AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Ksenia Bolchakova (Autre)Alexandra Jousset (Autre)Veronika Dorman (Traducteur)Laëtitia Decourt (Traducteur)
EAN : 9782749950280
363 pages
Michel Lafon (12/05/2022)
4.1/5   5 notes
Résumé :
Les dessous de l'armée secrète de Poutine enfin révélé

" La raison principale de mon épuisement moral, c'était la conscience que mes camarades et moi combattions dans ce pays pour un gouvernement corrompu et détesté par ses propres citoyens, pour un peuple qui avait perdu son droit à la souveraineté, et que nous aidions une armée totalement inapte. J'avais besoin de savoir de quel côté je me battais et quelles valeurs je défendais. "
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Scribe
  27 juillet 2022
Moi, Marat ex-commandant de l'armée Wagner de Marat Gabidulin
« La raison principale de mon épuisement moral, c'était la conscience que mes camarades et moi combattions dans ce pays, pour un gouvernement corrompu et détesté par ses propres citoyens, pour un peuple qui avait perdu son droit à la souveraineté et que nous aidions une armée totalement inapte. J'avais besoin de savoir de quel côté je me battais et quelles valeurs je défendais. » Marat n'est pas un repenti, ni un lanceur d'alerte. Marat c'est un soldat, fier d'avoir fait partie des troupes aéroportées de l'armée régulière de la Russie, fier d'avoir combattu Daech en Syrie notamment lorsqu'il raconte avoir participé à l'opération qui a permis de reprendre Palmyre aux islamistes. Mais qui maintenant alors que l'armée de l'ombre illégale Wagner est sous les projecteurs s'interroge après avoir servi celle-ci, déployée de l'Ukraine à la Syrie, de la Libye à la Centrafrique, désormais au Mali et d'entre d'autres pays comme Madagascar et d'autres, que je vous laisse découvrir si le sujet ô combien d'actualité vous intéresse. Comme il est dit en préface, ne vous attendez pas en lisant ce livre a des confessions coupables. Soldat de fortune, comme l'on appelle les mercenaires, Marat relate dans ce livre cette histoire de l'armée Wagner, « pour fixer des faits, inscrire dans le marbre de l'histoire ces frères d'armes tombées au combat » en absence de toute considération des autorités Russes, puisque cette armée, bien qu'elle soit déployée aux quatre coins du monde suivant les intérêts du régime Russe, « serait selon la version officielle un fantasme de détracteurs, selon le président Poutine « qui a toujours refusé de reconnaitre le recours aux mercenaires dans des zones de conflits, parce que le mercenariat en Russie est une activité officiellement passible en vertu de l'article 348 de leur code pénal, d'une peine d'emprisonnement jusqu'à huit ans ferme ! En outre le président Russe trouve son compte dans ce silence. « Son état peut ainsi économiser les pensions, les salaires qu'ils devraient verser si ces soldats appartenaient à l'armée régulière et également faire état des pertes subies. » Wagner n'ayant pas d'existence juridique, personne n'assume publiquement ni ses actions ni sa direction. Pourtant, comme le relate Marat, « cette organisation a été fondée par le Lieutenant-colonel Dimitri Outkine, nom de guerre Wagner, ancien membre du GRU, qui réunit en 2014 des vétérans des forces spéciales pour créer un groupe d'intervention rapide, pour mener des opérations ciblées dans la région séparatiste du Donbass en Ukraine. » L'autre personnage clé du groupe Wagner s'appelle Evgeni Prigojine qui malgré un passé délinquant sulfureux, je vous laisse le soin de le découvrir, va devenir une figure incontournable dans le cercle du pouvoir gagnant le surnom de « cuisinier de Poutine » et qui maintenant finance et assure les fonctions exécutives de Wagner avec le soutien de hauts gradés de l'armée. Marat Gabidulin a servi Wagner. Il a reçu des médailles internes au groupe mais aussi des décorations officielles de l'Etat Russe pour ses faits d'armes, « toujours remises en secret. » Manquant d'équipements et d'armements haut de gamme, souvent en première ligne, les troupes de Wagner ont à plusieurs reprises essuyés de lourds revers et connu des pertes humaines importantes. Lui qui a perdu quelques dizaines de bons camarades au combat, lui qui fut blessé à deux reprises sur le front Syrien, le corps toujours criblé d'éclats d'obus quitte Wagner en 2019 désabusé, ne voulant plus accepter d'être de la chair à canon et n'étant plus d'accord avec la politique du secret absolu, alors que cette armée Wagner existe bien. Marat par ce livre « réclame de l'honnêteté, là où il ne peut y en avoir. Il rêve d'une législation du mercenariat en Russie pour que ces combattants n'aient plus à se cacher. » Marat, Ded son surnom (le grand-père, le papi,) donné par ses collègues embauche dans les rangs de Wagner à 48 ans en 2015 faisant partie des 400 premiers engagés matricule M-0346 après une sélection à cette époque rigoureuse. « On était bien payé 950€ par mois pendant la période d'entrainement sur la base puis de 1500 à 1800 pour les premières missions à l'étranger. Certes sans couverture sociale, sans aucune rente pour la famille en cas de décès mais avec des primes pour participation au combat. » Après trois mois de formation il est envoyé pour une première mission « dans le Donbass, territoire considéré comme son pré carré par Poutine ». Après le Donbass, Marat monte en grade, de simple soldat il devient commandant d'une compagnie de reconnaissance et s'embarque pour la Syrie ou il fera quatre séjours soit deux ans de présence, soldat illégal, sans drapeau, déployés au nom des intérêts de la Russie et de son allié Bachar al-Assad. C'est dans cet univers que vous ferez vos premiers pas en suivant le commandant Marat avant de vous retrouver à la fin de ce livre en avril 2022 à Paris. « J'étais tourmenté par un besoin irrépressible de faire comprendre à mes compatriotes que le recours aux mercenaires par la Russie est un fait avéré irrécusable. Chacun choisit son épée et son idée. Moi dit-il « un jour si je devais retourner au combat ce serait uniquement pour tuer la guerre. » le 24 février le président de la Fédération de la Russie a lancé « une opération spéciale » contre ce qu'il appelle « le régime nazi d'Ukraine ». Mais en quelques jours « l'opération spéciale » s'est avérée être une guerre à grande échelle. « A en juger par la quantité d'armes de pointe et de munitions de hautes précisions la Russie a commencé à se préparer à la guerre il y a très longtemps, engloutissant des milliards de dollars, alors que les personnes âgées doivent vivre de retraites d'une modicité humiliante et que les soins médicaux pour les enfants sont financés par des téléthons ! On m'accusera d'être un ennemi du peuple ? c'est le terme utilisé désormais pour désigner toute personne qui ose dire à voix haute ce que les uns préfèrent taire, et les autres ne veulent reconnaitre. Eh bien je suis prêt à vivre avec ce stigmate ! » Je vous invite à lire ce livre brulant d'actualité. Ce récit brut sans concession des horreurs de la guerre et des manipulations de Vladimir Poutine. Bien à vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanLibremont
  17 mai 2022
Voyage dans l'univers des mercenaires de Wagner dont on parle beaucoup en ce moment. Natifs de Russie ou de pays satellites, on les diabolise volontiers mais est-ce si simple ? L'auteur nous confie: "La guerre n'a jamais été pour moi un simple boulot, j'avais besoin de savoir de quel coté je me battais et quelles valeurs je défendais. J'avais besoin de défendre une juste cause. Aider des salauds a écraser d'autres salauds, meme s'ils étaient encore plus cruels et inhumains que les premiers ne me convenait pas. Tout cela me pesait."

Marat Gabidullin nous raconte sa guerre en Syrie contre l'État Islamique. Sa motivation a écrire le livre est cependant autre, ainsi que le lecteur le découvre progressivement mais surtout dans les derniers chapitres et le postface. D'abord, il exprime son amertume d'avoir été utilisé, lui et ses freres d'armes, pour maintenir au pouvoir en Syrie un régime qu'il juge immoral. Amertume également de ce que, ayant lui et ses compagnons fait pratiquement tout le travail d'écraser l'État Islamique au prix d'appréciables pertes en hommes, les armées syrienne et russe en ont récolté tous les lauriers. Enfin, et cela parait etre le plus important dans l'esprit de l'auteur, amertume de constater que le bien-etre des populations de l'ancienne Union Soviétique fut sacrifié pour construire une armée engagée aujourd'hui dans une invasion de l'Ukraine que Marat Gabidullin ressent comme une guerre contre un peuple frere.

Voici ce qui me parait etre un des passages-clé de ce livre courageux: "Lorsqu'il avait fallu combattre en Syrie, l'armée envoyait les mercenaires faire son travail au sol. Aujourd'hui, elle récolte les fruits de cette victoire artificielle. Hier, l'armée russe luttait sans grande conviction contre l'État islamique, la peste idéologique du XXI. siecle. Désormais, elle sacrifie avec un zele remarquable ses combattants dans une guerre contre un peuple frere." Dont acte.

Attention, ce livre n'est pas une plaidoirie pour les mercenaires de Wagner ou d'ailleurs. L'auteur a conscience de faire partie d'une minorité ayant clairement pris conscience des problemes qu'il dénonce. Dans ses interviews a la presse, il note également que les criteres de recrutement chez Wagner se sont dégradés et, a lire les informations sur la guerre en Ukraine, on se doute de ce que cela implique... La partie du livre consacrée au récit des batailles en Syrie montre bien que le mercenariat n'est pas la carriere revée pour des tueurs psychopathes ni meme pour des individus asociaux. Pour survivre, le mercenaire - "l'ouvrier de la guerre" - ne doit pas etre aveuglé par des penchants pervers et le récit montre également l'importance d'etre un bon camarade - et donc d'avoir un certain sens moral - puisque les "freres d'armes" sont dépendants les uns des autres pour leur survie mais aussi parce que cette camaraderie est, avec le gout du risque et de l'aventure, une importante gratification dans la vie des mercenaires qui, nonobstant, ne furent jamais et probablement ne seront jamais des gens excessivement empathiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Virginie10Virginie10   09 juillet 2022
"Si le fric ne fait pas le bonheur, il en pourrit certains jusqu'à la moelle".
Commenter  J’apprécie          10
Virginie10Virginie10   09 juillet 2022
"On n'apprend à combattre intelligemment qu'en suivant un bon exemple".
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : mercenairesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Serdaigle

Laquelle de ses valeurs n'en ait pas une de Serdaigle ?

L'intelligence
La sagesse
Le calme
L'érudition
La réflexion
La curiosité
L'originalité
La créativité

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : maisons , poudlardCréer un quiz sur ce livre