AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La parole du Muet tome 1 sur 2
EAN : 9782818932940
48 pages
Bamboo Edition (06/04/2016)
3.49/5   38 notes
Résumé :
Fin des années 1920. Célestin n'a qu'un rêve en tête : réaliser des films. Fraichement débarqué à Paris, il devient décorateur pour un grand studio, où il rencontre Constance qui lui fait lire une histoire qu'elle a écrite. Enthousiaste, il décide de la porter à l'écran, malgré son inexpérience. Aidé de quelques amis, il va investir la nuit les studios pour réaliser son film !
Que lire après La parole du Muet, tome 1 : Le géant et l'effeuilleuseVoir plus
Red Skin, tome 1 : Welcome to America par Dorison

Red Skin

Xavier Dorison

3.47★ (75)

2 tomes

Sara Lone, tome 1 : Pinky princess par Arnoux

Sara Lone

Erik Arnoux

3.58★ (140)

4 tomes

Sept, tome 1 : Sept Psychopathes par Convard

Sept

Didier Convard

3.29★ (2341)

21 tomes

Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 38 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis
Célestin, un grand dadais maladroit et naïf, monte à Paris à la fin des années 20 afin de devenir réalisateur. Il recherche tout d'abord le bonimenteur qui lui a fait découvrir le cinéma quelques années auparavant et qui va lui montrer un film où apparaît une sensuelle beauté dont Célestin décide qu'elle sera la vedette de son futur film.
Bon, je dois avouer que cette BD a le grand mérite de mettre en avant les métiers du cinéma de l'Age d'Or : costumier, décorateur, réalisateur, techniciens ect pour le reste, la BD ne présente pas grand intérêt. C'est cousu de fil blanc, ampoulé de clichés et naïf.
Le dessin est plutôt bon mais ne sauve pas, à mon sens, la platitude du scénario.
Commenter  J’apprécie          122
France, 1927

Au yeux de tous, et pire encore, même de l'avis de ses parents, Célestin Noirt est un bon à rien.
Déjà que son physique ne plaide pas en sa faveur, il ne fait que bêtise après bêtise et son père, notaire, a bien du mal à lui confier des tâches ou autres responsabilités dans son étude.

Ayant surpris une conversation à son sujet entre ses parents, il décide de quitter le nid familial et de rejoindre Paris pour y vivre son rêve, entrer dans le monde du cinéma.

Malheureusement, là encore, le regard des gens est aussi rapide que les réponses négatives. Et si il finit par être accepté dans un studio de cinéma, c'est "juste" comme assistant-décorateur.

En revoyant son ami Anatole Fortevoix, bonimenteur au cinéma l'Alcatraz, dont ce dernier est également le propriétaire, il entend bien faire changer les choses.

Mais même pour les petites salles les fins de mois sont difficiles, et Anatole est bien obligé de renflouer les caisses avec des projections plus... "privées".

Lors d'une de ces projections, Célestin est ébloui par la performance d'une actrice et ne pense plus qu'à la retrouver.

Mais une descente de police lors d'une projection interdite risque de venir tout compromettre.
Commenter  J’apprécie          60
Célestin mal dans sa peau et sa famille monte à Paris en 1927 pour exercer un métier lié au cinéma. Son ami Anatole, directeur de petite salle indépendante, lui conseille de renoncer à son rêve, conseil que Célestin ne suit pas. Ebloui par une actrice qui joue dans un film érotique censuré, il la recherche et voudrait lui proposer une vraie carrière. Il retrouve Constance et découvre qu'elle est sourde muette.
Une bande dessinée intéressante pour son atmosphère sur les débuts du cinéma, la fin du cinéma muet, les métiers du cinéma : décorateur, musicien, directeur de salle, scénariste mais scénario un peu léger.
Commenter  J’apprécie          50
Hiver 1927, quelque part en province, Célestin s'ennuie ferme dans l'étude notariale paternelle. Ce géant débonnaire ne vit que pour une chose : le cinéma et ce brave garçon rêve de devenir réalisateur de film.

Il monte à la capitale retrouver son ami Anatole le bonimenteur, propriétaire du cinéma L'Alcatraz, qui survit à coup de projection de films devenus des classiques comme les Méliès, les nouvelles productions étant devenues hors de prix pour son petit établissement mais qui est contraint d'arrondir ses fins de mois en proposant à ses clients des films et des photographies érotiques, malgré les interdictions et les descentes de police.

Célestin se rend aux studios de cinéma dès le lendemain de son arrivée afin de proposer ses scénarii mais il est embauché comme décorateur. Fasciné par l'effeuilleuse qu'il a vu se mettre à nu sur grand écran, il se met à sa recherche et décide d'en faire l'actrice principale de son premier film…

Véritable hommage au cinéma muet et à son industrie, La parole du muet, nous entraine à l'occasion du tome 1 le géant et l'effeuilleuse, dans le Paris des années folles et ses stars de cinéma et ce, de façon très juste, reprenant à la perfection les costumes, l'ambiance, les références culturelles telles que Maurice Chevalier ou Mistinguett…

Laurent Galandon nous propose un scénario certes classique mais efficace avec un antihéros aux antipodes des stéréotypes de cette époque : physiquement très grand, tout en rondeurs, maladroit mais d'une gentillesse et d'une bonté folles.

Les planches signées Frédéric Blier sont très réussies, que ce soit au niveau des personnages très expressifs que des décors et des couleurs, j'ai eu beaucoup de plaisir à tourner les pages et à lire cette histoire grâce à son talent.

Lire la suite...
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
Commenter  J’apprécie          30
Le dessin n'est pas stéréotypé et de bon niveau (malgré des défauts sur les visages, des proportions...)

l'histoire n'est pas forcement centrée sur le cinéma des années 20 (comme je m'y attendais) mais l'ambiance d'époque est bien restituée. On va suivre le parcours naif du héros pour devenir réalisateur et c'est loin de ce qu'il idéalise. le scénariste ajoute un petit coté sombre et romantique à l'histoire ce qui lui donne de la profondeur...

La colorisation est plutot bonne et ne dénature pas les décors d'epoque. Par contre je ne sais pas si c'est du à l'impression mais c'est assez saturé et donc peu reposant à la lecture.

Un album plutot plaisant à lire dans son ensemble et qui donne envie de connaitre la suite (d'ailleurs la fin est un peu brutale comme si l''on avait coupé en 2 l'album sans trop tenir compte de l'histoire...)
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (6)
BulledEncre
03 juin 2016
Le scénario de Laurent Galandon rend hommage au cinéma en nous faisant découvrir les différents métiers de cette toute nouvelle industrie.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Bedeo
01 juin 2016
La Parole du Muet nous réserve peu de surprises.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD
31 mai 2016
Associé à Frédéric Blier, le scénariste Laurent Galandon débute un récit humain et sensible avec pour toile de fond l’essor du cinéma.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario
11 avril 2016
Une projection qui tient toutes ses promesses et qui mérite qu’on s’y attarde. Vivement la seconde partie !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest
07 avril 2016
À l’image de sa couverture, Le géant et l’effeuilleuse sait - sous une apparence des plus classiques - offrir un divertissement de qualité. Vivement la seconde (et dernière !) séance.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom
07 avril 2016
Mis en images par le lyonnais Frédéric Blier « La Parole du muet » s’inscrit dans ces albums à forte thématique sociale et historique dont Laurent Galandon est devenu l’un des spécialistes.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
hiver 1927, quelque part en province.
Mais bon sang Célestin! Ce n'est pourtant pas compliqué!
Je t'ai demandé l'acte de vente de la propriété de monsieur Defosse!

Je...je suis désolé..

Eh bien ! ne reste pas là comme une plante verte! Va chercher le bon document!

Mon dieu...je n'ai jamais vu un garçon aussi empoté.

Oui, je comprends, monsieur Noirt...ce doit être pénible.
Commenter  J’apprécie          10
Mon Dieu, comment avons-nous pu faire un fils pareil ?
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Laurent Galandon (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Galandon
L'alibi
autres livres classés : muetVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (69) Voir plus



Quiz Voir plus

L'envolée sauvage

Quel est le nom de l'acteur principal ?

Adrien
Simon
Alexandre

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'envolée sauvage, Tome 1 : La Dame Blanche de Laurent GalandonCréer un quiz sur ce livre

{* *}