AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782364806696
159 pages
Huginn & Muninn (01/11/2018)
3/5   1 notes
Résumé :
Dans les années 1980, le cinéma de guerre et d'action connait un renouveau inattendu. Avec John Rambo, l'Amérique de Reagan, mais plus globalement le monde occidental, démocratique et libéral s'est trouvé une icône, une vitrine de chair et de muscles, une carte de visite guerrière, tendue à l'empire du mal et à un bloc sur le point de fondre dans un verre de Coca-Cola. En deux apparitions cinématographiques seulement, Rambo: First Blood de Ted Kotcheff (1982) puis R... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pecosa
  17 juin 2020
Fini le traumatisme du bourbier vietnamien. Dans les années 80, enfin Rambo vint, et vengea l'honneur perdu des Américains. On refait la guerre, et on la gagne, parce que les vendus de l'arrière et les pacifistes chevelus ne sont plus là pour mettre des bâtons dans les roues des vrais bonhommes qui en veulent .
Les films « à la Rambo " - héros solitaire qui tire dans le tas sans se poser de questions, et parfois sans recharger ses armes, apologie de la violence, et vitrine publicitaire pour la NRA- fleurissent. Aux Etats-Unis, Stallone a des « cousins germains », Chuck Norris dans la série Portés Disparus ( « Je mets les pieds où je veux… Et c'est souvent dans la gueule! »), Schwarzenegger dans Commando (« J't'aime bien… C'est pour ça que je te tuerai le dernier ».), Dolph Lungrun le Russe qui se retourne contre les Soviétiques dans Le Scorpion Rouge…
Mais ce qui étonne à la lecture de Dans l'enfer vert de la Rambosploitation de Claude Gaillard, c'est le nombre de nanars que le genre enfanta dans le monde entier. En Turquie, en Indonésie, en Italie, les films à la Rambo pullulent, sortent souvent directement en VHS. Le héros est toujours le même: un homme bodybuildé, avec bandeau de circonstance pour éponger la sueur du combattant, arpentant une jungle de pacotille avec de gros calibres. Les mêmes affiches sont déclinées à l'infini. Et les titres parlent d'eux-même: « Slash le Découpeur » (Philippines), « Double Target, Cibles à abattre » (Italie), « Condors Commando » (Hong-Kong), "Cocaïne Wars" (Argentine), ..
Le genre finit par s'essouffler dans les années 90. Il reste de cette période qui fit les beaux jours des vidéos-club et des amateurs de nanars une bonne centaine de films courageusement visionnés par l'auteur (qui a inclus dans son livre le DVD de « Ultime Combat »), dont on peut admirer les jaquettes, et de magnifiques répliques: « Votre réputation n'est plus à faire, Hogan.. Alors faites vos preuves ».
Dans l'enfer vert de la Rambosploitation est une lecture très agréable, même si ce n'était pas ma guerre, qui en dit long sur l'image véhiculée par Hollywood de l'Amérique triomphante des années Reagan .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5235

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PecosaPecosa   16 juin 2020
Dans le bloc de l'Est où les magnétoscopes ont fait leur entrée par le biais de la contrebande, on a également choisi son camp. Un véritable trafic de cassettes videos venues de l'Ouest, doublées artisanalement et dupliquées en masse , existera. (...) A la barbe de Ceaucescu et de sa Securitate, on s'agglutine dans des appartements pour suivre les aventures de Rambo, Braddock, les exploits de Rocky, mais également Dirty Dancing ou La Dernière Tentation du Christ. (...)
Au plus fort de cette vague, le cinéma ira jusqu'à imaginer l'invasion et l'occupation des Etats-Unis par les armées russes et cubaines (L'Aube Rouge de John Milius en 1984), ce qui constituait le fantasme absolu pour l'Amérique qui n'a pas connu de conflit armé sur son territoire depuis la guerre de Sécession. La formule est pratiquement reproduite à l'identique dans Invason U.S.A. de Joseph Zito en 1985.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
PecosaPecosa   17 juin 2020
Turkish Rambo!
Durant deux décennies au moins, le cinéma turc prit un malin plaisir à s'approprier les grands succès hollywoodiens, tournant des versions locales et sans le sou. Le concept du film "suédé", inventé par Michel Gondry dans Be Kind Rewind (Soyez sympas, rembobinez) n'est plus très loin. Le phénomène, parfois appelé turcsploitation a livré quelques délicieuses pépites chères aux amateurs de cinéma déviant. L'Exorciste, Batman, Mad Max, Les Dents de la mer, Star Wars, E.T. l'extra-terrestre... Tout y est passé!
Et tandis que la Rambomania secouait le monde, nos amis turcs ne pouvaient manquer à l'appel. Plusieurs métrages réclament, de fait, le titre honorifique de "Turkish Rambo".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214

autres livres classés : guerre froideVoir plus





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6598 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre