AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012789501
Éditeur : Hachette Littératures (13/01/1999)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Cet ouvrage a marqué, au milieu des années 60, un tournant majeur dans l'histoire de la Révolution française. Très attaqué à sa parution par les tenants de la tradition jacobine, il est aujourd'hui devenu un classique de l'historiographie révolutionnaire.

La question qu'il cherche à décrire et à comprendre est celle de la pluralité des formes politiques successivement manifestées par la Révolution depuis 1789 jusqu'au coup d'Etat du général Bonaparte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tempuslegendae
  26 septembre 2013
Il y a ceux qui ont vu la Révolution, d'autres qui l'ont vécue tels des gens de l'ombre, et enfin ceux qui ont véhiculé l'idée française de cette grande décennie. Dans son imposant volume, François FURET tend à désacraliser la Révolution, il en conteste l'historiographie car celle-ci admettait mal la prise de distance à l'égard de la cause et faisait oeuvre révolutionnaire. Il est vrai que l'essor économique et l'ascension de la classe haute vont de pair. La curiosité scientifique se développe en même temps que les idées nouvelles des philosophes (Voltaire, Rousseau, Diderot, D'Alembert…). Un nouvel art de vivre s'installe dans les esprits. Et le despotisme éclairé, s'il triomphe, reste toujours soucieux de ménager l'opinion publique naissante. L'auteur nous explique très bien ceci dans ses chapitres «L'intelligence du politique» et «L'idée française de la Révolution».
Au fil de copieux articles célébrant le bicentenaire de 1789, Monsieur FURET approfondissait encore sa réflexion sur le rapport liant la Terreur à la Révolution, sur les enjeux de 1789 avec ceux de 1793 dans l'imagination des français, sur la relation complexe que ces derniers entretiennent avec le grand tournant de «leur histoire». Il soulignait aussi, pour l'avenir, l'étude de la pérennité des passions révolutionnaires.
Ce livre est édifiant à plus d'un titre; il est culturel et profondément littéraire. Avec l'auteur nous accomplissons un merveilleux parcours ponctué de saisissants portraits; nous y découvrons une subtile combinaison alliant l'énergie de l'investigation intellectuelle avec le bonheur de l'écriture. «Une oeuvre, avait-il écrit dans Penser la Révolution, c'est une question bien posée.» Ce volume rassemble les thèmes les plus défendus de l'époque, car sous le bonnet rouge il convient d'imaginer l'esprit des grands vainqueurs. Un livre d'histoire écrit avec l'oeil du chroniqueur et le talent de l'écrivain.
Pour conclure, j'oserais citer ici une critique d'Edgar Quinet, car je la sens opportune et pleine de vérité: «Faisons-nous une âme libre pour révolutionner la Révolution, et d'abord, abstenons-nous de dire jamais d'un esprit impartial qu'il outrage la Révolution. Car on a tant abusé de ce mot: outrage à la religion, que nous l'effacerons de notre langage, craignant par-dessus tout de porter le style et les habitudes d'esprit des réquisitoires dans la critique historique et philosophique…»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CosaqueCosaque   29 avril 2015
NAPOLÉON BONAPARTE: 1799-1814

De cette rencontre d'un homme et d'un peuple, si brève, mais si éclatante, et si longue à oublier, puiqu'elle va durer presque un siècle, Chateaubriand a écrit le commentaire le plus profond :
" Une expérience journalière fait reconnaître que les Français vont instinctivement au pouvoir : ils n'aiment point la liberté; l'égalité seule est leur idole. Or, l'égalité et le despotisme ont des liaisons secrètes. Sous ces deux rapports, Napoléon avait sa source au cœur des Français, militairement inclinés vers la puissance, démocratiquement amoureux du niveau. Monté au trône, il y fit asseoir le peuple avec lui, roi prolétaire, il humilia les rois et les nobles dans ses antichambres ; il nivela les rangs, non en les abaissant, mais en les élevant : le niveau descendant aurait charmé davantage l'envie plébéienne, le niveau ascendant a plus flatté son orgueil. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de François Furet (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Furet
Christophe Prochasson, François Furet [Jeudi La Procure 25/05/13] .http://www.laprocure.com/francois-furet-chemins-melancolie-christophe-prochasson/9782234063716.html François Furet : les chemins de la mélancolie Christophe Prochasson
Dans la catégorie : La Révolution de 1789Voir plus
>Histoire de France>France : histoire>La Révolution de 1789 (104)
autres livres classés : révolution françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre