AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226462022
Albin Michel (01/09/2021)
4.01/5   154 notes
Résumé :
Tiksi, ville portuaire oubliée aux confins de la Sibérie, accessible par avion ou par bateau deux ou trois mois l’an. C’est là, à 700 kilomètres derrière le cercle polaire, qu’Anna rejoint une équipe de scientifiques qui s’apprête à hiverner sur la banquise à bord d’un voilier.
Mais dans cet extrême bout du monde, où la fonte des glaces fait resurgir des virus millénaires, où rôdent les ours et les loups, où s’affrontent chasseurs de mammouths et militaires c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 154 notes
5
37 avis
4
33 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  06 août 2021
Reçu hier dans le cadre d'une masse critique privilégiée, ce roman n'aura , hélas, pas survécu longtemps à mon enthousiasme . Oui , chères amies et amis babeliotes , je vous annonce la couleur , cinq étoiles sans le moindre défaut. Je sais , c'est sans doute un peu , Comment dire, " expéditif " ou " excessif ", mais non , je maintiens.

Figurez vous que la météo n'étant pas des plus " sympathique " , c'est sur mon canapé que j'ai décidé de passer une partie de mon temps ....J'étais vêtu comme pour un mois de mars , mais ce que j'ignorais , en tournant les premières pages de ce roman , c'est que j'allais me trouver propulsé malgré moi , dans les glaces de l'Arctique avec Anna , une journaliste qui souhaitait suivre une mission scientifique . Inutile de vous dire que le lieu de l'action a eu le don de "réchauffer " l'atmosphère dans laquelle je me trouvais et , sans mentir , si j'avais su où j'allais mettre les pieds, j'aurais cessé de râler contre mon " environnement " météo certes perturbé mais quand même....

Embarquement à Tiksi, en Sibérie, sur le " Yupik " , en compagnie de Jens, Margot , Erwan , Jeanne ,Loic , Louise et Zoe et puis , je l'oubliais , le " cerbére " de service , le militaire russe Valéry. Et oui , la Russie....

Commence alors pour nous un long périple dans des régions hostiles décrites avec maestria , il faut bien le dire par l'auteur . C'est incroyablement angoissant , tant par le cadre , la glace , la nuit , les ours ou autres loups , l'avidité et la cupidité des hommes et des Etats prêts à exploiter encore et encore une nature généreuse qui , fatalement , trouvera bien un jour le chemin de la vengeance . L'homme prédateur, l'homme humainement capable , aussi , du meilleur comme du pire comme on pourra le découvrir au fil des pages . Pour Anna , c'est une longue , une angoissante errance vers ...vers quoi , au juste , elle qui porte " des chaînes " pesantes ?

En alternance avec le périple, le récit d'une " descente aux enfers " , celle de Sacha , son frère, enfermé volontaire dans un monastère, Dom Joseph en quête de rédemption mais pourquoi .??? Anna et Sacha , deux chemins ...

Les personnages sont forts , leurs pensées deviennent nôtres et nous cheminons dans les épreuves à leur côté même si nous savons que l'on ne se relève jamais de certaines blessures , on lutte de toutes nos forces auprès d'eux car , et ce n'est pas le seul mérite de ce roman , on se sent comme un membre de l'expédition.

L'écriture est non seulement bien maîtrisée mais " colle " à la dramaturgie , les dialogues sont vifs , clairs , précis, sans excès et c'est plus l'atmosphère en permanence pesante qui est remarquable , le danger est partout , le salut jamais acquis .

Quant à la nature , ou l'absence de nature .. Que dire ? C'est comme pour un " tableau de maitre " sauf qu'ici , les mots remplacent les pinceaux capables de traduire les sentiments par les plus oppressantes couleurs . Même le silence est bruyant , c'est dire . Et le SILENCE , une terrible violence...

Je ne connaissais pas cet auteur qui m'a fait passer un moment extraordinaire . Tout dans ce roman a du sens , il maîtrise son intrigue et ses connaissances font de ce récit un récit dense , didactique sans être professoral , dramatique et beau . Une aventure dont on sort " bousculé ", mais à regret ...
Tiens ...mon canapé...et le soleil est revenu..... J'étais ...ailleurs, avec une certaine Anna....
Vous qui allez vous lancer sur ses traces à votre tour ( le contraire serait dommage ) , couvrez- vous bien....La température se trouve au début de chaque chapitre ...et franchement , ça caille !!!

Je remercie vivement l'équipe de Babelio et les Éditions Albin Michel qui m'ont permis de découvrir ce très beau et très bon roman . J'ai adoré mais , comme je le dis souvent , ce n'est là que mon modeste avis .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1106
marina53
  03 février 2022
Lors du spaciement, Dom Joseph est pour le moins étonné de se voir remettre, par une inconnue, un paquet contenant un carnet de voyage. À peine cette dernière lui a-t-elle murmuré qu'il venait d'Anna qu'elle a disparu. Anna, sa soeur dont il n'a guère de nouvelles depuis maintenant deux ans. Une fois dans sa cellule, Dom Joseph découvre la première page. Anna Liakhovic dédie ce carnet à Zora, Romane et Sacha. Un prénom qu'il n'a plus entendu ni lu depuis tant d'années...
Pour avoir travaillé en tant que journaliste pour France 3 pendant 5 ans, parlant anglais et ayant des connaissances en russe, Anna a été embauchée pour rédiger les comptes rendus, dans ces deux langues, des travaux scientifiques menés en Arctique, depuis le navire Yupik, lors d'un hivernage sur la banquise. Depuis les drames qui l'ont bouleversée, la jeune femme avait besoin de s'évader, de changer d'air. Mais, hélas, le périple ne va pas se passer comme prévu...
Loin des hommes, au coeur d'un environnement glacé, soumise aux dures lois (aussi bien de la nature que celles des hommes), Anna va tenter, par le biais de cette expédition, d'échapper à un passé bien trop douloureux. Mais peut-elle, viscéralement, oublier la disparition de sa compagne et le décès de sa fille ? Se sentant seule au coeur de cette immensité, parfois vulnérable, la jeune femme décide d'écrire un carnet de voyage, destiné aussi bien à Zora, sa fille, Romane et Sacha, ce frère désormais dans les ordres. Si l'on découvre, peu à peu, l'expédition d'Anna, l'ambiance glaciale mais aussi pesante qui règne, aussi bien à l'extérieur que parmi l'équipage, Dom Joseph se dévoile lui aussi, en quête de rédemption et tentant d'expier ses péchés. Terriblement sombre, violent, de par cette nature qui reprend ses droits et par la rudesse des hommes, glaçant, ce roman nous saisit dès les premières pages. La plume de Patrice Gain, éprouvante et vive, rend sublimement compte des drames qui se jouent et nous plonge parfaitement dans cette atmosphère intense.
Un roman bouleversant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          759
kielosa
  11 août 2021

Je tiens à remercier tout d'abord Déborah Zitt de Babelio et les Éditions Albin Michel pour l'envoi de ce roman dans le cadre d'une opération masse critique privilégiée.
Lectrices et lecteurs qui adorent le dépaysement seront super gâtés : Tiksi près d'Iakoutsk en Sibérie, à 11.192 kilomètres de Paris en passant par Moscou et 7 heures de vol à partir de la capitale russe ou à peu près 7 jours de train. Une région blanche et brumeuse, où vivent renards, loups, ours et baleines boréales et, avant même, des mammouths. Dans cette "austérité antarctique" aux températures guère imaginables, n'oubliez pas votre vison et chapka.
C'est là que Patrice Gain envoie son héroïne, la journaliste Anna Liakhovic, en expédition. Tandis que son frère, Sacha devenu Dom Joseph, se retrouve au monastère de la Grande Chartreuse dans l'Isère.
Mais pourquoi Anna s'aventure-t-elle dans une région hostile par son climat impitoyable, où le record historique se situe à moins 68° Celsius ?
Comme Française maîtrisant la langue russe une offre lui est faite d'accompagner une mission scientifique et elle veut se distancier de l'endroit où sa fille Zora de 6 ans est morte dans une piscine, ainsi que celui du décès de sa meilleure amie Romane.
Patrice Gain a réussi le tour de force de nous présenter simultanément le récit captivant d'une expédition hautement problématique dans le cercle polaire et des tribulations de son héroïne paumée dans les glaces éternelles et en même temps une fine analyse psychologique du frère et de la soeur Liakhovic.
En prime, l'auteur nous apprend beaucoup sur les conditions de vie hasardeuses du peuple iakoute dans cette partie de l'immense toundra et le danger que posent les projets industriels des potes de Poutine. Il s'offusque avec raison de la chasse à l'ours blanc, une espèce en voie de disparition, que les Russes offrent aux fortunés Européens et Américains !
La langue et le style de Patrice Gain sont remarquablement précis et presque aussi littéraires que "La Chartreuse de Parme" De Stendhal, pour rester dans le même registre des moines-ermites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          739
tutesvuquandtaslu
  27 août 2021
Cet auteur n'en finit pas de me surprendre, de me balader, et de me laisser marquée et meurtrie quand je referme son livre.
Une sensation douce-amère en bouche et dans le coeur, je me remémore le chemin de croix que vient de me conter Anna à travers son journal de bord.
Est-ce qu'une femme, une mère qui a tout perdu peut continuer sa vie et poursuive son quotidien ? 
Lorsque votre enfant meurt puis que votre dernière compagne met fin à ses jours, pouvez-vous survivre à ces tragédies
Lorsque l'on vous apprend que votre petite fille, votre bébé, a subi des viols à répétition et que vous n'en avez jamais rien su, comment réagiriez-vous ?
Les mois ont passé et Anna, journaliste de télévision, a finalement décidé de s'exiler pour un temps au bout du monde, en Sibérie, loin de tout, lors d'une expédition scientifique.
Mais l'éloignement physique ne résout pas tout et les souvenirs, les démons et la culpabilité d'Anna vont ressurgir tout au long de son périple.
On pourrait croire que le froid endort la douleur et emporte les cris de chagrin dans son manteau blanc et silencieux. Mais là où elle cherchait la paix et l'oubli, elle trouvera une rédemption et, à force de réflexion, des réponses à certaines de ses questions.
En voulant aider et sauver les autres, elle aura peut-être réussi à alléger sa conscience en trouvant le vrai coupable.
Un nouvel hommage vibrant aux victimes silencieuses, trop nombreuses, qui subissent chaque jour les caresses de haine de leurs tortionnaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          623
ithaque
  12 août 2021
Une écriture qui ne cherche pas la petite bête mais propulse à petites foulées efficaces dans une atmosphère des plus velues. Et du poil il t'en faudra, pour toiser les - 47°de ce petit coin riant de Sibérie.
Une histoire de vengeances et de silences, le silence quand il forme un dôme impénétrable, sur lequel toute tentative d'intrusion rebondit sans ménagement. Un cercle hermétique enfermant ses prisonniers dans un air puissamment toxique. Des petites filles, des femmes, un moine chartreux, sont pris au piège de ces sphères mortiferes, tissant les rets d'une réclusion intérieure. L'occasion aussi d'aborder l'emprise et ses mécanismes obscurs et dévastateurs.

Atmosphère hostile et paranoïaque, aux aguets tu seras. Surveillant nerveusement la baisse inexorable de la température, les flics russes, le bruit des portes de la coursive en pleine nuit.
À forte puissance d' évocation, l'écriture nous colle aux moonboots d'Anna, personnage éminemment attachant et pugnace, en particulier lorsqu'elle est livrée à elle même dans un refuge équipé d'une herse à ours aux fenêtres comme seul décor Ikea.
Par contraste, les autochtones iakoutes et leur merveilleuse yourte seront pour Anna un bain de bienfaisance cosyssime

De bienfaisance, on en est loin, dans le monastère chartreux où se déroule le volet parallèle de ce livre. Présenté initialement sous un angle raisonnablement monacal, ambiance feutrée à souhait et rythmes drastiques, le monastère se révèle progressivement glaçant de persécution. En fait de liberté spirituelle, on est plutôt dans l'annexion des consciences.
Ce qui n'empêche pas Dom Joseph de se laisser rattraper par son passé, à l'image de la terre qui réserve quelques coups fourrés à ceux qui bravent le sanctuaire des mammouths, ceux-ci étant très tatillons sur leur repos éternel.
Deux thèmes fascinants auraient pu à mon goût être étirés, la découverte de l'ancêtre immemoriel et l'exhumation des virus hors du permafrost. Je trouve que le livre aurait allègrement profité du double de pages, pour peaufiner histoires et personnalités et développer la passionnante résurgence du passé.
J'attends Dom Patrice au parloir à matines pétantes pour s'en expliquer, j'espère pour lui qu'il a de solides arguments. Enfin, merci quand même à lui pour cette excursion à haute tension en motoneige, ainsi qu'à babelio et aux éditions Albin Michel pour l'envoi de ce livre des plus rafraîchissants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          535


critiques presse (1)
Liberation   08 octobre 2021
On avait beaucoup aimé le précédent roman de Patrice Gain, le Sourire du scorpion (éd. le Mot et le Reste, 2020), qui contenait une vraie atmosphère, angoissante et collante. Celui-ci vous saisit davantage encore, on en ressort essoré par la tempête et glacé par la brutalité des hommes.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   04 février 2022
La nuit, je ne rêve pas, je ne rêve plus. Je me mens. Je me veux vivante. Je traverse des plaines glacées à bord d’un Transsibérien aux wagons de verre. Je vois le froid, je vois le vent. Confortablement installée, je les observe mordre et frapper la carapace de cristal. Je les toise avec l’arrogance de qui se sait inatteignable. Puis le train perd de la vitesse et les parois se fissurent à mesure qu’il s’essouffle. Je frémis, je m’agite, je m’affole et soudainement tout implose. Au réveil, le froid et le vent se vengent. Je n’ai pas les mots pour décrire la douleur et l’abattement au réveil. Dieu seul sait ce que j’endure. Je ne sais pas pourquoi je dis « Dieu seul sait » … ça n’a aucun sens. Mais y a-t-il quelque chose qui ait un sens ici ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
kielosakielosa   06 août 2021
" Je suis un convalescent de la minute qui passe. "

Fernando Pessoa, Opium à bord (1993).

(page 9).
Commenter  J’apprécie          330
ZephirineZephirine   05 août 2021
Dehors, il fait froid. Un froid de loup, je suppose. Pas seulement parce que je le vois dans le cadre de la fenêtre qui fait face à mon couchage. Il reste là, le regard figé dans le silence et l'immensité vaporeuse de la toundra. Des sautes de vents blancs retroussent sa fourrure mais il semble indifférent aux bourrasques glacées.
Commenter  J’apprécie          90
ZephirineZephirine   06 août 2021
- ...pour dire les choses franchement, la toundra est devenue un champ de mines et on a le cul posé dessus.
- Tu veux dire qu'on est en danger?
- Tout est dangereux par ici, mais le vrai danger du méthane, c'est que c'est un gaz à effet de serre vingt fois plus puissant que le CO2. Un puissant accélérateur pour le réchauffement climatique.
Commenter  J’apprécie          80
collectifpolarcollectifpolar   22 janvier 2022
Dehors, il fait froid. Un froid de loup, je suppose. Pas seulement parce que je le vois dans le cadre de la fenêtre qui fait face à mon couchage. Il reste là, le regard figé dans le silence et l’immensité vaporeuse de la toundra. Des sautes de vents blancs retroussent sa fourrure, mais il semble indifférent aux bourrasques glacées. Il tourne parfois la tête, brusquement, comme s’il quittait un songe, fixe la fenêtre, regarde derrière lui avant de reprendre sa pose. Il m’a conduite ici hier. Sans lui, je ne serais rien. Rien qu’un être inapte à la vie dans un désert froid. L’intelligence est partout en lui. Il est l’équilibre qui me manque.
Je n’ai aucune idée de l’heure. J’espère avoir dormi suffisamment, mais je ne suis sûre de rien. Il peut aussi bien être deux heures que dix. Hier soir, j’étais tellement heureuse d’avoir trouvé cette cabane, euphorique presque. J’ai cru un instant voir la chance me tendre enfin la main, mais je me suis vite rendue à l’évidence. Je ne sais pas où je me trouve et cette baraque n’est rien d’autre qu’un tas de planches inhabité qui doit servir d’abri à des chasseurs de mammouths, autant que je puisse en juger d’après le crâne et les ossements pachydermiques traînant partout autour. Rien de salvateur, rien qui puisse m’emporter hors d’ici, juste de quoi me protéger quelques heures de l’abominable morsure du gel, du vent et des bêtes sauvages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patrice Gain (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Gain
Suite à notre concours à voix haute, nous avons pu poser quelques questions à Patrice Gain qui en était le parrain.
Pour en savoir plus sur son dernier livre audio "De silence et de loup" lu par Rachel Arditi, c'est par ici : https://www.audiolib.fr/livre/de-silence-et-de-loup-9791035408312/
autres livres classés : sibérieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2377 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre