AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277214523
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 18 notes)
Résumé :

Il considérait qu'à 70 ans passés il était temps pour lui "d'établir le bilan d'une vie si agitée".

Profitant d'un peu de repos, lui qui aimait ne jamais s'arrêter, il prit le temps d'écrire pourtant son autobiographie. Le Versant du soleil sont les mémoires de Frison-Roche, un long récit où l'alpiniste-écrivain reprend et repense le fil de sa vie. Et quelle vie !

Beaufortain, sur les flancs de la montagne d'Ourtray, la région... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Wyoming
  27 mai 2018
Je suis très heureux de posséder cette autobiographie que Frison-Roche m'a dédicacée et encore davantage de l'avoir lue car il m'a permis de découvrir tous les détails, heureux et malheureux, de sa vie si bien remplie qu'il a quittée par une nuit d'hiver étoilée de la vallée de Chamonix où il repose. Dans ce livre, il relate une vie extrêmement dense et riche, héroïque souvent, depuis son Beaufortin natal, en passant par l'Algérie, la guerre, la résistance en montagne, l'Arctique, le désert et tous ces sommets autour du Mont-Blanc qui ont été la passion de sa vie. Ouvrage donc magnifique à lire de préférence après avoir découvert quelques-unes de ses oeuvres. Ceux qui aiment la montagne et l'aventure ne peuvent être déçus. Merci Frison d'avoir retranscrit votre belle vie.
Commenter  J’apprécie          60
Chasto
  12 avril 2019
Parcours d'une vie d'aventures retracé de lignes en lignes par chapitres et étapes d'existence d'une soif de sommets et de reconnaissance.
Commenter  J’apprécie          30
TAVERNIER14220
  14 novembre 2018
Comme tous les livres traitant ce sujet j'ai beaucoup aimé,
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
WyomingWyoming   24 mai 2019
Quant à moi, j'avais fait connaissance avec la mort. Non plus la mort en montagne, en pleine conscience du danger que l'on a toutes les chances de surmonter, mais la mort bête, ignominieuse de l'animal qu'on abat sans qu'il puisse se défendre. Depuis, j'ai connu bien d'autres dangers, vu mourir bien des camarades tant sur le champ de bataille que dans la guérilla de la Résistance. Je devais avoir, lorsque l'homme appuya sur la détente du revolver braqué sur ma tempe, ce regard étonné que j'ai retrouvé, depuis, sur certaines dramatiques photos de correspondants de guerre, prises au moment précis où le rebelle capturé est abattu sans jugement. Comme moi il devait se dire : "Alors, quoi? C'est donc ça la mort?"
Oui, pour tous les hommes, le passage de la vie à la mort reste un grand étonnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WyomingWyoming   23 mai 2019
Après l'étoile du berger, la première aperçue, et Orion, on reconnaît maintenant le trapèze de la Grande Ourse, et la Polaire tout droit sur ma tête comme un diamant fixé sur la roche d'Outray. Plus tard, le ciel lavé de ses impuretés par l'orage ne sera plus qu'une immense coupole piquetée de diamants, traversée par le ruban soyeux de la voie lactée, où se poursuivent les étoiles filantes.
Commenter  J’apprécie          00
WyomingWyoming   22 mai 2019
Le poêle ronfle, et j'éprouve pour cette ferraille une sorte d'amitié insolite. La grande marmite à double fond , le "bron", fuse de toute sa vapeur. Je sens l'odeur des pommes de terre et je sais qu'on va bientôt dîner car elles sifflent, ce qui veut dire qu'elles sont cuites.
Commenter  J’apprécie          10
WyomingWyoming   22 mai 2019
L'automne, la fraîcheur tombe vite en montagne. Sous la grande hotte de la cuisine, on n'allume le feu que pour faire le fromage. La cuisine se fait sur le fourneau de fonte à quatre "ronds" qui avale et consomme avec rage tout le bois qu'on veut bien lui enfourner : ce bois, ressource inépuisable, entassé en piles régulières sur les parois du chalet, et qui a séché plusieurs années, provision sans cesse renouvelée par les hommes, soit à la coupe affouagère annuelle, soit par des coupes dans la forêt privée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WyomingWyoming   28 juin 2018
Ce réveil de notre planète, j'y ai assisté par la suite de bien des endroits différents. Au sommet du mont blanc, j'ai reçu la première caresse du soleil -- et j'étais tout à coup embrasé, comme si je flambais moi-même dans la lumière froide de l'altitude. Plus tard, j'ai connu les levers de soleil sur les grands regs sahariens, cette apparition magique du disque solaire en son entier sur l'immensité plane des sables gris de nuit. Là, également il n'y avait pas de transition; on sortait des ténèbres, on était pénétré de lumière. Plus tard encore, j'ai vu rebondir le disque rouge orangé du soleil sur la banquise du Pôle: un soleil sans chaleur, qui en plusieurs sauts s'élevait péniblement dans un ciel oblique et continuait, alangui, sa longue marche de l'été. Etais-je endurci? Jamais, je crois, je n'ai retrouvé cette sensation originelle éprouvée au sommet du Brévent.
Au Mont Blanc, j'étais partie prenante du soleil. Au Brévent, j'étais un spectateur, je suivais la lente et précise conquête de la terre par l'astre du jour. Les glaces grises de la nuit bleuissaient lentement; vers l'est, une sombre rougeur de sang caillé silhouettait les arêtes déchiquetées des aiguilles encore noires, et les détachait des ténèbres. Puis, alors que s'éteignaient une à une les étoiles et que seule subsistait l'ultime, celle qui brille en plein matin, stella matutina, une langue rose se posait sur la calotte du Mont Blanc, un peu de biais, face au levant, puis peu à peu, comme dans un décor bien réglé, de-ci de-là s'allumaient d'autres montagnes. Ce n'étaient pas toujours les plus élevées, le hasard des failles et des perspectives lointaines jouait le rôle de l'éclairagiste; cependant, de la cime du Mont Blanc, la lumière descendait lentement vers le bas, coulant comme du miel sur les glaciers. Refoulant la nuit, elle prenait possession de la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Roger Frison-Roche (9) Voir plusAjouter une vidéo

Le petit lapon illustré
Interviews croisées de Roger FRISON ROCHE, écrivain et explorateur, de ses cousins monsieur et madame Bouchage (?), qui font partie des derniers agriculteurs montagnards, de leur fils, Roger, devenu moniteur de ski à la station de Courchevel. Ils évoquent, chacun dans leur univers, leur vie quotidienne et leur amour de la Montagne, ils saluent la réussite et les voyages du cousin, avec...
autres livres classés : Guides de montagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre