six en reposant sa tasse.
Huit est en tenue de sport, ses cheveux bouclés retenus par un bandeau en éponge. Il m'adresse un signe de tête, puis dégaine son sourire le plus désarmant à l'intention de Six.
_ Allez, quoi, tu n'as qu'à venir te venger en salle de conférences.
Visiblement attirée par l'idée, Six se lève.
_ Je vais t'atomiser.
_ Vous travaillez sur quoi, les gars? je demande.
_ Le corps-à-corps, répond Huit. Comme Six m'a pratiquement tué de ses mains au Nouveau-Mexique, je me suis dit que...
_ Pour la dernière fois, je te répète que ce n'était pas moi, l'interrompt Six, agacée.
_ ... que le moins qu'elle pouvait faire, c'était me montrer de nouveaux coup, histoire de me défendre la prochaine fois qu'elle attaquera.
Six essaie de le frapper à l'épaule, mais il se téléporte derrière le canapé.
_ Tu vois? lance-t-il en souriant de toutes ses dents. Je suis bien trop rapide pour toi!
Six bondit par-dessus le divan après lui et Huit pique un sprint en direction de la salle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MariloupMariloup   29 décembre 2015
_ J'ai une solution.
Tout le monde se tourne vers Six, qui avale une gorgée de son café d'un air pensif.
_ Allons tuer Sétrakus Ra.
Neuf tape dans ses mains avant de pointer le doigt vers elle.
_ J'aime la façon de penser de cette nana.
Commenter  J’apprécie          40
Virginie94Virginie94   17 août 2014
Qu'est ce qu'il y de bien à envoyer une poignée de gosses sur une planète inconnue, pour qu'ils mènent une guerre qu'ils ne comprennent même pas ! Et tu trouves ça bien, de donner à ces enfants des numéros plutôt que des noms ? C'est minable.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de James Frey (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Frey
Découvrez le podcast de notre rentrée littéraire dédié à James Frey - Katerina Présentation par Géraldine Sarratia - Lecture par Emmanuel Noblet
En savoir plus : http://rentreelitteraire-flammarion.com/
autres livres classés : extra-terrestresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Numéro Quatre

Comment s'appelle Numéro Quatre ?

Henry Smit
Sam Good
John Smith
Sam Smith

11 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Lorien Legacies, tome 1 : Numéro Quatre de James FreyCréer un quiz sur ce livre