AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2360545183
Éditeur : Le Mot et le reste (23/08/2018)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 22 notes)
Résumé :
David McCae, écrivain new-yorkais en mal d'inspiration et citadin convaincu doit quitter Brooklyn pour l'Alaska dans le but de terminer les mémoires du gouverneur Kearny. Le politicien visant la réélection, il envoie son porte-plume étoffer l'ouvrage d'un chapitre élogieux : le célèbre alpiniste Dick Carlson, ami de longue date, aurait de belles choses à raconter sur leurs aventures. Direction Valdez pour David, vers le froid, les paysages sauvages et un territoire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  20 décembre 2018
Écrivain new-yorkais, David McCae doit publier d'ici peu les mémoires du candidat à la présidentielle, le gouverneur Andrew Kearny. Mais largué par son amie Louise et en mal d'inspiration, les mots lui manquent. Aussi, son éditeur, Sydney, lui propose-t-il d'aller se ressourcer dans sa maison d'East Hampton, au bord de l'océan. À peine David a-t-il eu le temps de poser ses bagages que Sydney lui propose de revenir à New-York afin de prendre le prochain avion pour Valdez, au Canada. Là-bas, il devra en effet interviewer Dick Carlson, le premier américain à avoir gravi un sommet de plus de 8000 mètres, dont Kearny s'est entiché. David pourrait ainsi mieux s'imprégner du personnage. L'écrivain est bien loin de s'imaginer que seules les contrées sauvages ne sont pas hostiles...
Une terre hostile, un climat glacial et neigeux, des hommes bruts et violents, des animaux qui le sont tout autant et une série d'événements qui vont emmener David McCae direct en Enfer. Parti pour seulement interviewer un vieil alpiniste, arrogant, pompeux et bien mystérieux (cela l'écrivain l'apprendra à ses dépens), David va se trouver embarquer dans une cascade de situations aussi inimaginables qu'éprouvantes. Il apprendra aussi que la nature peut être aussi hostile que les hommes qui la convoitent. Dans ce roman glacial où l'Homme va se révéler démoniaque mais aussi combatif, Patrice Gain nous plonge dans un climat violent, palpitant, oppressant. de par son écriture immersive et contemplative, l'on est de suite plongé au coeur de cette nature inhospitalière. Un roman particulièrement noir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          770
horline
  12 novembre 2018
Roman d'aventures ou de mésaventures, Terres fauves est un récit aussi trépidant que tétanisant au coeur des territoires nord-américains. C'est âpre, brutal, douloureusement hostile mais on s'immerge rapidement dans ce récit. Peut-être parce que Patrice Gain y évoque de manière formidable des territoires qui me sont totalement étrangers et la promesse d'espaces grandioses dans l'inconscient a la vertu de leur accorder un charme naïf. L'Alaska vous saisit irrémédiablement par la description de ses lacs gelés «couleur cendre froide» et de ses forêts d'épicéas noirs qui hébergent des ours féroces. Mais les véritables fauves ne sont pas forcément ceux que l'on croit.
David McCae, écrivain indécrottablement new-yorkais, va en faire la douloureuse expérience lors de son séjour à Valdez, devenant la proie de redoutables prédateurs sur ces terres sauvages et carnassières qui façonnent le caractère de ceux qui y vivent.
Patrice Gain est un auteur bluffant. Dans un texte mené de manière souveraine, il parvient aisément à nous plonger dans un univers aussi attirant qu'inquiétant. Il dessine un roman sombre et éblouissant dans ses paysages tout comme dans son personnage principal. Si David agace au début par ses jérémiades, il s'étoffe au fur et à mesure qu'il se frotte à la réalité de cette région inhospitalière et à chacune de ses particules rugueuses pour acquérir une stature attachante. J'ai réellement été séduite par la facilité de Patrice Gain à s'imprégner des lieux et à s'en servir comme pour purifier son apprenti héros engagé dans une lutte contre des fauves qui sonne comme une bataille contre ses propres défaites.
C'est court, c'est rude, c'est efficacement construit, ce livre que j'ai dévoré est enthousiasmant au-delà même de l'histoire... sûrement l'effet de la découverte d'un auteur talentueux dont j'attends avec impatience la prochaine publication.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
cardabelle
  04 novembre 2018
♫ ♪ ...ma cabane en ... Alaska est blottie au fond des bois , on y voit des ...sur le seuil ....♫
Des écureuils ? oui , il y en a .
Mais David McCae , écrivain new-yorkais va vite comprendre qu'il n'est plus à Central Park mais au coeur d'un monde sauvage où l'hostilité de la nature n'a d'égale que celle des prédateurs humains .
Le pauvre David n'a pas le choix : il doit remplir le contrat imposé par son éditeur et accepter une mission pour servir une campagne électorale .
Il part donc à Valdez ,en Alaska pour le grand bonheur du lecteur qui aime les grands espaces et la magnificence de ces terres encore isolées .
Mais lui, il est moins heureux : la nature , il ne connaît pas , il déteste, il en a peur . Bref , il se veut citadin et c'est tout .
Mais le sort en a décidé autrement .
David McCae va devoir s'adapter au-delà de toute espérance pour survivre .
Et, il va falloir abandonner la douce contemplation du wild pour le suivre dans un road movie palpitant .
Parce que passé le seuil de sa cabane , aucun choix possible : il faut échapper aux ours et à un microcosme de dingues , de politiciens véreux et de flics corrompus sur fond de magouilles politicardes .
Voilà le décor d'une intrigue à couper le souffle .
Pour cela, l'auteur va largement utiliser l'exagération certes mais , c'est si bien maîtrisé que dans l'ensemble , je me suis laissée emporter par le rythme de cette fiction aux multiples rebondissements et teintée de sarcasmes .
Pourtant , j'ai parfois regretté quelques scènes trop peu crédibles à mon goût . Alors , n'y pouvant rien changer , je m'en suis accomodée : c'est l'auteur qui décide , non mais ! !
De même que si la morale philosophique un peu convenue m'a touchée par sa naïveté c'est parce qu'elle a parfois les allures d'un conte .
Ou , peut-être ai-je eu envie l'espace d'une lecture de croire à la métamorphose d'un homme .

Il va sans dire que ce livre m'a d'abord séduite par la force d'un titre évocateur .
Puis, belle surprise , il résume bien le caractère de cette aventure proposée par Patrice Gain , auteur français , à travers principalement l'Alaska et le Canada .
Ici , thriller et nature writing se confondent pour tisser la trame d'une véritable aventure hitchkockienne .
A lire , m'sieurs dames , à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
Crossroads
  16 octobre 2018
David McCae est un homme nouveau.
Il a changé. Physiquement, mentalement.
Tout cela, il le doit à Dick Carlson, célébrité proche de l'obscur gouverneur Kearny en pleine période pré- bourrage de mou, ou électorale, c'est selon la sensibilité.
Chargé d'écrire un chapitre sur ce triste gland présomptueux, je parle de Carlson bien que Kearny semble n'avoir rien à lui envier, arrivant régulièrement sur tous les podiums de personnalités préférées du grand public, David allait se frotter à la fureur des hommes couplée à la rugosité d'une nature inhospitalière omniprésente.
Sortez un individu contrarié de sa zone de confort habituelle.
Chargez la mule en lui infligeant les pires tourments en un court laps de temps.
Dégustez Terres Fauves de Patrice Gain, auteur qui, le lien est habile, gagnerait à être connu.
Patrice Gain nous prouve que rien n'est jamais inaltérable, gravé dans le marbre.
Un être évolue au gré des épreuves traversées, des batailles perdues ou gagnées.
Il décrit parfaitement le côté pervers du tout puissant (rien à voir avec le Pater Noster, que notre ignorance mutuelle reste malgré tout cordiale) pour qui votre vie ne vaut pas tripette.
Il fait montre, itou, d'un optimisme forcené en illustrant la capacité d'adaptation de l'humain en un milieu qui ne lui veut pas forcément que des mamours par paquets de douze.
De coups bas prodigués par ses semblables en Robinson climatique bien involontaire, David allait se révéler bien plus combatif que prévu, livrant bataille contre ses propres démons, luttant contre ceux imposés par une adversité lâchement embusquée.
À tous ceux que le nature writing gonfle au-delà de tout, passez votre chemin.
À tous ceux que le nature writing électrise, jetez-vous sur cette petite perle du genre.
De somptueux tableaux dépeints par le biais de mots idéalement choisis font de ces terres fauves un récit particulièrement envoûtant.
Un écrin de blancheur indompté au service d'une histoire oppressante et retorse, le tout fait merveilleusement écho encore et encore et...
Merci à Babelio et aux éditions le Mot et le Reste pour avoir incarné l'adage "no pain no Gain" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
kateginger63
  17 octobre 2018
Carnage et chasse à l'homme dans le Wilderness boréal
*
Quand l'éditeur le Mot et le Reste a sorti cet été le dernier roman de Patrice Gain, je l'ai mis directement dans ma wish-list. Comble de bonheur, ma demande sur Masse critique étant été acceptée. Aussitôt reçu, aussitôt lu.
*
L'auteur, professionnel de la montagne a écrit là un beau thriller survivaliste se situant en Alaska.
Mais pas que ! Et c'est pour ça justement que j'apprécie ces petites maisons d'édition proposant des romans intimistes, aux thèmes variés et surtout avec une touche de nature writing. Ce qui sublime un roman noir et apporte cette petite note presque magique. Petit bonus : pas de traduction puisque l'écrivain est français.
*
Le narrateur, David, est un journaliste new-yorkais, de profil citadin jusque dans ses préférences qui vont à la foule, le bitume, le bruit. Un personnage qui ne colle pas vraiment avec les attributs des grands espaces.
David sera parachuté dans l'immensité du Grand Nord à la demande du gouverneur dont il doit réécrire sa biographie. Il interviewera donc l'antipathique Dick, cet alpiniste de renommée mondiale qui aurait « copiné » avec le politicien. Sur cette apparente et simple entrevue, la vie de David va s'enrayer. Méchamment.
*
Par mégarde, David apprendra trop sur ces histoires véreuses. De simple invité, il deviendra « persona non grata » voire gênant. La course à la montre a démarré. Dans un paysage magnifique mais dangereux et si hostile, David devra utiliser toutes ses ressources personnelles – même les plus enfouies - pour se sortir de cette chasse à l'homme.
*
L'auteur a su créer un climat terrifiant et oppressant jusque dans les moindres détails – le spray à ours qui m'a donné des frissons, quoi? des ours? où ça ? . Tous les codes du roman noir sont maniés à la perfection : immersif, haletant, réaliste. Des scènes si marquantes que j'en ai rêvé la nuit même !
Et parlons du décor mes amis ! Une projection sur 360° , un peu comme si vous étiez assis au Kinémax 4D au Futuroscope et que vous vous preniez pour un aigle survolant ces majestueuses forêts enneigées d'Alaska. Voilà, c'est ça la sensation que j'ai eu. Et la claque de l'ours en prime !!!
Impossible pour moi de lâcher la fin. Tant pis pour les corvées dominicales !
*
La nature règne en maître. L'homme n'est plus qu'un grain de poussière. Démuni. de tout (surtout du réseau téléphonique!). Mais il peut aussi devenir le prédateur pour ses autres congénères. Pas touche à mon territoire !!!
Ce roman, quelle force, quelle violence mais aussi quelle humanité déconcertante.
Attention, un auteur prometteur à suivre de très près, il nous réservera certainement encore de belles surprises. Pour moi, c'est « carton plein » !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   29 octobre 2018


J'ai roulé au cœur de paysages aux langueurs acides .

Des champs de coton gavés de pesticides ,
des étendues de maïs aux sillons stériles
et des horizons d'épis de blé au garde-à-vous ,
pas une tête qui dépasse ,
dans lesquels on traquait le coquelicot soyeux ,
le bleuet des poètes
et les pensées égarées à grand coup d'herbicide .

Le ciel monochrome s'ennuyait ferme .
Des nuages couleur cendre ,
[...]
paysage sous chimio .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
marina53marina53   20 décembre 2018
Une lune pâle s'est installée haut dans le ciel. Près de la berge, mon regard a été attiré par des bruits d'eau. Des loutres flottaient sur le dos en croquant un poisson. Elles étaient nombreuses, peut-être une dizaine, drapées de varech. Des petits dormaient sur le ventre de leur mère, insouciants. J'ai fermé les yeux. Ce monde est vraiment étrange. Il cache sa violence derrière des scènes attendrissantes, des animaux à l'allure débonnaire et un calme apparent. C'est ce qui fait sa force.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
marina53marina53   20 décembre 2018
Je n'aime pas les carrefours. Ces routes qui se croisent et se ressemblent tant. Leur antagonisme m'oppresse. Je préfère les longues lignes droites. J'aime quand le temps passe sans faire de vagues.
Commenter  J’apprécie          150
JazzynewyorkJazzynewyork   24 août 2018
J'ai fermé les yeux. Ce monde est vraiment étrange. Il cache sa violence derrière des scènes attendrissantes, des animaux à l'allure débonnaire et un calme apparent. C'est ce qui fait sa force. J'avais en tête : une nature traîtresse. Je me demandai combien de temps j'allais pouvoir tenir et quels types de combats j'allais devoir livrer.
Commenter  J’apprécie          30
BMRBMR   07 février 2019
Les sommets de plus de 8 000 mètres encore vierges faisaient l’objet de toutes les convoitises. Chaque État voulait le sien. Les Français furent les premiers avec l’Annapurna, il y eut ensuite les Anglais avec l’Everest, puis les Italiens, les Autrichiens, les Japonais, les Suisses. On ne voulait pas être en reste, pas une nation comme la nôtre. Des 8000, il n’y en a que quatorze. Il n’y avait pas de temps à perdre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : alaskaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1647 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..