AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350761096
Éditeur : Editions Privé (23/03/2010)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Vous travaillez dans une charmante « boîte » où vous pointez tous les matins ? Vous avez des chefs dont vous ne comprenez pas le raisonnement, des collègues aux dents acérées prêts à dévorer tous ceux qui se trouvent sur leur chemin vers la réussite ? Vous côtoyez les machines à café, les ordinateurs, les photocopieuses, les salles de réunion ou les plateaux-repas ? Alors ce livre est pour vous !
Bienvenue dans la vie de l’Entreprise !
Vous y retrouver... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
esmeraldae
  05 avril 2010
Quand on est gosse, on rêve de notre futur métier. Mais pas un instant on s'imagine que ça peut être dur. Ex journaliste payée à la pige, Emmanuelle Friedmann a trouvé un boulot de rédactrice dans l'Entreprise. Salaire fixe, CDI, ce que tout le monde cherche en ce moment. Pas facile dans ces cas-là de claquer la porte quand ça se passe mal. Un boulot de merde et l'obligation de rester pour survivre. Dur.

Emmanuelle Friedmann nous raconte son année passée au milieu de cette ambiance du tout à chacun, de surveillance. Elle nous parle de cette entreprise qui n'est pas sans rappeler celle d'Amélie Nothomb dans Stupeur et tremblements.

Elle dresse un portrait profond et acerbe de ce lieu de travail où tout le monde fait sans faire, où il faut espionner l'autre tout en étant martyr.

Avec humour et brio ; elle nous réconcilie avec le monde du travail en nous faisant entrevoir un espoir, on n'est pas seul à souffrir. Elle fait maintenant un métier qu'elle aime.

Je sors d'un CDD dans une entreprise où chaque matin, j'allais à reculons. Je n'aurais pas pu faire un jour de plus. Entre ma collègue qui ne sait faire que des erreurs mais accuse toujours l'autre, ma bosse qui me gueule dessus à peine arrivée parce que figurez-vous la veille elle était en caisse et le rouleau de CB était vide et elle a du le changer devant des clients ! Bien sûr c'était ma faute alors que le vrai coupable était son mari ! Mon expérience rejoint là celle d'Emmanuelle Friedmann. Il y avait un vrai manque de communication. Ils ne savaient pas parler mais toujours se plaindre, gueuler, accuser l'autre etc.
Enfin bref avant et après ce boulot, j'ai eu la chance de travailler dans un autre lieu où le bonheur rime avec travail, où le patron vous apporte les croissants le matin et le thé avec le chocolat l'après-midi. Vous connaissez beaucoup d'endroit comme ça ? Moi non et à mon avis on n'en rencontre qu'une seule fois dans une vie ! Je n'ai donc plus d'espoir de retrouver un lieu comme ça.

Le seul défaut de ce bouquin, c'est qu'on ne voit pas les aspects positifs de son travail. Mais je lui pardonne parce que moi-même je les ai oubliés.

* « Mais les salariés se sentent en danger lorsqu'un nouveau arrive. Il pourrait rompre l'équilibre qui s'est installé entre les gens, mettre en lumière les manques, les incompétences, ou mettre le doigt sur des tâches que tout le monde a tacitement laissés de côté ». Vous aussi vous avez connu ça?
* Après avoir bossé dur, le résultat est là et Emmanuelle Friedmann fière de son boulot va voir sa chef et lui dit « elles sont sympas, nos plaquettes !
Elle s'arrête, me fusille du regard et me répond :
-J'aime pas trop le papier ».
Pour toutes les fois où vous étiez fier de votre travail et où par jalousie certainement on ne vous l'a pas dit ou dénigrer votre oeuvre!
* Elle se heurte aussi à ses capacités qu'elle ne peut exprimer librement car elle doit toujours en référer à sa hiérarchie. Elle a les compétences mais ne peut les appliquer.
* « Denise Muguette […] n'accepte l'excédent de nourriture que lorsqu'elle est certaine que ses supérieurs hiérarchiques ont validé sa requête ».
Emmanuelle Friedmann soulève aussi la question de Facebook, de votre intimité et des amis que vous devez ou non accepter. Dire oui un membre du boulot et raconter que ce que vous faites dans l'entreprise vous ennuie, peut vous retomber dessus.
Je n'ai pas facebook et ne veux pas l'avoir. Pourquoi l'aurais-je ? Espionner les gens pour savoir ce qu'ils font ? Dire du mal d'eux ou de leurs amis sur leurs murs ? Regarder leurs soirées beuveries ? Répondre à des questionnaires idiots ? Non merci, je ne vous suivrez pas là dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sylire
  20 novembre 2012
Voilà un ouvrage assez différent de mes lectures habituelles mais qui m'intéresse d'un point de vue professionnel. En effet, mes fonctions actuelles évoluent vers un poste dans les ressources humaines et la gestion du personnel (dans le cadre d'une restructuration de mon entreprise).
Une jeune journaliste, lasse de gagner une misère à faire des piges, se fait embaucher au service communication d'une grande entreprise, alléchée par la perspective d'un salaire régulier. Mais bien vite elle déchante, découvrant un univers impitoyable dans lequel elle perd peu à peu sa santé…
Un extrait de la quatrième de couverture donne le ton :
Annonce publiée par : L'Entreprise
Poste à pourvoir : Chef
Mission : Tu es méchant(e), tu aimes humilier les gens ? Tu rêves de martyriser une équipe dans une atmosphère de guerre généralisée ? Rejoins-nous, tu vas pouvoir te défouler et faire beaucoup de mal autour de toi.
Profil : Ambitieux(se), manipulateur(rice), autoritaire, caractériel(le)
Cet ouvrage, qui se présente comme un témoignage, se lit plutôt bien. le ton est ironique et les péripéties quotidiennes de la journaliste prêtent à sourire (du moins au début). On sent qu'il y a du vécu dans cette histoire. Toutefois, il m'a semblé par moments que le récit frôlait la caricature. Des chefs correspondant au profil de poste décrit ci-dessus, cela existe, j'en ai connus. Mais dans cette entreprise, ce qui me chiffonne, c'est tous les chefs sont plus ou moins « barges » : avides de pouvoir, caractériels, odieux avec leurs subordonnés, n'assumant pas leurs erreurs. Pas un pour rattraper l'autre, c'est terrifiant et on se demande comment l'entreprise peut fonctionner.
Plusieurs pratiques en vogue dans « l'Entreprise » sont décrites ici, comme celle d'inonder de mails ses collaborateurs, avec copie jointe au supérieur hiérarchique. Poussée à l'extrême, cette façon de faire est insupportable, je l'atteste. Autre pratique que j'ai pu constater : traverser un couloir avec un portable vissé à l'oreille pour être certain de ne pas être dérangé (pratique exclusivement utilisée par les chefs)… Les nouvelles technologies améliorent considérablement la communication au travail, je m'en réjouis chaque jour, mais attention aux effets pervers qu'elles induisent quand elles sont utilisées à mauvais escient !
Le monde de l'entreprise ne fait pas de cadeaux, c'est certain, mais j'ose espérer que la majorité des nouveaux embauchés ne vit pas la galère de cette pauvre journaliste

Lien : http://sylire.over-blog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
powings
  01 août 2010
Tu m'envoies un mail ? » est un livre que j'ai reçu grâce à un partenariat, alors bien sur j'avais hate de le lire. Qui dit premier partenariat, dit première excitation .
Dans ce livre, nous sommes tout de suite plongé dans le monde du travail.
Une nouvelle embauchée arrive au service communication d'une entreprise qui ne connait pas la notion de ce mot.
Cette jeune femme essaye de s'intégrer et se rend compte que ce n'est tout sauf facile quand tout le monde se tire dans les pattes.
J'ai aimé ce livre car ce n'est pas le genre de livre que je lis habituellement, et qu'il traite d'un sujet assez commun. L'auteur a réussi a nous parler du sujet de l'entreprise de façon originale et décalée.
Si on se met à la place du personnage principal, c'est sur que le monde de l'entreprise nous parait dur et intenable, après caricaturé ou réel…Certaines anecdotes nous font sourire .
Par conséquent, il n'y avait pas forcément de suspense et je trouve le livre assez monotone.
Malgré tout je suis contente de l'avoir lu car ce livre est à prendre au second degré et est assez ironique.
Malgré cet avis mitigé sur ce livre, peut être changerais-je d'avis , une fois dans le monde du travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tulisquoi
  17 juin 2010
Ah le côté rassurant du statut de salarié. Ca semble plus agréable à vivre que d'être à son propre compte : un salaire tous les mois, une garantie pour les banques, un boulot intéressant, des horaires fixes, ... le monde normal en somme. Souvent ça se passe comme ça. Dans la plupart des cas même. Mais il reste quelquefois où cela dérape.
C'est un peu ce que va nous démontrer Emmanuelle Friedmann. Embauchée dans une entreprise au service Communication, la voilà prise entre tous les feux : sa chef, un peu dépressive sur les bords et qui a déjà usée plusieurs collaborateurs ; les chefs des autres services qui tentent tous de tirer la couverture à eux ; le chef de la société, beau gosse mais incapable de prendre les bonnes décisions ; les autres employés, suspicieux ou tout simplement résignés... Au milieu de tout ça, comment va-t-elle pouvoir faire sa place ? Est-ce qu'elle fera tout pour continuer à garder cette sécurité apportée par son statut de salarié ?
On rit jaune dans ce livre. Surtout si on a déjà connu ce type de société. L'humour est ici est une arme contre les attaques, les bassesses ou les heures à rallonge. Avec pour fin, une ouverture qui offre à chacun une porte de sortie possible.
Lire la suite ...
Lien : http://tulisquoi.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Heloize
  21 avril 2010
La narratrice est journaliste (comme l'auteur... tiens donc?) et connait la précarité des piges et des revenus fluctuants. Pour avoir une situation plus stable, elle postule et obtient un poste de rédactrice dans le service de com de l'Entreprise. Elle est très vite confrontée à une ambiance très spéciale : la directrice de son service, Catherine, est aussi versatile qu'avide de pouvoir ; en tant que nouvelle, la plupart des autres employés l'ignorent ; le discours de ses collègues est souvent incompréhensible, ponctué de termes inventés qu'elle n'arrive pas à assimiler ; et le beau-directeur-général use et abuse de sa position de mâle dominant... [...]
Lien : http://dacaudoc.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
powingspowings   01 août 2010
« Cette femme était étonnante. Rien de ce qu’elle disait n’avait de sens finalement : elle semblait persuadée de m’avoir dit des choses qu’elle ne m’avait même pas dites, et elle exigeait de moi, en signe de fidélité, que je l’informe des choses dont je l’avais déjà informée. »
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Emmanuelle Friedmann (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Friedmann
Foire du livre Brive 2010 - Emmanuelle Friedmann - Tu m'envoies un mail ? - Bienvenue dans le monde de l'entreprise - Éditions Michel Lafon.
autres livres classés : monde du travailVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma

Quel est le nom du personnage principal ?

Marie
Les frères Lumière
Gaumont
Alice

8 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Mademoiselle Alice qui inventa le cinéma de Sandrine BeauCréer un quiz sur ce livre