AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Tumbleweed


Tumbleweed
20 octobre 2014
La mort des siens est souvent prétexte à se retourner sur son parcours. Un homme marche vers son passé, gagne le village qui l'a vu grandir pour assister à des obsèques. Mais le costume revêtu pour l'occasion semble bien trop lourd à porter… Peu à peu, il s'évade, oublie les raisons qui l'ont conduit ici et ses obligations d'adulte. Ce voyage vers ses jeunes années réveille en lui des émotions et des souvenirs qu'il croyait à jamais enfouis dans les sables mouvants du temps.
Il redevient le petit garçon de sept ans qu'il fut jadis. Celui qui aimait peupler ses jeux d'enfants d'histoires et de trésors inventées ou glanés au cours de ses escapades. Il retrouve la ferme des Hempstock gérée par trois générations de femmes aussi excentriques que généreuses dans laquelle vivait Lettie, une fillette de trois ans son aînée, fantasque et savante. Son repaire au fond du jardin appelé « laboratoire » est toujours là, tout comme le lavabo jaune de sa chambre adapté à sa taille d'enfant. le chaton dont il s'occupait est là, lui aussi, et ses ronronnements incessants réchauffent son coeur.
Si ces réminiscences semblent drapées de douceur et de joies, des ombres spectrales ne tarderont pas à ternir ce tableau bucolique que le narrateur revoit avec précision et envie.
La pétillante Lettie, amie de maraude et de confidences, sera à l'origine d'aventures extraordinaires que seule sa voix d'enfant sera capable de conter.
L'année de ses sept ans se verra ternie par des créatures cauchemardesques venues d'un autre monde et l'arrivée d'une étrange gouvernante prénommée Ursula Monkton. L'employée n'aura rien à envier aux marâtres des contes de fées et s'évertuera à faire de sa vie un enfer. La traversée de ses épreuves ne sera pas sans heurts, créant des dommages collatéraux et dans ce monde et dans l'autre. Et les souvenirs de ce temps révolu, parfumés des savoureux goûters pris en compagnie de Lettie se nimberont du crèpe des êtres disparus.
La mare au bout du chemin aux contours définis devient un océan d'où surgissent fantômes regrettés et sensations perdues.

Neil Gaiman livre une oeuvre singulière dans laquelle l'enfance à la part belle. Il est d'ailleurs bien difficile de ne pas se laisser aller à ses propres souvenirs au fil des pages. Mêlant habilement le fantastique et éléments du réel, il réussit à arrimer le lecteur à son écriture et à son imaginaire débridé.
Elu Book of the year 2013, L'Océan au bout du chemin a la saveur et l'originalité d'un conte et l'authenticité d'une chronique de jeunesse. Descriptions précises, personnages atypiques, créatures surnaturelles et évènements inattendus jonchent cet étonnant roman qui ne fait que confirmer l'immense talent de conteur de l'auteur.
Je remercie Babelio et les éditions le Diable Vauvert pour cet ouvrage reçu dans le cadre d'une masse critique privilégiée.
Commenter  J’apprécie          410



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (33)voir plus