AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Barthélemy Müller (Traducteur)
ISBN : 2970044412
Éditeur : L'Engouletemps (14/10/2004)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Père de famille modèle, monsieur Kopfrkingl est un homme de progrès et un employé zélé du crématorium de Prague. À la veille de la guerre, c'est un homme bien sous tous rapports... L'Incinérateur de cadavres est un livre tout à fait inclassable, insolite et grinçant, qui explore les pires équivoques de la civilisation moderne. Il a été magistralement adapté au cinéma, en 1968, par Juraj Herz.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  02 mai 2017
Je viens juste d'entamer un autre livre de Ladislav Fuks, "Monsieur Mundstock", mais j'aimerais d'abord rendre hommage à "L'incinérateur de cadavres", un roman qui m'a fait découvrir et apprécier cet écrivain tchèque.
Fuks a commencé à écrire sur le tard, vers ses quarante ans, après la deuxième guerre mondiale qui a indiscutablement marquée toute son oeuvre. La question juive, peur de la violence, de la déportation, de l'exécution, sont les thèmes récurrents dans la plupart de ses romans. Mais ce ne sont pas des romans de guerre. Ce sont les histoires qui parlent de gens ordinaires, écrites dans un style difficilement comparable à un autre écrivain, sauf, peut-être, à Franz Kafka. Les agissements des personnages sont en apparence normales, mais entre les lignes suinte toujours quelque chose de noir, de glauque, qu'au mieux je pourrais associer au terme freudien d'"unheimlich ", une étrangeté inquiétante.
"L'incinérateur de cadavres" en est un exemple parfait. Monsieur Kopfrkingl travaille au crématorium de Prague. C'est un homme calme, adepte des philosophies orientales (qui lui fournissent maints arguments en faveur de la crémation), un grand esthète, amateur du beau et un père aimant de ses deux enfants. En voilà une image parfaite d'une famille heureuse, le chat y compris. le roman est assez court, à peine deux cent pages, et une bonne partie consiste en visites de la famille Kopfrkingl au ZOO, divers expositions ou matchs sportifs. MAIS...
Malgré les surnoms affectueux qui donne monsieur Kopfrkingl à sa femme et à ses enfants, malgré son langage esthétique, il y a déjà ce petit quelque chose qui nous fait douter de sa stabilité mentale. Et la guerre arrive, les nazis montent au pouvoir et monsieur Kopfrkingl commence à subir une pression de la part de Karl, son ami allemand. Qu'est ce qu'est mieux qu'une race pure, à laquelle, lui aussi, il appartient ? Il pourrait même avoir une promotion dans son travail, devenir directeur du crématorium; la seule chose un peu gênante reste sa femme demi-juive et ses enfants.
Monsieur Kopfrkingl commence à craindre pour sa famille, mais en même temps il se laisse endoctriner et sa raison commence à vaciller pour de bon.
Arrive alors le moment, où il décide de "s'occuper" de sa famille, pour lui épargner les horreurs du camp de concentration...
J'aimerais aussi mentionner un excellent film de Juraj Herz en noir et blanc avec un épatant Rudolf Hrusinsky dans le rôle de Kopfrkingl. L'atmosphère du roman y est rendue à merveille. Je crois qu'il y a une version sous-titrée en anglais, trouvable sous un titre tchèque "Spalovac mrtvol". Pour les cinéphiles cela vaut un détour.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
DidishaDidisha   19 février 2015
Tous les êtres sont condamnés à mourir après un bref laps de vie. On est issu de la poussière, on est poussière et on retournera à la poussière. Avant nous les ténèbres, après nous les ténèbres, et la vie n'est qu'un bref instant entre deux infinis de ténèbres. Prenez les gens qui vivaient il y a cent ans, ou il y a cinq cents ans, aujourd'hui plus aucun d'entre eux ne vit depuis longtemps. Ils auraient pu dire la même chose de ceux qui vivaient avant eux, et ceux qui viendront après nous dans cent ans, ou dans deux cents ans, diront la même chose de nous. Des hommes nouveaux naissent et meurent sans arrêt pour être ensuite éternellement morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michelekastnermichelekastner   08 mars 2015
" Pourquoi tu t'emportes ainsi ? dit Monsieur Kopfrkingl en souriant à Beran. Qu'est-ce qui te fait peur ? Qu'on nous envahisse ? Qu'on nous anéantisse ? Ca serait de la violence alors... " - et il pensa au docteur Bettelheim. " La violence ne paie jamais. Elle peut suffire un temps, mais on n'écrit pas l'histoire avec. Nous vivons dans un monde civilisé, dans l'Europe du vingtième-siècle. " Puis monsieur Kopfrkingl sourit en pensant à Willi. " D'ailleurs ces Allemands sont de pauvres gens " - et il souriait. " Ils touchent le fond. Ils se sortent comme ils peuvent de la misère et du chômage. Qu'ils veuillent être forts, ça ne veut rien dire encore. La force n'est pas forcément un mal. Mais c'est de la politique " - et il haussa les épaules tandis que tout le monde le fixait du regard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DidishaDidisha   19 février 2015
Ça fait quinze ans que j'entre dans le Temple de la mort en passant devant la loge de monsieur Vrana, pensa-t-il en regardant tantôt le dallage du sol, tantôt le ciel bleu limpide au-dessus de l'édifice, quinze ans que j'entre ainsi et je suis toujours envahi par le même sentiment sacré.
Commenter  J’apprécie          00
DidishaDidisha   19 février 2015
La plus grande ruse du Diable est de déclarer lui-même qu'il n'existe pas. (Giovanni Papini)
Commenter  J’apprécie          00
Video de Ladislav Fuks (1) Voir plusAjouter une vidéo

Bruno Boeglin à propos de la pièce "Pan Théodor Mundstock"
Bruno BOEGLIN présente sa pièce "Pan Théodor Mundstock" adaptée d'un roman de Ladislav FUKS écrivain tchèque qu'il a connu il y a 15 ans. Spectacle composé de 21 tableaux où il est seul sur scène sauf trois, joués avec Boris, jeune acteur présent avec lui sur le plateau. BOEGLIN et Boris racontent ensemble l'histoire et FIELD demande au petit garçon s'il aime jouer au théâtre et si...
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Qui a écrit cette oeuvre?

Qui a écrit 1984 ?

H.G Wells
O Wells
S Beckett
G Orwell

11 questions
7580 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre