AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Céline Zins (Traducteur)
EAN : 9782070304042
96 pages
Éditeur : Gallimard (09/10/2003)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Acteur de série B au chômage, Vince Valera s'offre quellques jours de rêve à Acapulco. Des bars aux boites de nuit, de la piscine à la place, il traine son ennui en essaynt de se convaincre que l'avenir lui appartient encore. Pour se prouver sa virilité, il loue un voilier et emmène sept prostituées en croisière pour un étonnant voyage...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  23 novembre 2016
Les vacances, faire le vide dans sa tête, se vider les bourses, et lire sur le pont d'un voilier, sous le soleil d'Acapulco. La vie est belle, je lis, j'écris, le soleil me brûle et j'ai convié sept putains à venir sur mon voilier. Tourner les pages, et se faire sucer en même temps. La maquerelle m'apporte un pina colada, quel délice pendant que je sodomise la numéro deux. Et au milieu de cette eau sans vague, le vague à l'âme, j'en garde mon âme d'enfant. Blanche-neige et les sept nains. Apollon et les sept putains. C'est une métaphore. Car si ces « naines » ont de belles et grandes jambes, des seins généreux, des culs appétissants, elles n'en sont pas moins besogneuses, à l'image de ses nains de jardins dans le conte pour grands enfants. Eh oh on rentre du boulot. Et question boulot, je suis servi, elles me servent, écartent les cuisses, me masturbent, me fellationnent, tout en prenant un bain de soleil, seules et perdues sur ce voilier sans vent et sans regard.
Qui n'a pas rêvé d'une croisière telle que Vince l'a organisé ? Chronique d'une partouze annoncée. Car, je n'en oublie pas mes références littéraires. Il n'y a pas que la sodomie dans la vie même dans une croisière, même sous le soleil mexicain à en attraper un coup de soleil sur le derrière, surtout avec un punch coco à la paille. Pendant que N°3 s'abreuve de mon foutre, doucement ma belle, savoure, c'est pas du lait de coco. Vince, il peut mourir heureux, cet acteur miteux qui a failli devenir mythique dans une série B. Vince, il peut mourir le sexe érigé vers les cieux, son âme flottant entre les effluves de ces délicieuses putains, pêcheuses amatrices, pécheresses aguerries.
Sans Carlos Fuentes et ma bouteille de Mezcal, je n'aurai imaginé un tel plaisir sur un voilier. Sept putes sur ma queue, fière et dure. Je réapprends à rêver, sous le soleil d'Acapulco. Tout me semble possible, même de croquer le ver au fond de ma bouteille. le pouvoir des mots, ou est-ce celui de mon imagination qui sourit à l'idée de voir sept bouches s'évertuer à caresser, sucer, gober, mon magnifique glaive, fièrement dressé sous le soleil d'Acapulco. Un air trotte dans ma tête, The Love Boat, et sept culs qui dandinent devant moi, de haut en bas, le long de ma queue. J'aurai du faire acteur de porno, sous le soleil d'Acapulco. A moins que je ne me réveille, les rognons bouffés par ces sept putains livrées à elle-même, mon coeur ayant lâché d'une telle jouissance, sur cet océan du plaisir. La croisière ne m'amuse plus tout d'un coup, même sous le soleil d'Acapulco.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          408
Aline1102
  11 mars 2012
Vincente Valera était acteur de série B, jusqu'au jour où il a remporté un Oscar. Mais loin d'améliorer sa carrière, cette récompense a plutôt déstabilisé son public et, depuis, Valera est au chômage.

Valera décide donc de s'offrir quelques jours à Acapulco, afin de se détendre et d'oublier le petit monde du cinéma.

Sur place, il fréquente les boîtes de nuit et les bars et finit la soirée dans un endroit qu'on lui a renseigné comme étant une maison close, mais où les filles ne font que danser et où les clients ne peuvent les toucher. Frustré, Valera décide d'inviter les sept filles et la patronne de la boîte sur le bateau qu'il a loué pour le lendemain, les Deux-Amériques.

La patronne accepte et embarque, avec ses sept protégées, sur les Deux-Amériques. Mais, alors que le bateau est en pleine mer et la patronne à la barre, Valera meurt d'une crise cardiaque. Commence alors une longue période d'angoisse et de réflexions pour les occupantes du bateau: elles ne savent pas quoi faire du corps, elles sont incapables de manoeuvrer le bateau, et les provisions commencent à manquer...

Apollon et les putains est une nouvelle assez spéciale, mais pas désagréable.

Il s'agit, en fait, d'une parodie de la littérature pornographique, ce qui explique le titre assez choquant au premier abord. Et, malgré quelques allusions au cours du récit, le sexe n'est pas tout dans cette courte nouvelle.

En réalité, grâce au décès imprévu de Valera, l'histoire prend une tournure assez intéressante, puisque l'auteur développe alors les introspections de chacun de ses personnages, y compris celles du mort, qui, malgré son état, est toujours conscient et parvient à comprendre les pensées des sept danseuses et de leur patronne.

Pour Valera, donc, la mort se manifeste par une capacité à comprendre tout ce qui l'entoure de façon absolue, comme s'il était tout d'un coup devenu un personnage omniscient, capable de tout connaître de n'importe quelle personne se manifestant dans son champ de vision. Cela apporte une atmosphère quelque peu spéciale au texte, mais également très utile: qu'y a-t-il de mieux qu'un narrateur omniscient pour nous révéler tous les petits secrets des autres personnages?

Et ici, c'est bien évidemment le cas, puisque grâce à Valera et au nouveau don qu'il a acquis en décédant, on en apprend beaucoup sur les filles, au point que certaines d'entre elles commencent à provoquer la pitié.

Ainsi, alors qu'elles dérivent lentement à bord du bateau laissé sans capitaine et qu'elles sont entourées par l'immensité de l'océan, les danseuses songent à leur vie passée comme elles ne l'ont sans doute jamais fait avant. Peu à peu, chacune se souvient des faits marquants de sa vie, des événements ayant mené les petites filles qu'elles étaient sur le chemin qu'empruntent, chaque jour, les femmes qu'elles sont devenues. Pourquoi avoir choisi de devenir danseuse dans ce bar? Avaient-elles réellement le choix? Quels avantages cette situation comporte-t-elle par rapport à leur vie d'avant?

Et ce qui est encore plus intéressant, c'est que Valera lui-même finit par réfléchir sur sa propre vie, sur sa carrière et sur son passé. Lui aussi se pose des questions: que reste-t-il de cette carrière? Qu'a-t-il fait de bien pendant les cinquante-cinq années de son existence? Quels regrets éprouve-t-il?

Une nouvelle très intéressante, étonnante et haute en couleurs, sous-tendue par une réflexion intéressante sur la vie et sur les choix auxquels elle nous confronte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JimmyCz
  16 juillet 2017
Nouvelle d'une centaine de pages retraçant le tourisme d'un acteur de série B hanté par le seul film valable qu'il ait fait et par l'ennuie existentiel de sa vie. Pour rompre cette déprime il décide lors de vacances à Acapulco de louer un bateau et des prostituées.
Histoire qui est l'objet d'un twist à la moitié du récit, twist qu'on ne peut vraiment deviner et qui laisse place à tout l'intérêt de l'ouvrage. La nouvelle situation permettant un vrai questionnement existentiel et philosophique sur l'utilité de tout ce qu'on vit et sur le sens qu'on peut y attribuer.
Le style est fluide, bien que je pense que la traduction n'est pas mirobolante. Vocabulaire courant voire familier voire pornographique sur certaines phrases, Fuentes semble vouloir traiter de l'obscénité sous toutes ses formes même l'obscénité induite, insidieuse tellement nous y sommes habitués.
Un récit intéressant qui pêche par une certaine mollesse.
Commenter  J’apprécie          20
Sevlipp
  25 juillet 2019
Ma soeur m'a mis ce livre dans les mains en me disant : tu vas adorer, il y a tout : une intrigue, de l'amour, de l'humour, du sexe...
J'étais un peu sceptique car la note sur Babélio était médiocre mais que voulez-vous par loyauté fraternelle, j'ai tenté.
J'ai eu tort et j'aurais du écouter les babeliotes.
J'ai abandonné à la moitié.
C'est tordu ; parfois le tordu peut être drôle et intéressant mais je m'ennuyais trop pour continuer.
Je ne me suis pas attachée au personnage et tout cela était un peu trop snob pour moi.
Du coup, je me pose une question : ma soeur serait-elle snob ?
Non je l'écouterais encore à l'avenir mais les goûts pour la littérature ne se partagent pas toujours et cela ne s'explique pas.
Commenter  J’apprécie          10
Olloix
  15 décembre 2019
2 euros, 2 heures de lecture. Et je ne sais pas quoi penser de ce livre, ou de cette pièce de théâtre en 3 actes : 1-acteur hollywoodien oscarisé pour un film demeuré obscur va à Acapulco pour oublier, 2-Orgie avec 7 prostituées + une mère maquerelle sur un voilier 3-Le mort lit dans les pensées des personnes qui l'entourent.
Un peu d'humour, beaucoup d'excès dans le démonstratif.
Ne me donne pas envie de lire un autre roman de C.Fuentes.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   20 novembre 2016
Fesses dures comme des nèfles, veloutées comme des pêches. Fesses vibrantes comme des anguilles, patientes comme des calamars. Fesses protectrices de l’essence obscure, la douce et mince toison. Impossible protection des larges hanches, des tailles incroyablement fines, les cuisses d’eau et d’huile qui entourent, défendent, protègent le lieu sacré, le réceptacle du vagin, les sept culs qui m’appartiennent ce matin, que je sens, touche, désire et distingue.

Sept culs, sept. Cul intérieur de papaye qu’on vient d’ouvrir, chair rose, intouchée telle une perle carnivore et parfumée. Cul palpitant de jeune louve blessée, récemment séparée de sa mère, traversée par la maudite flèche d’un chasseur intrus. Cul de source pure, eau qui court sans obstacles, sans remords, sans se soucier de son destin qui la précipite vers la mer qui va l’engloutir dans sa fourche salée. Cul de nuit à l’affût en plein soleil, gardée en réserve en prévision des faiblesses du jour, nuit vaginale en prévision du jour où le soleil ne se lèvera plus et où le sexe de la femme devra occuper le centre de l’univers. Quatrième cul des filles d’Acapulco, chambre quatrième, cul telle une chambre meublée, chaude, accueillante, en attente de son hôte parfait. Cul cinquième, le cinquième n’est jamais mal venu, dit-on ici, cul métallique de veine qui résiste à la pénétration, qui refuse de livrer son or, qui exige du mineur qu’il meure d’abord de suffocation au cœur du tunnel. Cul glorieux des libations eucharistiques, cul sixième, cul religieux, irlandais, noir, comme dirait mon épouse waspique, Wasp blancanglosaxonprotestant qui essaie de me refiler ses vieilleries ancestrales, tu ne sais pas jouir, Vince, si tu ne t’imagines pas plongé dans le péché, pauvre Apollon de Celluloïd, inflammable, périssable, prends-moi comme on prend une femme, un autre être humain, comme ton égal, non comme un symbole de ton odyssée spirituelle, fils de pute, je ne suis ni ta communion ni ta confession, je suis ta femme, un autre être humain, quelle idée j’ai eue d’épouser un Irlandais catholique qui croit dans la liberté du péché, et non dans la prédestination de la chair !

C’est cela que je fuis : je veux jouir du dernier cul, le septième sceau, le cul sans attributs, le purgatoire sexuel sans paradis ni enfer, avec mon nom tatoué à l’entrée du vagin, Vince Valera, Apollon vaincu : les sept filles sur ma verge, toutes les sept me suçant, l’une après l’autre, l’une me suce, la deuxième me met le doigt dans l’anus, la troisième m’embrasse les couilles, la quatrième me met sa chatte dans la bouche, la cinquième me mordille le bout des seins, la sixième me lèche les orteils ; la septième, la septième promène ses seins immenses sur tout mon corps, elle dirige les autres, elle fait sauter ses seins sur mes yeux, m’en caresse les testicules, fait tourner un téton autour de ma queue, puis chacune d’elles me pompe à son tour…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175
le_Bisonle_Bison   19 juin 2016
Ma queue reste rigide, comme attendant la jouissance suivante, mais je me rends compte qu’en réalité elle ne fait que présager, par sa dureté excessive, la rigidité absolue, le rigor mortis qui va bientôt s’emparer de tout mon corps encore souple, bronzé, amolli et pas rasé. Est-ce le rêve de chaque homme que d’être en état d’érection permanente, ce que les médecins appellent priapisme ? Eh bien, Dieu vient de me l’accorder, avec autant de grâce qu’il accorde le génie militaire au conquérant, l’astre poétique à l’écrivain, l’oreille musicale au musicien, la langue au traducteur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
le_Bisonle_Bison   11 juillet 2016
Le prétexte, je l’ai dit, était de leur apprendre à pêcher, à se servir de la canne et de l’hameçon, et pour ce faire je me plaçai derrière chacune tour à tour pour leur montrer comment lancer la ligne, avec précaution, afin de ne blesser personne. L’une après l’autre je les ai assis sur mes genoux, les enlaçai et je leur appris à pêcher ; mes mains se posaient autour de leur taille, sur leurs cuisses et sur leur sexe, et je sentis finalement l’excitation du mien quand j’allai jusqu’à leur frôler les seins, puis à mettre la main sous le soutien-gorge, ou sous le Bikini pour ensuite mettre mon doigt enduit de leurs jus dans la bouche de…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
le_Bisonle_Bison   13 mai 2016
La 'palapa' est la cathédrale gothique des tropiques. Ce grand parasol de palmes sèches et poussiéreuses peut servir à tout : abri contre le soleil, refuge nocturne, espace convertible, la 'palapa' du 'Conte de fées' est un cercle parfait d'êtres humains (des hommes seulement) déchaînés autour d'une piste sur laquelle dansent des jeunes filles de quinze à vingt ans, les seins à l'air et avec parfois seulement un cache-sexe. Parfois encore moins : ce que les Brésiliens nomment "un fil dentaire".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
le_Bisonle_Bison   02 juillet 2016
Je viens de lire, avant de quitter Los Angeles le best-seller de Garcia Marquez et je pense à l’amour au temps du Sida. Mais peu importe. Je ne suis pas venu ici pour me montrer prudent.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Carlos Fuentes (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlos Fuentes
Mercredi 20 octobre 2011, Carlos Fuentes reçoit les insignes de Docteur Honoris Causa.
Biographie: Né en 1928 à Panamá où son père était alors Ambassadeur du Mexique, Carlos Fuentes est un des plus grands écrivains du XXe et du XXIe siècle. Sa pensée et son œuvre romanesque ont largement influencé les écrivains et les intellectuels espagnols et latino-américains contemporains. Catégorie Éducation Licence Licence de paternité Creative Commons (réutilisation autorisée)
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
277 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre