AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédérique Le Boucher (Traducteur)
EAN : 9782290005972
221 pages
Éditeur : J'ai Lu (15/11/2007)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 607 notes)
Résumé :
Un paisible village niché au cœur de la forêt anglaise, non loin d'un mur mystérieux, infranchissable.
Mais pas pour Tristan, qui a juré de rapporter à la belle Victoria une étoile filante tombée de l'autre côté ...
Il y découvre un monde fantaisiste merveilleux où fées, sorcières, licornes et princes sanguinaires se disputent le pouvoir à coups de sortilèges et d'enchantements. Mais gèrent aussi tous les soucis du quotidien en pays magique ...
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (112) Voir plus Ajouter une critique
joedi
  06 décembre 2015
Un beau jour, Babelio organisa une de ses Masse critique coutumières et, à mon grand plaisir, je me vis attribuer Stardust de Neil Gaiman édité par Au Diable Vauvert, un roman Youg Adult, je leur adresse un grand merci car cette lecture m'a comblée.
Donc, il était une fois, dans un paisible village niché au cœur de la forêt anglaise, un villageois qui vécut une passion le seul jour de l'année qui était celui de la foire annuelle où les villageois pouvaient franchir le mur qui les séparait du monde de Féerie. Tristan est le fruit de cet amour d'un jour, poupon déposé au pied des gardiens du mur. Tristan ignore tout de ses origines, son père ayant épousé une villageoise dont il se croit le fils utérin. Tristan devenu jeune homme amouraché d'une belle villageoise lui promet de revenir avec l'étoile filante qu'ils ont vu tomber. Il passe le mur, avec la bénédiction de son père, et les aventures commencent ... et si vous voulez être délivré de l'incertitude de ce qu'il advint de Tristan, une seule solution : lire ce magnifique conte dont je garde un peu de poussières d'étoile dans un coin de ma mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456
Ambages
  22 janvier 2017
Un petit voyage avec une étoile ? Bien agréable ce pays des fées. Tristan Thorn va vivre des aventures mouvementées dès qu'il aura franchi la brèche du mur qui sépare le village de Wall du pays des fées où Ceux-d'Outre-Mur vivent. Comme son père, Tristan recherche l'élue de son coeur. Quand il pense la reconnaître, celle-ci feinte avant de lui donner sa réponse et lui demande d'aller chercher l'étoile qu'ils viennent de voir tomber, loin derrière le mur. Fou comme on peut l'être à l'adolescence, il fonce vers sa bonne étoile, Yvaine.
L'histoire de Tristan et de sa quête croise l'histoire du seigneur de Stormhold, proche de mourir et qui se demande à qui va revenir son trône, sachant que dans la famille il est de coutume de tuer son frère pour devenir souverain. Or sur ses sept héritiers, le seigneur, à l'heure de sa proche fin, s'aperçoit qu'il n'en reste déjà plus que trois. de dépit, il lance son amulette dans les brumes du pays des fées et précise que celui qui la trouvera sera son successeur. En lançant celle-ci, voilà qu'elle heurte en plein vol une étoile filante qui chute et se brise une jambe. Une étoile au sol, vulnérable, voilà qui ravirait trois vieilles sorcières qui pourraient retrouver jeunesse en lui dévorant le coeur.
C'est ainsi, que Tristan va parcourir le monde féérique, inconscient des dangers qui menacent la réalisation de son voeu.
C'est un roman charmant, qui berce le lecteur dans une douce chaleur, avec quelques méchants (pas trop quand même, la licorne ne sera pas d'accord avec moi... mais bon), mais ne l'envoûte pas. Il m'a manqué un petit quelque chose pour me plonger complètement dans cet univers, la psychologie des personnages est légère, un joli conte. Je me demande pourquoi ce livre n'est pas classé dans la catégorie littérature jeunesse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
dedanso
  11 avril 2016
J'aime beaucoup Neil Gaiman, que j'ai littérairement rencontré grâce à L'Étrange vie de Nobody Owens.
Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de résumer Stardust, qui est archiconnu. L'adaptation cinématographique qui raconte les mésaventures de Tristan, parti explorer le monde derrière le mur pour retrouver l'étoile et la rapporter à sa bien-aimée, s'est chargée de faire connaître au grand public ce récit de fantasy.
Je dois dire que le film a une qualité qui fait défaut au livre : il approfondi les personnages secondaires que nous rêvons de côtoyer plus longuement dans le récit. C'est à mon sens le seul défaut de Stardust. Nous croisons plusieurs personnages secondaires dont nous n'apprenons pas grand'chose et que nous ne revoyons pas par la suite. Par exemple : Charmé, le petit être velu avec qui Tristan traverse le Bois-fantôme, ou encore Johannes Alberic, le capitaine du Perdita, bateau pirate (mention spéciale à Robert de Niro pour son jeu d'acteur dans l'adaptation ciné).
J'ai remarqué que Neil Gaiman avait souvent utilisé le pouvoir de transformation dans cet écrit : la mère de Tristan, le bouc, le chêne, Tristan lui-même... de nombreux personnages ne sont pas ce qu'ils sont censés être. Dans Stardust, il ne faut pas se fier aux apparences. Il en est ainsi jusqu'aux tout derniers chapitres qui nous réservent bien des surprises (même si la reine des Lilim m'a un peu déçue en ce sens).
De même, Yvaine l'Étoile est surprenante car elle est loin de l'image de la princesse à sauver, jeune vierge pure blonde comme les blés. Que nenni ! Yvaine a un tempérament de feu et, si elle sait briller comme pas deux, elle sait aussi jurer ! Le récit de Neil Gaiman n'est d'ailleurs pas dénué d'humour et c'est aussi ce qui fait sa force.
La plume de l'auteur, savoureuse, poétique et imagée, mise au service de cette mignonne histoire d'amour (car c'est ce qu'elle est au fond), créant de nombreux personnages marquants que l'on aurait bien aimé suivre plus longtemps, a bien mérité de se voir récompensée par de nombreux prix outre-Atlantique.
Challenge Multi défis 2016
Challenge ABC 2015/2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Mladoria
  14 septembre 2015
J'en suis venue à lire ce livre dont est tirée l'adaptation cinématographique dont je suis une grande fan, surtout du rôle de de Niro.
Eh bien, ce second Gaiman ne déroge pas au premier, j'ai vraiment adoré cet univers fantasque et bucolique, ces personnages nuancés et aux fortes personnalités et les scènes complémentaires qui n'ont pas été reprises dans l'adaptation, notamment le rôle pregnant de la licorne et la fin beaucoup plus ambiguë.
Un petit bémol néanmoins : beaucoup de personnages secondaires et peu de place pour que chacun se développe à son aise, en 215 pages c'est vrai que c'est délicat.
Les chapitres titrés m'ont évoqué une aventure à la Candide. le duo principal est moins péchu que je ne l'avais imaginé, le style plus doux effleure les scènes en laissant beaucoup de place à l'imagination. Les Lilim, les Stormhold et les habitants de Wall sont très ambivalents et apportent chacun leur lot de surprises. Les paysages sont assez grandioses et nous embarquent complètement.
Du très bon Gaiman, même si j'ai préféré Neverwhere, je suis pas prête de me lasser cet auteur. Vivement le prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Gaphanie
  02 mars 2019
A Wall, il y a un vieux mur. Un vieux mur avec un passage devant lequel les habitants montent la garde à tour de rôle. Sauf une fois tous les neuf ans, à la Foire de Wall. Là, les gens peuvent franchir le passage et flâner parmi les étals des marchands de Faery.
Dunstan Thorn n'a qu'une envie : trouver l'Elue de son coeur. Et un étrange visiteur de la foire, pour le remercier de son hospitalité, va faire en sorte que son voeu se réalise.
Et quelques mois plus tard, alors que tous les événements de la dernière foire sont encore brumeux dans la mémoire de Dunstan et qu'il a épousé la jolie Daisy Hempstock, le passé va surgir sous la forme d'un berceau déposé à sa porte. Son fils. Né de l'étrange et fascinante esclave enchaînée d'une vieille sorcière d'Outre-mur : Tristan.
Quelques années plus tard, fort loin de Wall, dans le Fort des Tempêtes, le quatre-vingt-unième Maître de Stormhold est sur le point de mourir. Et il est bien embêté : sur ses sept fils, trois sont encore en vie. Or, il n'aurait dû en rester qu'un. Ces mauviettes n'ont pas réussi à tous s'entretuer à temps ! Alors, de rage, il lance loin par la fenêtre le Joyau qui détient son pouvoir : sera le quatre-vingt-deuxième Seigneur de Stormhold le premier des fils survivants qui s'en emparera !
A Wall, Tristan courtise la belle Victoria quand ils voient passer une étoile filante, qui descend dans le lointain au-delà du mur. Et Victoria, qui ne veut pas se laisser embrasser par Tristan,lui promet tout ce qu'il voudra s'il lui rapporte cette étoile filante.
Ni une, ni deux, voilà le jeune homme parti outre-mur, avec l'accord et l'appui de son père.
Mais le jeune homme n'est pas le seul à chercher l'étoile : tombée du ciel parce qu'elle a reçu le joyau de Stormhold sur la tête,les fils survivants du Seigneur la cherchent, et aussi Lilim, la Reine des sorcières qui compte sur cette aubaine pour retrouver un peu de sa jeunesse envolée...
Outre-mur, Tristan ira de surprise en surprise : alliés inattendus, demoiselle en détresse rétive, gentilhomme malchanceux, sorcières redoutables, le malheureux se retrouvera même changé en loir ! Et hélas pour lui, le retour au pays ne sera ni aussi glorieux, ni aussi réjouissant qu'il l'avait imaginé.
Oui, mais voilà, parfois, qui perd gagne, et malgré les apparences, le Destin sourit vraiment de toutes ses dents au jeune Tristan. Surtout la semaine des deux lundis, celle où la Lune a perdu sa fille...
J'ai adoré ce roman de Neil Gaiman. Fantasy adulte, cette fois-ci, j'apprécie toujours autant de voir que tout, absolument TOUT ce qui arrive au héros a un sens et lui est indispensable dans l'accomplissement de sa quête. Et puis c'est drôle, et frais, et bigrement inattendu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   02 décembre 2015
Chanson

Va, et attrape au vol une étoile filante,
Fais qu'une Mandragore enfante,
Dis-moi où s'en sont allées les années,
Qui, du Diable, a fendu le pied,
Apprends-moi, des Sirènes, à ouïr le murmure,
Ou comment, de l'envie, ignorer la morsure,
Et trouve
Quel vent
Pousse un cœur honnête en avant.

Fusses-tu né pour voir l'irréel,
Les choses invisibles au commun des mortels,
Eusses-tu voyagé dix mille jours et nuits,
Jusqu'à ce que l'âge, de givre, eût poudré ta chevelure,
Et, dès que revenu, m'eusses-tu conté, l'ami,
Tout ce qu'eusses vécu d'étranges aventures,
Nulle part, en nulle contrée,
Tu l'eusses pu jurer
Ne vit femme fidèle et de toute beauté.

En trouverais-tu une, sitôt me l'écrirais,
Semblable pèlerinage si doux me serait,
Et pourtant non, au final, point n'irais,
Quoique au seuil voisin, nous pourrions rencontrer
Quelque fidèle qu'elle fût, quand croisa ton chemin,
Et quelle qu'elle le restât, quand parvint ton billet,
Il n'en demeure pas moins
Qu'avant mon arrivée
À deux ou trois déjà, elle se sera donnée.

John Donne (1572-1631), Poèmes




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ShaarillaShaarilla   24 mai 2010
- Je viens du village de Wall, répondit-il enfin. Là-bas vit une jeune fille du nom de Victoria Forester, une gente demoiselle à nulle autre pareille. Et c'est à elle et à elle seule que j'ai donné mon coeur. Son visage est...
- Deux yeux ? Un nez ? Une bouche ? Et tout l'toutim ?
- Evidemment.
- Bon, ben tu peux sauter l'couplet. On f'ra comme si tu l'avais déjà chanté. Alors quelle bougre d'idiotie cette jeune damoiselle t'a mis en tête de faire pour ses beaux yeux ?
Offusqué, Tristan posa sa tasse en bois et se leva.
- Qu'est-ce qui peut bien vous faire croire, s'indigna-t-il d'un ton qui se voulait aussi méprisant que hautain, que ma bien aimée m'aurait envoyé entreprendre quelque quête insensée ?
Le petit homme leva vers lui de petits yeux perçants, d'un noir de jais.
- Pasque c'est la seule raison qui peut pousser un p'tit gars comme toi à faire quelqu'chose d'aussi stupide que d'franchir la frontière pour v'nir en Féerie. Les seuls d'vot'monde qui viennent ici sont les ménestrels, les amoureux et les fous. Or, comme t'as pas vraiment l'air d'un ménestrel et qu't'es - pardonne-moi d'te dire ça, mon garçon, mais c'est vrai - aussi banal qu'un bout d'fromage sur une tranche de pain... C'est donc l'amour, si tu veux mon avis.
- Parce que, déclama Tristan, tout amoureux a le coeur d'un fou et l'âme d'un ménestrel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ShaarillaShaarilla   20 juin 2010
- Ce que je voudrais savoir, c'est pourquoi je ne peux plus te trouver dans ma tête. Oh ! Tu es encore là, dit-elle, en pointant un index noueux sur son crâne dégarni. Mais comme un fantôme, un feu follet. Y a pas si longtemps?, tu brûlais, ton coeur brûlait dans mon esprit comme un brasier ardent. Mais après cette nuit-là, à l'auberge, il est devenu de plus en plus irrégulier et de plus en plus sourd et, maintenant, il n'est plus là du tout.
Yavaine se rendit alors compte qu'elle n'éprouvait guère que de la pitié pour cette misérable créature, qui avait pourtant voulu sa mort.
- Se pourrait-il que le coeur que vous cherchez ne m'appartienne plus ? suggéra-t-elle, compatissante.
La sorcière se mit alors à tousser. Chaque quinte semblait lui arracher les entrailles et sa vieille carcasse en était toute secouée. L'étoile attendit qu'elle reprenne son souffle.
- J'ai donné mon coeur à un autre, expliqua-t-elle.
- Le garçon ? Celui de l'auberge ? Celui avec la licorne ?
- Oui.
- Tu aurais mieux fait de me laisser le ramener à la maison pour mes soeurs et moi, alors. On aurait pu redevenir jeune et traverser un nouvel âge avec la beauté de nos vingt ans. Ce garçon va le briser, ou le gâcher, ou le perdre. Ils le font tous.
- Il n'en demeure pas moins que mon coeur lui appartient, insista Yvaine. J'espère que vos soeurs ne seront pas trop dures avec vous, lorsque vous rentrerez sans lui.
- Mes soeurs seront dures, mais pas cruelles, lui répondit celle-ci. Merci tout de même de t'en inquiéter. C'est un sentiment qui t'honore et que j'apprécie. Tu as bon coeur, mon enfant. Dommage que ce ne soit pas moi qui en profite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AmbagesAmbages   19 janvier 2017
Rares sont ceux d'entre nous qui ont pu voir les étoiles telles que les gens les voyaient à cette époque - les lumières de nos villes violent l'obscurité de la nuit -, mais, vues du village de Wall, en ce temps-là, les étoiles s'offraient au regard comme autant de mondes ou d'idées à explorer, aussi innombrables que les arbres dans la forêt ou les feuilles sur l'arbre.
Commenter  J’apprécie          222
ShaarillaShaarilla   24 mai 2010
Une femme se trouvait là : une longue dame brune coiffée d'un voile pourpre retenu par un diadème d'argent et vêtue d'une robe dont le rouge écarlate s'accordait parfaitement à celui de ses lèvres vernissées.
- Comment t'appelles-tu mon garçon ? lui demanda-t-elle, d'une voix suave comme du miel.
- Je m'appelle Brevis, m'dame, répondit Brevis, qui, tout en lui parlant, avait remarqué, derrière son interlocutrice, une chose fort singulière : une petite carriole aux brancards vides.
Il se demandait comment elle avait bien pu s'y prendre pour arriver jusque-là.
- Brevis, roucoula la dame brune. Quel joli nom ! Accepterais-tu de me vendre ton bouc, mon petit Brevis ?
Brevis hésita.
- Ma mère m'a dit que je devais l'emmener au marché pour le vendre contre une poule, du grain et des navets, répondit-il. Et de lui ramener la monnaie.
- Combien ta mère t'a-t-elle dit de demander pour ce bouc ? s'enquit la dame en rouge.
- Un florin, pas moins.
La dame tendit la main vers lui avec un sourire. Quelque chose de doré brillait au creux de sa paume..
- Eh bien, moi, je vais te donner cette guinée d'or, lui annonça-t-elle. Assez pour acheter un poulailler entier et une bonne centaine de boisseaux de navets.
Le garçon la regardait, bouche bée.
- Marché conclu ?
Brevis hocha la tête.
- Tenez ! dit-il, en lui présentant la longe du bouc.
Obnubilé par les flots d'or et de navets qui cascadaient devant ses yeux écarquillés, il n'aurait pu articuler un mot de plus.
La belle dame prit la corde, puis posa un index sur le front du bouc, juste au milieu, entre ses yeux jaunes, et lâcha la corde.
Brevis s'attendait à voir le bouc foncer vers la forêt ou sur une des routes qui se rejoignaient à la corisée, mais l'animal resta où il était, comme cloué sur place. Brevis tendit alors la main pour recevoir sa pièce do'r.
La dame l'examina en détail, depuis ses pieds tout crottés jusqu'à ses cheveux ras trempés de sueur, et le gratifia d'un second sourire enjôleur.
- Tu sais, lui dit-elle, je crois qu'une paire aurait nettement plus d'allure qu'un seul. Qu'en penses-tu ?
Brevis ignorait de quoi elle voulait parler et ouvrait déjà la bouche pour le lui dire quand elle lui posa un long doigt fuselé entre les deux yeux. Il s'aperçut, alors, qu'il ne pouvait plus rien dire du tout.
La femme brune n'eut qu'un geste à faire pour que Brevis et le bouc se précipitent entre les brancards. Brevis fut, alors, stupéfait de constater qu'il marchait à quatre pattes et n'était guère plus grand que l'animal qui lui tenait compagnie.
La sorcière fit claquer son fouet et la carriole prit la route, tirée par une paire de boucs blancs parfaitement assortis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Neil Gaiman (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Neil Gaiman
"Good Omens" (série télévisée) (2019), adaptée du roman homonyme "De bons présages" ("Good Omens", 1990) de Terry Pratchett et Neil Gaiman - Bande-annonce • VF
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les livres de Neil Gaiman

Coraline découvre un autre monde qui semble plus agréable que la réalité. Mais pour y rester, il faut...

offrir son âme à une sorcière
manger une araignée vivante
se coudre des boutons à la place des yeux
oublier son passé
chanter du karaoké

10 questions
89 lecteurs ont répondu
Thème : Neil GaimanCréer un quiz sur ce livre
.. ..