AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Ayumi Matsushima (Traducteur)François Jacques (Adaptateur)
EAN : 9782845991002
192 pages
Éditeur : Pika Edition (21/02/2001)
4/5   210 notes
Résumé :
Ancien voyou, chef de gang, Eikichi Onizuka décide un jour de devenir prof. Sa vocation n'a rien de pédagogique. Ce qu'il veut, c'est pouvoir sortir avec les étudiantes du lycée où il travaille. Pourtant, au fil des chapitres, on se rend compte que le sens de la justice et de l'honneur de notre héros vont l'amener à devenir un véritable enseignant.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 210 notes

JosephAlexianHeartfire
  16 mai 2021
• « GTO (Great Teacher Onizuka), tome 1 » de Toru Fujisawa, publié chez Pika Edition.
• J'ai commencer cette lecture à la suite du défi lecture de BD de Babelio de Mai, cherchant une BD ayant été éditée pour la première fois en 2001, dans le but d'étendre ma "culture" BD.
• GTO.. Un manga réputé cultissime que je n'avais encore jamais eu l'occasion d'avoir en moins, ni d'en voir la série animée. J'en avais pas mal entendu parler sur les forums, sites internets d'amateurs de mangas, mais aussi plus récemment par un ami proche, qui m'en avais parler il y a quelques mois car il en avait vu l'animé et m'avait parler d'une "tuerie" tellement il avait accrocher au délire du mangaka ! C'était rester dans un coin de ma tête, au cas où j'avais l'occasion d'y jeter un oeil.. Je n'ai pas trouver la série d'animation mais j'ai pu trouver ce premier volume, et ça c'est une "tuerie" !
• Déjà, je tiens à signaler que cette série est en réalité la suite d'une autre série culte du mangaka au Japon : « Young GTO » (renommée ainsi après le succès de la série GTO, pour surfer sur la vague) , qui suivait déjà les aventures du jeune Eikichi Onizuka lors de ses années.. étudiantes. Je ne le savait pas, et j'ai été très étonné de l'apprendre par l'avant-propos du livre, qui explique très bien les choses pour nous mettre dans le bain ! Bien que la série des GTO soit une suite, celle-ci peut être lue de façon totalement indépendante ! Aucune pression donc, vous pouvez vous passer de la série précédente !
• Un autre manga, dessiné après « Young GTO » est une préquelle de celui-ci, intitulée : « Bad Company », une série qui suit non pas le jeune Onizuka mais son meilleur ami, et qui relate leur rencontre.
• Pour en venir au manga, celui-ci est follement entrainant. le personnage principal est perché au possible, un véritable voyou, un délinquant, un pervers, un impulsif pouvant devenir très violent et totalement irresponsable.. un parfait antihéros ! du moins, en apparence.. car le personnage d'Onizuka Eikichi est bien plus subtil qu'il ne pourrait le paraître.. En réalité, c'est un jeune adulte complétement paumé dans sa vie, qui se remémore son passé grandiose (selon ses critères), ses années où il était plus jeune et les choses bien plus faciles, il lutte contre ses démons intérieurs pour tenter de s'intégrer à une société à laquelle il ne correspond plus, sa recherche de travail est chaotique et les lettres de refus s'accumulent.. le roi de sa jeunesse est devenu l'invisible de son futur. Sur ces derniers points, je me suis énormément retrouver dans ce personnage, j'ai moi aussi eu un parcours difficile sur le plan professionnel, enchainant les refus comme on s'enfilerait des smarties [Ceci n'est pas un placement de produit, tout doute ou confusion à ce sujet est totalement fortuite. Un trait d'humour inutile offert par votre hôte.], malgré une honnêteté sans faille auprès d'un jury impassible, parfois cruel sans s'en rendre compte.. dans cette situation de vie, il est très facile de se considéré comme une merde.
• Évoquer cette situation et montrer une telle subtilité dans ce personnage loufoque est une chose qui m'a énormément plu, et c'est quelque chose que je n'attendais pas forcément, voir pas du tout, étant donner ce que j'en avais entendu venant des gens, qui ne retiennent apparemment que le côté déglingo de l'oeuvre.. Bon d'un côté, je ne vous cache pas que j'adore aussi cet aspect de la série ! J'adore les situations auxquelles sont amenés notre héros et les réflexions barrés de celui-ci. Ce côté grivois et décalé est un énorme atout de l'oeuvre, ainsi que ses interventions musclés ! Ce voyou est incroyable et m'a littéralement emporté avec lui dans son délire.
• Au niveau du dessin, c'est du vieux manga mais dans le bon sens du terme. On peut parfois passer à côté de ce genre de manga pour ses aspects vieillots, dans son chara-design, son humour encore très japonais des années 80/90.. qui pourtant offre une tout autre lecture et des points de vues très intéressants. Aussi, à l'heure actuelle des mangas sortant à la chaîne qui se ressemblent et sont fait dans le même moule éditoriale (ce n'est pas une généralité mais, force est de reconnaître qu'aujourd'hui beaucoup se ressemblent ou tentent de ré-utilisé la même sauce que certains succès faciles..) , on ne peut qu'apprécier une oeuvre si originale.
• J'ai vraiment adoré ce voyage inédit, plein de nuances et de surprises sympathiques. Pour reprendre le mot fétiche de notre antihéros, ce manga est "GREAT" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Tokhrane
  29 juillet 2010
GTO de Tôru Fujisawa suit le parcours d'Eikichi Onizuka, ancien voyou qui décide, pour des raisons relativement douteuses au départ, de devenir enseignant. L'intrigue du manga est centrée autour de ce protagoniste au charisme indéniable. le graphisme de l'oeuvre se démarque notamment par les mimiques d'Onizuka, incontournables et inimitables. Ce cher Eikichi n'est toutefois pas le seul personnage digne d'intérêt, loin de là. Autour de lui gravitent en effet de fortes personnalités, autant du côté des enseignants que des élèves, dont l'auteur a su dépeindre avec soin les angoisses et les rêves. Tantôt drôle, tantôt touchant, GTO est une oeuvre complète qui nous livre une vision de la société japonaise non excempt de tout reproche. Si en toile de fond on trouve bien sûr une critique du système éducatif, d'autres thèmes, plus universels, sont également abordés. Les difficultés de l'adolescence sont bien évidemment au coeur du manga et apparaissent comme le fil rouge de l'histoire. Amours déçus, intolérance, difficultés scolaires,... Tôru Fujisawa traite un large éventail de sujets sans jamais se défiler car, à la fin de chaque chapitre, Onizuka est là pour nous faire la morale, à sa façon bien sûr. Si GTO est un manga complet, à la fois riche et profond, sa plus grande force réside dans sa légèreté, l'humour étant malgré tout omniprésent. La conclusion du récit est quant à elle magnifique, bien qu'elle aurait pu être magistrale si l'auteur n'avait pas craint de décevoir son public en le privant d'un happy end. Concernant l'édition française, on peut noter la présence d'un lexique bien fourni à l'utilité appréciable pour ceux qui désirent en apprendre un peu plus sur la culture japonaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ElGatoMalo
  05 septembre 2020
Pas vraiment le modèle à suivre quand on veut faire carrière dans l'éducation, ceci dit, mais j'ai bien aimé. le personnage d'Eikichi Onizuka, avec tous - ou malgré - ses défauts, et il en a un paquet dont je ne ferai pas la liste ici parce que c'est tout l'intérêt de l'histoire que de les découvrir, finit par être attachant.
Pour tout dire, le tome 1 s'achève sur un cliffhanger insoutenable et je suis impatient de commencer le tome suivant mais j'aurais préféré le lire sans avoir à utiliser une loupe car certains textes sont vraiment minuscules, problèmes récurrents dans ce genre de petit format de poche.
ps: beaucoup de dessins de motos, ce qui est plutôt sympathique aussi, et souvent réussis, mais rarement quand l'engin est présenté en entier.
Commenter  J’apprécie          80
jeanbiscotte
  08 janvier 2013
Mon tout premier manga ! Je n'ai jamais été particulièrement attiré par ce format, mais j'avoue que j'étais curieux de le découvrir. D'autant plus que lorsque j'étais gosse (et pas si gosse que ça, d'ailleurs) j'aimais beaucoup les dessins animés adaptés de manga, dont GTO, justement. Je me suis donc dit que je ne risquais pas d'être déçu par ce livre vu que j'avais adoré la série. Et puis si le manga est si populaire en Europe de nos jours, ça ne devait pas être un hasard.
Je me suis donc lancé et, à la première page, première satisfaction : une petite explication me décrivait le sens de lecture du bouquin. Une fois que j'ai eu compris le principe après 2 ou 3 pages, j'ai pu vraiment m'imprégner de l'histoire. Mais pas autant que j'aurais pu l'espérer. En effet, tous les phylactères ne sont pas rattachés à un personnage et j'ai parfois eu des difficultés à savoir qui parlait. de même, les conventions étant différentes de celles de la BD traditionnelle, je ne savais pas toujours s'il s'agissait de pensées ou de mots murmurés… Mais dans l'ensemble (le bouquin fait quand même plus de 300 pages), je m'y suis plutôt bien retrouvé. de plus, j'ai beaucoup aimé le petit lexique à la fin du livre qui permet d'en apprendre un peu plus sur certains aspects de la culture nippone.
Mais venons-en à l'histoire en elle-même. J'ai vraiment retrouvé l'Onizuka qui me faisait tant marrer à la télé. Ma mémoire me joue peut-être des tours, mais j'ai l'impression que l'adaptation était assez fidèle. En tout cas, ce cher professeur, toujours aussi naïf, je-m'en-foutiste, fainéant, et obsédé, m'a fait passer un excellent moment. J'ai beaucoup ri. Et puis, bien qu'elles ne soient pas super originales, les petites morales sont quand même intéressantes.
Au final, pas de surprise au niveau du contenu, mais un excellent moment de lecture néanmoins. Et aussi une très agréable découverte du manga. Et enfin, merci à Babelio et surtout aux éditions Pika pour ce joli livre et pour le petit mot et les marque-pages qui l'accompagnaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
neyklee
  13 mars 2021
J'ai découvert GTO plus jeune via l'anime sur Canal + dans l'émission "La Kaz", présentée par le regretté Yannick Zicot. J'ai repris la suite en manga récemment et c'est toujours aussi bon.
Quelle claque ce fut pour un jeune collégien comme moi notamment concernant les thèmes abordés, l'humour, les personnages ... surtout comparé aux productions occidentales qui étaient diffusées.
Les thèmes abordés sont sérieux (suicide, harcèlement, responsabilités, argent, problèmes scolaires, amour, passage à l'âge adulte, ...) et il pointe du doigt les travers (exagérés bien sûr, nous sommes dans un récit) du système scolaire japonais mais aussi d'autres vices de la société japonais en général (le paraître qui est une excuse pour étouffer les affaires, l'incompréhension intergénérationnelle, ...).
Les personnages sont tous attachants (tous des problèmes personnels, des blessures). Et que dire d'autre du héros, Eikichi Onizuka que c'est une inspiration ! Il y a une réelle humanité chez ce personnage (mais pas seulement lui).
Car oui, les messages envoyés sont la détermination, la persévérance, la possibilité de rédemption, la possibilité de revoir son jugement, de ne pas juger à l'apparence ou trop rapidement, la tolérance, la recherche de son épanouissement en dehors des pressions sociales ...
L'humour est très bon et rempli de références (parfois obscures pour les non-initiés à la culture japonaise, je comprends).
Bien que l'oeuvre ait maintenant 20 ans (on le voit lorsque les personnages n'utilisent que très peu d'ordinateurs), je trouve que les messages restent encore très pertinents et surtout ne se limitent pas seulement à la société japonaise. En effet, on peut y trouver des thèmes et des griefs qui s'appliquent à notre société aussi.
Enfin, je trouve que le dessin de Tôru Fujisawa s'améliore au fil des tomes et que c'est un trait clair, lisible, efficace et que le découpage est bon.
Peut être est-ce utopique de ma part mais j'aimerais qu'aussi bien les élèves que les professeurs se plongent dans cette oeuvre qui n'a pas du tout vieillie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Sceneario   11 octobre 2011
GTO est une série qui a connu un vif succès lors de sa première édition aux éditions Pika entre 2001 et 2003. Cet automne 2011 rime avec séance de rattrapage pour ceux qui ne l’avaient pas encore lue et qui réserveront, on n’en doute pas, un très bon accueil au professeur électron-libre Onizuka !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
TokhraneTokhrane   03 août 2010
De toute façon la mort ne me fait pas peur ! En fait, je n'ai peur de rien ! J'arrive à raisonner avant d'avoir peur, c'est pour ça. Je le fais toujours... La psychologie explique que les fantômes sont des hallucinations créées par le subconscient... On a prouvé que les ovnis venaient de la combustion de plasma... Et les malédictions sont des sortes de placebos mineurs qui fonctionnent grâce aux obsessions des gens ! La mort c'est pareil ! On en a peur, parce qu'on ne sait pas ce qui arrive après... Après la mort, on se transforme en protéines, c'est tout... - Tome 8, Leçon 65 -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TokhraneTokhrane   03 août 2010
Bon, une petite devinette pour vous : et maintenant, qui c'est qui va se faire massacrer la tronche ? Solution :
1) Moi, le sale-enfoiré-mateur-de-culs, le connard 2ème dan de karaté ?
2) Les deux golios qui m'prennent la tête et qui essaient de m'faire chanter ? - Tome 1, Leçon 1 -
Commenter  J’apprécie          160
TelKinesTelKines   11 septembre 2018
- Ah la, la ! Elle est adorable cette fille ! Elle m'a sauvé !
- Quoi ? Une fille pareille dans ta classe de dégénérés ?! Tu as dû rêver, là !
- Bon... Ôsawa ! J'ai pris ma décision ! Je vais exaucer mon rêve ! Je vais tout faire pour devenir enseignant ! Mais j'tuerai quand même ces voyous ! Et je me trouverai une jeune et jolie femme comme Kinpachi ! Je vais devenir le plus Great Teacher du Japon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilimarylenelilimarylene   17 juillet 2012
"T'étais en train d'mater le cul des p'tites gonzesses, hein ? Enfoiré ! Tu sais qu'à ton âge, c'est un délit ! Hein ?"
Commenter  J’apprécie          90
finalfanfinalfan   06 avril 2015
Père de Nanako Mizuki: Que... on entre pas comme ça chez les gens!
Qui êtes-vous?

Onizuka, torse nu avec une masse sur l'épaule: Un simple enseignant!"
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Tôru Fujisawa (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tôru Fujisawa
Depuis 2000, Pika Edition propose de découvrir l'infinie richesse du manga en publiant parmi les plus talentueux auteurs japonais et français. Les CLAMP, Kosuke Fujishima, Tôru Fujisawa, Minetaro Mochizuki, Ken Akamatsu, Reno Lemaire, Oh!Great, Kouji Seo, Hiro Mashima, Hajime Isayama, Ema Toyama, Nakaba Suzuki, Adachitoka, Ayu Watanabe, Satoshi Kon, Yoshitoki Oima, Akane Shimizu, Boichi, Romain Lemaire et Kamome Shirahama sont 20 mangakas majeurs qui ont marqué leur époque et qui continuent d'inspirer bon nombre de jeunes auteurs. Dans ce livre-objet, qui se déploie comme une frise grâce à ses 48 pages dépliantes, Pika Edition vous invite à revenir sur ces deux décennies durant lesquelles le manga est devenu incontournable… Un ouvrage original et idéal pour célébrer la passion du manga !
+ Lire la suite
autres livres classés : professeurVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

GTO.By Tôru FujiSawa.

Qu'a t-il répondu pour se retrouver dans cette situation ?

j'ai enterré une élève vivante
j'ai failli enterrer une élève vivante
j'ai tué une élève
j'ai failli tuer une élève

4 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : GTO Shonan 14 Days, tome 1 de Tôru FujisawaCréer un quiz sur ce livre