AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurent Cantagrel (Traducteur)
EAN : 978B08H2FPSG3
Éditeur : Autrement (04/11/2020)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Qui étaient les femmes vikings ? Il n'y a guère d'imaginaire plus viril que celui des Vikings : barbares pillards à la barbe hirsute, grands explorateurs naviguant sur les mers de Scandinavie tandis que, quelque part entre Asgard et le Valhalla, Týr et Odin ourdissent de grands combats. Mais que faisaient les femmes vikings pendant ce temps ? À la croisée des sources historiques, archéologiques et des sagas islandaises, cet ouvrage propose une relecture de la civili... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BurjBabil
  31 octobre 2020
Bon livre historico-mythologique qui croise les légendes Vikings et les connaissances historiques sur cette civilisation. Etant Normand, il y a toujours cette attirance pour ces géants venus du Nord, et nous avons tous des images venues de nos livres d'Histoire ou d'autres (personnellement : la vie privée des hommes au temps des Vikings, éditions Hachette ) de ces guerriers barbus, de leur installation dans quelques endroits dont sans doute l'Amérique du Nord en plus de mon village Normand actuel... On questionne assez rarement les images des scènes ainsi fabriquées par l'historiographie : hommes chefs et chasseurs versus femmes mères et maîtresses de huttes. Ce livre nous montre en fait que nous appliquons dans cette description un schéma fondé sur aucune réelle source de connaissance. C'est une construction pure et simple à partir de notre civilisation patriarcale « moderne ».
Cet ouvrage se donne comme objectif, grâce à un va-et-vient incessant entre différentes sources, de nous aider à mieux comprendre le rôle de la femme dans cette civilisation. On y retrouve du classique, comme les quelques citations glissées au fil de ma lecture peuvent en témoigner, et aussi du plus surprenant.
Tout le fond mythologique est superbement décrit, ces légendes sont très belles. L'évolution de cette société passée du polythéisme flamboyant (Odin, Thor, Freyya . . . ) au christianisme est bien décrite et analysée. la place de la femme est le centre de ce travail de compilation de l'auteure.
Globalement hélas, sur le réel de la vie quotidienne, on a quand même l'impression qu'une bonne part d'incertitude demeure sur le partage des tâches, des honneurs, du pouvoir chez les Vikings.
A découvrir plus pour la Saga des gens du Val-au-Saumon, ou la Saga de Njáll le Brûlé que pour l'Histoire de la vie quotidienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
Ichirin-No-Hana
  06 décembre 2020
Les femmes vikings, des femmes puissantes de Jóhanna Katrín Friðriksdóttir est un ouvrage documentaire traitant du quotidien des femmes à l'ère viking.
Époque lointaine, l'autrice se penche donc sur les sagas légendaires de cette époque tels que le très fameux Edda ou encore la saga de Njáll le Brûlé ainsi que sur les recherches archéologiques pour nous exposer le quotidien de ses femmes. L'autrice nous énonce donc beaucoup de suppositions qui paraissent crédibles et nous offre une vision très globale de la vie de ses femmes. Allant de leurs naissances à leurs morts, cet ouvrage est une source d'information immense. Connaissant peu de choses sur L Histoire des Vikings et plus généralement sur les peuples du nord de l'Europe, j'ai pris énormément de plaisir à découvrir cet ouvrage passionnant et d'autant plus à travers un regard souvent oublié, celui des femmes.
L'autrice, en se penchant énormément sur les sagas, nous offre un documentaire très facile à lire et divertissant et qui a su parfaitement assouvir ma curiosité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Florel
  19 janvier 2021
"Sådana gåfvor jag toge väl emot
Om du vore en kristelig qvinna
Men nu så är du det värsta bergatroll
Af Neckens och djävulens stämma".
Herr Mannelig. (Chant suédois médiéval.
Il paraît qu'avec les séries TV (dont je n'ai aucun nom) la femme viking apparaît en femme forte, cruelle, calculatrice ou encore combattante. La mythologie scandinave aidant avec Freyja, les valkyries… le mythe d'une représentation forte s'affirme encore davantage. Mais qu'en est-il réellement ?
La femme viking est-elle forte ? Est-elle soumise ? Qu'elle est sa place dans la société ? Comment la voit-on ? C'est à ces questions, par l'intermédiaire des sciences historique, archéologique et littéraire notamment, que Johanna Katrin va tenter de répondre à ces questions. Je dis bien « tenter », car les sources littéraires demandent une distance nécessaire pour différencier le mythe de la réalité, par ailleurs ces dernières étant souvent postérieures à la société viking le christianisme a pu en modifier la vision. Enfin les sources étant peu nombreuses, beaucoup de découvertes archéologiques restent incertaines sur leur finalité.
Affirmer est donc difficile mais pas impossible, avec certitude des grandes lignes ressortent à chaque période de la vie d'une femme qui est le choix d'écriture de l'autrice.
La vision actuelle nous laisse donc deux choix sur la femme : La femme forte ou la femme soumise. Les deux visions sont justes bien que paradoxales de premier abord. Comment cela s'explique-t-il ? D'une manière très simple, en effet l'auteure va nous montrer que d'après les sagas et les études anthropologies le milieu d'où l'on vient est primordial pour comprendre ces deux visions. Effectivement, pour peu que vous soyez d'un milieu particulièrement aisé avec beaucoup de biens en jeu, il sera toujours plus difficile pour une femme d'imposer son choix, notamment dans le mariage. Certes, cette limite existe aussi pour les milieux moins aisés mais elle a moins de risque de se répéter et laisse plus de leste.
Outre la matérialité qui impose des décisions, le caractère de la personne est aussi décisif pour s'imposer dans cette société patriarcale. Savoir s'imposer, être intelligente, persuasive sont autant d'outils pour garder un minimum les rênes de sa vie. Néanmoins ces qualités n'empêchent pas aux femmes d'êtres – et quel que soit le milieu – secondaire dans la société.
Cette seconde place n'empêche cependant point les femmes de marquer leur société, la famille et les esprits, et cela n'empêche pas d'en voir les qualités. Persuasive, s'imposer, intelligente… sont autant de défaut pour les misogynes, mais toutefois dans les sagas ces qualités sont extrêmement appréciées et répandues. Même si parfois elles peuvent conduire à des vengeances à répétition, à des excès très critiqués – et la femme n'est pas seule responsable, ça serait réduire l'homme à un pantin -, elles peuvent aussi être vues comme un lien et même des qualités d'apaisement.
Chose amusante, que l'ordre de composition de l'autrice a permis de mettre en exergue, fut de voir comment avec l'âge, la vision de la femme évolue ; sans remettre en cause les qualités/défauts, nous constatons que d'autres s'en rajoutent avec l'âge. Sur la fin de sa vie, la société viking la verra souvent comme une espèce de sorcière avec des dons de prescience mais pas forcément écoutée.
Pour ce qui est des femmes guerrières, mettons les choses au clair, malgré le fort caractère qu'elles ont et qui est nécessaire dans un pays rendu hostile par la nature et la société, rien ne permet d'affirmer que les guerrières étaient légion. S'il y en a eu quelques-unes (et encore sans certitude) c'est déjà beaucoup ! En effet, dans sa qualité de chercheuse l'autrice met bien en avant que même si des découvertes archéologiques ont mis à jour des femmes enterrées avec des épées, la thèse de femme guerrière ne tient pas face aux études plus approfondies des squelettes, et finalement plusieurs théories peuvent expliquer la présence de ces objets guerriers comme celle d'être la femme d'un chef.
Ne croyons pas pour autant que la vision de la femme doit se faire qu'à travers le prisme dominateur de l'homme. En effet, si l'homme est omniprésent par la nature du couple et des intérêts, la femme viking a su profiter du progrès et des richesses du commerce comme des conquêtes, elle a pu voyager seule ou non, et exercer des métiers qui demandaient une culture certaine comme graveuse de rune. Elle a su en sus flirter de près avec le pouvoir, et se rendre également indispensable à la maison où cette dernière avait aussi ses responsabilités, qui sans elle aurait rendu impossible ou du moins très compliqué la tâche de gérer les biens du ménage - ce qui est déjà valable dans l'occident médiéval au demeurant.
Bref ! Comme nous le constatons, la société viking était patriarcale certes, mais la femme y jouissait d'écoute, de liberté et de droit comme le divorce, d'éducation et de respect, de devoir et d'obligation que la vie en société impose. Et ceci dans tous les domaines. Elle n'était pas une chose sans valeur, et finalement sa position était bien plus avancée et sa condition de femme bien plus respectée que dans beaucoup de pays religieux actuels où l'homme blanc n'est pas omniprésent…
A la lumière des recherches de l'autrice qui a su confirmer des hypothèses, mais aussi – et surtout – prendre ses distances avec en ouvrant d'autres chemins basés sur des lectures d'oeuvres et des découvertes nouvelles, nous nous rendons compte en lisant ces pages qu'il existe autant de profil varié de femme que d'homme. Et que la société viking était plus varié que l'on l'imagine, enfin loin des clichés que beaucoup ont aujourd'hui en tête.
En abordant la femme, l'autrice a su la reconstituer dans son contexte, et le contexte étant varié il est en effet difficile d'en sortir un schéma général et constant sur le temps long, et sur une société loin d'être unie. Nous remarquons également que quel que soit le milieu, l'entière soumission n'existe pas, pas plus que l'entière liberté, et ceci est valable également pour les hommes.
S'il n'est qu'un mauvais point à distribuer à ce livre, s'est peut-être juste les trop longs et nombreux exemples pour une explication. Ajoutez à cela des noms imprononçables et la méconnaissance de la littérature scandinave, la longue litanie des exemples littéraires freine un peu la lecture. Mais à part cela rien de mauvais, nous avons appris beaucoup ; même si notre méconnaissance de cette problématique de la femme viking ne permet pas de prendre toutes les distances nécessaires. Saluons avant de finir les quelques photos glissées dans le corps du texte qui rendent moins abstrait les descriptions de l'autrice.
Editions Autrement.
Lien : http://encreenpapier.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   28 octobre 2020
Les poèmes eddiques, qui transmettent d’anciens mythes et légendes héroïques scandinaves, insistent davantage encore sur la beauté des valkyries tout en faisant d’elles des personnages plus humains, ayant des opinions personnelles. L’une d’elles, Sigrdrífa, désobéit à Odin et donne la victoire à l’adversaire du guerrier choisi par le dieu suprême. Elle s’attire comme il se doit un terrible châtiment de la part de ce dernier : Odin la prive de ses pouvoirs de valkyrie et la condamne au mariage – les valkyries ne se mariaient généralement pas –, l’empêchant ainsi de mener l’existence libre dont elle jouissait auparavant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
BurjBabilBurjBabil   30 octobre 2020
Certaines veuves ont ressenti colère, tristesse et solitude, et la mort de leur mari les a contraintes à vivre dans des conditions plus difficiles – matériellement, légalement, politiquement. Beaucoup ont lutté avec ténacité pour obtenir une forme de reconnaissance publique du statut de leur famille, que ce soit en exigeant que vengeance soit faite ou en érigeant des monuments commémoratifs dans l’espace public. Mais les sources incitent à penser que la mort d’un mari n’était pas l’événement suprême de l’existence d’une femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BurjBabilBurjBabil   31 octobre 2020
Guðrún et Unnr sont intelligentes, charismatiques et admirées, elles vivent des relations compliquées, parfois tendues, avec leurs maris et d’autres personnes. Toutes deux ont sans doute été mariées sans leur consentement lorsqu’elles étaient jeunes, leurs mariages ayant été arrangés par leurs pères, mais cela n’a pas empêché leur confiance en elles de s’accroître au fil du temps. Elles deviennent toutes deux épouses, mères puis veuves, leurs maris et d’autres membres masculins de leur famille finissent victimes de violences insensées, de conflits à plus ou moins grande échelle. Pendant leur vieillesse, elles s’efforcent de conserver leur dignité malgré les défaillances physiques et tous les traumatismes émotionnels qu’elles ont subis, et mènent à la baguette leurs enfants et petits-enfants, avec amour et fermeté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BurjBabilBurjBabil   29 octobre 2020
Cependant, à mesure que les filles grandissaient, il devenait de plus en plus évident que leur existence était définie et circonscrite par leur corps reproducteur, bien plus que ce n’était le cas pour les hommes. On les considérait comme de futures épouses, mères, femmes au foyer, et éventuellement comme de futures entrepreneuses, commerçantes et artisanes si leur famille exerçait ces métiers, mais probablement pas comme guerrières, poétesses, juristes, cheffes de clan ou souveraines indépendantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155

Video de Jóhanna Katrín Friðriksdóttir (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jóhanna Katrín Friðriksdóttir
Women of the Viking World (with Jóhanna Katrín Friðriksdóttir)
autres livres classés : vikingsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Auteurs proches de Jóhanna Katrín Friðriksdóttir
Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2163 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre