AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782841568192
111 pages
Editions du Rouergue (14/03/2007)
3.67/5   18 notes
Résumé :

Sa mère lui dit, tu finiras par oublier. Sûrement pas. Comme si Cerise pouvait oublier ce qui s'est passé ce soir-là, entre Mairie de Montreuil et République. Elle portait une robe neuve, rouge. Son amie Clara l'avait invitée à passer la soirée chez elle et son père lui avait fait promettre de rentrer avant la nuit. Quand elle voit monter dans la rame cet homme immense aux yeux verts, Cerise ne peut pas dire po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
CarolineDBruihier
  21 avril 2013
En lisant les dernières lignes du roman, une chape de plomb s'est abattue sur moi, mes oreilles bourdonnaient et j'étais étrangement ailleurs : j'étais dans le métro, assistant moi aussi au drame que vit la narratrice, Cerise...
Cerise est en seconde, au lycée. Chaque matin et chaque soir, elle prends le métro. Pendant chaque trajet, elle observe intensément, les visages, les corps des gens qui l'entourent, la beauté, la tristesse à partir desquels elle s'invente des histoires. le métro, machine à rêver pour Cerise. Et un jour, elle assiste à quelque chose, qu'elle ne nomme que comme le "film-souvenir", celui qui prend tellement de place dans sa tête qu'il écrase tous les autres. Quelque chose qu'elle ne parvient pas à oublier. Ce jour-là, auquel Cerise revient sans cesse, elle avait mis une nouvelle robe, rouge comme les événements à venir...
Le lecteur se doute qu'il s'est passé quelque chose de terrible, lié à ce curieux sdf, un jeune homme qui, chaque jour, débite des discours incroyables que Cerise écoute, un jeune homme aux yeux verts qui étincellent d'une curieuse façon et que la jeune fille va renommer Zyeux verts. Et Zyeux verts est au bout : Cerise sent qu'il va craquer...
Dès le début du récit, on sent que Cerise est bouffée par un souvenir, elle nous évoque son quotidien, son mal-être ordinaire d'adolescente aux parents divorcés, de jeune fille solitaire, qui ne parle que lorsque ça l'intéresse, qui observe les yeux grands ouverts le monde qui l'entoure. Et dans ce monde, elle les voit eux, les invisibles : ceux que l'on ne voit plus à force de les voir tous les jours : les pauvres, les sdf. Qui émeuvent cette jeune fille.
Car Cerise est sensible, elle ne veut pas voir "le monde comme ça", pas croire qu'il est comme ça, elle voudrait donner plus qu'elle ne possède. L'auteur décrypte habilement ses sentiments face aux sans-abris : le malaise qui s'empare d'elle, le désir de les aider, l'impuissance, le constat que le monde ne tourne pas rond, que l'aveuglement des gens qui ne les voit pas, qui ne veulent plus les voir, les tuent tout doucement...
Tout doucement, le récit nous entraîne inexorablement vers sa chute, les choses s'accélèrent, le ton de Cerise devient de plus en plus urgent jusqu'à ce qu'elle nous livre ce qu'il s'est passé ce jour-là dans le métro... On sent son besoin d'écrire, de révéler au monde ce qu'il s'est passé, sans jamais juger, simplement décrire ce qu'elle a vu, ce qu'elle a observé cette fameuse journée et aussi les jours précédents décryptant les prémisses de ce qui allait ce dérouler. L'écriture est la seule manière pour la narratrice de ce libérer d'évènements traumatisants, qui ne demandent qu'à sortir d'elle-même.
Un récit fort, prenant, sublimé par le grand talent d'écriture de l'auteur.

Lien : http://biblioado.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nico8
  12 septembre 2016
Rouge métro c'est l'histoire d'une jeune fille qui ne reste pas insensible, quand dans le métro, des SDF viennent mendier. Leurs paroles la touche, l'impressionne parfois. Elle ne comprend pas, contrairement à beaucoup (qui en réalité ne cherchent même pas à comprendre), que des personnes puissent se retrouver dans de telles situations. Hélas la vie est dure, la société si cruelle et indifférente, que de plus en plus de gens se trouvent au fond du gouffre sans personne pour les aider. Un événement particulier va la choquer, la marquer à jamais, c'est de cela qu'elle veut témoigner car elle sait qu'elle ne pourra jamais oublier.
C'est un livre intéressant.
Commenter  J’apprécie          40
Transfuge
  21 avril 2018
Cerise est lycéenne en région parisienne. Elle aime prendre le métro et observer les gens autour d'elle, tenter d'en apprendre plus sur eux, ou leur inventer une vie. Mais un jour, un étrange sdf vient demander de l'argent dans la rame de façon curieuse, dérangeante. Et le soir, lorsque Cerise reprend le métro et qu'il remonte dans son wagon, la jeune fille comprend qu'un drame va se jouer...
Un court roman très prenant, très noir, qui monte en tension au fil des pages et nous tient en haleine jusqu'à la fin, la terrible fin... Très bien écrit, il ne doit tout de même pas être mis entre toutes les mains: à déconseiller aux plus jeunes et aux personnes sensibles.
Commenter  J’apprécie          10
PetiteNoisette
  12 février 2017
Un petit roman assez bizarre que je ne saurais qualifier. Je ne peux même pas dire si je l'ai aimé ou non.
L'histoire est constituée du récit de Cerise, assez décousu, mais raconté d'une traite, sur sa journée du 19 juin. Cerise prend le métro pour aller au collège. Dans le métro, chaque jour, elle rencontre tout un tas de gens et ce qu'elle aime par-dessus tout c'est écouter leurs conversations. Dans le métro, il y a également tout ces gens qui viennent faire la manche. Certains expliquent leur situation, certains sont presque silencieux. Tous accaparent les pensées de Cerise qui ne supporte pas cette misère quotidienne. Et puis un jour il y a Zyeux verts.
J'ai trouvé que l'auteur tournait autour du pot. On sait dès le début que quelque chose d'horrible va se passer dans ce métro. Mais l'auteur prend des tours et des détours avant d'attendre la toute dernière page pour nous dire ce qu'il en retourne. Parfois ce genre de récit ne me gêne pas mais là j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Heureusement que le récit est court.
Par contre tout le côté "typologie des SDF" est intéressant, même s'il paraît un peu comme une liste exhaustive de ceux qu'on peut rencontrer dans le métro. J'aurai sûrement aimé en lire plus là-dessus...
Un roman en demi-teinte qui me laisse perplexe.
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Blanche_Neige
  28 mars 2017
Un roman court mais intense ! Avec un rythme oppressant, l'auteure a réussi à nous plonger dans une ambiance dramatique. Un livre intéressant qui nous apprend la nécessité de parler après un choc.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
armand7000armand7000   07 octobre 2021
Je m'appelle cerise j'ai quinze ans à la rentrée j'entre en seconde au lycée samedi j'ai acheté une robe rouge qui m'a transformée en princesse Clara Clara mange une glace en Espagne une glace rouge à la cerise c'est le garçon aux yeux vert qui est parti en premier le grand avec la cigarette non il n' a pas les yeux vers les yeux vert c 'est c'est la maman avec le bébé accroché dans son dos me bébé crie j'en ai assez que me bébé crie le ventre du gros gonfle il gonfle si je le touche avec mon doigt il explose comme un ballon ma mère n'aime pas que je prenne le métro toute seule mon père dit que de voir le monde ça fait grandir on est lundi lundi 19 on est lundi 19 juin et c'est l'été JE HAIS ÉTÉ Clara passe toujours le lundi soir avec moi parce qu'on n'a pas cours le mardi j'ai chaud et j'ai froid et je suis rouge et tout est rouge tellement tellement rouge
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nico8Nico8   13 septembre 2016
A un moment, elle a vu que je la regardais, elle m'a souri tristement comme si elle allait me dire quelque chose, mais si elle avait parlé, les larmes seraient sorties de partout, pas seulement de ses yeux, mais de tout son corps, j'en étais sûre, elle avait tout le corps en larmes. Alors je lui avais souri aussi.
Commenter  J’apprécie          10
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   21 avril 2013
Eux, c'étaient leurs phrases qui me mettaient à l'envers. C'étaient ce qu'ils disaient et qui ne collait pas avec la situation, la beauté, souvent, de ce qu'ils disaient, qui ne collait pas avec leur crasse, leur odeur, avec leurs dents noires, avec leurs fringues trop grandes, avec leur sourire artificiel et leurs yeux absents, avec leurs vieux visages. Ils avaient toujours de vieux visages même quand ils étaient jeunes. Ça n'allait pas ensemble, leur allure et leur âge, leurs paroles et leur air. C'était trop ou pas assez. C'était pour ça qu'en face, on était mal à l'aise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
c.brijsc.brijs   13 novembre 2011
J'ai une boule qui durcit au fil des semaines, des mois, et ce depuis 7 mois. J'ai décidé de m'arrêter, de faire semblant mais ça ne va pas passer comme ça...
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Claudine Galéa (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claudine Galéa
Lecture de Jean-Marie Gleize: une création originale inspirée par
Une série de créations littéraires originales inspirées par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé par la Maison des écrivains et de la littérature (Mel) en partenariat avec la BIS. Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé.
Saison 4 / 2020 : Linda Lê, Arno Bertina, Muriel Pic, Jean-Marie Gleize, Jean-Christophe Bailly.
Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne": * saison 1 : Pierre Bergounioux, Marianne Alphant, Arlette Farge et Eugène Durif paru en septembre 2018. * saison 2 : Jacques Rebotier, Marie Cosnay, Claudine Galea et Fanny Taillandier, paru en septembre 2019. * saison 3 : Hubert Haddad, Line Amselem, Christian Prigent, Mona Ozouf, Laure Murat, publication prévue en septembre 2020.
+ Lire la suite
autres livres classés : métroVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1361 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre