AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505072582
Éditeur : Kana (31/08/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Eriko Ichimura est une lycéenne discrète que l’on ne remarque pas. Son seul plaisir est d’admirer Akira Ômi, un beau jeune homme plein de fraîcheur, et de « murmurer » ses fantasmes quotidiens sur Internet. Mais, un jour, elle découvre par hasard la vraie nature d’Ômi. Et ce dernier prend connaissance des tweets embarrassants d’Ellie… !! Voici l’amour peu ordinaire d’une perverse discrète.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  21 février 2019
« @Ellie #je n'ai pas besoin de petit ami » est un manga dont le premier tome viens de paraitre dans l'hexagone aux éditions Kana, alors que 7 tomes sont déjà disponibles au Japon. Nous avons ici affaire à un Shojo qui sort un peu des sentier battus. En effet, les réseaux sociaux (surtout Twitter en fait) sont mis à l'honneur dans cette histoire. Momo Fuji, est une jeune mangaka visiblement très encrée dans son temps. Elle profite de tout ce que la technologie moderne a pu apporter dans le quotidien des adolescents pour mettre en scène son récit.
Au cours de ce tome, nous suivrons la vie de Eriko, une petite lycéenne assez insignifiante. Elle n'a pas vraiment d'amis et s'imagine (à juste titre ?) être totalement transparente. Elle s'est donc créé tout un monde imaginaire qui n'appartient qu'à elle et qu'elle peut ainsi modeler à sa convenance. Son péché mignon est de pouvoir partager cet univers si personnel avec ses abonnés Twitter qui ignorent bien évidemment sa véritable identité. Mais un jour, Ômi, le garçon qui catalyse tous ses fantasmes, va découvrir son secret. Eriko va être obligée de se confronter à la réalité des choses. Elle va devoir dépouiller ce magnifique jeune homme de la personnalité idyllique qu'elle lui avait imaginé. Car la vérité est bien loin de tout ce qu'elle pouvais raconter sur son fil Twitter. Ômi n'a en définitive rien d'un prince charmant. Mais après tout… Eriko ne préfèrerait-elle finalement pas le véritable garçon qu'elle découvre à celui qu'elle s'était créé de toute pièce ?
Pour ma part, je trouve que la petite originalité de ce titre permet de le faire ressortir du lot sans pour autant en faire une oeuvre réellement originale. Il s'agit bien là d'un shojo qui exploite scrupuleusement toutes les ficelles du genre. Mais c'est ce qu'on aime tant, n'est-ce pas ? L'héroïne est attachante, tout comme son prétendant. L'ambiance de ce manga est vraiment rigolote. Et même si tous les personnages semblent un peu fous, on se prend vite au jeu de ce monde fantasmé se télescopant sans cesse avec la réalité. le temps de lecture est assez long. Vous aurez ainsi l'impression de parfaitement maitriser l'univers développé dans « @Ellie » à la fin de ce volume. D'ailleurs, les choses y avancent plutôt vite, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Les dessins sont simples et efficaces. la découpe des cases est dynamique et moderne. Les petits encarts renfermants les tweets postés par Eriko sont très rafraîchissants (et souvent hilarants). Ils dynamises parfaitement ce charmant petit shojo par ailleurs doux et tendre à souhaits.
Il y a une petite différence culturelle qui vient très vite pointer le bout de son nez et qui nous rappelle toutes les différences qu'il peut y avoir entre le pays du soleil levant et la France. En effet, Eriko se qualifie régulièrement de « perverse ». N'allez pas donner un sens trop extrême à ce terme qui est ici vraiment galvaudé. Aucune idée trop étrange ne viens traverser l'esprit de cette jeune lycéenne qui laisse souvent libre cours à son imagination. Quand le mot « perverse » est utilisé, il qualifie ici une jeune fille qui aimerait par exemple dérober la veste de survêtement du garçon qu'elle aime pour pouvoir se blottir dedans pour en respirer le parfum; ou bien, une demoiselle qui s'imagine mettre du baume à lèvre pour ensuite pouvoir le partager avec l'élu de son coeur lors de leur prochain baiser et ainsi réparer les lèvres sèches de sa moitié. Beaucoup de petites choses fleurs bleu et absolument rien d'obscène ou de réellement « pervers ».
Bref, ce manga m'a vraiment beaucoup plu. Il est mignon, charmant, attendrissant et souvent désopilant. On s'amuse des situations présentées tout en partageant les sentiments naissants de ces adolescents un peu perdus dans la vie. Alors que tous les fans de shojo n'hésitent pas à tester cette petite nouveauté, qui est vraiment très agréable à lire 🙂
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Koneko-Chan
  17 septembre 2019
Voilà déjà un an que ce manga m'a interpellée. En fait, je l'avais découvert via Twitter, via les tweets du compte français de “Ellie” (https://twitter.com/ellie_crazylove que je vous conseille d'aller voir, c'est super bien fait et les tweets sont originaux), et je trouvais ça chouette que l'éditeur joue aussi le jeu et actualise un compte Twitter comme dans le manga. Forcément, ça m'a intriguée, j'ai découvert le manga et j'ai eu envie d'en savoir plus ; même si j'ai un peu attendu avant de me lancer dans la lecture (j'ai encore tellement de choses à lire ^^').
Et, comme je m'en doutais un peu au vu des tweets et du résumé, j'ai a-do-ré ce premier tome ! le coup de coeur s'est confirmé avec la lecture du 2ème tome haha, ce premier tome était une très bonne entrée. On suit le quotidien de Eriko, une jeune lycéenne plutôt effacée, dont personne ne remarque la présence et qui passe son temps à fantasmer sur Akira Ômi, le garçon le plus populaire du lycée. Elle écrit tous ses fantasmes sur son compte Twitter, sous le pseudonyme “Ellie” (d'où le titre @Ellie ^^). Ce sont surtout des tweets assez mignons qui viennent de temps en temps ponctuer l'histoire, et je dois dire que ça apporte une certaine fraîcheur, on aime s'imaginer l'héroïne et l'objet de son affection dans une telle situation ∼ (///∇///) Ce que j'adore surtout, c'est le fait que nos héros soient si différents mais qu'ils se rapprochent beaucoup lorsque Ellie découvre qu'Ômi n'est pas le prince charmant qu'il paraît être : sous ses airs de “je suis gentil avec tout le monde”, on se rend compte qu'il a lui aussi des défauts et un caractère parfois un peu bougon. Mais Ellie apprécie bien plus ce Ômi authentique que celui qui se cache derrière les sourires et est arrangeant avec tout le monde. Ômi ne va donc pas lui cacher sa vraie personnalité puisqu'elle l'a découverte, et c'est comme ça que ces deux-là vont se rapprocher… Surtout qu'Ômi a découvert le compte Twitter d'Ellie et s'en amuse. On voit qu'Ellie l'intrigue et qu'il apprécie sa compagnie, je trouve ça très mignon car il y a une bonne alchimie entre ces deux-là. Les sentiments sont bien exprimés des deux côtés et je crois bien que c'est ce qui me plait le plus dans ce manga. Ça, et l'humour aussi haha j'adore le personnage de Sara, j'espère qu'on la verra plus par la suite, j'adore tous les passages dans lesquels elle apparaît 8D
@Ellie apparaît comme un shôjo classique, si on ne s'attarde qu'à sa couverture et son résumé, mais je trouve que c'est bien plus que ça, le manga dégage une bonne ambiance, douce, drôle et chaleureuse : on a envie de suivre longtemps les aventures (et les fantasmes) de tous ces personnages aux personnalités variées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lesvoyagesdely
  07 octobre 2018
@ellie est un nouveau shojo des éditions Kana. Globalement je reste moins enthousiaste et convaincue que mes camarades/collègues, mais j'ai quand même passé un bon moment, et je veux bien tenter de croire en lui.
Un shôjo comme tant d'autres ? Oui, mais avec la bonne idée et fraîcheur des tweets.
@ellie reste un shojo comme tant d'autres, mais avec la spécificité sympathique que la jeune demoiselle Eriko utilise un compte twitter pour y exposer ses fantasmes. Les tweets sont très drôles et participent à la fraîcheur du manga. Tout le monde peut les lire ! Mais normalement personne ne sait qui est derrière.
On parle de perversité, mais rien de vraiment méchant, même si cela peut frôler la limite. Eriko a vraiment une imagination débordante et de drôles d'envies, en allant même un peu loin. Mais peut être compense-t-elle à sa manière aussi. Les autres filles qui tournent autour d'Omi sont souvent désagréables et j'ai toujours autant de mal avec ce côté chez eux, on dirait des hyènes, des folles enragées.
Réalité vs virtualité
Comme bien souvent, on va pouvoir questionner la réalité face à la virtualité. Ce que j'ai aimé, c'est qu'après avoir été déçue, être tombée de haut, mais en même temps, elle ne voulait pas vraiment entendre la vérité, elle apprend à vraiment le connaître. Et il peut être surprenant. il est agacé, mais paraît un charmant gentleman devant les autres, mais il peut aussi avoir des gestes tendres envers elle.
C'est assez drôle comme quand on n'a pas toutes les informations, on peut s'imaginer tout et n'importe quoi sur les gens, et se faire totalement des idées.
Elle finira par se nourrir de ce qu'elle vit pour alimenter son fil, elle prend une partie de la réalité ou des idées qu'on lui donne et fantasme dessus.
Et qui sait peut-être que cela peut aider.
Transparente, invisible ?
Eriko est une jeune femme effacée, transparente. Elle en a souffert, et elle est très marquée par cela, si bien qu'elle est plongée dans un cercle vicieux.
En gardant cette mentalité, il est difficile d'en sortir. Elle a des lacunes en communication, très différente par rapport à son compte.
Que pensez-vous de son côté transparente ? C'est de sa faute ? Elle pourra en sortir ?
On nous montre des éléments de son enfance, combien les gens l'oubliaient, ne se rappelaient pas de son prénom, …
Elle n'a jamais eu vraiment d'ami(e).
Ainsi fréquenter Akira va lui faire du bien, et la booster dans le monde réel. de même, elle sympathise avec une jeune fille qui est aussi une grande originale.
On se trompe sur elle avant d'avoir les informations. Tout cela ne pourra que l'aider à avancer, et travailler sa communication, voire se sentir mieux dans sa peau ?
Le côté utilitariste des gens est aussi visible, et des personnages en ont conscience. Après il faudra faire la part des choses.
J'espère en tout cas qu'elle apprendra à s'affirmer et sera moins invisible.
Le tome se finit aussi en nous laissant totalement en plan. D'abord une scène bien mignonne, avant de se rendre compte d'un problème.
Quand on est dans son monde, on en oublie la réalité et ce qui se passe autour de nous XD.
Affaire à suivre !
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BulleShojo
  04 mars 2019
@Ellie #jenaipasdepetitami est la nouveauté shôjo des éditions Kana qui est arrivé dans nos librairies à la fin du mois d'Août 2018. C'est la première fois qu'un titre de Momo Fuji est édité en France. @Ellie est prépublié dans le magazine Dessert des éditions Kôdensha, à l'heure où j'écris cette chronique (Mars 2019), 8 tomes sont disponibles au Japon tandis que le 3ème vient sortir en France. Je dois avouer que les dernières nouveautés shôjo des éditions Kana me font souvent de l'oeil, j'aime beaucoup leurs derniers choix éditoriaux comme Irrésitible qui avait été une très bonne surprise. Avec le thème abordé, @Ellie, se veut un shôjo dans l'air du temps et cherchant à casser les codes. Ce titre m'intriguait beaucoup, et je me demandais si mon enthousiasme n'allait pas retomber comme un soufflé au fromage sorti trop tôt du four ^_^
@Ellie raconte l'histoire d'Eriko Ichimura, une lycéenne très très très très discrète, genre elle se considère carrément transparente et de facto, la majorité de ses camarades de classe ignore même son existence. Qu'importe puisqu'Eriko existe sur Twitter où elle livre sans filtre ses pensées et ses fantasmes, un monde imaginaire à son image. Mais des amis virtuels remplacent-ils vraiment des amis réels ? J'ai trouvé ce postulat de départ très intéressant car très actuel. On pourrait tout de suite se dire que Momo Fuji grossit volontairement le trait mais je peux vous assurer, pour avoir une ado à la maison, que son téléphone est greffé à sa main tel un organe essentiel de son corps qui péricliterait sans. Et je peux imaginer sans peine, les vies inventés sur les réseaux sociaux par les ados, et à bien y réfléchir par les adultes aussi. Eriko vit donc sa petite vie tranquille… Mais… Mais… Car il y a toujours un mais… Son « secret » est découvert par Akira Ômi, qui n'est autre que l'objet de tous ses fantasmes. Mais… Mais… Mais… Car il a toujours un second mais… Akira Ômi est très très loin de la personne fantasmée par Eriko, il n'est pas le beau lycéen gentil, prévenant et serviable, c'est même tout le contraire du prince charmant, il est même particulièrement arrogant. Un choc pour notre pauvre Eriko qui avait idéalisé la personnalité d'Ômi. Et malgré les différences, Eriko et Ômi vont se rapprocher doucement, même s'il est très loin d'être parfait, Ômi va permettre à Eriko de s'affirmer. Je serais tenter de dire que malgré la légèreté du récit, Momo Fuji tente de faire passer le message que les relations réelles sont bénéfiques pour le développement de chacun et qu'il faut savoir faire l'équilibre entre le réel et le virtuel. Tout au long du manga, le réel et le virtuel se heurtent constamment mais c'est seulement au contact d'Ômi qu'Eriko évolue vraiment.
J'ai trouvé ce premier tome assez dense niveau lecture, entre les tweets déjantés d'Eriko et les dialogues, il faut un peu de temps pour venir à bout du tome. Ce que j'ai trouvé appréciable, c'est que la mangaka fait très vite avancer son intrigue, et ça semble être la mouvance actuelle de ne pas faire traîner pendant 40 tomes avant la déclaration, il faut que cela soit dynamique. Et j'aime ces nouveaux shôjo…
Le dessin est efficace et reste classique, le découpage est efficace et donne du pep's à l'ensemble. Il n'y a guère que la bouche tordue d'Eriko quand elle fantasme qui m'aura quelque peu dérangée, mais là, je pinaille un peu ^_^
Une fois ce premier tome refermé, je n'ai plus vraiment de doutes, @Ellie ne casse pas les codes du shôjo comme l'avait pu faire Irrésistible. Il s'agit bel et bien d'une romance scolaire, mais est-ce dérangeant ?, un peu déjanté avec une héroïne qui s'est inventé un monde. le côté moderne du manga est apporté par l'importance donné à Twitter dans le récit et dans la vie de l'héroïne. Un premier tome très sympathique.
Lien : https://www.bulle-shojo.fr/b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Tachan
  04 septembre 2018
@Ellie est le dernier shojo en date de Kana, dont j'aime beaucoup les choix en général. Mais malgré cela et la très bonne et originale campagne de pub sur Twitter, j'avais quelques appréhensions à cause de la couverture très rose bonbon. Cependant @Ellie est un titre vraiment drôle et frais qui donne la pêche quand on le lit. Je vous invite donc à découvrir ce shojo.
@Ellie est un titre qui repose avant tout sur un vrai concept et ce concept, c'est son héroïne. Ellie est une lycéenne banale, transparente comme elle le dit souvent. du coup, elle compense en fantasmant à mort sur son compte twitter où elle s'est inventé un petit copain parfait qui ressemble étrangement au beau gosse du lycée. Cela donne un côté très drôle et décalé au titre qui m'a bien fait rire. En plus, c'est original et dynamique de suivre ses tweets.
Pourtant l'histoire en elle-même est assez classique. On retrouve une fille normale qui va découvrir la face cachée du beau gosse du lycée et une relation va se nouer entre eux, chacun étant assez maladroit. Mais la dynamique entre les fantasmes d'Ellie et le sale caractère + l'arrogance maladroite d'Ômi fonctionne très bien. Cela rend le titre amusant et frais, chacun étant plus que le cliché qui le définit dans un premier temps.
En plus de la romance qui pointe rapidement le bout de son nez et que je trouve bien menée, l'autrice nous parle aussi d'amitié. J'ai aimé voir Ellie se trouver une amie tout aussi originale qu'elle, mine de rien, elles ont un petit côté otaku qui m'a plu. Pour revenir sur la romance, j'ai aimé la façon dont celle-ci se déroulait dans ce tome avec un Ômi qui cache bien ses maladresses et ses insécurités, ce qui lui donne un côté un peu bougon que j'ai adoré, et une Ellie dont les fantasmes l'empêchent de se rendre compte de ce qui se passe dans la vraie vie. J'adore leur décalage, je trouve ça très drôle et touchant. Je me demande juste comment ça va tenir sur autant de tomes (7 en cours au Japon de mémoire).
Pour le moment, j'ai trouvé ce premier tome bien mené, avec des personnages bien campés, des dessins et une histoire un peu classiques peut-être mais bien fait. La drôlerie du concept m'a séduite et j'ai aimé la petite originalité des tweets. Je suivrai la série avec plaisir.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LadyNephtysLadyNephtys   06 janvier 2020
Une personne comme toi ne peut pas comprendre, Ômi. Quand je suis passée des lunettes aux verres de contact, personne ne s'en est aperçu au lycée. Un jour, j'étais la seule à ne pas recevoir de copie dans la classe ; alors, je suis allée la chercher. On m'a dit : "Tu étais là ?". Ça ne t'arriverait jamais, Ômi...
Commenter  J’apprécie          10
Anais511Anais511   01 octobre 2018
(...) Jamais, je n'ai pensé passer à l'action dans la réalité. J'ai pris l'habitude de renoncer avant d'agir... " Pendant tout ce temps, je me suis rendue transparente...
Commenter  J’apprécie          10
LadyNephtysLadyNephtys   06 janvier 2020
Parfois, je me demande si je ne suis pas invisible tellement je suis transparente. Je me dis que personne ne me verra peut-être jamais...
Commenter  J’apprécie          10
Anais511Anais511   01 octobre 2018
Ellie folle d'amour @ellie_crazylove
Les usages possibles d'une veste de survêt sont infinis ∞ !!
\(>▼
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3639 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..