AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782382920404
208 pages
Éditeur : Bouquins (26/08/2021)
2.5/5   6 notes
Résumé :
Alma grandit dans une maison hors du temps où règnent les non-dits. De ses parents, taciturnes et effacés, elle ne sait que peu de choses. Sous le vernis d’un foyer bien organise, Alma ressent des failles. Au rythme des repas dominicaux, en présence d’un grand-père ancien combattant au corps meurtri par les séquelles de la guerre, la petite-fille perçoit autant d’échos d’un conflit qu’elle n’a pas connu et qui finit par s’inscrire dans sa propre chair.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LambertValerie
  18 octobre 2021
J'ai eu très envie de lire ce livre à cause de son titre: Les insuffisances du coeur.
Qu'évoque ce titre ?
Un manque d'amour, une indifférence, un coeur qui a du mal à battre ? En tout cas, cela m'a semblé correspondre à une délicatesse, une sensibilité à fleur de peau qui m'a touché, qui m'a atteinte.
Valérie Fritsch est une autrichienne, qui nous parle à travers les souvenirs dissimulés, ensevelis mais omniprésents d'un grand-père qui a participé à la sanglante et désastreuse bataille de Stalingrad. Où, les soldats ont vu et accompli des horreurs qu'elle
qualifié de meurtriers.
Nous suivons la vie d'Alma, sa petite fille qui vit dans une famille où toute chose est secrète, inavouable, met à mal cette petite fille qui va grandir dans cette oppression. Adulte, elle concevra un enfant atteint d'une maladie génétique qui lui fait ignorer la souffrance et met sa vie en dangers à tout instant, du moins dans sa petite enfance.
Beaucoup de choses à creuser dans ce roman, d'autres paraissent très opaques sans un intérêt aussi probant.
Néanmoins, Valérie Fritsch n'a que 32 ans, son talent d'écriture est indéniable, son parcours reste à suivre sans conteste.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Billie72
  22 septembre 2021
Roman de l'autrice autrichienne Valérie Fritsch aux éditions Bouquins, que je remercie (ainsi que Babelio) pour cet envoi dans le cadre d'une opération Masse Critique.
J'avoue avoir été surprise, tant par la forme que par le fond.
Par la forme, car il s'agit d'un texte dense, certes découpé en (longs) chapitres (10 en tout, le dernier, seulement 3 pages, à fonction d'épilogue), mais sans aucun dialogue.
Par le fond, car je m'attendais à autre chose à la lecture du résumé.
Le personnage central est Alma, que l'on découvre enfant, une enfant secrète mais curieuse, qui ressent physiquement le poids d'une histoire familiale marquée par la guerre. Alma grandit, découvre l'amour et devient mère d'un petit Émil affecté d'une maladie génétique rare le rendant insensible à la douleur. Les autres personnages sont les grand-parents d'Alma, et Friedrich, son compagnon et le père d'Émil. de ses parents, taciturnes et effacés, nous savons peu de choses.
À travers l'attitude de son grand-père, un homme singulier et mutique qui s'obstine à se soustraire au devoir de mémoire, et les récits de sa grand-mère qui s'emploie au contraire à raconter à sa petite fille les épisodes du passé, Alma éprouve les contradictions inhérentes à la guerre, qui touchent à la violence, à la culpabilité individuelle et collective et à son exonération.
Lorsque ses grand-parents décèdent, Alma souffre que cette source d'histoires et de souvenirs soit définitivement tarie. le chagrin réveille en elle le besoin de parler et de partir à la recherche du passé.
J'ajouterai que l'acuité de certaines descriptions, notamment au début et à la fin du roman, témoignent de l'oeil de la photographe, autre profession exercée par l'autrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Alfr
  29 septembre 2021
Ce n'est pas un livre qui raconte une histoire mais plutôt l'histoire d'une vie racontée à travers le portrait de ses aînés. Tout tend à expliquer l'origine du "mal" d'Emil cet enfant qui ne connaît pas la douleur physique. Une naissance très attendue pour le lecteur car elle n'arrive qu'à la moitié du livre ! En effet, on découvre la mère Alma, dès les premières pages puis ses grands-parents. Alma semble différente des autres, de sa famille. En grandissant, elle se rapproche de sa grand mère qui vit dans le silence et les non-dits de l'histoire de son mari ; histoire douloureuse de guerre, nous le comprenons assez vite. Tout est suggéré dans ce roman, qui tend plus à l'analyse et l'interprétation d'une vie qu'à une narration solide. Parce qu'il faut bien avouer que même si l'on comprend vite l'intérêt du livre, on s'y perd très souvent. Les passages en sont immensément déséquilibrés. Un début laborieux, entrecoupé de moments percutants et d'autres beaucoup plus ennuyeux surtout lorsque l'on sent un peu trop la volonté d'analyse profonde de l'auteur. Et à force d'effleurer, de suggérer, on tend vers l'ennui et le néant parfois ! C'est un peu dur certes, car le talent de l'auteure est là, sous-jacent. Hélas, trouver ces pépites éparpillées dans un flux d'analyse reste peu agréable. J'attendais plus d'équilibre, de construction, d'action. On a d'ailleurs parfois l'impression que les personnages se retrouvent dans le fauteuil d'un psy. le sujet était très intéressant mais j'estime que le choix de la narration adoptée l'est beaucoup moins et l'absence de dialogue rend le récit lent et sans saveur. Je remercie tout de même Babelio et les éditions Bouquins car ce récit reste intéressant dans la mesure où il déroute et propose une forme assez originale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
perette85
  07 octobre 2021
J'ai reçu ce livre lors d'une masse critique (merci Babelio et les éditions Bouquins) mais il est des quatrièmes de couverture qui en disent trop et d'autres qui nous embarquent dans la mauvaise direction. C'est ce qui s'est passé pour moi avec ce roman.
J'ai lu une centaine de pages sans y retrouver ce que la quatrième me promettait et je m'y suis perdue... aucun dialogue, un condensé de phrases qu'il est parfois difficile de suivre... une lecture difficile et laborieuse pour moi...
La rencontre n'aura donc pas eu lien entre ce livre et moi... Mais je pense que cela tient beaucoup à moi... ce roman ne correspond finalement pas à ce dont j'ai besoin en ce moment...
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
RevueTransfuge   12 octobre 2021
Très beau roman que Ces Insuffisances du cœur, signé de l’autrichienne Valerie Fritsch, sur l’imbrication entre troubles personnels et histoire collective.
Lire la critique sur le site : RevueTransfuge
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LambertValerieLambertValerie   21 octobre 2021
Elle savait que lorsqu'on voyageait sur les traces du passé les routes en ligne droite n'existaient pas et seuls les crochets, les hasards et les directions contraires augmentaient la probabilité d'arriver à destination.
Commenter  J’apprécie          170
LambertValerieLambertValerie   17 octobre 2021
Les deux femmes devinrent proches. Leurs rencontres étaient, pour l'une, des promenades dans sa mémoire, tandis que l'autre visitait le musée d'une vie en train de s'évanouir, invitée dans un esprit rempli d'histoires qui avaient pavé son chemin.
Commenter  J’apprécie          140
LambertValerieLambertValerie   19 octobre 2021
Vient un jour où les, années pendant lesquelles personne ne meurent sont terminées, où les enterrements ne sont plus us quelque chose de nouveau, mais font partie des devoirs réguliers de chaque adulte normal et de chaque enfant triste
Commenter  J’apprécie          140
LambertValerieLambertValerie   16 octobre 2021
Mais elle savait bien qu'il n'existait pas de marques extérieures, aucun signe de culpabilité qui d'un seul coup révèle toute une biographie.
Commenter  J’apprécie          150
AlfrAlfr   26 septembre 2021
Dans ses conversations, elle répétait souvent qu'accorder la grâce à quelqu'un était une sollicitude non méritée, que les gens tristes possédaient souvent des chiens qu'ils aimaient secrètement, et les gens méchants aussi, et tandis qu'elle disait cela, ses mains reposaient sur les têtes grises des deux chiens de berger.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : génétiqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Autres livres de Valérie Fritsch (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
354 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre