AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johan-Frédérik Hel-Guedj (Traducteur)
EAN : 9782290314326
381 pages
Éditeur : J'ai Lu (30/09/2001)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Adrian Healey est un menteur professionnel quand il s'agit de berner l'autorité et de séduire ses camarades. Brillant, rebelle à tout conformisme, ses excentricités, son homosexualité tapageuse et ses provocations en font le héros scandaleux de son collège. Du moins, tant qu'il en fait encore partie... Des années plus tard, un de ses professeurs l'entraîne à son tour dans une aventure rocambolesque. Avec un humour décapant, des dialogues caustiques pleins d'esprit, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Luniver
  13 mai 2014
Adrian Healey est l'étudiant le plus brillant de son collège, rassemblant à lui seul plus de culture que l'ensemble de ses condisciples. Homosexuel affirmé, il n'hésite pas à tenter de séduire tout ce qui passe. Sa verve n'épargne personne, ni amis, ni surveillants, ni professeurs, ce qui lui vaut un peu d'admiration et beaucoup d'ennemis. Adrian est aussi un menteur compulsif. Incapable de prendre la vie au sérieux, il s'invente sans cesse des enfances malheureuses, ou des tranches de vie palpitantes.
Ce livre contient énormément de situations cocasses, de répliques savoureuses et une bonne dose d'humour anglais. L'intrigue par contre est compliquée à suivre : des flashes back incessants, des morceaux d'histoire qui ne prendront sens qu'au deux tiers du livre, et les élucubrations d'Adrian qui ne sont pas repérables immédiatement. On pense parfois lire la suite de l'histoire, avant de se rendre compte que c'est une énième invention destinée à ses amis. Un brin casse-tête pour un livre qui se veut léger et drôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Vintage
  19 avril 2014
Adrian Healey, 15 ans, fréquente un collège public, tout ce qu'il y a de plus conforme. du moins, il y fréquente davantage ses camarades et ses surveillants d'internat.
C'est que ce jeune Adrian, ne se contente pas de braver l'autorité de ses professeurs, entête desquels l'éminent Trefusis, et d'emmener tous ses condisciples vers les actes les plus extravagants et provocateurs, il mène également une vie sexuelle débridée et tapageuse.
Sensé nous divertir grâce à un « humour grinçant » typiquement britannique et des « dialogues caustiques » (qui peuvent l'être d'ailleurs), ce roman est surtout une suite d'aventures qui s'enchaînent péniblement et qui deviennent de moins en moins crédibles au fil du roman. le traitement notamment de l'homosexualité outrageuse et omniprésente est très agaçant.
Le style, à l'image de la société anglaise que l'auteur satirise, est certes incisif, mais il ne parvient pas à nous distraire. La trame narrative, construite sur d'incessants allers-retours entre le passé et le présent, qu'il faut parfois deviner, déroute et finit par perdre le lecteur.
A force de jouer sur des faux-semblants, l'auteur semble perdre le fil de sa narration et rend son roman bancal et confus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Vadaeme
  02 janvier 2014
Marrante, british, piquante et rocambolesque, décrivent assez bien cette histoire. Dommage que l'auteur ait choisi de nous la faire découvrir à travers des paragraphes non chronologiques, ce qui rend la lecture inutilement plus complexe à comprendre, et même parfois presque désagréable. Néanmoins, tout se rassemble à la fin et je me suis dit que finalement, ça en valait la peine.
De plus, Stephen Fry rend Adrian, ce menteur compulsif, provocateur et excentrique, attachant et agaçant à la fois.
Je relirais Fry, incontestablement, mais pas dans l'immédiat.
Lien : http://vadaeme.blogspot.be/2..
Commenter  J’apprécie          30
Lecteur_75015
  29 avril 2019
Il est rare que j'en sois déçu par un roman anglais mais cela peut arriver. Avec ce roman, j'ai eu beaucoup de mal avec la temporalité très particulière.
Commenter  J’apprécie          00
jeide3
  31 décembre 2012
So british, mais so funny tout simplement
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   12 mai 2014
— Je ne vais pas vous faire la leçon, Healey, et je ne veux pas vous priver de votre récréation du matin, mais vous devez vous apercevoir que plusieurs enseignants sont en train de perdre patience. Peut-être pensez-vous qu'ils vous comprennent mal ?
— Je pense que le problème, c'est qu'ils me comprennent, monsieur.
— Oui. C'est exactement le genre de remarque dont vous pouvez être sûr qu'elle braque certains de vos maîtres, n'est-ce pas ? Le raffinement n'est pas une qualité très admirée. Pas seulement au collège. Personne, nulle part, n'apprécie le raffinement. En tout cas, pas en Angleterre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LuniverLuniver   12 mai 2014
Tom traçait toujours son chemin avec ses propres idées. Il était arrivé à avoir les cheveux les plus longs de l'Internat et la plus grande consommation publique de nicotine de toute l'École, tout cela sans jamais attirer l'attention sur lui. Tout se passait comme s'il se laissait pousser les cheveux et fumait ses cigarettes parce qu'il aimait ça, et non parce qu'il aimait être vu. Voilà qui était dangereusement subversif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LuniverLuniver   11 mai 2014
Il était moins acceptable d'aimer, de languir d'un compagnon éternel, que de faire des galipettes, de sucer et d'haleter derrière le fronton où l'on tapait la balle. L'amour était le coupable secret d'Adrian, le sexe sa fierté publique.
Commenter  J’apprécie          30
VadaemeVadaeme   02 janvier 2014
Il ne savait pas s'il était préférable d'être une patate pourrie ou une patate saine, de se retrouver entassée au chaud, en sûreté dans un sac avec les bonnes-bonnes, ou bien laissée de coté et replantée dans la terre. Une chose était sure, mieux valait ces deux destins-là que d'être Dieu.
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   29 août 2016
- Je me demande si vous avez entendu parler, sir David, de la loi de Walton...
- Vous avez beau la secouer, la dernière goutte est toujours pour le pantalon ?
- Pas tout à fait. Il s'agit d'une convention adoptée durant la guerre par les services spéciaux de l'armée. [...].
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Stephen Fry (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Fry
Minnie the Moocher by Hugh Laurie and Stephen Fry
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16048 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre