AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Rosso (Traducteur)
ISBN : 2221111656
Éditeur : Robert Laffont (23/10/2008)

Note moyenne : 2.76/5 (sur 21 notes)
Résumé :
 Un crime, huit femmes. Chacune raconte ce qu'elle sait, ou croit savoir, ou feint de ne pas savoir... De la grande manipulation, un grand polar.

On découvre dans un fossé de la périphérie de Turin le cadavre d'une prostituée roumaine assassinée. Crime des bas-fonds ? Règlement de comptes ? Trouble machination bien plus insoupçonnable ? Car la victime n'était pas prostituée mais déguisée en prostituée... Tandis que la police piétine, huit femmes, mêlé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  07 mars 2013
"Un grand polar" comme l'indique le résumé sur la fiche babelio mais pour moi c'est une déception.
Je dois dire que la narration est intéressante : faire intervenir plusieurs femmes, toutes très différentes des unes des autres. Chaque chapitre est très courts et l'on apprend, petit à petit, un peu plus sur la victime et sur le crime.
Mais ce qui m'a le plus dérangé, c'est que je n'ai éprouvé aucune sympathie pour aucune de ses femmes, pas même la victime. Toutes m'ont paru froides, lointaines voir hautaines pour certaines et plus j'avançais pire c'était. le roman m'est tombé des mains à la moitié....
Commenter  J’apprécie          121
QuelsCaracteres
  11 janvier 2018
Impressions de lecture… Je ne suis pas une grande amatrice de polar, j'en lis peu. Mais je trouvais le postulat de celui-ci plutôt attirant. Bien sûr au commencement : un meurtre, puis l'histoire est racontée par huit femmes différentes, toutes mêlées à l'affaire, de près ou de loin. L'idée de jouer sur les différents points de vue, les interprétations et les dissimulations me semblait très intéressante. Les romans polyphoniques bien menés ont un certain charme. Sans être une véritable déception - le roman tient ses promesses sans brio -, le livre n'a pas été un coup de coeur. En quelques mots : une jeune prostituée d'origine roumaine est retrouvée morte dans un fossé, une première fois par une serveuse qui ne le signale pas à la police, puis par une surveillante de collège qui, elle, appelle les autorités. Voici donc les deux premières voix féminines : la surveillante chef et la serveuse. Chaque chapitre marque un changement de voix, en nous indiquant qui prend la parole. L'enquête est lancée, par la police mais aussi, parallèlement, par la presse ; deux nouvelles narratrices donc : la carabinière et la journaliste. On remonte jusqu'au mari de la victime, puisque la petite prostituée roumaine avait réussi à se dégoter un riche banquier qui venait de l'épouser en juste noce. La fille du dit mari et la meilleur amie de sa première femme défunte rejoignent le groupe des raconteuses, le portant au nombre de sept. La huitième n'intervient que le temps d'un chapitre, il s'agit d'une vieille comtesse qui, retranchée dans la tour de son château, observe à la ronde.
La construction fragmentaire, si elle a la vertu de maintenir le lecteur en éveil et de stimuler son imagination et son esprit de déduction, n'est ici pas très originale. Elle est utilisée efficacement mais sans rien créer de bien palpitant, sans surprises et sans retournements habiles. Même si l'auteur fait des tentatives, comme l'intervention tardive et unique de la huitième femme, la comtesse. Puisqu'elle observe du haut de sa tour, elle est sans doute censée apporter un éclairage nouveau, différent, sur un évènement, nous faire prendre un peu de hauteur, dire quelque chose sur le voyeurisme ou l'idée des points de vue… je ne sais pas. Mais son intervention (même si le personnage, au demeurant, est charmant et réussi à être plus attachant, en un seul chapitre, que tous les autres) ne sert à rien.
Des effets de forme, l'auteur en utilise plusieurs. À commencer par la dimension polyphonique donc, qui est, je trouve, à demi ratée. Certes se met en place une galerie de portraits féminins, et en creux, à travers ce qu'elles racontent, des portraits masculins (Giacomo le veuf et riche banquier, Semeraro qui travaille au centre de protection et de réinsertion de Vercelli, ouvert par le prêtre Traversa, Gilardo le flic, Cesare le mari de la surveillante…) esquissant même une petite peinture (analyse ? satire ?) des rapports de couple. Mais même si l'on sent l'effort de l'auteur pour donner une voix propre à chacune, je dois dire que ce n'est pas suffisant. Je n'ai pas du tout été bluffée, je ne les ai pas imaginées, ces femmes. Des effets, je le disais, il y en a bien d'autres. le fait de rapporter certains dialogues sans tirets, ni guillemets (p.29). La mise en place, pour introduire la voix de la fille, d'une conversation téléphonique dont on entend les propos d'un seul interlocuteur, ici interlocutrice, entrecoupés donc de petits points (p.24). La retranscription de messages envoyés depuis un portable, écriture sms et abréviations à la clé (pour faire moderne ?) et, sans doute pour être sûr que le lecteur comprenne, la petite indication « … chargement du message en cours » (p.72). Si ces effets ne sont pas ratés, et amènent de la variété, ils restent tout de même un peu gratuits.
Rien de bien plus transcendant dans le fond que dans la forme : l'auteur empile quelques poncifs. La jeune prostituée de l'est arrachée aux griffes d'un réseau, belle, intelligente et en plus honnête, entourées de gens aux âmes troubles, empêtrés dans leurs frustrations et leurs contradictions. le vieux riche qui se détourne d'une femme qui l'a épaulé depuis des années dans les situations difficiles pour épouser sa baby-sitter, une fille plus jeune et bien foutue. La course entre les agents de police zélés qui piétinent et les journalistes indécents à la recherche de sensationnalisme, etc.
Les chapitres sont courts, le rythme est enlevé et le roman se lit vite et bien mais il est sans envergures selon moi. le plus grave est sans doute la quatrième de couverture, racoleuse et mensongère. Oubliez tout de suite ce qu'elle vous promet « véritable tour de force littéraire », « tragicomédie à la fois impitoyable et savoureuse », « un écrivain parvenu au sommet de son art d'illusionniste manipulateur ». Ce livre permet peut-être de passer un moment agréable, mais il se range et s'oublie tout aussi vite.
Lien : http://quelscaracteres.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
le-mange-livres
  06 avril 2012
Où Milena peine à trouver sa place dans le grand monde turinois ;
Où la carabinière est une vraie pistina (mais où elle a des raisons de l'être) ;
Où il manque une pomme dans le saladier ;
Où ce que l'on ne peut vraiment pas digérer, c'est l'effet Shanghai ;
Où tout a commencé par la potion.
L'incipit

« Oui, en pratique, c'est moi qui ai découvert le corps de cette femme dans le fossé et qui ai appelé les carabiniers de mon portable, sans y réfléchir à deux fois. Qu'est-ce que je pouvais faire, rentrer tranquillement chez moi, me préparer un café et ne plus y penser, je n'ai rien vu, ce ne sont pas mes affaires, et la putain, qui d'autre la trouvera ? »

Comment en suis-je arrivée là ?

Par hasard.

De quoi s'agit-il ?

Mme Covino découvre un cadavre dans un fossé en allant cueillir des tournesols. C'est une jeune prostituée roumaine, ce qui met les carabiniers sur la piste du banal règlement de compte. Mais cette affaire s'avère rapidement plus compliquée. Car Milena est une prostituée repentie, reconvertie en baby-sitter, et qui a épousé son employeur, un riche banquier turinois. Au fil de l'enquête, les récits menés tour à tour par les différentes femmes impliquées soulèvent de nombreuses zones d'ombre.

La citation

« Avec Fiorenza nous nous entendions à merveille. Quelle belle expression. Mais en quoi consiste exactement l'amitié, cela reste un mystère. Les goûts communs ? Sornettes. Les affinités ou différences de caractère ? le même regard sur le vie ? Les conseils échangés ? Autres belles paroles. le plus probable est que de part et d'autre existe la même certitude, instinctive, absolue, que l'autre ne vous jugera pas. On peut lui dire n'importe quoi, de la suprême ânerie au secret le plus intime, on sera critiqué, désapprouvé, voire insulté, mais jamais par un juge » (p. 101-102)

Ce que j'en ai pensé :

De madame Covino, la surveillante-chef du collège, à Mara, la serveuse écervelée et fleur bleue, en passant par la fille du veuf et son amie Béatrice, sans oublier la bénévole, la carabinière, la journaliste, et la vieille comtesse comme une cerise sur le gâteau, tout le charme du roman réside dans sa polyphonie, qui en fait une oeuvre vivante, fraîche et rythmée, à la narration bien particulière. Roman policier, mais surtout roman psychologique, pour autant sans grande surprise, mais un tableau de moeurs intéressants sur la grande bourgeoisie italienne. Au final un roman plaisant, au charme un peu désuet, qui pourrait rappeler certains aspects des Boileau-Narcejac (du reste, Fruttero a longtemps écrit en tandem avec Lucentini, disparu récemment).
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mireille.lefustec
  08 août 2017
"Donne informate sui fatti". Mondadori 2006
220 pages
La belle Milena est retrouvée dans un fossé : assassinée .
Huit voix féminines interviennent, débattent, font le point, notent des détails, signalent des faits incongrus, composent une mosaïque de styles et de rythme.
Huit voix pressantes, divagantes, attendries, rageuses, compatissantes, se succèdent, s'entrecroisent. Chacune avec ses propres tics, fixations, passions et convictions.
La surveillante générale ; la serveuse, la carabinière, la fille, la meilleure amie, la journaliste, la bénévole, la vieille comtesse.
Leurs récits composent le puzzle, guident le lecteur vers le dénouement.
Chaque femme ayant son niveau de langage est ainsi définie par sa façon de s'exprimer.
Ce procédé choral est " un expédient littéraire savamment utilisé ", mais qui m'a quelque peu gênée au début car les chapitres sont courts.
La multiplicité des protagonistes n'a pas permis de me les rendre attachants.
La Fille et la meilleure amie ont la meilleure part.
En conclusion : j'ai été intéressée mais pas passionnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coca
  12 juin 2014
Qui a tué Milena, cette jeune femme roumaine, ancienne prostituée, et mariée depuis peu à un banquier italien ? Huit femmes qui ont croisé sa route vont tenter d'éclairer la police.
Un récit conçu avec des chapitres très courts, où chacune de ces femmes intervient à tour de rôle.
Pour moi ce roman policier n'est pas à la hauteur du succès spectaculaire annoncé sur la 4ème de couverture. Je suis restée une lectrice passive, d'autant que le coupable se devine assez facilement.
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
cocacoca   08 juin 2014
Tous les mots qui désignent l'adultère sont à vomir, à commencer par "adultère" lui-même. Tromperie, cocuage, trahison, infidélité, aventure et aventurette, bien sûr qu'on les a employés, prononcés d'un ton léger quand il s'agissait des autres. Mais quand il s'agit de soi-même, il n'y a plus de quoi rire ou sourire, la plaisanterie malicieuse s'éloigne à la vitesse de la lumière.
Commenter  J’apprécie          30
le-mange-livresle-mange-livres   06 avril 2012
Oui, en pratique, c’est moi qui ai découvert le corps de cette femme dans le fossé et qui ai appelé les carabiniers de mon portable, sans y réfléchir à deux fois. Qu’est-ce que je pouvais faire, rentrer tranquillement chez moi, me préparer un café et ne plus y penser, je n’ai rien vu, ce ne sont pas mes affaires, et la putain, qui d’autre la trouvera ?
Commenter  J’apprécie          30
le-mange-livresle-mange-livres   06 avril 2012
Avec Fiorenza nous nous entendions à merveille. Quelle belle expression. Mais en quoi consiste exactement l’amitié, cela reste un mystère. Les goûts communs ? Sornettes. Les affinités ou différences de caractère ? Le même regard sur le vie ? Les conseils échangés ? Autres belles paroles. Le plus probable est que de part et d’autre existe la même certitude, instinctive, absolue, que l’autre ne vous jugera pas. On peut lui dire n’importe quoi, de la suprême ânerie au secret le plus intime, on sera critiqué, désapprouvé, voire insulté, mais jamais par un juge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
vbarentinvbarentin   19 janvier 2014
Mais si je peux l exprimer ma pensée personnelle, une pensée de simple femme, je me bornerai à dire ceci: Qu est ce Qu on en fait, d une banque, quand on a perdu l amour?
Commenter  J’apprécie          10
mireille.lefustecmireille.lefustec   08 août 2017
Mais c'était inutile : avec la culpabilité, on ne discute pas, on ne raisonne pas.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Carlo Fruttero (1) Voir plusAjouter une vidéo

De bons romans pour vos vacances
Bernard PIVOT a invité plusieurs auteurs de romans susceptibles d'agrémenter les loisirs des vacanciers : les deux duettistes italiens Carlo FRUTTERO et Franco LUCENTINI présentent leur roman policier "La nuit du grand boss". Geneviève DORMANN défend sa "Fleur de pèché" avec une digression sur les femmes battues et contentes de l'être. Louis GARDEL raconte son "Fort saganne", histoire de...
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
499 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre