AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'aimant (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
zabeth55
  22 janvier 2017
Gabriel Chanteloup, jeune belge de vingt ans, embarque à bord d'un cargo pour un an.
D'Anvers à Buenos-Aires, c'est parti pour des aventures rocambolesques.
Entre la vie à bord et les escales, les événements se succèdent.
Un pur roman d'aventures allant de l'humour au fantastique. Pas de temps morts, de l'action en permanence
Nous voilà sur les traces de Jules Verne et d'Edgar Allan Poe.
D'ailleurs la couverture, jolie en l'occurrence, n'est pas sans rappeler celles des livres de Jules Verne.
Les illustrations de Riff Reb's sont très belles et très parlantes.
Nul doute que ce roman ravira les amateurs d'aventures maritimes et de fantastique.
Commenter  J’apprécie          130
Patience82
  11 juin 2016
Pour être honnête, j'ai vraiment eu beaucoup de mal avec ce livre là. Je l'ai terminé, mais j'ai failli abandonner plusieurs fois. le résumé me paraissait vraiment sympathique, mais je n'ai pas l'impression d'avoir retrouvé tout ça à l'intérieur. J'ai eu la sensation que les différentes scènes se juxtaposaient, sans transition, sans vraiment de lien avec l'intrigue principale. du coup, je n'ai pas toujours tout compris, et je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire.
Ceci-dit, j'ai la sensation de l'avoir lu à un mauvais moment, et d'être passée à côté de quelque chose de bien. C'est donc un livre à relire plus tard pour avoir un deuxième avis.
En revanche, j'ai apprécié les illustrations.

Merci à Babelio et aux Editions Intervalles pour cette opération Masse Critique
Commenter  J’apprécie          50
MarcoPolo85
  06 avril 2016
A peine arrivé sur les quais d'Anvers où le Sirius, navire marchand, l'embarque pour l'Amérique du sud, Gabriel se retrouve déjà dans une bagarre puis nommé radio pour cette grande traversée de l'Atlantique.
Fort pour un démarrage. Et déroutant par la suite, tellement les histoires se succèdent à vive allure.
Il y a Alizea, la spécialiste mondiale du magnétisme terrestre et aimantant notre jeune matelot;
Puis, c'est l'arrivée aux Açores où Gabriel va se retrouver seul dans les entrailles d'un volcan;
Et cette disparition planétaire de nos pièces de monnaies???
Sans compter la maman de Gabriel, éclopée après une chute à la recherche de son mari...
Bref, il y a de quoi s'y perdre dans ce maelström de récits. Quoique.
Dans ces tribulations maritimes, deux livres de route ont une importance capitale pour Gabriel et le lecteur. Il s'agit de "Arthur Gordon Pym", récit inachevé de Edgar Allan Poe et "le sphinx des glaces" de Jules Verne, ce dernier se voulant la reprise du précédent.
Heureusement que les chapitres sont courts, car Richard Gaitet nous emmène tambour battant dans des histoires rocambolesques (j'ai adoré, entre autres, le passage sous l'Equateur et le bizutage de Gabriel). J'ai eu l'impression d'être attaché au bateau sans avoir la possibilité d'en sortir.
Les volcans, les tempêtes ou la glace n'ont pas eu raison de ma lecture. Et je me suis régalé.
Avec ce livre au ton bordeaux, à la couverture cartonnée et parsemé d'illustrations de Riff Reib's, j'ai replongé dans une version remastérisé des voyages merveilleux de Jules Verne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
yv1
  26 avril 2016
Amateurs d'Aventures (avec un grand A), de délires, de fantastique, de personnages et de situations loufoques, burlesques, énormes, restez ici avec moi, que je vous narre succinctement cette histoire et que je vous appâte et vous fasse tomber définitivement dans les mailles du filet de Richard Gaitet. Après un premier roman sombre, introspectif, Les heures pâles, l'auteur m'avait bluffé avec un petit livre un peu barré avec deux fêtards en goguette à Mykonos, Découvrez Mykonos hors-saison, et le voici donc désormais en plein roman d'aventures, encore plus barré que Mykonos.

Petite explication utile : en 1897, Jules Verne écrit le sphinx des glaces qui reprend une intrigue non résolue du seul roman d'Edgar Allan Poe, Aventures d'Arthur Gordon Pym, écrit 60 ans plus tôt. L'aimant poursuit cette histoire, il est bourré de références aux deux auteurs sus-nommés (ne serait-ce que la couverture, absolument magnifique, rouge basque et or, cartonnée ; les très belles illustrations de Riff Reb's donnent encore plus ce sentiment d'être dans ce genre de roman d'aventures "à l'ancienne" mais pas datées). Superbe présentation à mettre au crédit des éditions Intervalles, excellentes, comme d'habitude.

Comment dire tout mon enthousiasme sans être trop long ? Et bien, sans doute j'oublierai plein de choses que j'aimerais dire sur ce roman. J'ai pris un plaisir fou à le lire, même à me perdre parfois dans les délires de l'auteur pour mieux me retrouver ensuite dans son histoire. Car le mieux est de s'abandonner complètement au rythme, au monde créé par Richard Gaitet. On est en plein onirisme, fantastique, absurde : ah ce chapitre 22 de la première partie qui me rappelle ces histoires absurdes que j'aime tant et que l'on se racontait au fond des amphis de la fac... Ah ces envolées contre la société de consommation et notre rapport au dieu argent : "L'argent, c'est zéro, faut trouver autre chose pour mesurer les échanges entre les hommes -le troc, un truc, j'en sais rien, mais ça peut plus durer." (p.159/160). Ah cette écriture qui nous balade entre aventures style Poe/Verne et notre époque actuelle (j'ai pensé immanquablement à L'île du Point Némo de JM Blas de Roblès) : jeux sur les mots, sur les sons, la musicalité, les niveaux de langage, néologismes, ... La langue est vive, moderne, dynamique, pas de temps mort dans ces 330 pages d'aventures.

C'est un roman initiatique, empli d'épreuves, de rites de passages, ça commence gentiment par un quizz pour aborder d'autres thèmes plus lourds par la suite : la vie, l'amour, la mort, l'hérédité, la condition humaine, la société de consommation, l'anarchie, l'écologie, la politique, la cupidité, l'argent-roi qui mène le monde dans le mur, l'avidité, le besoin d'un retour aux valeurs humaines fondamentales, ... Les références y sont multiples, littéraires (j'en ai déjà parlé), livresques, cinématographiques, musicales ; Richard Gaitet est connaisseur, animateur de l'émission littéraire de l'excellente Radio Nova (la seule que j'écoute avec FIP), Nova book box. Malgré des thèmes parfois lourds, le ton est léger, enlevé, souvent drôle, comme par exemple ces quelques lignes-musicales (prises au hasard, parmi tant d'autres qui font sourire)

"Garçon agile, car il parvenait à mixer en tenant un sceptre au bout duquel figurait une croix d'ankh. Puis il coupa le son.

Et il remit le son.

Puis il coupa le son.

Et il remit le son. Puis il coupa le son." (p.236)

Pour résumer : amateurs d'Aventures (avec un grand A), de délires, de fantastique, de personnages et de situations loufoques, burlesques, énormes... Ah zut, j'ai déjà écrit ça. Bon tant pis, je garde une seconde couche n'est pas superflue pour rappeler d'aller se procurer et lire absolument L'aimant.
Lien : http://lyvres.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
aureliestrega
  31 mai 2016
Un merveilleux livre!! Je me suis amusée du début à la fin. Nous suivons les tribulations d'un jeune Belge qui s'embarque pour son premier voyage en tant que marin. Dès le début l'ambiance est posée avec des scènes comiques (une dispute franco-anglaise délirante) , des personnages improbables (une sorte d'ours par exemple)... L'intrigue est vite amenée, mais où se sont donc volatilisées toutes les petites monnaies du Monde? Face à cette crise monétaire, un élu, désigné par "ce Peau-Rouge nietzschéen qui distribuait des ponchos six pieds sous terre", un élu qui ne sait pas où il va, ni comment, lui qui pensait seulement courir le monde après une bouillante professeure espagnole qui l'avait envouté. Des bagarres, des scènes d'orgies égyptiennes, des monstres tentaculaires, des sous-marins, des scooters en plastique... tous les éléments d'une histoire épique comique. Et pourtant il en ressort tout de même une forte critique, d'autant plus forte qu'elle est présentée avec dérision de notre société de consommation et des entreprises gigantesques qui dominent le monde.
Le livre est magnifique, chaque chapitre est décoré, la couverture rouge et dorée rappelle les vieux romans d'aventures, 15 beaux dessins qui donnent de la force à l'histoire, et ce qui m'a le plus plu je pense ce sont les nombreuses références littéraires, musicales ou culturelles en général qui peuplent ce livre et donnent envie d'aller plus loin! Très belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nilebeh
  16 février 2017
Élisabeth est une mère poule belge qui passe son temps à s'enquérir de la santé de son fils Gabriel, à débarquer chez lui pour un oui pour un non et se fait un sang d'encre (marine) s'il déménage à une petite distance de chez elle (en même temps, en Belgique, c'est difficile de faire des centaines de kilomètres sans sortir du pays...).
Pourtant, lorsqu'un séduisant sexagénaire, plus ou moins aristo, du nom de Saint-Ogan frappe à sa porte et lui dit qu'il veut embarquer son fils chéri sur un navire pour un périple d'un mois, elle n'hésite pas un instant à donner sa bénédiction. Et pourtant, il lui a bien dit qu'il avait perdu un navire et dix-sept hommes dans un récent naufrage...

Nous voilà donc à bord du Sirius, cargo de marine marchande à destination de l'Amérique du Sud avec Gabriel. Notre nouveau matelot ne connaît rien à la mer ni aux bateaux et commence par être malade comme un chien. le capitaine lui offre le poste d'assistant- radio et lui fait mettre de l'ordre dans la bibliothèque : dès lors, à toute heure du jour et de la nuit, Gabriel « anime » la vie à bord de ses anecdotes et histoires piochées dans des livres, parmi lesquels son préféré : Les aventures d'Arthur Gordon Pym, roman rocambolesque (et unique!) écrit par Edgar Allan Poe.

Gabriel sympathise avec l'ours-coq espagnol (autant dire le cuistot balèze et ibérique) et lui raconte une aventure amoureuse incroyable, débutée dans l'obscurité d'un ascenseur bloqué entre deux étages et miraculeusement poursuivie dans une chambre avec une prof d'université géophysicienne au nom prometteur : Alizea, aventure qui lui laissera un souvenir inoubliable au point de vouloir revoir la dame callipyge lors d'une escale aux Baléares.

Il faudra d'abord découvrir l'archipel des Açores (neuf îles, comme chacun sait, dont celle née en une nuit lors de l'éruption du mont Capelinho). Là Gabriel fait une étrange expérience, à la recherche de son ami Franz, il fait une chute mémorable et raconte avoir vu et entendu un sage qui lui offrait toutes les richesses du monde, bijoux, or et argent, refusé par notre matelot qui fait une phobie des pièces de monnaie, nids à microbes. Et le Sage de lui poser la question : « A quand remonte la dernière fois où tu as donné sans rien attendre en retour ? », l'enjoignant ensuite de réfléchir sur lui-même : « tu dois découvrir quel est ton rapport à la violence. […] Tu portes en toi des questions lourdes dont tu te dois te défaire pour avancer. »

Les études des géophysiciens, dont Alizea, remettant curieusement au goût du jour les écrits de Jules Verne, concernent un gigantesque aimant situé dans l'Antarctique, en forme de sphinx paraît-il, et qui attirent toutes les pièces de monnaies poussant ainsi le monde vers un gigantesque crack boursier et la fin de la domination de l'argent.

Évidemment, Gabriel au terme de ses aventures sera aux premières loges quand la gueule de l'animal mythique s'ouvrira en un gigantesque maelström de devises en tous genres.

Totalement, déjanté, écrit avec une drôlerie qui n'économise ni les jeux de mots ni les allusions à notre actualité,joliment illustré comme nos livres d'enfant,ce roman est une sorte de fleuve impétueux dans lequel on se laisse entraîner avec délices, même si la dernière partie finit par être un peu emberlificotée et longuette... ! Une expérience sympathique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
famillemartinet
  15 juin 2016
Une aventure fantastique et délirante!

L'aimant est une histoire quasi-atemporelle malgré de riches références littéraires et musicales.
On embarque avec Gabriel Chanteloup,jeune marin Belge, à bord du cargo Sirius.L'intrigue,une crise monétaire ourdie par une organisation internationale à l'origine de la disparition de toutes les pièces de monnaie, se met vite en route et elle est surtout prétexte à une histoire bien barrée,bourrée d'humour et de burlesque.
De la grande aventure à l'ancienne avec des personnages aussi improbables et haut en couleur les uns que les autres,des bagarres,des orgies,de l'alcool et une critique des gigantesques multinationales.
Un bel hommage à une littérature populaire dans un bel écrin rehaussé par les superbes illustrations de Riff Reb's.
J'ai apprécié cette mise en abîme involontaire avec la lecture de Gabriel lisant des extraits de livres à ses collègues marins depuis son poste de radio du navire tout en écoutant l'auteur Richard Gaitet lire lui-même des extraits de roman dans son excellente émission de radio, la Book Box, sur Radio Nova









+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15168 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre