AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707320698
253 pages
Éditeur : Editions de Minuit (01/10/2009)
3.09/5   39 notes
Résumé :

Elle n'avait pas prévu qu'on lui volerait son sac à la sortie du magasin. Encore moins que le voleur jetterait le contenu dans un parking. Quant à Georges, s'il avait pu se douter, il ne se serait pas baissé pour le ramasser. Tout pilote connaît la consigne : après chaque vol, il faut remplir le livre de bord. Remplir le livre de bord, telle est donc, en bonne logique, la dernière phrase d'un roman qu'on découvre &#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
girafe83500
  29 juillet 2015
Drame, drame traité avec une lucidité qui met parfois le lecteur mal à l'aise et en difficulté.
Deux protagonistes avec une forte personnalité qui mènent la danse tout le long du livre. des situations basiques contrastent avec des situations amorales. L'auteur n'a pas chercher à les rendre sympathiques mais le lecteur arrive à les comprendre. Un suspens maintenu tout le long.
Le style court et rapide créé par une ponctuation particulière fait que le lecteur ne s'ennuie jamais. Les pages se tournent rapidement, il est difficile de poser le livre, le lecteur d'emblée est attiré pour découvrir le dénouement. Pour ma part, j'avais fait route sur la fin probable.
Quant au titre, il prend vraiment tout son sens lors des dernières images et amène le lecteur à sourire.
Commenter  J’apprécie          120
YvesParis
  06 avril 2012
Margaret Muir se fait voler son sac à main. Dentiste, elle pratique l'aviation à ses heures perdues. Georges Palet porte un lourd secret. Peut-être est-il un dangereux psychopathe fraîchement sorti de prison dont la réinsertion sociale est encore balbutiante. Il retrouve le sac volé de Mme Muir. Intrigué par la photographie raté de son permis de conduire, il cherche à prendre contact avec elle, la trouve, puis la fuit, puis se ravise. L'épouse de Georges Palet encourage bizarrement cette rencontre. La même figure de l'épouse abandonnée apparaitra encore dans un livre ultérieur de Christian Gailly "Un soir au club".
Ça pourrait ressembler à l'intrigue d'un film sinueux de Alain Resnais. D'ailleurs, c'est un film d'Alain Resnais, joué par Sabine Azema et André Dussollier intitulé "Les herbes folles" (2009). Il en a conservé la fantaisie et la liberté.
Le style de Christian Gailly est inimitable. Il est à la littérature ce que le jazz est à la musique : tout en syncopes et en discontinuités. Ses phrases s'interrompent brusquement, comme une pensée qu'on saisit et qui s'échappe. Ses personnages sont déconcertants. C'est ce qui fait leur charme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Warrenbismuth
  19 décembre 2020
Une dame, Marguerite Muir, se promène avec son sac à main, quoi de plus normal. Mais on le lui vole. le portefeuille est retrouvé dans un parking par Georges Palet. Qui prévient la police. Qui elle prévient Marguerite. Qui prend contact avec Georges. On pourrait dire « voilà c'est tout ». Sauf que non. Marguerite va vouloir se rapprocher de Georges, pour qui c'est niet, enfin de moins de moins, puis plus du tout. Georges va crever les pneus de l'automobile de Marguerite. Les quatre, comme ça pour voir. Et la femme de Georges encourage ce dernier à devenir ami avec Marguerite.
Marguerite n'est pas garagiste mais dentiste. Elle aime aussi s'envoyer en l'air. En avion. Parce que le vrai sujet du roman est l'aviation. En tout cas c'est le sujet qui lie les protagonistes. Qui tous bien sûr s'aiment d'amour et d'eau fraîche. « On pourrait se tutoyer, depuis le temps, dit Jean-Mi. Je préfère pas, dit Georges, si ça vous gêne pas, ça vous gêne ? Oh non, non, dit Jean-Mi, je disais ça comme ça. Se tutoyer pour se dire quoi ? Reprit Georges. Il regardait le Jean-Mi avec des yeux, un air, fallait voir. Non mais c'est vrai, dit-il, pour se dire quoi ? On est très bien comme ça, non ? Vous ne trouvez pas ? Allez, buvez quelque chose avec moi ». Voilà voilà.
Ce livre peut être jubilatoire comme énervant, et les mêmes raisons sont valables pour les deux camps : digressions, humour absurde, phrases ou pensées stoppées en vol (elles aussi), d'un détail l'auteur en fait une page, parfois plus. de quiproquos en incompréhensions, derrière un climat pourtant orageux voire dramatique, l'écriture est légère et subtile, déconcertante et franchement pétillante. Vaudeville improbable où Samuel BECKETT croiserait dans un aéroport un Pierre DESPROGES qui aurait égaré sa boussole dans la maison de Jean ECHENOZ. Vous voyez le genre…
Chacun tire la couverture à soi. « Je suis calée, dit Muir. Je vais vous pousser, dit l'homme. Vous ne craignez pas pour le pare-choc ? Dit Muir. Je changerai de voiture, dit l'homme. Il avait les moyens. Je pensais au mien, dit Muir. Voici ma carte, dit l'homme, puis la poussa vers la sortie ».
Attention, je ne dis pas qu'il faille se coltiner la quinzaine de romans de Christian GAILLY (1943-2013) parus aux éditions de Minuit, m'est avis que ça pourrait devenir lassant, quoique je n'ai pas tenté l'expérience. Mais cet « Incident » de 1996 me semble le moyen parfait pour découvrir son univers singulier. Texte assez court et entraînant, il est vitaminé et drôlissime. Après, vous en faites ce que vous voulez, mais il y a fort à parier que vous risquiez de passer un bon moment de lecture. Si vous préférez les images, le roman a été adapté au cinéma par Alain RESNAY sous le titre « Les herbes folles ».
https://deslivresrances.blogspot.com/

Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Beatrice64
  26 février 2011
J'ai raté le film Les herbes folles d'Alain Resnais, que j'avais très envie d'aller voir, aussi quand je suis tombée sur L'incident, dans le bibliobus, le roman de Christian Gailly dont ce film a été tiré, je l'ai mis de côté. Ce que je n'aurais sans doute pas fait si je n'avais pas d'abord raté le film. Vous me suivez ? Et alors c'est drôle parce que l'histoire du livre c'est un peu ça : une rencontre accidentelle, qui ne se serait jamais produite si un incident ne l'avait provoquée. Une femme (Marguerite Muir, comme la Madame Muir du film avec le fantôme), se fait voler son sac dans la rue. Un homme (Georges Palet, un peu étrange, renfermé sur un trouble secret), retrouve les papiers et les porte au commissariat. Madame Muir (dentiste, aviatrice amateur) lui téléphone pour le remercier de son geste, et à force d'arabesques et d'esquives, ces deux-là vont finir par se rencontrer. Variation sur le vol, scandée dans une langue virtuose et syncopée, avec des dialogues assez incroyables, limite surréalistes, l'histoire finit (ou commence ?) dans un avion, évidemment, laissant protagonistes et lecteur dans un délicieux suspens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetoun
  18 octobre 2013
un portefeuille volé, retrouvé, comment le rendre ? Cette femme qui l'a perdu devenant obsession pour Georges le découvreur, aux zones d'ombre., obsession qui l'entraîne à la harceler. cinq personnages, deux couples et une amie qui s'entrecroisent. Chez Marguerite Muir, la jeune femme, retrait, inquiétude, peur, et puis l'obsession qui se transmet et un amour. Quatre personnages, Un couple, une femme et une amie qui interagissent.
Toujours cette écriture rythmée, le mélange de comique et de drame, la traduction du monologue intérieur, la langue parlée.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   18 octobre 2013
Elle pensa comme on pense dans un lieu qui roule et quand les portes sont condamnées. Elle pensa pendant des heures. Presque cinq et puis, suivant l'amorce du ralentissement qui, chose curieuse, correspondit à celui de son coeur, endormissement doublé d'une extinction de la pensée, elle vit loin sur la droite, se profiler le port, la lumière était belle, le ciel doux bleu et quelques nuages, une jolie dorure pâle faisait briller la coque rouge et noire d'un long cargo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coquecigruecoquecigrue   15 mai 2011
"...le plus parfait des silences, veillant sur le sommeil tranquille d'une femme qui respire dans le creux de votre bras, vous êtes éveillé et vous laissez vagabonder vos yeux sur elle, et c'est une délicieuse récolte de pensées..."
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   18 octobre 2013
Elle pensait crier quoi ? Au voleur, arrêtez-le, faudrait pas croire qu'elle n'y a pas pensé, elle y a pensé, tout le monde y pense en pareil cas, comme quand on se noie, tu vois, on crie au secours, à l'aide, je me noie, sauvez-moi, on trouve cela ridicule, mais avons-nous le choix des formules ? non, pas plus qu'avec les mots d'amour, on n'a même pas le temps de trouver ça ridicule, on crie au secours, à moi, on m'assassine, à l'assassin, d'ailleurs non, même pas, ça reste là, coincé, on n'ose pas, on crève sans oser appeler, tout le monde sait ça, les grandes terreurs sont muettes, bouche bée, gueule ouverte, enfin bref, elle n'osa pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
isabelledesageisabelledesage   10 juillet 2019
Elle avait des pieds pas ordinaires.
A cause de ses pieds, elle était obligée d'aller là où elle ne serait pas allée si elle avait eu des pieds ordinaires.
Ses pieds, très aériens, comme d'autres ont le pied marin, bien que tout à fait normaux, normalement constitués d'une plante, d'orteils, cinq, d'un talon et d'un cou, avaient ceci de particulier, ils étaient longs, même pas longs du tout, c'est leur minceur qui les faisait paraître longs, ils étaient en effet extraordinairement minces.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   18 octobre 2013
Il marchait dans la rue des Ecoles. Soudain il s'arrêta. Pris de remords, il relisait sa lettre. Il se souvenait du moindre mot. Rien d'étonnant. Les lettres qui comptent, et celle-ci comptait, écrites pour et à quelqu'un qui compte, et Margueritte Muir pour Georges déjà comptait, on s'en souvient des années après.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christian Gailly (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Gailly
Payot - Marque Page - Christian Gailly - Lily et Braine
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre