AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782711201006
Éditeur : Les Arènes (17/04/2019)
3.55/5   29 notes
Résumé :
A sa sortie de prison, Yannick se fait embaucher dans un abattoir. Il découvre alors un monde impitoyable où se côtoient souffrance ouvrière et souffrance animale.
Il n’est pas arrivé là par hasard.
Son petit frère Killian est mort quatre ans auparavant alors que celui-ci travaillait dans cet établissement.
Pour supporter la difficulté du travail et la loi infernale de la cadence, Killian serait mort par overdose. Depuis, Yannick n’a qu’une obse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 29 notes
5
1 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

marina53
  29 décembre 2019
Killian se réveille brusquement, effrayé, les larmes aux yeux. À cause d'un cauchemar dans lequel une femme, avec une tête de vache, une tronçonneuse manuelle à la main, expulse un bébé. Sa compagne, Karine, enceinte, le rassure autant qu'elle peut et lui conseille de se faire aider car il ne peut s'en sortir seul...
Quatre ans plus tard, le petit Timéo gambade en pleine forêt avec son grand-père quand celui fait une bien triste découverte : les eaux de la rivière sont rouge sang. Il s'agit sans doute d'une vidange sauvage de sang et de déchets organique et Octave en est sûr, les abattoirs Gourdin sont les responsables. Évidemment, le patron et maire de Saint Forain nie tout en bloc... Deux jeunes intérimaires se présentent pour un poste à l'abattoir. le chef du personnel leur fait bien comprendre qu'au bout de trois jours, si la cadence n'est pas maintenue, ils peuvent rentrer chez eux. Habillés de la tenue de base, munis de gants, de casque et bouchons d'oreille, les deux hommes sont placés devant les carcasses. À eux de faire leur preuve maintenant ! L'un d'eux, Yannick, compte bien rester dans l'entreprise car il a des choses à découvrir...
La tuerie, c'est ainsi que l'on surnomme l'espace clos à l'abri des regards où l'on abat les animaux. Et le saigneur en est le maître. Aux abattoirs Gourdin, le personnel change régulièrement. Conditions de travail pénibles, cadences parfois insoutenables, pression de la hiérarchie et des clients... Deux nouveaux venus, Yannick et Thomas. Yannick, ancien taulard, cherche à se réinsérer. du moins en apparence car son entrée aux abattoirs cache un tout autre but. Que l'on soit vegan, végétarien, végétalien, flexitarien ou viandard, la cause animale nous touche tous. Preuve en sont les actes des vegans radicaux qui attaquent les boucheries, les vidéos de plus en plus tristes et affligeantes des conditions d'abattage des animaux ou des maltraitances. Partant de sujets d'actualité forts (consumérisme, politique, conditions ouvrières...) auquel s'ajoute une enquête personnelle, Laurent Galandon nous plonge dans un thriller sanguinolent où violence, racisme, pression sont légion. Un album percutant et cinglant, un suspense grandissant. le tout servi par un trait vif et une palette de gris où seul le rouge détonne.
Un polar social qui donne à réfléchir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          604
Crossroads
  05 mars 2020
Avec un titre pareil, on est en droit de s'attendre à du lourd, du pêchu, de la grosse mandale dans la tronche par paquets de douze.
Et c'est vrai que cette BD, complètement dans l'air du temps, questionne sur nos habitudes alimentaires tout en développant un p'tit côté polar loin d'être inintéressant.
Une quatrième de couv' incroyablement bavarde.
Il serait bienvenu de la boycotter sous peine de s'abonner à "encéphalogrammeplat mag'" en terme d'étonnement. En vous remerciant.
Yannick a fait de la zonzon.
C'est désormais dans un abattoir qu'il passe l'essentiel de ses journées.
Un endroit qu'a bien connu son jeune frère avant de passer l'arme à gauche.
Hasard ? Coïncidence ? Je ne crois pas non...
En voilà une BD qu'elle est bonne.
Non contente de nous divertir, elle sait se faire pédagogue, la coquinette, en traitant du dur labeur de ces forçats de la mort journalière et notamment de ceux trimant en un secteur des plus redoutés : la tuerie.
Pression, cadences infernales (périodes de promo obligent), particularité d'un taf peu ragoûtant (les bestiaux sondés furent unanimes à ce sujet), le seul intérêt de ce secteur résidant finalement en un salaire légèrement supérieur aux autres, de quoi se motiver au quotidien sans trop se poser de questions.
Il se meugle qu'L214 aurait fortement apprécié le propos.
Loin d'être de ces extrémistes à tout crin, il me faut bien avouer les qualités narratives et instructives développées tout au long de ce "thriller" animalier.
Un coup de crayon qui me parle.
Un encrage majoritairement sombre histoire d'être raccord avec l'avenir de ces condamnés à l'équarrissage.
La Tuerie : un vrai morceau de choix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
Catilina38
  13 mai 2019
Couverture très réussie qui donne bien envie d'ouvrir cet album. L'intérieur de couverture comporte une illustration de cochons (on reste dans le thème) et la page de garde comprend un court texte du chroniqueur de France Inter Gillaume Meurice. Maquette élégante mais rien de particulier. Comme d'habitude je trouve dommage que sur des albums de ce type les éditeurs n'incluent pas quelques pages documentaires et biblio sur le sujet.
L'abattoir Gourdin est le seul employeur de la région. Son patron est maire. Lorsque Yannick se fait embaucher en sortant de prison, il découvre la dureté des conditions de travail et le fonctionnement de ce petit milieu. Suspicieux, employés comme direction redoutent l'infiltration de militants de la cause animale…
Résultat de recherche d'images pour "otero la tuerie"Le rangement de ce billet dans la rubrique Docu est un peu forcée… Si les Arènes publie essentiellement des BD à thème en lien avec l'actualité ou au message politique fort (comme sur Morts par la France du même dessinateur Nicolas Otero), La Tuerie reste un thriller social avant tout, prenant pour contexte un abattoir. Si l'album propose donc un vrai scénario avec personnages fictifs, il est didactique tout le long car son objet est bien d'illustrer les conditions de travail des ouvriers de ces petites entreprises locales souvent toutes puissantes. Toute ressemblance avec des situations connues et parues dans la presse n'est pas fortuite. le scénariste Laurent Galandon se présente comme scénariste politique et souhaite ici donner au lecteur des images de l'intérieur de ces abattoirs dont on parle beaucoup depuis les actions de caméra cachée de l'association L214. La forme est donc ici clairement celle des films à thèse, ces métrages suivant un lanceur d'alerte ou scénarisant des scandales sanitaires. Et ça fonctionne en jouant parfaitement entre les deux lignes de son album: le descriptif documenté d'une industrie indispensable, invisible, soumise à des pressions des industries de l'agroalimentaire et de la distribution, puis l'enquête du personnage principal qui cherche les raisons de la mort de son frère.
Résultat de recherche d'images pour "otero la tuerie"L'histoire est bien menée, efficace mais assez attendue. C'est peut-être du en partie au dessin, propre mais qui a ses limites, notamment avec des personnages qui ont des physionomies assez proches (sur son précédent album Otero avait su être plus subtile et détaillé). Leur caractérisation est assez simple également (comme dans un film grand public…), avec le beau héros rugueux, costaud, le copain arabe qui écoute du rap et le patron pourri appuyé sur un contremaître dictatorial. le stress est bien rendu, dans ce milieu masculin, un peu beauf où règne la loi du plus fort. La subtilité est amenée par la vétérinaire sympa qui peut difficilement s'extraire de la corruption, prise dans ses contradictions. Pour le reste on sait qui sont les méchants et les gentils…
L'intérêt de l'album est donc bien documentaire et sur ce plan il est vraiment intéressant. L'actualité donne beaucoup d'informations qui restent en surface. Cette industrie est totalement opaque et l'album rend parfaitement cet ensemble d'éléments qui concourent à s'exonérer de toutes règles salariales, sanitaire, réglementaire. Comme dans un bon Lupano, le message est donné sans fart au lecteur: dans une société de surconsommation où l'été arrive avec ses barbecue et ses bières, le citoyen ne veut pas savoir d'où vient la viande qu'il déguste. Comme les soldats, comme les matons, les ouvriers de la viande sont un lumpenprolétariat qui permet sous terre à une société de fonctionner comme elle le voudrait. Avec des conséquences donc: personne ne veut savoir, comme ce préfet contraint de pousser sa menace par-ce qu'on lui a apporté des documents sur son bureau mais qui ne veut pas être responsable pour des raisons sanitaires de la fermeture d'un employeur dans une région sinistrée. La Tuerie est un peu la version sérieuse des Vieux fourneaux avec son Garan-Servier.
Fidèle à son catalogue, l'éditeur Les Arènes propose donc avec La tuerie un bon album, original, qui vous éclairera sur un sujet rare dans le neuvième art. L'actualité immédiate est plus souvent abordée noyée dans des scénarios plus ou moins politiques et donne rarement des ouvrages directement illustratifs. L'album d'Otero et Galandon n'est pas le coup de poing qui marque mais arrive à allier plaisir de lecture BD et intérêt journalistique, et c'est déjà beaucoup.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mesechappeeslivresques
  12 mai 2019
Après un séjour en prison, Yannick parvient à se faire embaucher dans l'abattoir de la région. Si le métier est dur, l'homme n'est pas là par hasard. Quelques années auparavant, son petit frère Killian travaillait au même endroit et Yannick veut comprendre les circonstances de sa mort.
Entre les manigances du directeur de l'usine et les secrets des ouvriers, notre héros va tenter de mettre à jour la vérité. Jusqu'où peut-on aller pour garder son emploi?
Ayant particulièrement apprécié la BD L'Appel de Laurent Galandon sur l'embrigadement, je me suis dirigée sans hésitation vers cet album au titre accrocheur et à la couverture rose intrigante représentant la découpe d'un boeuf en boucherie.
Un roman graphique qui nous plonge avec réalisme dans les coulisses d'un abattoir où les maîtres mots sont la cadence et le profit. Cadence infernale qu'il faut tenir en période de forte demande sans faire preuve d'état d'âme pour les bêtes.
On découvre les conditions de travail difficiles des ouvriers qui doivent faire face à la pression, les pratiques inhumaines envers les animaux dans la salle de mise à mort qu'on nomme la tuerie ainsi que les manoeuvres du directeur pour dissimuler les maladies professionnelles ou encore les vidanges sauvages dans la nature.
Un récit vraiment prenant où les révélations se succèdent avec une atmosphère sous tension qui maintient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page.
Une immersion très réussie en plein coeur d'un abattoir avec ce thriller captivant qui met en avant la maltraitance animale et les conditions de travail déplorables des ouvriers par le biais d'un scénario très bien ficelé.

Lien : https://mesechappeeslivresqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Pixie-Flore
  08 juillet 2019
Yannick vient de sortir de prison. Sa seule idée est de se faire embaucher à la tuerie : la partie de l'abattoir où sont tués les animaux. Pourquoi ? Pour savoir ce qui est arrivé à son petit frère.
"La tuerie" est une bande-dessinée où la violence prédomine envers tous les êtres, qu'ils soient humains ou non. Le rythme de l'histoire est tout à fait correct et on se doute très vite que ça ne finira pas bien. Mais ce n'est pas forcément la recherche de vérité de Yannick qui est le plus prenant, car on se doute rapidement de ce qui s'est passé...
A la façon d'une enquête, Laurent Galandon et Nicolas Otéro montrent les conditions de travail, les magouilles et arrangements en haut lieu, les enjeux économiques, la lutte entre des éthiques différentes, les difficultés de la vie quotidienne, le racisme, la violence, etc. Et c'est ça qui fait toute la pertinence de ce roman graphique. Les auteurs dépeignent ce qui se passe dans et autour des abattoirs français sans langue de bois.
Commenter  J’apprécie          71


critiques presse (3)
Auracan   30 avril 2019
Un peu dans la même veine que le récent et très remarqué roman de Joseph Ponthus, À la ligne [...], Laurent Galandon pointe dans La Tuerie ce qui reste l’obsession des exploitants, le profit faisant fi de l’état physique et mental des ouvriers. A la manière d’une enquête policière, les clés de l’énigme se distillent au fur et à mesure du récit.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   17 avril 2019
Laurent Galandon nous propose un excellent thriller qui nous prend aux tripes, qui interroge notre société sur la condition ouvrière, la société de consommation, la politique, mais aussi, la maltraitance animale [...] Un polar social que je vous recommande fortement.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDZoom   15 avril 2019
Plongée dans une actualité dérangeante – la maltraitance animale dénoncée par les vidéos chocs de l’association L214 éthique et animaux -, le récit de Laurent Galandon lance un nouveau pavé (de bœuf) dans la grande marmite du débat public ; une interrogation pour le moins salutaire sur le devenir de nos modes de consommation…

Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
marina53marina53   29 décembre 2019
Dans un abattoir,
On les fait taire,
On les brusque,
On les maltraite,
On les stresse,
On les dégrade,
On les accable,
On les humilie,
On les avilit,
On les cogne,
On les assomme,
On les manipule,
On les broie,
On les écrase,
On les oppresse,
On les opprime,
On les soumet,
On les asservit,
On les anéantit,
On les brutalise,
On les détruit,
On les saccage,
On les pulvérise,
On les démolit,
On les abat,
On les extermine,
On les massacre...
Les animaux
Ainsi que les humains
Guillaume Meurice
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Pixie-FlorePixie-Flore   07 juillet 2019
Nous, on bosse pour gagner notre vie... On donne à bouffer aux gens. C'est pas n'importe quoi, quand même. Et les bêtes souffrent parfois. Oui, et alors ? Tu crois qu'ils en ont quelque chose à foutre, les gens ? Ils savent bien que leur steak pousse pas sur un arbre. Ils ferment les yeux, c'est tout ! Parce qu'ils ne veulent pas le payer trop cher !

[p139]
Commenter  J’apprécie          40
marina53marina53   29 décembre 2019
- Tu laisses tes gamins seuls ?
- Ils ont la Xbox, j'ai jamais trouvé meilleure nounou.
Commenter  J’apprécie          181

Lire un extrait
Videos de Laurent Galandon (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Galandon
Rencontre avec Laurent Galandon et Jean-Denis Pendanx “A Fake Story” (Futuropolis) Rencontre présentée par : Sonia Déchamps, journaliste
Le 30 octobre 1938, Orson Welles met en ondes, sur CBS, la Guerre des mondes de H. G. Wells, racontant l'attaque de la Terre par des extra-terrestres. C'est la panique ! "Une fausse guerre terrifie tout le pays", titrent les quotidiens du lendemain. Dans le récit de Laurent Galandon, afin "d'échapper au massacre des Martiens", un homme tue sa femme et tire sur son fils avant de se suicider. Un ancien journaliste vedette de CBS, Douglas Burroughs, va mener l'enquête. Il en fera un livre. A Fake Story pose la question du vrai et du faux avec un art consommé, dans une enquête policière réjouissante, mise en scène par Jean-Denis Pendanx, que l'on trouve ici dans un nouveau registre.
Retrouvez leur livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/
Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'envolée sauvage

Quel est le nom de l'acteur principal ?

Adrien
Simon
Alexandre

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'envolée sauvage, Tome 1 : La Dame Blanche de Laurent GalandonCréer un quiz sur ce livre

.. ..