AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752910746
Éditeur : Phébus (08/02/2017)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Anton Winter a grandi en pleine nature, dans un jardin luxuriant et des bois touffus, un cocon de verdure gouverné par sa grand-mère, à distance du monde. Adulte, il s'occupe de ses oiseaux au dernier étage du plus grand immeuble de la ville, tandis qu'en contrebas, l'humanité vit ses dernières heures avant une apocalypse programmée.Hanté par le souvenir du jardin merveilleux de son enfance, il refuse de se résoudre au pire et tente d'imaginer avec Frederike, qu'il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
5Arabella
  07 mars 2017
"C'est dans un immense jardin qu'Anton Winter, fils de luthier, grandit, à une époque où la naissance déterminait encore la destinée. La communauté du jardin avait été fondée jadis par des fils d'entrepreneurs et des naturopathes, des ascètes aux lèvres minces et quelques érudits, des paysans et des femmes de haute stature portant des chapeaux de paille, alors que l'Etat se délitait, que la ville était un lieu de désolation et les hommes si désemparés qu'ils ressentaient le besoin de revenir à la nature pour s'y régénérer."
Ainsi commence le récit. Nous suivons donc l'enfance d'Anton dans le Jardin, nous faisons connaissance avec son frère, ses grands-parents, et de loin son père. Nous explorons le Jardin, la maison. Jardin magique, symbolique et métaphorique bien sûr. Et d'un coup nous faisons un saut dans le temps, et retrouvons Anton dans cette ville en déliquescence, en éleveur d'oiseaux dans un appartement, avec une grande terrasse :
"Depuis le vingt et unième étage, le dernier de l'immeuble dans lequel il vivait, il jouissait d'une plus belle vue que tous ceux qui contemplaient la nuit comme lui. C'était le bâtiment le plus élevé de la ville, et le jour on apercevait au loin la mer. Son appartement était un cube posé sur la tour et ceint d'une terrasse qui constituait le toit de l'immeuble. Des baies vitrées hautes comme les pièces remplaçait les murs,le transformant en un dé transparent au sommet de la construction, que l'on voyait briller au loin quand Anton laissait les lampes allumées. Au milieu de son salon trônait un sofa et un piano, et des cages à oiseaux étaient suspendues au plafond. Sur la terrasse se pressaient les volières de son élevage, et il vivait ainsi au-dessus des toits de la ville au beau milieu d'un zoo ornithologique."
La ville et la société se détraquent de plus en plus, même si nous suivons cela de très loin. Anton va rencontrer une femme, retrouver son frère, puis refaire le chemin vers le Jardin de son enfance.
Cela n'a pas été une lecture désagréable, pas un immense coup de coeur non plus. L'écriture est belle, poétique, Valerie Fritsch crée des tableaux, des ambiances, assez somptueux. Mais il n'y a pas de véritable récit, c'est plutôt une suite de scènes, d'images. Et cela m'a un peu frustré. L'auteur est par ailleurs photographe, et même si l'écriture est très littéraire, il y a quelque chose dans la démarche qui consiste à saisir un instant, à le poser là, puis un autre et encore un autre que d'être dans une continuité.
Mais un livre prometteur certainement, ce sera intéressant de voir comment elle évolue dans son oeuvre et son écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Allaroundthecorner
  10 août 2017
Il est vrai que c'est un livre assez étrange dans son genre, il se situe entre le récit apocalyptique et le romantisme. Il nous emmène rapidement dans son univers où on y rencontre Anton Winter, le protagoniste qui va surtout nous parler du jardin de son enfance, tout en décrivant son présent : la fin du monde, en tout cas de l'humanité.
On apprend assez vite que c'est la fin du monde, l'apocalypse est là, l'humanité va être décimée, mais on ne sait pas pourquoi, ce qu'il s'est passé ou autre, les raisons sont floues, on doit juste accepter ce constat : c'est la fin.
Comme souvent quand l'on se sait au bord de la mort, l'homme se remémore sa vie passée, son monde disparu. C'est le cas d'Anton, qui vit dans la ville, mais qui est resté en partie chez lui, dans ce jardin où il a passé son enfance, entouré de sa famille, ses grands-parents, ses parents, son frère.
Il nous parle ensuite de son départ - on suppose que les raisons de ce dit départ sont liées à la grand-mère - il décrit ensuite une vie solitaire, au sommet du plus grand immeuble de la ville. C'est dans cette tour d'ivoire qu'Anton s'est réfugié, qu'il vit parmi les oiseaux. On sent une certaine distance lorsqu'il décrit le jardin de son enfance, distance mêlée à de la nostalgie.
Forcément, on comprend dès le début que le jardin a une importance primordiale pour Anton et donc aussi pour nous. Évidemment il y a toutes sortes de symboliques dans cette vision du jardin, celle du Paradis, d'un paradis qui a disparu lorsqu'Anton a grandi, qu'il a été confronté à la solitude, à la mort et qu'il a dû partir parce que ce paradis était désormais entaché par la douleur. Il doit sans doute y avoir plein de lectures possibles quant à ce jardin, qui est présent tout au long du livre, sur ce personnage qu'est le jardin et qui paraît être plus important encore que le protagoniste Anton - pour preuve, c'est lui qui figure d'abord dans le titre, c'est d'abord le Jardin, puis le nom de famille d'Anton.
Le personnage d'Anton est attachant, mais il est comme déjà disparu, il est déjà mort alors la distance entre lui et le lecteur se creuse toujours plus. Pour les autres personnages qui sont au nombre de trois (je ne compte pas le bébé évidemment) ils semblent être des coquilles vides. La copine d'Anton a l'air complètement à côté de la plaque, je crois qu'elle n'a pas bien compris que c'est la fin de tout. C'est pareil pour le frère d'Anton, la distance entre les deux frères est si grande qu'on ne peut pas s'attacher à lui. Tout ce qu'on peut faire c'est suivre leur destruction de loin sans rien pouvoir faire, sans avoir à imaginer une autre alternative parce que l'on sait qu'il n'y en a pas, que la sentence est connue depuis le début et qu'il va falloir l'accepter.
Symbole de la fin du monde, du passage de l'enfance à l'âge adulte, du retour aux origines, le Jardin de Winter est tout ça à la fois et bien plus encore.
Le point fort de ce livre est sans conteste son écriture, la poésie des mots. Franchement pour un premier roman, un premier essai, Valérie Fritsch a réussi avec brio. le style est poignant, il est touchant et j'ai vraiment ressenti beaucoup de plaisir à lire un texte si juste et si étrange à la fois. C'est le troisième Phébus que j'ai lu jusqu'ici et je ne peux pas le dire avec certitude (je ne sais pas parler autrichien), mais j'ai bien l'impression que les traducteurs font un boulot très minutieux pour traduire au mieux la volonté de l'auteure et si c'est le cas, bravo parce que franchement, j'ai été conquise.
Mon avis est en intégralité :
Lien : http://allaroundthecorner.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chrisylivres
  31 mai 2017
La couverture à l'aquarelle présente un monde effrayant. C'est exactement ce que l'histoire dépeint.
Anton Winter naît et grandit dans un jardin luxuriant où les enfants jouent et évoluent dans l'insouciance. L'endroit est dirigé par sa grand-mère, une forte femme qui sait déjouer la peur de la mort. Plus tard, il vit en ville, au dernier étage du plus grand immeuble de la ville où il élève des oiseaux. La faim et le désespoir sont les mots d'ordre de cette ville qui n'a de vivant plus que les souvenirs. Un jour Anton rencontre une femme, et l'idée d'amour et de lien passionnel entre les deux êtres a du mal à s'installer. Ainsi se déroule l'histoire, silencieuse et froide.
Si l'amour apparaît peu à peu, on ressent bien le désespoir des personnages. Cette quête de sens qui n'est même plus rythmée par la quête de bonheur car il n'existe pas. Fatalité décrit le mieux cette nouvelle. Fatalité : on la voit, on la pressent dans les nombreux mythes qui font parti de notre patrimoine culturel commun. Mais dans cette nouvelle, la fatalité n'est plus un mot susurré à l'oreille du lecteur, elle fait partie de notre condition humaine. En effet, si fantastique est le genre attribué à cette nouvelle, on la sent à l'orée d'un possible réel.

Par ailleurs, le sujet de l'enfance est un thème récurrent du livre (et forcément lié au thème du vieillissement et de la mort) : les traumatismes de l'enfance, la candeur naturelle, l'absence de limites à l'imagination... sont autant de sujets qui sont évoqués.
Toutefois, dans le malheur des personnages et le désarroi du lecteur, sont dispersés ici et là de sages paroles qui nous permettent de réfléchir sur la valeur de l'existence.

Une belle histoire, où la poésie et la noirceur ne font plus qu'un. Peu opportun pour se changer les idées mais profond. Il invite à réfléchir sur soi-même et le monde qui nous entoure.

Lien : http://chrisylitterature.jou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
chrisylivreschrisylivres   31 mai 2017
Quand on est enfant, on attend souvent, et on attend beaucoup de la vie. Quand on est enfant, on a un temps indicible pour contempler le monde. On le parcourt à tâtons, éveillant les objets à la vie. Notre savoir ne sera jamais plus aussi étendu qu'à cet âge, et jamais plus on n'attendra autant de l'existence. Jamais plus on ne jettera un regard aussi dénué de vanité sur les choses qui nous entourent. Nos yeux sont des planètes dont la gravitation aspire les images de l'éther. Jamais plus les petites choses ne susciteront d'aussi grands espoirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chrisylivreschrisylivres   31 mai 2017
Le père était un luthier de la troisième génération et chaque fois qu'il se promenait dans le forêt, il voyait dans chaque arbre un instrument susceptible d'être éveillé à la vie. Pour lui, dans chaque pin, dans chaque érable, sommeillaient les violons qu'il n'avait pas encore fabriqués ; il avait l'impression qu'ils étaient déjà là, logés dans leur tronc, et qu'il n'avait plus qu'à les sortir de leur berceau comme il l'avait fait autrefois avec ses enfants. Sous ses yeux, les arbres étaient pris dans une rivalités silencieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   09 mai 2017
Que faisait-on des choses qui avaient disparu de la mémoire, mais qui existaient encore dans le monde, et que faisait-on des choses qui avaient disparu du monde mais qui continuaient à exister dans la mémoire ?
Commenter  J’apprécie          40
CsylCsyl   19 mars 2017
Quand on est enfant, on attend souvent, et on attend beaucoup de la vie. Quand on est enfant, on a un temps indicible pour contempler le monde. On le parcourt à tâtons, éveillant les objets à la vie. Notre savoir ne sera jamais plus aussi étendu qu'à cet âge, et jamais plus on n'attendra autant de l'existence. Jamais plus on ne jettera un regard aussi dénué de vanité sur les choses qui nous entourent. Nos yeux sont des planètes dont la gravitation aspire les images de l'éther.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   07 mai 2017
Il advient quelque chose de dangereux dans l’amour, on lâche l’un contre l’autre la réalité et le mythe. Et pourtant. Si l’on ne craignait pas que quelque chose finissent dans les battements de coeur déréglés et les corps en émoi, pourquoi alors s’aimer ?
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : fin du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

auteurs allemands ou autrichiens

D'abord un des phares de la littérature européenne : Johann Wolfgang von Goethe

allemand
autrichien

12 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature allemande , littérature autrichienneCréer un quiz sur ce livre